Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 29 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Rester assis devant son ordinateur est dangereux pour la santé (même pour les sportifs)

La sédentarité tue sans bruit : les conclusions scientifiques le prouvent. Extrait de "Danger sédentarité" du professeur François Carré (1/2).

Bonnes feuilles

Publié le - Mis à jour le 26 Novembre 2013
Rester assis devant son ordinateur est dangereux pour la santé (même pour les sportifs)

Rester assis devant son ordinateur est dangereux pour la santé Crédit Reuters

Bougions-nous plus avant que les ordinateurs n’apparaissent ? Cela ne fait aucun doute. La place majeure que les écrans ont prise dans nos vies a fortement réduit notre mobilité. Hommes et femmes confondus, 42 % de la population active passe aujourd’hui plus de 4 heures par jour assise au travail et généralement devant un écran.

Or, il a été démontré que le fait d’être assis devant un ordinateur trop longtemps provoque des problèmes de santé. Et ce, même si l’on fait du sport. Ainsi, en comparant plusieurs groupes de femmes, on a pu mettre en évidence qu’une femme qui passe toutes ses journées devant un ordinateur et fait 3 heures de sport par semaine est globalement en moins bonne santé qu’une femme active qui passe moins de temps devant un écran. Le constat est surprenant et montre combien la sédentarité peut être pernicieuse.

Autre méfait lié à l’ordinateur dans le cadre professionnel : on a pu mesurer la nocivité qu’il y a à rester manger devant son écran pendant la pause déjeuner. On veut se détendre en allant sur Facebook, jouer avec une application téléchargée... Mais en fait, pendant ce temps-là, on augmente sa sédentarité et on dérègle sa façon de manger : rester devant un écran affecte la satiété et provoque rapidement une envie de manger dans l’après-midi. Par ailleurs, on a pu noter que l’utilisation des écrans est souvent associée à une prise alimentaire supplémentaire de 100 à 200 calories (3).

Or, dans le cas de Karine comme pour la majorité des femmes, la prise de poids est un sujet brûlant. Entre 20 et 50 ans, une femme peut voir son poids augmenter de 7 à 8 kilos si elle n’y prend pas garde. La grossesse puis la ménopause sont deux périodes qui favorisent cette prise de poids. Dans le premier cas, les modifications hormonales associées à la grossesse modifient l’appétit et le stockage des graisses. Et ces effets persistent après la naissance des enfants. C’est pourquoi les médecins conseillent de reprendre rapidement une activité physique après l’accouchement. Cela peut passer par de la marche plus ou moins active à une activité plus intense après la rééducation périnéale et un peu plus tard en cas de césarienne ou d’épisiotomie. À la ménopause, avec la baisse des oestrogènes qui accélère la perte musculaire, la prise de poids est également à surveiller, surtout au niveau des cuisses, alors que hanches et ventre s’épaississent. À toutes ces explications physiologiques qui nous rassurent et nous servent souvent d’excuses, il faut ajouter... le laisser-aller. Mais pour l’heure, Karine n’en est pas là et compte bien continuer à rentrer dans son pantalon taille 38 le plus longtemps possible.

TMS et sédentarité, le cercle vicieux

À la banque, le compagnon de bureau de Karine est son ordinateur. Sans lui, elle ne peut plus travailler ! Outre la fatigue visuelle occasionnée, ce n’est pas un scoop de rappeler que travailler devant un ordinateur cause de nombreux troubles musculosquelettiques (TMS). Écrans, claviers, souris... agissent sur nos poignets, nos épaules, notre nuque et le bas de notre dos. Écrans, claviers, souris... tous ces outils modernes qui se sont rendus indispensables peuvent vite se transformer en instruments de torture si l’on n’applique pas les règles de bon usage préconisées notamment par la médecine du travail. Médicalement, le processus des TMS est connu : les gestes répétitifs font souffrir les tissus mous situés autour des articulations. On parle alors d’affections péri-articulaires. Au palmarès des troubles les plus souvent pointés pour ce qui concerne les emplois devant un ordinateur, les maux de dos et les tendinites au niveau des membres supérieurs arrivent en bonne place dans la liste des supplices. Pour y remédier, les entreprises sont de plus en plus conscientes de l’importance de rendre les outils de travail plus ergonomiques. Mais cela ne suffit pas... La Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) a pu ainsi montrer que les TMS représentaient, en 2010, 85 % des maladies professionnelles.

Quelle incidence sur la sédentarité ? Les TMS représentent 9,7 millions de journées de travail perdues en 2010 et des douleurs qui poussent à faire le moins d’efforts possible. Toutes les personnes qui souffrent du dos le disent : elles n’ont surtout pas envie de bouger ! Or, une fois de plus, la sédentarité a un effet pernicieux : renoncer à une activité physique va contribuer à accentuer les douleurs musculaires.

Extrait de "Danger sédentarité - Vivre plus en bougeant plus", François Carré, (Editions Cherche Midi), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par langue de pivert - 23/11/2013 - 11:35 - Signaler un abus Bon j'ferme ! :-((

    Bon j'ferme ! :-((

  • Par Ravidelacreche - 23/11/2013 - 11:42 - Signaler un abus (même pour les sportifs)

    Normal il est médecin du sport ! En revanche il y a cumul des risques en fonction du type de lectures!

  • Par pouik - 23/11/2013 - 15:05 - Signaler un abus Je reste longtemps devant le

    Je reste longtemps devant le pc quand je ne suis pas en cours et j'y suis rarement. En fait quasi tout ce que je prévois de faire ça se passe sur l'ordianateur même si ce sont des choses différentes. Si je connaissais plus de personnes pour faire des sorties, ça m'irait aussi. Quoiqu'il en soit, faudra penser à faire 1 version papier du site ;).

  • Par pouik - 23/11/2013 - 15:06 - Signaler un abus Et désolé de faire augmenter

    Et désolé de faire augmenter la moyenne parcontre je suis plus maigre que gros.

  • Par la vie claire - 23/11/2013 - 15:35 - Signaler un abus Dangereux pour la santé ?

    Oui, peiut-être, se l'on n 'a que l'ordinateur comme seule activité. Mais peut-être est-ce bon pour les neurones ?...................

  • Par FATALITAS - 23/11/2013 - 15:55 - Signaler un abus Il sont modestes parce

    Il sont modestes parce qu'entre 20 et 50 ans il y en a qui prennent non pas 8 kilos mais plutôt 50 kilos.

  • Par LeditGaga - 23/11/2013 - 20:44 - Signaler un abus Conneries...

    Je suis un grand sportif spécialisé dans le lancer d'ordinateur et je reste assis devant ce dernier en attendant que les autres concurrents soient passés... eh bien je ne suis pas gros, enfin pas trop !

  • Par un_lecteur - 24/11/2013 - 00:41 - Signaler un abus Méchants ordinateurs

    Pourquoi les ordinateurs ? Être devant un ordinateur est - il différent que d'être devant une machine à coudre dans un atelier de confection? http://imalbum.aufeminin.com/album/D20120710/863016_5S8P6G77IASPJP41YHM5VCQ6WYQJZH_dsc00249_H103540_L.jpg Peut-être faudrait- il revenir aux machines à pédale, meilleures pour la santé. Et faire des ordinateurs à pédales qui produiraient l'électricité nécessaire. Voilà une idée qu'elle est bonne. Moi j'ai réglé le problème : je ne suis plus assis devant un ordinateur, j'utilise une tablette en étant couche.

  • Par loeïs - 25/11/2013 - 12:53 - Signaler un abus derrière

    Moi, çà ne me concerne pas car je suis assis DERRIERE mon ordinateur!

  • Par cm partners - 25/11/2013 - 13:50 - Signaler un abus Et il sait du grec, Madame, autant qu'homme de France

    Qu'avons nous ici ? Un mire, qui sous prétexte qu'il possède des diplomes et qu'il parle sans doute latin et grec nous présente comme une réalité le vieux délire mystique de la "Bonne santé", comme si cela existait en dehors de l'esprit tourmenté des membres de sa secte. Enfin, pour ce à quoi sert le médecin... tant qu'il ne fait que parler.

  • Par Lennart - 27/11/2013 - 06:09 - Signaler un abus peut être mais quand même moins dangereux que

    devant son iPhone à twitter ou facebooker en conduisant.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

François Carré

Cardiologue et médecin du sport, François Carré est professeur en physiologie cardio-vasculaire à l’université de Rennes 1. Dans son activité clinique quotidienne, il explore les adaptations à l’exercice de sujets sains et malades pour leur conseiller une activité physique individualisée et sécurisée.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€