Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 15 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Réguler le prix de l'essence, c'est taxer plus les compagnies pétrolières et moins le consommateur"

Les deux favoris à l'élection présidentielle se sont affrontés mardi sur la nécessité de bloquer ou non le prix de l'essence. Si l'histoire nous enseigne qu'une taxe flottante n'est pas la solution, un meilleur partage des taxes entre producteurs et consommateurs reste possible.

OUI au blocage du prix de l'essence

Publié le

Alors que le prix de l’essence va de record en record depuis le début de l’année 2012, alors que pour les ménages français, la part du budget accordé à l’essence ne fait qu’augmenter, à part François Hollande, aucun des candidats n’a réellement ouvert le dossier des prix des carburants.

La raison est que c’est un sujet périlleux, coincé entre la problématique écologique de long terme et le pouvoir d’achat de court terme. François Hollande avec la TIPP (taxe intérieure sur les produits pétroliers) flottante s’est d’ailleurs pris les pieds dans le tapis, car l’application d’une TIPP flottante serait un désastre pour les comptes de l’État. Elle avait déjà entraîné de fortes pertes sous le gouvernement Lionel Jospin.

Pourtant à l’époque, elle n’était pas une mauvaise idée car le prix oscillait autour de 25 dollars et d’ailleurs, l’OPEP avait fixé une bande officielle de fluctuations du prix du pétrole au niveau international autour de 22 et 28 dollars avec « régulation automatique » en cas de dépassement. Le gouvernement pouvait ainsi aisément fixer un prix pivot autour de 25 dollars et baisser la TIPP quand le prix augmente et l’augmenter quand le prix baisse. Aujourd’hui, il n’y a plus de prix pivot et le prix du pétrole est structurellement à la hausse. Entre 2010 et 2011, il a augmenté de plus de 30 dollars.

Dans le contexte actuel, la TIPP flottante serait donc une perte énorme pour l’État français. Néanmoins, une partie de sa proposition « le blocage temporaire des prix » me semble indéniable dans le contexte actuel pour plusieurs raisons.

Le prix de l'essence quatre fois plus élevé que les prévisions du début du siècle

Premièrement, le marché pétrolier est actuellement sous tension. Le prix du Brent (pétrole brut léger de Mer du Nord) a atteint un record en 2011 avec 112 dollars en moyenne contre 79 dollars en 2010 et 97 dollars en 2008 (année du pic à 148). Surtout que cette année, à la tendance structurelle à la hausse des prix du pétrole, s’ajoute des tensions géopolitiques notamment avec l’Iran : le prix du pétrole pourrait atteindre des records et avec lui le prix de l’essence.

Or pour beaucoup de Français, les dépenses de carburants sont des dépenses contraintes, c'est-à-dire obligatoires pour aller travailler alors même que les français vivent de plus en plus loin de leurs lieux de travail. Cette situation n’est plus tolérable surtout en pleine récession.

Deuxièmement, la composition actuelle du prix du carburant n’est plus valable. Elle l’était pour un prix du pétrole autour de 20-25 dollars. Rappelons que le prix du pétrole entre 1986 et 2000 était en moyenne à 16 dollars et que les prévisions de l’AIE (Agence internationale de l’énergie) en 2000 tablaient sur un prix à 24 dollars en 2010. Aujourd’hui, le prix est quatre fois plus élevé que les prévisions du début du siècle, et les compagnies profitent pleinement de ces effets-prix qui leur ont permis d’afficher des profits en hausse malgré une baisse de leur production.

Par exemple, Shell a un bénéfice qui a augmenté de 54% avec une production qui a baissé de 3%, BP a son bénéfice qui a grimpé de 25% avec une production qui a diminué de 10%, et Total a son bénéfice qui a grimpé de 16% avec une baisse de 1% de sa production.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 28/02/2012 - 10:09 - Signaler un abus Mr Porcher, a-t-il jamais travaillé?

    Car le jour où l'Etat bloquera le prix de l'essence, où ira-t-il acheter son pétrole? Aucun producteur de pétrole ou raffinerie n'acceptera de lui en vendre. Ah, j'oubliais, il pourra toujours l'extraire des schistes bitumineux situés dans le bassin parisien.

  • Par Ravidelacreche - 28/02/2012 - 10:24 - Signaler un abus Thomas Porcher est Docteur en économie

    Ça craint ! Il faut pas être malade de sa bagnole

  • Par Benvoyons - 28/02/2012 - 11:03 - Signaler un abus Il ne faut rien toucher pourquoi?

    C'est l'ouverture à n'importe quoi une fois le doigt dans les rouages et après pour revenir en arrière l'augmentation sera de combien???? 1) Pourquoi pas bloquer le prix du pain le prix etc etc... 2) Cela va permettre de vraiment lancer le marché de la voiture électrique. En location ou à l'achat. Nos constructeurs ni sont pas trop en retard.

  • Par Benvoyons - 28/02/2012 - 11:10 - Signaler un abus Il est même dommage que Porcher ne parle pas du

    lancement plus rapide du marché de la voiture électrique et donc qu'il serait suicidaire d'arrêter le nucléaire maintenant. Il faut au contraire quelques unités supplémentaires en Nucléaire et continuer sur l'éolien, marémotrice,et solaire mais qui ne peuvent tout seul assurer le nécessaire où alors il faudra accepter une nuisance visuelle en France et donc une perte concernant le tourisme.

  • Par Tom Wimloc - 28/02/2012 - 14:35 - Signaler un abus Pourquoi? Comment?

    Visiblement, comme de nombreux lecteurs du site Atlantico, les articles de Thomas Porcher me poussent à me poser 2 questions: Pourquoi lui sur Atlantico? Comment lui docteur en Économie? Cette deuxième interrogation me renvoie à la nullité de la fac française, à son enracinement idéologique... Un jour ça sera considéré comme un crime d´avoir envoyé des jeunes se faire décerveler dans ces goulags idéologiques soviétiques.

  • Par cesar 13 - 28/02/2012 - 19:23 - Signaler un abus credit d impot ?

    Mr Porcher preconise de : "prévoir un crédit d’impôt à partir d’une certaine distance pour ceux qui sont contraints d’utiliser leur voiture pour aller travailler" Encore une mesure qui , si elle etait apliquée - soit encouragerait une fraude massive - soit pour ne pas etre detournéepar les automobilistes necessiterait des controles , des attestations , des paperasses .... donc des fonctionnaires solution très socialiste ....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Thomas Porcher

Thomas Porcher est Docteur en économie, professeur en marché des matières premières à PSB (Paris School of Buisness) et chargé de cours à l'université Paris-Descartes.

Son dernier livre est Introduction inquiète à la Macron-économie (Les Petits matins, octobre 2016) co-écrit avec Frédéric Farah. 

Il est également l'auteur de TAFTA : l'accord du plus fort (Max Milo Editions, octobre 2014) ; Le mirage du gaz de schiste (Max Milo Editions, mai 2013).

Il a coordonné l’ouvrage collectif Regards sur un XXI siècle en mouvement (Ellipses, aout 2012) préfacé par Jacques Attali.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€