Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 18 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Réforme de la justice : les Français ne savent pas trop (dire) ce qu’ils en pensent et ça n’est pas une bonne nouvelle pour le gouvernement

Les études d’opinion soulignent régulièrement la défiance des Français à l’égard d’un système judiciaire jugé compliqué, souvent inefficace ou insuffisamment sévère avec les criminels et délinquants. Elles indiquent également qu’une grande partie des Français sont particulièrement sensibles aux questions sécuritaires, et par conséquent soucieux d’améliorer le fonctionnement de la chaîne pénale.

Incertains

Publié le
Réforme de la justice : les Français ne savent pas trop (dire) ce qu’ils en pensent et ça n’est pas une bonne nouvelle pour le gouvernement

Pourtant, interrogés sur les principales mesures annoncées par Emmanuel Macron concernant sa réforme de la justice (l’exécution des peines inférieures à six mois hors prison, la fin des aménagements des peines supérieures à un an, la création de 1500 postes supplémentaires de conseillers de réinsertion, la création d’une agence du travail d’intérêt général, etc.), les Français témoignent à ce stade d’une assez grande difficulté à se positionner clairement sur le sujet. Dans un contexte extrêmement chargé en annonces de réformes, et où la réforme pénale s’apparente pour beaucoup à un véritable serpent de mer, à un dossier extrêmement complexe ayant mis en difficulté de nombreux gouvernements, les personnes interrogées semblent manquer d’éléments concerts pour mesurer l’efficacité réelle des mesures proposées : « les 5 derniers présidents ont tous annoncé des mesures pour l’administration de la justice, il en est rarement sorti quelque chose de vraiment efficace ».

Sans doute en raison d’une actualité particulièrement chargée, qui a laissé peu de place au débat, les mesures annoncées sur la justice semblent assez mal mémorisées, comme si chaque nouvelle réforme engagée chassait l’autre, sans permettre aux annonces de laisser une trace dans l’opinion, ni de donner lieu à un véritable débat. Seuls la colère et le mouvement des surveillants de prison relatif à leurs mauvaises conditions de travail sont mentionnés à plusieurs reprises par les personnes interrogées, générant l’attente d’une prise en compte beaucoup plus forte : « ça serait mieux créer de nouveaux postes au sein des prisons pour encadrer les prisonniers, plutôt que dans la réinsertion », « une augmentation des gardiens pénitenciers serait plus judicieuse que ce qu’il propose », « ce serait mieux de prendre en compte les besoins du personnel qui travaille dans les prisons avant de se soucier des prisonniers », « je préfèrerais la création de 2000 postes de surveillants de prison ». 

Domine, par ailleurs, un certain sentiment de méfiance à l’égard d’une justice extrêmement lente, dont les peines prononcées paraissent souvent en décalage avec les actes commis (« un violeur va avoir un an et quelqu’un qui va se faire prendre pour téléchargement, 10 ans, il faudrait que les sentences correspondent aux actes, la justice n’est pas assez fiable »)… un problème auquel aucune des mesures annoncées ne tente de répondre selon eux : « il faut essayer des choses mais le problème est peut-être plus profond ».

En outre, il est intéressant de noter que la prison reste, pour une grande majorité des personnes interrogées (même si les sympathisants de gauche sont plus critiques), LA réponse centrale aux problèmes de sécurité du pays - d’où l’accent mis, par une grande partie des répondants, sur l’importance de construire des prisons et de recruter des surveillants. Les peines alternatives, les travaux d’intérêt général (« développer des travaux d’intérêt général conséquents, pas des vacances! », « mais attention, qui va-t-on laisser dehors? »), ou les mesures favorisant la réinsertion sont en général regardées avec une grande méfiance, et ce, bien que beaucoup soient conscients des nombreux échecs du système actuel à réinsérer les détenus une fois leur dette envers la société payée.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 21/03/2018 - 15:32 - Signaler un abus Que voulez vous penser

    d'une justice laxiste, incompétente et détachée du quotidien? Que penser d'une justice idéologique? que penser d'une justice aux ordres? que penser d'une justice qui met plus de 8 ans pour s'exercer? Le jour o= elle prononce sa sentence, les français ne savent même plus de quoi elle parle. Juger à "chaud" est délicat, mais juger "faisandé" c'est pire.

  • Par vangog - 21/03/2018 - 23:00 - Signaler un abus Encore une agence?????

    Ah ben c’est certain! ca manquait aux tous ces apparatchiks gauchistes qui méritent de pantoufler, mais qui n’avaient plus aucune place à prendre dans la centaine d’agence existantes...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€