Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

À quoi ressemblerait vraiment la France six mois après l'élection d'Emmanuel Macron ?

Suite à l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, un 3e tour social ne serait notamment pas à exclure dès la rentrée.

Politique fiction - Scénario 2

Publié le - Mis à jour le 5 Mai 2017
À quoi ressemblerait vraiment la France six mois après l'élection d'Emmanuel Macron ?

Arrivé en tête au premier tour, Emmanuel Macron tente aujourd'hui de fédérer le peuple français. Dans le cas d'une victoire du candidat d' "En Marche!", quelle pourrait être la situation du pays à un horizon 6 mois ? Un risque de mouvements sociaux, d'ores et déjà considérés par les syndicats, es- il envisageable ? 

Jean Petaux : Dans le délire fantasmatique de sa qualification pour le second tour, Mélenchon a pensé, pendant toute la campagne du premier tour, qu’il allait convaincre qu’il serait le mieux placé pour battre Marine Le Pen le 7 mai. C’est la raison pour laquelle il lui fallait non seulement se qualifier lui-même mais qu’elle se qualifie elle aussi. Sur ce dernier point, son vœu a été pleinement exaucé. Sur le premier, hélas pour lui, ce qui le concernait directement, il a échoué. Et son dépit au soir du 23 avril, doublé certainement d’une blessure mortelle à son égo surdimensionné, s’est transformé en détestation affichée et publiquement revendiquée d’Emmanuel Macron.

C’est dans la construction intellectuelle de tous les trotskistes qui entourent Mélenchon (Alexis Corbière, Charlotte Girard, Raquel Garrido, etc. mais aussi de Mélenchon lui-même) nourris au "lambertisme" et autres chapelles sectaires qui fracturent la IVème Internationale que de fonctionner sur des exclusions, des procès en sorcellerie et autres anathèmes. "Les trotskistes sont authentiquement des flics" : c’est ce qu’ont toujours considéré les militants du Parti communiste français (à l’époque où il y avait un Parti et des militants) et ils avaient parfaitement raison. Donc, tout occupés à ostraciser Macron, à jouer sur les mots et des slogans minables comme "ni fasciste, ni banquier", les mélenchonistes ont tout simplement allumé la mèche à retardement d’un troisième tour social que les grandes centrales syndicales auront toutes les peines du monde à contrôler…  Là encore l’effet "législatives" va sans doute jouer en faveur d’ "En Marche !" et d’Emmanuel Macron nouvellement installé à l’Elysée. Mais au retour des vacances, la rentrée risque d’être sérieusement agitée. La question n’est pas d’ailleurs de savoir si cette explosion sociale se produira ; elle est plutôt de savoir sur quel projet de réforme et à quel moment ?

Car, en tout état de cause, sauf inversion considérable des courbes et des intentions de votes, on s’oriente plus vers une "mauvaise élection" d’Emmanuel Macron face à Marine Le Pen que vers une élection "60-40". Le plus grand des écarts (hormis le cas exceptionnel de 2002 entre Chirac, 82,21% des suffrafes exprimés et Le Pen, 17,79%) qui a été enregistré pour l’élection d’un président de la République depuis 1965 est l’écart entre Pompidou (58,21% des suffrages exprimés) et Poher (41,79% des suffrages exprimés) en 1969. C’est aussi à cette présidentielle que le record d’abstention a été enregistré au second tour (31,15% des inscrits) et le plus fort taux de bulletins blancs ou nuls (6,42% par rapport au total des votants).

A lire également sur notre site : "A quoi peut-on imaginer que ressemblerait vraiment la France six mois après l'élection de Marine Le Pen ?"

Mal élu, avec une majorité trop faible de suffrages exprimés (aux environs de 55%), mais surtout une grosse proportion de bulletins blancs, Emmanuel Macron aurait, d’emblée, à affronter une critique forte en légitimité. En 2012, rapporté au nombre d’électeurs inscrits, François Hollande n’a obtenu que 39,08% de soutien. Cinq ans plus tôt, Nicolas Sarkozy avait fait un peu mieux (42,68%). Finalement, il n’y eut, dans les neuf précédentes présidentielles, qu’un seul président à dépasser la moitié du corps électoral "théorique", autrement dit la moitié du nombre total des inscrits : en 2002 Jacques Chirac avec 62% des inscrits soit le score incroyable de 77,78% des votants. On voit bien que les présidents sont de plus en plus mal élus en France d’autant que si l’on se rapporte à leur capital de voix initial, celui du premier tour, ils recueillent souvent entre un quart et un tiers des voix du premier tour, pas beaucoup plus. Ce fut à peine le cas pour Emmanuel Macron d’ailleurs le 23 avril dernier (24% des suffrages exprimés, même si c’est beaucoup plus que Chirac au soir du 21 avril 2002 qualifié pour le second tour avec un médiocre 19,88% des suffrages exprimés). Mal élu dimanche soir prochain, Emmanuel Macron aura donc fort à faire dès le mois de septembre pour diriger un pays stressé et profondément divisé…

Edouard Husson : Emmanuel Macron a peu de prise sur ce que Christophe Guilluy appelle "la France périphérique", la France des classes populaires et des classes moyennes en déclin social. C'est "la France d'en haut" que Macron fédère. C'est ce que signifie le ralliement d'une grande partie du PS et des Républicains. On n'avait sans doute pas connu depuis la Révolution française un tel antagonisme de classe: en 1789, la grande aristocratie, le haut-clergé, la grande bourgeoisie appuient à fond l'individualisme, la destruction de tous les corporatismes, l'abolition des barrières douanières, la spéculation financière tandis que le bas-clergé, les classes moyennes et populaires sont - et resteront longtemps- monarchistes et attachés aux protections qui caractérisaient la société d'Ancien Régime. Emmanuel Macron fait penser à ces leaders du Paris révolutionnaire, qui avaient grandi en province avant de rejoindre le chaudron du progressisme ; la différence, c'est que son horizon ne se limite pas à Paris; il s'étend à toutes les grandes métropoles, ces lieux de vie de la "classe créative" dont parle Richard Florida. La différence entre 2017 et 1789, c'est que la "France d'en haut" est aujourd'hui sur la défensive.  Après cinq décennies de désordre monétaire mondial, de dérégulation financière, d'abolition des frontières, il devient difficile de défendre l'avenir radieux de l'hyperindividualisme. C'est pour ne pas l'avoir compris qu'Hillary Clinton a été battue. Macron, lui, sera élu mais, selon toute vraisemblance, le résultat sera plus serré que ce que nous disaient les premiers sondages. Marine Le Pen sera la première force d'opposition. Et comme il est peu probable que la politique qui a échoué avec Giscard et ses épigones (Mitterrand, Chirac, Sarkozy et Hollande) réussise mieux avec ce "dernier des giscardiens" qu'est Emmanuel Macron,  il y a fort à parier que "l'effet Macron" sera de courte durée. Les six mois que vous évoquez, c'est ce qu'ont duré les états de grâce de Chirac (1995), Sarkozy (2007) et Hollande (2012). 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gerint - 30/04/2017 - 11:39 - Signaler un abus Macron sera je pense une calamité

    Inexpérimenté, vaniteux, méprisant les classes populaires, choisi par défaut par une bonne partie de ses électeurs, et haï par une bonne partie de ses opposants et même certains de ses électeurs, considéré comme voleur d'élection, illégitime pour beaucoup à cause des magouilles qui l'ont créé et protégé, il n'aura pas de poids moral. Il étouffera la démocratie pour faire valoir en tout la Commission Européenne, et va donner gu grain à moudre à Marine Le Pen qui ne le ratera pas, et à l'Extrême Gauche. Je le crois grillé d'avance.

  • Par arvensis - 30/04/2017 - 12:27 - Signaler un abus Excellent article de prospective

    Excellent article de prospective qu'on peut ne pas partager complètement mais très sérieusement argumenté. Atlantico a su garder la tête froide dans la tourmente de ces élections malgré des supporters/commentateurs outranciers et violents, véritables boulets pour un journal.

  • Par bd - 30/04/2017 - 12:35 - Signaler un abus Histoire de savoir vraiment...

    Ne vous fiez qu'à la réalité et n'écoutez pas ceux qui manipulent en positionnant EM selon leurs filtres. Si vous n'avez pas de projet ce soir, vous pouvez télécharger le programme d'Emmanuel Macron en PDF et y jeter un oeil à tête reposée: --- https://storage.googleapis.com/en-marche-fr/COMMUNICATION/Programme-Emmanuel-Macron.pdf --- ... Histoire de savoir ce que fera vraiment votre futur président.

  • Par bd - 30/04/2017 - 12:37 - Signaler un abus Les erreurs récurrentes des Média...

    A propos d'Emmanuel Macron et d'En Marche, tous les média se sont tellement trompés... Peut-on encore leur accorder un quelconque crédit?

  • Par vangog - 30/04/2017 - 13:04 - Signaler un abus Union sacrée des patriotes de tous bords contre le collabo

    Macron, pantin du système mondialiste sclérosé et pervers! Avec les souverainistes de Dupont-Aignan, nous partageons presque tout: fin de Schengen et de la dictature europeiste, restauration des entreprises publiques qui fonctionnaient bien avant ultra-libéralisme-socialiste...avec Mélenchon, aussi, nous partageons beaucoup: Pendant que les macronistes ont honte de s'avouer socialistes... les Patriotes et les Melenchonistes s'unissent: "Favoriser les circuits courts, interdire les travailleurs détachés, sortir des traités europeistes, de l'OTAN, de Schengen et des traités de libre-échange! Protectionnisme solidaire, referendum d'inititative populaire, proportionnelle, abrogation de la loi El Kohmry, égalité salariale hommes-femmes, retraite à 60 ans avec 40 annuités, conserver les 35 heures, majoration des heures supplémentaires, baisser l'impôts des Français gagnant moins de 4000 euros/mois, augmentation des petites retraites..." C'est le programme de Marine Le Pen et de Melenchon, et c'est autre-chose que le gloubi-boulga macroniste, faux-nez de Soros, de Flamby-le-menteur, Attila, Minc, Cohn-bandit, Sarko-Le-tricheur, Le Maire...une clique de collabos de l'Allemagne!

  • Par bd - 30/04/2017 - 17:15 - Signaler un abus Ne vous fiez qu'à la réalité...

    ... et n'écoutez pas ceux qui manipulent (très nombreux, ici) en positionnant EM au travers du prisme de leurs filtres. Si vous n'avez pas de projet ce soir, vous pouvez télécharger le programme d'Emmanuel Macron en PDF et y jeter un oeil à tête reposée: --- https://storage.googleapis.com/en-marche-fr/COMMUNICATION/Programme-Emmanuel-Macron.pdf --- ... Histoire de savoir ce que fera vraiment votre futur président.

  • Par Anguerrand - 30/04/2017 - 17:23 - Signaler un abus Ni MLP, ni Macron n'aurons de majorité à l'Assemblee

    et ne pourrons avoir les mains libres. Les LR entre autres se vengeront de ce que la gauche hollandiste- macroniste auront fait pour casser le meilleurs programme, celui de Fillon, le seul qui pouvait sauver notre pays tout en baissant enfin la dette et mettre privé et fonctionnaites à égalité parfaite, ce qui est un scandale surtout quand on sait que l'on demande au privé de payer tous ces privilèges ( régimes spéciaux et fonctionnaires)

  • Par langue de pivert - 30/04/2017 - 17:31 - Signaler un abus Laissons faire la nature ! ☺

    Les Français auront ce qu'ils méritent et mériteront ce qu'ils auront. Au moins avec Macron ils savent où ils vont : il suffit de regarder derrière. Drapeaux du Maghreb et de Turquie sur les Champs Elysée et dans les grandes villes - youyous en prime - le 7 mai au soir. Victimes d'attentats par centaines avec probablement les premiers attentats aux voitures piégées (télécommande ou détonateur islamo-biologique) ; flux migratoire non stop de vermines mahométanes ; renforcement des alliances avec le sultan-dingo pour "protéger nos frontières" ; soumissions aux rois du pétrole avec léchage de babouches ; course en avant de la dette ; fuites des forces vives et des capitaux devant le désordre ; sabotage de l'économie par les syndicats... On en sort pas besoin de faire un dessin ! ☺

  • Par Liberdom - 30/04/2017 - 17:55 - Signaler un abus bd-la télécharge

    Ben non je ne télécharge rien, et n'irai pas voter au 2 me tour. Pour une fois Pétaux de Science Pot dit des choses argumentées (sauf sa haine et son mépris pour Mélanchon qui sont viscéraux) : oui Macron quoi qu'il advienne sera mal élu, oui Macron aura à l'assemblée ce qu'on appellera une majorité mais de bric et de broc. Mais aussi la CGT et son moustachu, qui sont passés deuxièmes aux élection professionnelles (donc devenus encore plus hargneux), préparent dèjà le blocage du pays contre les "réformes"de Macron. Réforme dont la première, déjà en vigueur, s'appelle loi El Khomri, peut à elle seule mettre le feu au poudre dès la rentrée. Et vous pouvez compter sur Mélanchon et Le Pen pour souffler sur les braises. En bref ça va chier !

  • Par l'enclume - 30/04/2017 - 18:35 - Signaler un abus Vite du PK !!!

    Je bois du petit lait lorsque je vois non nombres de journalistes qui commencent à faire au froc. Vous avez torpillé Fillon, vous risquez d'avoir Marine Le Pen. Putain, cela vous ferait les pattes bande d'abrutis.

  • Par Jardinier - 30/04/2017 - 18:43 - Signaler un abus Arvensis,

    A chaque fois que vous intervenez, c'est pour dénigrer les autres commentateurs. Quel intérêt ?

  • Par walchp - 30/04/2017 - 19:17 - Signaler un abus Ultra liberalisme

    J'adore entendre parler de dérive ultra liberale dans un pays ou la dépense publique par habitant est la plus élevée au monde et la fiscalité Idem ( derniers chiffres eurostat) C est tout le contraire d'ou le mécontentememt general Dans l'histoire du monde,les pays à économie socialiste n'ont jamais brillé par le niveau de vie des citoyens.... Ni par leur erudition économique apparament !!!!

  • Par Semper Fi - 01/05/2017 - 09:58 - Signaler un abus @langue de pivert

    Encore d'accord avec vous !!! Une fois de plus ! Si vous en avez marre des youyous, venez nous voir... on vous fera des Mai Tai !!!

  • Par Sangha26 - 01/05/2017 - 12:09 - Signaler un abus Courte vue..

    Il fallait absolument "liquider" Fillon !!!! C'était bien orchestré ! Et la rouerie de Hollande a fonctionné ! Hélas ! Trois fois hélas ! Qui sème le vent récolte la tempête ! On est en plein dedans... Qu'en sortira-t-il ? C'est tout bonnement dramatique pour notre pays ! Petit minet rose n'est vraiment pas aguerri et n'a pas l'air de connaître grand chose à la France profonde qui a l'air totalement oubliée dans ces élections, qu'en adviendra-t-il si c'est lui qui doit présider... Quant à l'autre éventualité, n'y pensons même pas... Aussi : gros, gros dilemme....

  • Par sauvegarde - 02/05/2017 - 05:02 - Signaler un abus P S

    4 ans dans le gouvernement PS !!!devinez la suite

  • Par Beredan - 02/05/2017 - 10:17 - Signaler un abus Comme la Roumanie sous le gGénie des Carpettes...

    Misère organisée , interdiction du Fn , arrestations massives d'opposants, juges déchaînés , discours moralisateurs et anesthésiants , procès multiples pour lèse-Macron , fermeture des églises , remplacement de l'hymne national , impôt sur la résidence principale , élections au scrutin nominal , vote à main levée, prorogation du mandat présidentiel de 10 àns renouvelables deux fois....

  • Par Orchidee31 - 02/05/2017 - 12:23 - Signaler un abus Arvensis, le boulet.....

    C'est vous -

  • Par A M A - 02/05/2017 - 14:34 - Signaler un abus Un quinquennat "MACRON"

    Un quinquennat "MACRON" pourra t'il durer cinq ans? L'enfant est presque mort-né.

  • Par Anouman - 02/05/2017 - 20:15 - Signaler un abus Ressemblance

    Ca ressemblera à la France de Hollande à peu de choses près.

  • Par vangog - 02/05/2017 - 21:31 - Signaler un abus La démocratie assassinée...

    arme du crime: les medias, la Justice (sic)...Le mobile: le pouvoir et l'argent (appris chez Rothschild), Le criminel: ll'adolescent qui ne veut pas grandir...sale gosse, va!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Edouard Husson

Edouard Husson est spécialiste d’histoire politique contemporaine, en particulier de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne. Il est professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (Université de Cergy-Pontoise). Il a été membre du cabinet de Valérie Pécresse, avant d’être vice-chancelier des universités de Paris puis directeur général d’ESCP Europe et, enfin, vice-président de l’université Paris Sciences et Lettres. Il est membre du conseil scientifique de la Fondation Charles de Gaulle. 

Voir la bio en entier

Jean Petaux

Jean Petaux est docteur habilité à diriger des recherches en science politique, ingénieur de recherche, politologue à Sciences Po Bordeaux, grande école dont il est depuis 27 ans le directeur de la Communication et des Relations extérieures. Auteur d’une dizaine d’ouvrages,  il dirige aux éditions « Le Bord de l’Eau » la collection « Territoires du politique » et y a publié en avril 2017 un livre d’entretiens avec Michel Sainte-Marie, ancien député-maire de Mérignac  intitulé « Paroles politiques ».  Parmi ses publications antérieures il a  codirigé aux Editions Biotop, en 2010,  Figures et institutions de la vie politique française.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€