Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 24 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ce qui se cache derrière la difficulté des Republicains à élaborer un éventuel plan B

En dépit des commentaires, rien n'est joué pour François Fillon qui pourrait encore être au second tour et gagner la présidentielle. Pour les potentiels "plans B" en cas de remplacement, cela paraît, en revanche, moins certain.

Que faire ?

Publié le
Ce qui se cache derrière la difficulté des Republicains à élaborer un éventuel plan B

Il est dans la culture de l'ex-RPR, devenu UMP, puis "Les Républicains", de prendre des décisions brusques et apparemment fortes après un échec. Alain Juppé en sait quelque chose : à la suite de la défaite à l'élection législative qui a suivie la dissolution de 1997, il fut sommé, dans la journée qui suivit, de démissionner de la présidence du RPR pour être remplacé, séance tenante, par Séguin  - qui devait ultérieurement démissionner à son tour tant il était peu fait pour ce poste.

C'est sans doute là la marque de la culture chiraquienne.

Chirac ne marchandait pas les gestes brusques et excessifs qui convenaient à son air (apparemment) décidé : appel de Cochin, festival atomique de 1995, retrait du CPE, déjà voté et promulgué.

Nous sommes là loin d'une authentique vision politique, laquelle prend en compte pleinement le facteur temps et donc ne s'arrête pas au premier revers. Churchill disait  : "Le succès, c'est d'aller d'échec en échec sans perdre son enthousiasme."  Les mêmes qui poussent Fillon à retirer sa candidature, et vont peut-être l'y forcer, auraient dit à De Gaulle après Mers-el-Kébir ou Dakar: "Maintenant ça suffit, on rentre à la maison".

En refusant de démissionner, Fillon ne fait pas seulement preuve d'obstination : il démontre ses capacités d'homme d'Etat qui ne change pas de cap au premier revers. Il répond ainsi à ceux qui doutaient de sa force de caractère.

Certes, l'affaire à laquelle il est confronté n'est pas insignifiante, non pas tant sur le plan moral ou judicaire, mais sur le plan politique.

Il reste que la seule solution pour les chefs des Républicains est de continuer à le soutenir car ils n'en ont aucune autre qui tienne.

D'abord, si Fillon s'arrêtait, le préjudice ne serait pas seulement pour lui, mais pour toute la droite et le centre. Renoncer dans les circonstances actuelles à sa candidature serait implicitement reconnaître une gravité qu'ils n'ont pas aux faits qui lui sont reprochés : tous les experts consultés s'accordent à penser que cette procédure finira dans six mois ou un an par un non-lieu, mais entre temps que de dégâts ! Cette reconnaissance de culpabilité ne vaudrait pas seulement pour  Fillon mais pour toute la droite classique et hypothéquait donc lourdement la candidature de son successeur.

Les défections au sein de LR ne plaisent pas à tout le monde, non seulement parmi les partisans de Fillon, mais très au-delà dans l'éventail politique : elles sentent la lâcheté et la traitrise. L'éventuel futur candidat ne devra donc pas avoir été compromis avec cette méprisable débandade.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Maxoplus - 06/03/2017 - 08:00 - Signaler un abus Le matelas mincit

    21, 20, 19 et aujourd'hui 17%. Quand Fillon sera en dessous de Hamon, on rebaptisera Les Républicains, "L'Ordre du temple solaire"

  • Par Semper Fi - 06/03/2017 - 08:27 - Signaler un abus Façon Trump ?

    Le peuple de Droite (la vraie, pas celle de Jucron - Mappé), dont je suis, se plaît à rêver d'une campagne de Fillon, façon Trump, avec ou sans le parti, mais surtout avec un VRAI PROJET. Courage Monsieur, larguez les tocards/trouillards qui font dans leur froc dès les premiers signes de gros temps, et poursuivez sur la ligne que vous vous êtes fixée.

  • Par Bobby Watson - 06/03/2017 - 08:51 - Signaler un abus Fillon va gagner

    @maxoplus : si les sondages décidaient, Fillon n'aurait pas été investi à la Primaire de la droite et du centre, vous avez la mémoire courte... Il y a même un sondage qui donne Juppé vainqueur...alors qu'il ne s'est pas présenté. Comment peut-on être sourd à ce point à la réalité du pays, bienéloignée du "reality show" macronien qu'on vous sert sur les télévisions ?

  • Par cloette - 06/03/2017 - 08:54 - Signaler un abus Bien vu

    Mettre l'accent sur la ligne Clinton, car tout est là , et c'est aussi contre cette ligne que Fillon a été préféré . Cette ligne suivant un axe géopolitique et libertaire déplaisant voire inquiétant .

  • Par lafronde - 06/03/2017 - 11:44 - Signaler un abus Les élus LR devraient coopérer un peu mieux à cette campagne !

    Si tant d'élus LR se sont égaillés dans la nature c'est qu'ils ont renoncé à s'insurger contre les tricheries du pouvoir socialiste et de la Presse progressiste. Le ministère public cible Fillon, et s'immisce dans la campagne électorale. C'est de l'arbitraire et de l'irresponsabilité. La Presse donne plus e place à la procédure contre Fillon, qu'à la campagne présidentielle elle-même. La Presse Audiovisuelle triche, sous l'autorité du CSA, le Ministère public triche, sous la responsabilité du Gouvernement. Chaque dénigrement d'une Presse oublieuse de sa Charte du journalisme, appelle un droit de réponse. Les parlementaires LR doivent défendre le candidat LR !

  • Par Leucate - 06/03/2017 - 12:31 - Signaler un abus La vraie question

    L'élection présidentielle prochaine ne concerne pas que la France, elle a une résonance mondiale du fait de l'affrontement entre deux conceptions diamétralement opposées, l'identitaire ou souverainiste d'un côté et la mondialiste de l'autre. Actuellement, c'est l'idée souverainiste, l'idée de Nation qui marque des points : Poutine, Trump, le Brexit... L'élection de Marine voire même de Fillon pas assez mondialiste serait considéré comme une défaite majeure d'abord dans l'UE chez les eurolâtres. D'où l'empressement du parlement européen de lever l'immunité de MLP qui est une adversaire déclarée pour cette histoire très mineure et minable de tweet avec des photos des exactions de Daesh (notre ennemi ? Notre ami ?) que l'on trouve facilement par google image, j'ai vérifié. Les électeurs auront donc le choix entre le retour à la souveraineté française parmi les nations libres d'un côté, et la mondialisation heureuse de l'autre pour les ravis de la crèche. L'enjeu il est là et pas ailleurs. Etre maître de son destin ou en laisser le soin à d'autres.

  • Par viandapneu - 06/03/2017 - 12:51 - Signaler un abus Trous de mémoire !

    en 2002, aucun sondage, hormis un le 14 Avril, ne donnait moins de 20% à CHIRAC....il a fait 19,8% Aucun sondage ne donnait plus de 14% à Le Pen....il a fait 16.8% Aucun sondage ne donnait moins de 18% à Jospin....il a fait 16,1% Et aucun sondage, bien entendu, ne donnait Le Pen devant Jospin. Si vous êtes assez naïfs pour gober encore cette désinformation organisée que sont les sondages, pensez à ceci En 2017, si les citoyens regardent encore un peu la TV, le moyen d'information privilégié et réellement influent est Internet Le sondages sont faux...Macron n'est pas au niveau réel que vous annoncez. Le Pen est au dessus, et Fillon sera deuxième....la preuve ? Ce qui se passe en ce moment : si le deuxième tour Macron Le Pen était déjà verrouillé, il n'y aurait pas besoin d'essayer de dégommer MLP qui risque d'être trop haut, ni de s'acharner sur Fillon...!!

  • Par eltarzan - 06/03/2017 - 14:12 - Signaler un abus Pompiers pyromanes

    Il semble que les perdants du primaire LR jouent au pompier pyromane.

  • Par ikaris - 06/03/2017 - 16:17 - Signaler un abus analyse de bon sens de Roland Hureaux

    Bon rappel des "fondamentaux" et de vérités un peu plus souterraines (l'affrontement entre les neo-con et les pro-russes) .... en ces temps d'émotion c'est rafraichissant.

  • Par letarga - 06/03/2017 - 16:52 - Signaler un abus letarga21

    Toutes ces misères que les médiats font à FILLON ne vont finir qu'a renforcer sa poppularité. En voila un au moins qui a quelque chose dans son pantalon..... Si j'hesitais en début de compagne. Je suis maintenant tout à fait déterminé à voter pour lui.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Roland Hureaux

Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.

Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes ainsi que de L'actualité du Gaullisme, Les hauteurs béantes de l'Europe, Les nouveaux féodaux, Gnose et gnostiques des origines à nos jours.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€