Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 26 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les Républicains : Laurent Wauquiez affine sa ligne... et creuse le fossé avec l'autre droite

Le Conseil national des Républicains, ce samedi, a été marqué par l’affrontement à fleurets mouchetés entre la droite "plus conservatrice" de Laurent Wauquiez et celle "progressiste" représentée par Valérie Pécresse.

Irréconciliables ?

Publié le
Les Républicains : Laurent Wauquiez affine sa ligne...  et creuse le fossé avec l'autre droite

Changement d'ère chez les Républicains. Laurent Wauquiez, élu à la tête du parti avec près de 75% des voix en décembre dernier, a réuni le premier Conseil national du parti et désigné les membres des instances (Bureau Politique et Commission d'Investiture) qui vont l'entourer. C'est toujours un moment délicat dans la vie d'un parti, car c'est celui où le nouveau chef imprime sa marque, et il y a forcément des promus heureux et des évincés furieux. Si l'ère de l'UMP était déjà forclose en raison des départs ou mises en retrait des fondateurs (Alain Juppé, Dominique Bussereau, Jean-Pierre Raffarin) de ce qui se voulait le parti unique de la droite et du centre, la page Sarkozy est elle aussi tournée même si Laurent Wauquiez a largement puisé dans le programme (préconisé mais non appliqué) de l'ancien président.

Ce premier conseil national a surtout  permis au nouveau chef de clamer "qu'il n'y a qu'une droite". C'est son credo, mais samedi c'était  avant tout  la réponse à Valérie Pécresse venue dire à la tribune qu'il y a "deux droites, une droite plus conservatrice" (celle de Wauquiez), "et une droite plus progressiste" (la sienne), "une droite plus protectionniste et une droite plus ouverte, une droite plus souverainiste et une droite plus européenne, une droite plus rigoureuse et une droite plus généreuse". La présidente de la Région Ile-de-France qui, à l'inverse de Xavier Bertrand, n'a pas quitté LR, tout en prenant ses distances, a créé son propre mouvement "Libres" ; elle est venue solliciter le statut de mouvement associé, ce qui lui a été accordé. Accueillie par des huées, et sifflée à de nombreuses reprises, elle ne s'est pas laissée démonter, mais on a du mal à imaginer une future association fructueuse tant le fossé qui sépare désormais les deux leaders semble grand.

Pour l'heure les militants ont choisi : c'est la ligne Wauquiez qui l'a emporté. Fort de pouvoir rappeler qu'il avait  eu raison avant tout le monde "sur le fossé qui se creusait entre l'Europe et les peuples, les questions identitaires, sur l'assistanat", le nouveau patron de LR a martelé "la droite ne sera plus une "non gauche" La droite doit retrouver sa colonne vertébrale… Nous devons forger le nouveau logiciel de la droite". Pour l'heure, il s'agit essentiellement d'un programme : "le patriotisme économique, en défendant mieux nos entreprises et en fermant notre marché à ceux qui ferment le leur à nos produits... La droite ne doit plus présenter de programme d'augmentation d'impôts, Il faut avoir le courage de sortir des 35h", a-t-il encore ajouté. Dans le domaine social  Laurent Wauquiez  dit non à la solidarité avec les étrangers n'ayant jamais cotisé. Seule différence avec certains programmes de la droite, et notamment celui porté par François Fillon lors de la présidentielle de 2017 : Laurent Wauquiez  rejette un "démantèlement de l'assurance maladie". A ce propos on devine la concession faite au président du Sénat Gérard Larcher qui soutient la démarche du président de LR et  qui avait vainement demandé à François Fillon de réviser son  programme  sur ce point au moment de la présidentielle.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Liberte5 - 28/01/2018 - 15:17 - Signaler un abus Enfin un Président de droite pour un parti de droite!!

    Ce qui ne s'était plus vu depuis bien longtemps. A écouter et à lire les commentaires des médias qui tapent dur sur L. Wauquiez, , la droite is back. E. Macron qui avançait flamboyant sous les applaudissements des médias, et sa mise valeur par la fausse opposition de Mélenchon, va désormais avoir une opposition claire et charpentée. Que la bataille commence.

  • Par Lazydoc - 28/01/2018 - 16:00 - Signaler un abus Surtout ne pas s’exciter!

    La droite est dans les choux; les prochaines présidentielles sont dans 4 ans 1/2. En attendant, Macron est là et comme son mentor, va s’accrocher au pouvoir, comme une moule à son rocher. LW ne gagnera qu’avec un programme renouvelé et des gens plus sérieux que les précédents. Je ne vois ni l’un, ni l’autre. Donc va falloir bosser (et éliminer les gauchistes de droite).

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 28/01/2018 - 16:46 - Signaler un abus Si par malheur il était élu

    Si par malheur il était élu en 2022, Il ferait comme ses prédécesseurs, Giscard, Chirac, Sarko.............. un discours de droite et une politique de gauche !!! Macroléon 1er Empereur de tous les Français fait lui, une politique économique de droite, et une politique sociétale de gauche, Alors, bien que le côté sociétal m'emmerde, le coté économique me convient !

  • Par Anguerrand - 28/01/2018 - 21:02 - Signaler un abus Pour l'instant il est le seul à vouloir arrêter l'immigration.

    Il semble être le plus à droite des hommes politiques ( enfin un qui ne se dégonfle pas sur la question ) . Le FN n'a jamais fait que du bla bla tout en cherchant les gauchistes pour se faire élire, ce qui un comble, ceux ci pour certains retournent à gauche apres la prestation de MLP à la TV. Elle a démontré a des millions de téléspectateurs son inculture en particulier sur le plan économique. Qui mieux que Wauquiez semble le plus déterminé à stopper l'immigration. Macron vient de battre le record du nombre d'entrée d'immigrés en France.

  • Par Tande - 28/01/2018 - 22:47 - Signaler un abus encore quelques efforts

    LW ne doit pas s'effaroucher de quelques caprices d'élus qui s'accrochent à leurs hochets. Les militants sont derrière lui. Une précision: contrairement à ce q'affirme l'article, Portelli et Calan ne sont pas les seuls représentants de leurs courants: ils ont 10 au BP (et en réclament un quart soit 20 sur 80).

  • Par Borgowrio - 29/01/2018 - 14:15 - Signaler un abus Chroniqueurs du pouvoir , préparez vous à manger votre Chapeau

    "Creuse le fossé avec l'autre droite"... C'est quoi l'autre droite ? Macron , Bayrou , Lagarde ?ou les groupuscules de Pécresse , Juppé , Bertrand . Heureusement qu'il assume sa droite . Qu'il laisse les centristes se partager les voix entre eux , ça va pas faire lourd ..

  • Par cloette - 06/02/2018 - 15:20 - Signaler un abus laurent Wauquiez

    C'est le seul qui a le courage de ne pas parler la novlangue .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Anita Hausser

Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003). Elle a également réalisé les documentaires Femme députée, un homme comme les autres ? (2014) et Bruno Le Maire, l'Affranchi (2015). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€