Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 30 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

A la recherche de la compétitivité perdue : les propositions du rapport Gallois passées au scanner

Des éléments du rapport Gallois ont fuité dans la presse ce samedi. Pour améliorer la compétitivité, le commissaire à l'investissement recommanderait de baisser les charges sociales de 30 milliards sur deux à trois ans. Il proposerait aussi de réduire la dépense publique et d'augmenter légèrement la CSG et la TVA.

Proposition choc

Publié le

Face à des questions d’importance et urgentes, notre pays a souvent l’art de consommer des débats, des colloques ce qui retarde d’autant la décision publique. Nous étions nombreux à attendre le rapport de Louis Gallois mais coup de théâtre, à peine ses grandes lignes révélées par la presse, le Président Hollande déclare presque martial que « ce rapport n’engage que son auteur ». Par-delà ce hiatus un peu gênant, tentons de comprendre les apports et limites des travaux de Monsieur Gallois.

A grosses mailles, puisque le texte n’est pas encore totalement public, Louis Gallois propose bel et bien un choc de compétitivité étalé sur 2 à 3 ans pour un total de 30 milliards.

Cet allègement de charges se ferait selon la clef de répartition suivante : moins 20 milliards pour la partie patronale et donc moins 10 milliards pour la partie salariale.

De cet allègement de charges, il est escompté un effet favorable sur le prix final des produits et services « made in France » que le ministre Montebourg défend d’ores et déjà au prix de n’importe quel dress-code, là où la question est bien davantage celle du code-barres du produit que l’allure d’un membre du gouvernement de la République française.

Deux questions découlent de cet éventuel futur allègement de charges : sera-t-il effectivement répercuté sur le prix de vente ou certaines firmes ne seront-elles pas tentées de l’incorporer à leur marge bénéficiaire ? Deuxième question, sachant que les salaires représentent environ 30% du chiffre d’affaires des entreprises, la baisse aura-t-elle un effet d’entraînement suffisant pour nous aider à lutter contre la concurrence ?

Le décrochage de nos produits en termes de prix peut être supérieur à la bouffée d’oxygène sensée être apportée par les travaux de Louis Gallois s’ils sont traduits en actes car il semble que le Premier ministre soit hostile aux nécessaires contreparties de l’allègement : un alourdissement fiscal.

Louis Gallois propose en effet d’aggraver notamment le montant de la CSG, de la TVA, des taxes sur le diesel. Autant de mesures compliquées au plan de la symbolique politique sauf à imaginer Monsieur Ayrault devenu le héraut d’une hausse fiscale d’inspiration sarkozyste ( souvenez-vous la TVA anti-délocalisation qui devait entrer en vigueur ce mois-ci ) et d’inspiration rocardienne ( initiateur de la CSG ).

Toujours sur le fond des éléments à notre connaissance ce jour, il faut remarquer et positivement signaler la justesse de l’analyse de Louis Gallois lorsqu’il considère que les mesures à prendre doivent concerner les salaires jusqu’à 3,5 fois le SMIC. C’est pertinent au regard des éléments concrets de la compétitivité qui concernent aussi l’encadrement comme ne cesse de le répéter inlassablement le Président de la CFE-CGC Bernard Van Craeynest.

Parlant de syndicats, le Commissaire général à l’investissement Louis Gallois propose une sorte de « méga-négociation » dont on voit mal l’articulation avec les chantiers de la grande conférence sociale de début juillet dernier.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par nervall - 22/10/2012 - 06:52 - Signaler un abus ce rapport est une farce

    pour un ancien d`EADS qui a souffert de l`euro fort , il n`en parle pas de cet euro aux mains des imprimantes de la zone dollar et de la suisse , qui en fait une monnaie de pouvoir d`ahat et d`import de leurs usines , la france et l`UE est devenu un immense centre commercial pour le reste du monde , c`est l`autisme ou pire interdiction de critiquer ce veau d`or ....????? c`est une farce ce rapport et tout ces debats sur la competivite qui zappe le monetaire

  • Par Ganesha - 22/10/2012 - 07:57 - Signaler un abus Petit Déjeuner

    Il y a un certain nombre de mots à ne plus utiliser en notre présence, parce qu'ils nous provoquent désormais immédiatement colère, nausée et fureur : "croissance", "compétitivité", "rassurer les marchés". Les premières mesures à prendre : nationaliser les banques de dépôts, la seconde : démonétiser la Bourse : désolé pour les petits rentiers qui me lisent en prenant leur café et leurs croissants du matin...

  • Par Guff - 22/10/2012 - 08:44 - Signaler un abus Pschitt!

    Vous parlez d'un geyser à idées! Ces vieilles recettes de diminution des salaires! Car il ne s'agit que de diminuer le "salaire social"!

  • Par JP34 - 22/10/2012 - 09:19 - Signaler un abus Les 35 heures ont été la

    Les 35 heures ont été la première couche de la perte de compétitivité, l’augmentation massive des charges, avec l'étau de plus en plus serré du code du travail , la deuxième, si rien n'est fait en contrepartie pour dynamiser la compétitivité des entreprises, ce gouvernement portera un coup fatal à l'économie de ce pays,.

  • Par Benvoyons - 22/10/2012 - 11:39 - Signaler un abus r Ganesha - 22/10/2012 - 07:57 -comme dit Caton 1° le Fourbe

    cela n'engage que toi.

  • Par heautontimoroumenos - 22/10/2012 - 11:53 - Signaler un abus Il est temps de réécouter l'itv de Cahuzac…

    … du 4/10 dernier sur Radio Classique : le rapport Gallois devait alors être l'alpha et l'oméga de la future politique du gvt, et le ministre du budget considérait comme grossier d'annoncer des mesures avant que ce rapport ne sorte (sous entendu : "nous ne sommes pas comme l'ancien gvt qui faisait semblant d'attendre les rapports alors qu'il avait déjà pris ses décisions…"). Cahuzac se retranchait même tellement derrière ce futur rapport qu'à l'entendre, on se demandait pourquoi on n'avait pas directement nommé Gallois à sa place… Et patatras ! Le rapport sort et rien ne va plus ! @ganesha : ne soyez pas désolé pour les "petits rentiers", à mon avis vous les faites au contraire bien rire avec vos pitreries. "Démonétiser la bourse" par exemple, c'est assez rigolo…

  • Par Tholar - 22/10/2012 - 13:20 - Signaler un abus @ Ganesha

    Tu ne fais vraiment peur à personne, vu les rendements des investissements en bourse ces dernières années. Les vrais rentiers dans ce pays sont les chômeurs, les fonctionnaires et les professionnels de l'assistanat. Tout ça sur le dos de ceux qui bossent dans le privé, avec souvent des heures sup' non payées, des congés rabotés pour finir le travail, du stress et de la pression. Autant de notions qui leurs sont totalement inconnues. Et en plus ces rentiers, avec l'appui du gouvernement, font fuir les seuls qui voulaient bien investir un peu dans ce pays. Aujourd'hui, trouver un business angel pour financer un projet, c'est une vraie galère, je puis te l'assurer. On va tout droit dans le mur. Mais la morale sera sauve : on aura foncé "dans la justice", a-pai-sé. Ouf.

  • Par Tholar - 22/10/2012 - 13:31 - Signaler un abus @ Guff

    Pourquoi la politique familiale devrait elle être supportée par les entreprises, qui n'ont strictement rien à voir là-dedans ? La morale de gauche, c'est beau, j'en suis tout ému - snif , d'ailleurs j'essuie une larme, là - mais au final, ça ne crée qu'une chose : la destruction de l'initiative privée et la course à l'assistanat. Or, ce n'est pas la CGT qui crée des emplois. C'est le patron. Véridique. Pour se faire élire, Normal 1er a piétiné les patrons et les riches, qu'ils confond bien souvent d'ailleurs. La machine ne tournera pas sans eux. Je ne sais pas si c'est moral ou pas, mais c'est la plus évidente vérité. La Grande Bretagne est en train de faire une razzia chez nos créateurs. Le Figaro vient de pondre un papier intéressant. De nombreux avocats fiscalistes expliquent aussi qu'il ne se passe plus un jour sans une demande d'expatriation. Ce n'est que le début. Pour mes enfants, je ferai tout pour qu'ils partent d'ici. Plus d'avenir dans ce pays pour eux.

  • Par laurentso - 22/10/2012 - 13:32 - Signaler un abus @ l'auteur et Atlantico

    Excellent article. Mais à ma connaissance, Edmond Malinvaud est toujours vivant !

  • Par marc auréle - 22/10/2012 - 14:36 - Signaler un abus @ l'auteur

    Il ne faut pas minimiser si vite la question de la pure competitivité prix en disant que 2 ou 3 p cent de prix en moins ne comptent pas au regard d'un différentiel de qualité ou "d'envie" . De nombreux produits sont achetés dans le cadre d'appel d'offres ou de consultation ou , une fois que les propositions ne satisfaisant pas le caheir des charges ont été écartées , le fait de choisir le moins disant est imposé par le réglement de consultation , même si ce n'est que 1 p cent de moins . Et ces consultations portent souvent sur de très gros volumes . C'est le cas pour l'essentiel de marchés publics ou parapublics . De même , les acheteurs pros des centrales d'achats ( privées) donnet souvent à qualité similaire ( je dis bien similaire , pas forcément égale ) la préférence au moins cher , même de seulement quelques centimes ; Et ensuite le consommateur final n'a plus le choix , parce que le produit "un peu mieux , un peu plus cher" - cher à l'achat pour la grande surface , j'entends bien , parce que de toute façon pour le consommateur final , il n' y aura pas de baisse de prix , il y aura gonflement de la marge de la grande surface - ce produit , il ne sera plus en rayon ....

  • Par marc auréle - 22/10/2012 - 14:45 - Signaler un abus @ l'auteur (2)

    C'est pourquoi , assez souvent , non seulement quelques pour cent de moins font une différence visible sur le volume vendu , et même font passer ce volume de 0 à 100 pour cent . Exemple: si vous étes acheteur chez Leroy merlin , par exemple , deux fournisseurs de produits banals , des boulons par exemple . sous conditions les deux marques de boulons soient correctes toutes deux , celle à 10 euros le kilos aura TOUT le marché contre celle à 10,50 euros et pas seulement 5 p cent de marché en plus . quand au consommateur final , il ralera peut-etre de ne plus trouver que du chinois , mais il fazudra bien qu'il prenne cela , parce qu'il lui faut des boulons de toute façon , que l'autre marque ne sera plus en rayon et que de toute façon , dans les autres magasins de bricolage, c'est pareil.... C'est pourquoi , même si ce que vous dites est vrai dans une partie des cas ( par exemple l'acheteur de voiture libre de son choix ) , ce ne l'est pas dans de nombreux autres . D'ailleurs , même l'acheteur de voiture ne maitrise pas le choix des piéces qui composent son audi , par exemple ( de + en + de pieces dans les voitures allemandes sont faites hors allemagne .... )

  • Par marc auréle - 22/10/2012 - 14:48 - Signaler un abus @ l'auteur ( suite et fin)

    et faites moi confiance que pour les acheteurs de ces pièces , deux ou trois pour cent de rabais , ce la compte ( à condition bien sur que la qualité ne soit pas inférieure ) . On retombe dans de problématiques d'achat en quantité faits par des acheteurs pros sur cahier des charges avec procédure de consultation formalisée .... Amicalement

  • Par marc auréle - 22/10/2012 - 14:59 - Signaler un abus @ l'auteur

    Vous avez du comprendre, je pense , que je suis "de la partie" concernant les achats B-to-B ....

  • Par CN13 - 22/10/2012 - 15:05 - Signaler un abus tordus, les infos...

    ce matin, sur BFMTV, un sous-titre écrit que Hollande a renoncé au rapport Gallois. çà veut donc dire que Hollande ne veut pas faire des économies dans ses ministères, municipales, territoriales ni à l'Elysée, non, il préfère taper par des impôts très lourds sur de pauvres citoyens. BRAVO la gauche. On va vomir sur vos chemises très bientôt.

  • Par CN13 - 22/10/2012 - 15:18 - Signaler un abus quand je pense...

    quand je pense qu'à l'époque, la France était l'endroit de tous les rêves, un beau pays avec ses différents bons produits et "savoir-faire" dans chacun de ses départements (hormis la Corrèze endettée par un certain Hollande). Aujourd'hui, la France est envahie, non pas par des gens qui viennent créer... mais qui viennent la détruire. Le "savoir-faire" s'en va ailleurs. Les riches et les entrepreneurs qui donnaient des emplois ne sont plus respecté(e)s. Y a t-il un gouvernement en France ? NON, c'est la CGT avec sa minorité de 3% de populasse qui dicte ce que la pauvre France doit faire pendant que ces syndicats se remplissent les poches, achètent à bas prix dans l'immobilier, ont une voiture avec chauffeur - bref - ils vivent comme des riches qu'ils haïssent. Abhérent, non ?

  • Par nervall - 22/10/2012 - 16:30 - Signaler un abus tous autistes

    personne , même dans les forum ne parlent du probleme de l'euro fort geré par les imprimantes du reste du monde qui subventionnent leurs usines et qui ferment les usines et france et en europe , c'est devenu un continent d'autistes l'europe ? ou des moutruches , mi moutons mi autruches ? effarrant

  • Par vangog - 22/10/2012 - 20:29 - Signaler un abus Un pas en avant, deux pas en arrière, c'est le tango socialo

    D'une équipe de banquignols qui nous pondent, chaque semaine, une réforme sociétales destinée a faire oublier aux moutons bêlants Français, qu'ils sont strictement incapables de prendre une décision économique pour juguler la crise! Même les réformes sociétales, qu'ils sortent comme des lapins de leur chapeau magique, ils sont incapables de les amener au bout, à cause de leurs alliances opportunistes et contradictoires! Les socialos sont victimes de leur trop forte majorité...

  • Par MORVAN58 - 22/10/2012 - 23:25 - Signaler un abus Edmond Malinvaud @Laurentso

    Effectivement Monsieur Malinvaud est parmi nous : mille excuses pour cette erreur et merci de me l'avoir signalée. JYA.

  • Par jerem - 23/10/2012 - 11:27 - Signaler un abus curieux ces commentaires d'avant rapport

    il paraitrait que hollande enterrerait le rapport gallois ? il paraitrait que le service funeraire est organisé par les médias de droite .... "A la recherche de la compétitivité perdue : les propositions du rapport Gallois passées au scanner .Des éléments du rapport Gallois ont fuité dans la presse ce samedi" Sans blague un scanner avec "des" elements qui ont fuité .... il manquerait le deontologique " de sources sûres" Le rapport sort le 5 novembre alors lachez nous les basque d'ici là! on aura l'impression que vous etes journalistes et pas paparazzi

  • Par Max Ardeva - 26/10/2012 - 10:50 - Signaler un abus Et si enfin nous parlions de la motivation de nos salariés ? 3/3

    - Nous n’acceptons pas de payer ce que nous utilisons et la gratuité engendre des comportements conduisant au gaspillage. Si les salaires étaient réévalués de façon significative, ce minimum de participation aux coûts sociaux serait totalement acceptable et responsabilisant. La baisse des coûts serait immédiate. L’augmentation significative des salaires nets augmenterait le gap entre le revenu des gens qui travaillent et le revenu des gens qui ne travaillent pas et serait donc générateur de motivation au travail. Tous ces principes appliqués à d’autres pays non suspects d’inégalités sociales, tels que la Suisse, conduisent à des comportements responsables qui économisent les coûts sociaux, réduisent les charges et augmentent les salaires nets. En conséquence, je suis pour une augmentation significative du salaire net de nos employés prise sur les économies de charges sociales. »

  • Par Max Ardeva - 26/10/2012 - 10:51 - Signaler un abus Et si enfin nous parlions de la motivation de nos salariés ? 2/3

    Pour nos économistes chevronnés qui nous ressassent que le taux de charges sociales en France est de 45 %, il serait bon de leur rappeler que le coût direct généré par une journée de salaire est une charge salariale. En conséquence, les congés font bien partie des charges salariales. Alors une seule question : pourquoi cette fatalité du gap de 40 à 50 points d’écart entre la France et ses concurrents ? Tout simplement car : - Nous ne travaillons pas autant que les autres pays à cause des 35 heures : mieux vaudrait revenir au 39 heures, augmenter les salaires de 10 % et autoriser les congés non payés - Nous ne responsabilisons pas assez nos concitoyens : mieux vaudrait donner par exemple à chaque Français une somme supplémentaire de 500 € par an et ne pas rembourser les 500 premiers euros de frais médicaux sur l’année

  • Par Max Ardeva - 26/10/2012 - 10:51 - Signaler un abus Et si enfin nous parlions de la motivation de nos salariés ? 1/3

    « Le rapport Gallois viendra s’additionner aux précédents rapports et il n’aura abordé à nouveau qu’une question « comptable », à savoir le coût du travail. Et si enfin nous parlions de la motivation de nos salariés ? La vraie source à productivité réside en la capacité de nos salariés à se dépasser. En ce qui concerne les ingénieurs, domaine que je connais mieux, ils sont parmi les moins bien payés des pays développés. Or, sans salaire, pas de considération ; sans considération, pas de motivation, … Nous avons en France une énorme capacité d’économie sur les charges sociales : par charges sociales, j’entends congés, conséquences des 35 heures, sécurité sociale, allocations familiales, coût des comité d’entreprise, délégués du personnel et CHST, … Ces charges représentent entre 70 et 80 % du salaire brut selon les tailles de sociétés, alors qu’elles ne représentent que 30 % dans les autres pays développés, à l’exception de la Belgique.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Yves Archer

Jean-Yves Archer est spécialiste en conseil de haut de bilan. Il dirige le Cabinet Archer et est gérant de Archer 58 Research, une société de recherches économiques fondée en mai 2012.
 
Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'E.N.A, promotion de 1985, et est titulaire d'un doctorat en Economie à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Pour son site, c'est ici.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€