Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quels sont les éléments de la culture corse qui peuvent favoriser la violence ?

C'est dans un climat tendu que le ministre de l'Intérieur se déplace en Corse pour deux jours. Manuel Valls a déclaré que la violence était "enracinée dans [la] culture" de l'île, provoquant de vives réactions.

Exception culturelle

Publié le
Quels sont les éléments de la culture corse qui peuvent favoriser la violence ?

11 assassinats ont eu lieu en Corse depuis le début de l'année. Crédit Flickr / Le Jhe

Atlantico : Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, est actuellement en déplacement en Corse pour deux jours. Cette visite arrive peu de temps après le 11ème assassinat depuis le début de l'année. Il a déclaré que la violence était "enracinée dans la culture" de  l’île de Beauté. Existe-t-il dans la culture corse des éléments qui favorisent un climat de violence ? Si oui, lesquels ?

Fabrice Rizzoli : Elle n'est culturelle que dans la mesure où le taux de violence des gangsters dépend du taux d'impunité

L'impunité ne se mesure pas seulement avec les peines de prison.

Par exemple, la forte répression du trafic de drogue ne décourage pas les gangsters car les profits sont exponentiels. Il faudrait réguler le commerce des drogues... 

Quelles sont les autres causes de la violence que connaît l'île ?

L'impunité importante dont bénéficie les criminels professionnels corses. J'en veux pour preuve le peu de confiscation sur l’île de Beauté (rapport 2012 AGRASC). Il faut saluer la création en 2010 de l'Agence de gestion et de recouvrement des avoirs saisis et confisqués (Agrasc) qui présente un bilan de 200 millions saisis en 2011 et 700 millions en 2012. C'est la démonstration que lorsqu'on améliore le système cela marche sauf en Corse...

Manuel Valls dit vouloir "mener une action en profondeur" contre la mafia Corse. Comment peut-il s'y prendre ?

Il pourrait arrêter de demander au peuple corse de l'aider alors que c'est à l'Etat de protéger les populations et non l'inverse. En appliquant les moyens modernes contre le crime organisé, il peut devenir l'architecte d'une révolution culturelle.

Quels risques prend-il à évoquer le sujet aussi ouvertement ? Quelles sont les solutions possibles pour palier le problème de la violence en Corse ?

Il prend le risque de devenir le meilleur ministre de la l'Intérieur de la Vème République, en trois points. 1 ) Tout d'abord en restaurant l'indépendance du judiciaire et de l'Etat de droit : 

  • Indépendance des magistrats : la magistrature française n'est pas indépendante car le procureur est nommé par le ministère de la Justice. Il doit donc sa carrière à l'Exécutif. Pour rappel, la France a été condamnée par la Cour européenne des droits de l'homme pour le manque d'indépendance des procureurs.

Il est difficile pour un Corse de faire confiance à un Etat, celui de Montesquieu, qui ne s'applique pas à lui-même le principe de la séparation des pouvoirs, point cardinal de toute démocratie.

  • Indépendance des Officier de police judiciaire (OPJ) sous responsabilité des magistrats : le manque d'indépendance en France touche aussi les OPJ, dépendants de leur ministère respectif qui contrôle leur carrière et les note. Placés sous l'autorité des magistrats, eux-mêmes devenus plus indépendants, les OPJ mèneraient, comme en Italie depuis 1988, leurs enquêtes sans entrave.
  • Un statut de coopérateur de justice : ce statut permet au criminel professionnel de coopérer avec la justice en dénonçant TOUS les actes criminels de sa connaissance et sortir de "l'association criminelle". En contrepartie, l'État allège sa peine de prison et s'engage à protéger le coopérateur et sa FAMILLE !
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Fredricci - 04/06/2013 - 09:53 - Signaler un abus Valls, comme ses

    Valls, comme ses prédécesseurs, viens en corse pour alimenter son actualité médiatique à coups de déclarations choc. La question que doit se poser la population française dans son ensemble est à qui profite le crime pour rester impunie de la sorte depuis des décennies ? Sommes nous si fort sur cette ile ???

  • Par pemmore - 04/06/2013 - 10:56 - Signaler un abus Bien compliqué pour les Corses,

    ils n'ont pas le destin de rester Français, mais n'ont pas les moyens de leur indépendance comme en Bretagne. Alors reste cette souffrance larvée qui se traduit parfois par la violence. Il ne faut pas généraliser.

  • Par gliocyte - 04/06/2013 - 11:42 - Signaler un abus Une action en profondeur?

    Valls , ce petit roquet prétentieux qui ose s'essayer à une action en profondeur.. Pfff! Il n'a de profond que son arrivisme, et son aversion pour les pacifistes. Profondément antipathique, ce petit bras...

  • Par gliocyte - 04/06/2013 - 12:16 - Signaler un abus Les paris sont ouverts.

    Le roquet Valls ou Gaz entre en piste: Officiellement il montre les dents et grogne à la face des Corses, officieusement il va leur apporter plein de cadeaux dans sa hotte, dont des fiscaux, en se courbant respectueusement devant les purs et durs, ce qui somme toute est la seule chose qu'il sache faire et qu'il a bien démontré à plusieurs reprises. Il reviendra ensuite tout fier de lui et de sa poigne, qui est de fait une main fermée sur la manne financière qu'il va leur offrir. Valls? A la niche!

  • Par JLB - 04/06/2013 - 12:55 - Signaler un abus EXCEPTION CULTURELLE

    Les seuls éléments qui favorisent la violence en Corse , sont l'ingérence étrangère qui a commencé avec Gênes et qui continue avec la France et son jacobinisme génocidaire ( voire les vendéens ) des cultures qui ne veulent pas se plier à son universalisme colonialiste ; La Corse et les Corses n'ont jamais demandé à la France de s'installer chez eux et de flinguer leur économie par des lois douanières qui ont enrichi les familles marseillaises comme la famille Fabre ancêtre de la sncm . En effet le destin de la Corse qui a proclamé son indépendance en 1735 , n'est pas de rester française et, contrairement à la Bretagne qui sera toujours liée à paris par ses autoroutes , la corse a beaucoup d'atouts pour larguer les amarres d'avec la France et flinguer Marseille . la Corse a toujours été une terre cultivée et industrieuse et c'est bien la politique carthaginoise appliquée par la France qui a ruiné l'Ile pour la rendre totalement dépendante de la métropole tout en enrichissant une poignée de békés corses qui se gavent sur le dos de la population ; Le système n'est pas nouveau il a toujours existé , mais la France a toujours su ajouté son hypocrisie à sa rapacité .

  • Par gliocyte - 04/06/2013 - 14:01 - Signaler un abus De l'égarement?

    @JLB. On comprend l'attachement viscéral que vous pouvez avoir pour la Corse mais de là à dire que la Corse a des terres fertiles, des ressources industrielles, il y un a pas. Qu'elle ait été la première à avoir insufflé et mis en avant un modèle démocratique en 1735, je peux vous l'accorder mais je n'irai pas plus loin. La Corse a toujours été un pays pauvre, aride, où l'eau manquait terriblement avant que Napoléon ne mette en route une politique d'approvisionnement des villes. De quoi vit essentiellement la Corse aujourd'hui, si ce n'est du tourisme? Décrire la rapacité de la France est un peu trop facile, ou alors pour que le jeu soit égal, dénoncez la rapacité de la Corse à vivre de subventions, d'allocations en tous genres, de privilèges fiscaux. La Corse occupe une position stratégique. Si elle n'était pas française, elle serait vite annexée par un autre pays, pas sur que vous y gagnerez au change. Maintenant laisser la Corse à la Corse ne me choquerait nullement, ce serait même une source d'économie.

  • Par JLB - 05/06/2013 - 00:35 - Signaler un abus PAS SI EGARE QUE CELA !

    Les sempiternels arguments biens rances ! *en 2010 le déficit public de la Corse était de 8% de son PIB , alors que celui de la France métropolitaine était de 7,1% du PIB national soit un écart de 0,9%. la Corse coute , oui mais pas plus que n'importe quelle région française 1% d'écart au regard des conditions économiques qui lui sont imposées . *l'argument stratégique ne tient pas le verrou de la méditerranée c'est Malte entre Sicile et Tunisie : 360km2t 450.000 h , ni fleuve ni rivière ni lacs uniquement des citernes creusées sous La Valette , importe 80% de son alimentation , jeux en lignes pavillon de complaisance , 2 langues officielles , 1 député européen , depuis son indépendance nul n'a songé à l’annexer!!! *La Corse a toujours eu des terres fertiles et n'a jamais manqué d'eau et c'est son dépeuplement qui est la cause de son appauvrissement .A 15 km de la Sardaigne et 80km de la Toscane , la Corse a toujours eu des relations commerciales et industrielles avec son environnement naturel qui n'est pas la France , ni sa culture . *l’ethnocentrisme chauvin vous fait oublier que le dernier bidonville a été rasé sous VGE et nombre de français vivaient sur de la terre battue !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Fabrice Rizzoli

Docteur en sciences politiques, Fabrice Rizzoli enseigne dans différents établissements universitaire, IRIS, Sciences-po Paris et anime le site mafias.fr (analyse au quotidien d'un phénomène complexe). Il a écrit La mafia de A à Z (aux éditions Tim Buctu), qui regroupe162 définitions mafieuses, de A comme "Accumulation du capital" à Z comme "Zoomafia". Il est également président de l'association Crim'HALT qui milite pour une loi en faveur de la réutilisation à des fins sociales des biens confisqués aux criminels. 

 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€