Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 09 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le sexisme est un défaut dangereux pour la santé et cette étude le prouve

Selon une étude de l’université de l’Indiana, les hommes qui ont des attitudes sexistes développent plus fréquemment des troubles psychologiques que les autres et souffrent davantage de solitude. Une situation qui peut s'expliquer par le fait qu'ils n'ont pas le désir ou la possibilité de s'installer dans des relations stables et construites.

Lonely man

Publié le
Le sexisme est un défaut dangereux pour la santé et cette étude le prouve

Verser dans l'extrême masculinité renvoie à des questions similaires : tout individu en construction traverse lors de l'adolescence un moment structurant de bisexualité psychique.  Crédit Reuters

  1. Atlantico : D’après une étude de l’université de l’Indiana, les hommes qui se décrivent comme des playboys ou qui se définissent comme ayant un pouvoir sur les femmes ont plus fréquemment des troubles psychologiques que les autres. De quels maux parle-t-on concrètement ? Pourquoi, par exemple, sont-ils davantage touchés par la solitude que les autres ?

Alexis Pochez : Avant de parler des résultats d'une étude comme celle-ci, il est crucial de garder une idée en tête : une corrélation, un lien, n'est pas une causalité. Cela peut sembler une évidence mais une lecture rapide de ce type d'études peut laisser entendre que c'est parce que certains hommes se définissent comme des playboys qu'ils sont plus enclins à développer des troubles psychologiques. On peut se poser la question à l'inverse : lorsque l'on a des troubles psychologiques, peut-on être amené en tant qu'homme à se définir comme étant un playboy ?

Concrètement, l'étude ne parle d'aucun maux précisément : ils évoquent une "santé mentale plus pauvre" ainsi que des "problèmes psychologiques" ; il peut s'agir de tout et de rien, d'une simple tendance à la dépression et à la schizophrénie paranoïde. En prenant en compte l'échantillon de 19 000 personnes et la méthodologie américaine, on peut penser qu'il s'agit de difficultés relationnelles, d'anxiété, de dépression, d'estime de soi... mais rien ne l'indique clairement.

On peut faire l'hypothèse que ces hommes qui ont des comportements de "playboy" sont des personnes qui n'ont pas le désir ou la possibilité de s'installer dans des relations stables et construites. Les rencontres d'un soir ne permettent pas de construire quelque chose avec quelqu'un dans le long terme, chose qui demande entre autres une capacité de communication, une capacité à être à l'aise avec sa propre intimité et soi-même. Comment aimer quelqu'un au long cours si l'on ne s'aime pas soi-même ?

Par ailleurs, verser dans l'extrême masculinité renvoie à des questions similaires : tout individu en construction traverse lors de l'adolescence un moment structurant de bisexualité psychique. C'est la raison pour laquelle de très nombreuses personnes hétérosexuelles ont des expériences homosexuelles pendant cette période-clé. Une fois l'adolescence terminée, la sexualité est en général fixée, mais il existe chez tout un chacun une part de masculinité et une part de féminité. À l'âge adulte, le fait de devenir un "extrême" masculin (en l'occurrence) pourrait être pensé dans certains cas comme une défense rigide face à une structuration peu solide.

Le problème de ces hypothèses, c'est qu'elles sont trop précises, et pourraient potentiellement concerner certains sujets mais sûrement pas tous. Il faut se méfier des psychologues très sûrs de leurs généralisations.

Il faut enfin remarquer que plusieurs traits utilisés pour l'étude se retrouvent dans certains modes de fonctionnement pathologiques, notamment ceux appelés "troubles de la personnalité borderline" dans le DSM IV (manuel de diagnostic utilisé par les psys américains). Parmi ces traits, il y a par exemple la prise de risque, ou les passages à l'acte sexuels ou agressifs (sexual promiscuity & violence).

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexis Pochez

Alexis Pochez est un psychologue clinicien et psychothérapeute.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€