Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Robert Ménard : "On ne peut pas dire "2017, c'est perdu pour la droite patriote, celle des valeurs et de la morale, nous verrons en 2022"."

Robert Ménard revient sur ses désaccords avec le Front National sur des sujets comme le projet de loi El-Khomri ou bien encore l'Europe. L'occasion également d'évoquer son souhait d'un grand rassemblement des leaders de la droite patriotique, en vue de la présidentielle de 2017.

Interview politique

Publié le - Mis à jour le 15 Mars 2016
Robert Ménard : "On ne peut pas dire "2017, c'est perdu pour la droite patriote, celle des valeurs et de la morale, nous verrons en 2022"."

Atlantico : Cette semaine, vous avez été particulièrement virulent à l'égard de la position officielle du Front national, en comparant les mots du vice-président du FN avec ceux "d'un cégétiste d'il y a vingt ans." Quelles relations entretenez-vous avec le FN et Marine Le Pen ?

Robert Ménard : Nous avons des relations cordiales. Nous sommes alliés sur le plan politique. Mais, dans le même temps, j'ai de vrais désaccords avec certaines positions du FN, des désaccords que je n'ai jamais cachés. Aujourd'hui, sur la loi El Khomri, ces désaccords se traduisent concrètement par des appréciations très différentes : quand Florian Philippot dit de ce projet de loi qu’il est "infâme", je trouve que c'est non seulement disproportionné, mais plus encore inapproprié et caricatural.

Utiliser ce genre de mots, c’est adopter une rhétorique d'un autre temps.

On ne peut pas, à longueur de temps, expliquer que tous les malheurs de la France viennent de Bruxelles. Non, ils sont aussi la conséquence, sur le terrain économique notamment, de lois votées ici depuis 40 ans, de l'inflation des réglementations, d'une omniprésence de l'Etat… Et tout cela a été largement décidé à Paris. C'est un autre point de désaccord avec Florian Philippot. Quand il déclare que, si Marine Le Pen prenait le pouvoir, six mois plus tard la France quitterait l'Union européenne, c'est tout simplement irréaliste.

La synthèse entre les deux lignes du Front national, avec une vocation plutôt libérale dans le Sud de la France et sociale dans le Nord, ne serait-elle donc plus tenable ?

C'est l'affaire du FN, et je n'en suis pas membre. J'ai des liens amicaux avec Marine Le Pen, qui a eu l'amabilité de m'inviter au séminaire de son parti en début d'année, mais je n'en fais pas partie. J'ai du plaisir à travailler avec le FN, et je suis d'accord avec l'immense majorité de ce qu'il dit, notamment sur l'immigration, l'identité, la sécurité ou encore l'école. Mais j'ai aussi des désaccords en ce qui concerne l'Europe et la vision économique colbertiste qu'il propose et que je ne partage pas.

La stratégie de la "France apaisée", décidée justement avant ce séminaire, qui consiste à donner une image plus consensuelle à Marine Le Pen, vous semble-t-elle judicieuse ?

Elle me semble une bonne idée à condition qu'elle se traduise dans les faits. Et les prises de position sur la loi El Khomri sont à l'opposé de ce slogan. Elles entretiennent l'idée qu'il existe forcément une sorte de lutte des classes au sein des entreprises – même les plus petites - entre les patrons et les salariés. C'est une vision du XIXe siècle. Or on ne vit plus au temps de Zola ! Même s'il existe des difficultés dans les entreprises, le monde professionnel a changé.

Je suis le maire d'une ville de 75 000 habitants, où je rends visite très souvent à des petites et moyennes entreprises. Les intérêts entre un patron et ses salariés ne sont pas les mêmes, bien sûr. Mais je vous assure que ce qu’ils ont en commun est bien plus important que ce qui les oppose… 

Entre des candidats à la primaire qui donnent l'impression de faire une course au centre, et un Front national qui défend de plus en plus une ligne politique "nationale étatiste", n'y-a-t-il pas un espace ouvert, un électorat délaissé à droite ?

Je crois qu'il y a aujourd'hui la nécessité de regrouper la droite nationale, cette droite qui se retrouve dans le Front national, mais également du côté de Debout la France, du Siel, de l’Avant-garde, du CNIP et de certains courants des Républicains. Je pense que le peuple français le demande, que le peuple de droite l'exige. Mais je constate que les querelles d'appareil, les problèmes d'égo empêchent ce regroupement. Tout cela étant dérisoire par rapport à la gravité de la situation…

Il y a une nécessité absolue à faire travailler ensemble des personnalités telles que Jacques Myard, Eric Ciotti, Thierry Mariani, Philippe de Villiers, Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen. Les désaccords sont peu de choses par rapport à ce qu'ils ont en commun.

Hélas, trop peu d'entre eux sont prêts à aller vers ce rassemblement. Et je le déplore tant nous en avons besoin. Toutes ces personnalités, que l'on pourrait ranger dans la catégorie de la droite patriotique, ont en commun de dire que la France qu'on aime est menacée. Mais si elle l'est vraiment, il faut faire taire les divergences et se mobiliser ensemble ! C'est pour cela que j'appelle à un grand rendez-vous des droites à Béziers, du 27 au 29 mai prochain, pour construire un programme de salut public qui pourrait nous rassembler.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par MONEO98 - 13/03/2016 - 09:36 - Signaler un abus analyse interessante

    qui démontre que l'opération énarchique du cheval de Troie est en passe de réussir le bébé chevènementiste va exploser le FN AMEN

  • Par Lafayette 68 - 13/03/2016 - 11:15 - Signaler un abus 100% d'accord

    Robert Ménard voit juste à mon sens : lucidité de la situation, justesse de l'analyse . Les droites patriotes et réalistes économiquement doivent passer au delà des ambitions personnelles. Les leaders des droites cités (j'ajouterais Wauquiez) , s'il sont sincèrement soucieux des Français et de l'avenir du pays doivent faire cet effort.Une sorte de 18 juin des droites responsables s'impose pour 2017. On va voir les sincérités.

  • Par vangog - 13/03/2016 - 11:55 - Signaler un abus En admettant qu'il y ait des convergences souvereinistes

    entre droite Républicaine et droite nationale, et même, avec certains partis de la gauche non idéologique, qui aura le courage d'affronter la classe politico-mediatique, de subir ses médisances et ses mensonges? Personne, à droite, n'est aussi tordu et hypocrite que l'était Mitterrand-le-collabo, pour élaborer un programme commun de droite, et phagocyter, ensuite, ses alliés électoraux d'opportunité...ah si! Il y a Sarko-le-tricheur, mais il est carbonisé par ses mensonges et son aggravation de la France, lors de son mandat ( oui, je sais, le pauvre petit a subi une crise félonne...mais il n'est pas le seul, et les autres ont reformé, eux!). Pourtant, il existe une Politicienne vierge de toute magouille, et de tout échec, qui pourra incarner cette souveraineté retrouvée! Mais elle est encore jeune, et devra, pour cela, vaincre la propagande gauchiste répandue médiocrement dans les Medias, les syndicats et les associations, pour pervertir le jeu démocratique et maintenir en place la noblesse gauchiste et conservatrice...

  • Par Akilès - 13/03/2016 - 12:03 - Signaler un abus Akilès_

    Très sympathique analyse … mais il rêve tant que l' opération "entrisme" des staliniens ex-chevènementistes récemment arrivés au FN (avec le dos mouillé) obérera toutes ces possibilités de bon sens. Qui sont-ils, que veulent-ils ? Finalement, on ne peut rien en tirer : leur argumentaire économique, c'est de la bouillie pour les chats.

  • Par clint - 13/03/2016 - 13:24 - Signaler un abus Pour une fois que je suis OK avec un certain FN !

    Tant que MLP sera sous l'emprise de Philippot rien ne pourra vraiment se faire. J'avais de suite compris, avec plaisir d'ailleurs !, que le FN ne pourrait pas arriver au pouvoir quand j'avais entendu Philippot dire qu'ils abandonneraient l'€ dès les 6 premiers mois. Philippot est au FN ce que l'UNEF, les frondeurs, la "vieille gauche" est à la gauche française (ce qui facilitera, normalement, l'arrivée de la droite). Ils sont sur un très vieux logiciel favorisé par un non-enseignement de l'économie en France qui repose sur une "haine" du capitalisme (hors le capitalisme d'état !)

  • Par Yves3531 - 13/03/2016 - 15:05 - Signaler un abus Au delà des petites chapelles, le pragmatisme s'impose...

    Après 40 ans de socialisme, on est effectivement dans une telle "merde" que le plus grand pragmatisme s'impose et que tout rassemblement avec ou autour: - de Ménard qui souhaite recomposer une vraie droite - de Marion Marechal qui semble souhaiter libérer le FN de ses bizarres dérives neo-marxistes - de De Villiers un vrai gaulliste - de Dupont Aignan un patriote sincère - de Wauquiez une vrai sensibilité de droite - pourquoi pas de Fillon le meilleur programme - ... , pourrait, au delà des chapelles, agréger une grande majorité de français aux sensibilités et pensées proches. Je suis sûr que certains FN "pûrs présents ici souscriraient...

  • Par Liberdom - 13/03/2016 - 17:33 - Signaler un abus Merci Robert

    100% d'accord avec cette analyse frappée du sceau du bon sens qui se situe à l'opposé de toute la faune énarchique qui sévit dans tous les partis et qui imprègne la propagande médiatique.

  • Par Fran6 - 13/03/2016 - 17:38 - Signaler un abus @Menard

    encore une fois, vos témoignages nous rassurent, je suis aussi d'accord avec vos réflexions sur Pillipot, celui là comprend rien à l'entrepreneuriat et ça fait peur et pour finir, je peux servir de témoin pour une chose: mon frère et ma soeur vivent à Béziers et sont très satisfaits d'y vivre, merci pour eux

  • Par Anguerrand - 13/03/2016 - 18:24 - Signaler un abus VOILÀ UN HOMME QUI DEVRAIT ÊTRE À LA TÊTE DU FN

    Avec MMLP et quelques députés LR. Je suis convaincu qu'il serait un excellent candidat mais contrairement à MLP et Philippot il n'est pas de gauche. Seuls des hommes comme eux peuvent sauver la France. Je vois bien MMLP et Ménard tous deux patriotes ( des vrais qui ne louchent pas à gauche comme MLP et Philipot) et ne veulent pas revenir à une monnaie de singe inconnue à l'étranger et dévaluée à hauteur de notre economie de quoi ruiner les épargnants et la France ( dette libellee en €)

  • Par Yves3531 - 13/03/2016 - 21:31 - Signaler un abus @Anguerrand

    effectivement Phillipot enferme le FN dans un isolement sans issue et finalement incidemment fixe et stérilise un électorat au profit de la gauche dont il vient (avec l'aide de certains idiots utiles dont on a un brillant exemple ici ...) cherchez l'erreur !

  • Par Liberte5 - 13/03/2016 - 23:24 - Signaler un abus R. Ménard a un constat juste....

    mais ses conclusions sont incomplètes. Le FN dans sa configuration actuelle et son programme n'a aucune chance d'accéder au pouvoir. Marine Le Pen ne veut et ne peut faire d'alliance. Cela la condamne à un échec en 2017, même avec un bon score. Le jour où elle se décidera à faire des alliances, elle devra accommoder son programme pour le rendre compatible avec d'autres forces de la droite. Hélas , nous n'en sommes pas là.

  • Par Christobal85 - 14/03/2016 - 13:39 - Signaler un abus pour une alliance des droites patriotes

    la droite engoncée dans le politiquement correct maintenu par les médias et les centriste gagnerait à une alliance des patriotes..La seule personne capable de servir de passerelle entre ces deux droites est pour moi Marion Maréchal le Pen.Ce qu'il y a de certain c'est que cette alliance se fera mais quand ? en tous cas la politique de gauche voulue par Philippot est un repoussoir pour les gens de droite et pourtant ils ont un boulevard devant eux..

  • Par Anguerrand - 14/03/2016 - 16:00 - Signaler un abus Aux intervenants au dessus

    Vous avez raison le FN meme puissant ne sera pas elu car il n'aura pas la majorité avec MLP et Philipot de gauche. S'ils sont incapables de comprendre qu'ils ont besoin de la droite pour etre majoritaire ça prouve qu'ils ont un QI médiocres, ou qu'ils ne se sentent pas capable de gouverner en restant dans l'opposition plus beaucoup confortable surtout apres la situation que Flanby va laisser. Une droite oui, mais une VRAIE droite qui n'a pas une economie de gauche ruineuse.

  • Par karbo - 14/03/2016 - 16:09 - Signaler un abus Rien compris

    Ménard veut le soutien d'une droite unie derrière lui pour faire élire la Marine dont il exècre la moitié de la politique.

  • Par Anguerrand - 14/03/2016 - 16:53 - Signaler un abus A Karbo

    C'est bien pour ça qu'il n'a pas pris sa carte au FN, il veut garder sa liberté de penser dans un parti ou 99,9% des frontistes pensent la même chose ( MLP à été élue à ce score) .je souhaite une formation politique avec des gens comme MMLP, Ménard, et les plus à droite des LR. Myard, Ciotti, etc. Aucun parti n'a ce programme et c'est bien dommage. Je ne voterait pas FN avec leurs programme économique débile.

  • Par zouk - 14/03/2016 - 20:14 - Signaler un abus Droite patriote et des valeurs morales

    Quel rêve de voir les différents partis de droite s'unir sur de telles idées. Le FN, se montrant par trop bête sur l'Europe et la vision qu'il a des rapports entre l'entreprise et ses salariés, ne s'y ralliera certainement pas et tant mieux. R. Ménard ne manque pas de bon sens ni de sens politique: un beau succès que cette garde musulmane qui protège les églises de Béziers.Que ne pourrait-il rejoindre Fr.Fillon qui a publié un programme de redressement bien articulé et complet point de départ d'une fédération des droites. Nous n'avons nul besoin d'A.Juppé, ni de Fr. Bayrou dont les opinions sont vraiment trop variables ni de X.Bertrand, ni de NKM, ni de N. Sarkozy qui s'est attiré trop de haines souvent injustifiées.... je m'arrête, ils sont trop nombreux.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Robert Ménard

Robert Ménard a été journaliste et fondateur de Reporters Sans Frontières (RSF).

Président de l'association de 1985 à 2008, il a dirigé un centre d'accueil pour les journalistes à Doha (Qatar) de 2008 à 2009.

Il a été élu en avril 2014 maire de la ville de Béziers

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€