Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 13 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

A la recherche de la croissance perdue : l'utopie d'une troisième voie française

L'auteur Jean-Louis Caccomo analyse les échecs du modèle économique français et apporte des solutions. Extrait de "Le modèle français dans l'impasse" (1/2).

Bonnes feuilles

Publié le
A la recherche de la croissance perdue : l'utopie d'une troisième voie française

"L’économie ne peut fonctionner sans valeurs morales."

Ce livre est le résultat d’une conviction profonde que, ni l’ignorance des masses, ni le mépris des élites, ne pourront ébranler. C’est la conviction que la société française est victime d’un mensonge destructeur, entretenu par un malentendu dramatique qui tourne à la farce en se présentant comme une espérance. Mais cette espérance est illusoire, l’espérance d’une troisième voie qui nous éviterait à avoir à accomplir certaines réformes et certaines adaptations qui seront d’autant plus difficiles à mettre en œuvre qu’elles seront retardées.

L’économie ne peut fonctionner sans valeurs morales.

Car l’économie est le résultat de choix réalisés par les individus. Plus précisément, l’économie ne fonctionne plus quand les individus ne veulent plus - ou ne savent plus - choisir. Généralement, les individus agissent en référence à des valeurs lesquelles conditionnent leurs préférences. Ces individus sont tour à tour producteurs, consommateurs, épargnants ou encore investisseurs. Ces catégories ne sont pas des classes ou des sectes composées d’individus intrinsèquement différents et en opposition entre eux. Nous sommes tous, tour à tour dans nos vies, consommateurs et producteurs. Cela dépend de la nature de nos choix.

Dans tous les cas, ces choix découlent de l’exercice de notre responsabilité laquelle implique l’acceptation des conséquences de notre liberté.

La liberté est un bien précieux que l’on a vite fait de perdre si l’on se refuse à admettre - et à assumer- les exigences qu’elle impose. La liberté ne se définit pas dans l’absence de contrainte. Un de mes collègues me dit un jour, parlant de notre système universitaire : « nous avons le meilleur système du monde ; car il nous garantit la liberté ». Mais il se trompait. Notre système nous garantit la sécurité de l’emploi qui découle de notre statut, mais certainement pas la liberté.

Nous sommes par rapport à l’Etat dans la situation que sont des enfants par rapport à leurs parents : comme c’est l’Etat qui nous nourrit, il faut lui demander l’autorisation d’agir en toutes choses. Et ce lien puissant permet d’orienter la production intellectuelle des chercheurs. Il n’y a là aucune liberté !

D’une manière générale, soit la société est libre, soit elle est dirigée par le sommet. Il ne peut y avoir de solution intermédiaire. Dans une société totalitaire, l’économie est totalement planifiée et réglementée, la pénurie est sciemment entretenue comme un instrument d’asservissement et l’individu n’a que des devoirs et des contraintes.

Dans une société libre, l’économie résulte de contrats librement passés entre les individus dont les droits sont légitimes et reconnus. L’offre s’ajuste à la demande si les conditions de fonctionnement des marchés sont respectées. Mais, ces mêmes droits impliquent des devoirs, qui sont la contrepartie de l’exercice et de l’épanouissement de notre liberté. Des droits sans devoirs ne sont que de « faux droits », des chèques sans provision. C’est justement le rôle du contrat, et non de l’Etat, que de préciser les droits et les engagements respectifs des parties prenantes.

Extrait de "Le modèle français dans l'impasse" (Tatamis), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 08/06/2013 - 17:06 - Signaler un abus Reconnaître du bout des lèvres que les enseignants

    ne sont pas libres d'enseigner et sont soumis au totalitarisme idéologique de l' état, est plutôt pâle et sans ambition! On sent toute la chape de plomb qui pèse sur les épaules de ceux qui pourraient dénoncer, mais n'osent s'écarter de la voie tracée par la pensée unique! En étendant le système corporatiste des fonctionnaires a la fonction publique territoriale, Mauriy avait, mieux que quiconque, compris le bénéfice electiral que pouvait tirer la gauche de l'élargissement de son socle clientéliste. Pour que les français ne votent plus pour les ayant-droit idéologiques de ces système mafieux de corruption, il faut briser l'omerta et dénoncer! Allons, messieurs les fonctionnaires, dénoncez avec courage le système qui vous fait vivre, mais détruit la France à petit feu!...

  • Par la saucisse intello - 09/06/2013 - 05:43 - Signaler un abus Quand vous êtes....

    dans une ratière, il n'y a QU'UNE voie : Tout droit....et au fond !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Louis Caccomo

Jean-Louis Caccomo est maître de conférences en sciences économiques à l'Université de Perpignan.

Auteur d'un ouvrage sur le développement des industries numériques aux éditions Les défis économiques de l'information (L'Harmattan,1996) et de L' épopée de l'innovation ? Innovation technologique et évolution économique (L'Harmattan, 2005)

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€