Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 24 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quelques pas supplémentaires vers le gouffre (ou comment la gauche de l'intimidation morale est en train de précipiter les scénarios noirs qu'elle est censée redouter)

A l'occasion des fêtes, Atlantico republie les articles marquants de l'année qui s'achève. En février éclatait le PenelopeGate : rarement l'électorat de droite n'avait été dans un tel état de trouble.

Best of Atlantico 2017

Publié le
Quelques pas supplémentaires vers le gouffre (ou comment la gauche de l'intimidation morale est en train de précipiter les scénarios noirs qu'elle est censée redouter)

Article publié initialement le 10 février 2017

Atlantico : Dans le contexte actuel du PenelopeGate, comment peut-on juger de l'état de tension de l'électorat de droite ? 

Jean-Sébastien Ferjou : Le pic de saturation du PenelopeGate a largement été atteint, un certain nombre d'électeurs de droite ne veulent plus entendre les accusations concernant François Fillon et en sont venus à ne plus rien lire, ni écouter des turpitudes supposées du candidat de la droite.

Pour autant, ils ne sont pas convaincus par les explications de leur candidat, ni même à vrai dire par ses qualités personnelles. On entend d'ailleurs beaucoup, dans les couloirs de la droite, de personnalités s'épancher en off sur la thématique d'un Fillon incontournable par absence de plan B mais dont ils doutent de plus en plus des compétences pour assumer la charge de la présidence de la République. Pire, aux yeux d'un certain nombre de ces "chapeaux à plumes" de la droite, la séquence ouverte par Le Canard Enchaîné a mis en lumière ce que serait un président Fillon par gros temps. Et ce qu'ils ont vu, de l'enchaînement des erreurs de communication à la relative incapacité à comprendre ce qui choque réellement le pays, ne les a pas du tout rassurés.

L'électorat de droite, traditionnellement habitué à résister aux excès d'idéologie ou aux passions, se retrouve de fait dans une posture nouvelle pour lui de rébellion. Jusqu'à présent, à l'exception de chapelles libérales ou souverainistes enflammées, le Front national avait le monopole du vote contestataire ou de la rébellion à droite. Désormais, toute une partie de l'opinion française est en train de basculer dans ce schéma mental révolutionnaire.

Jérôme Fourquet : Plus qu'un état de tension, je parlerais de situation de dilemme ou de trouble qui a saisi toute une partie de l'électorat de droite. Ce trouble peut être résumé en quelques chiffres : si l'on s'appuie sur le baromètre Ifop pour le JDD publié le week-end dernier, 80% des sympathisants LR estimaient que François Fillon avait la capacité à réformer le pays, ainsi que la stature présidentielle. Ces chiffres sont apparus comme stables par rapport à une précédente enquête menée en décembre. Ainsi, le PenelopeGate n'avait pas entamé la capacité réformatrice de François Fillon aux yeux de l'électorat de droite, ni sa stature présidentielle. En revanche, un autre item a été testé au cours de ce baromètre, celui de l'honnêteté : dans ce cas, on est passé de 75% des électeurs de droite le jugeant honnête à environ 50%.

On peut résumer ce dilemme de la façon suivante : l'électorat de droite, qui a massivement adhéré au programme et aux valeurs portés par François Fillon durant la primaire, a cru très fortement que la victoire était possible en 2017. Le PenelopeGate vient rendre ce scénario beaucoup moins possible, plongeant l'électorat de droite dans une très grande perplexité, à la fois stratégique (faut-il garder le candidat Fillon ?) mais aussi morale (pour faire triompher nos valeurs et faire appliquer un programme auquel on croit, doit-on aller jusqu'à soutenir un candidat qui, manifestement, a eu un comportement qui n'était pas irréprochable ?). Tel est l'état actuel de l'électorat de droite, en tout cas de celui qui reste en bonne partie fidèle à François Fillon. Toutefois, une bonne partie de cet électorat semble avoir tranché ce dilemme en soutenant soit Marine Le Pen, soit Emmanuel Macron.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 31/12/2017 - 11:46 - Signaler un abus Les Français ont envie de lire les patriotes FN

    et leurs propositions neuves pour rétablir le statut international et l’identite Nationale française...non pas ces pleurnicheries sur de très vieux politiciens du passé, qui ont tout raté, lorsqu’ils étaient au pouvoir, ou lorsqu’ils tentaient de le conquérir. E.Macron est de la poudre aux yeux pour midinettes faciles à manipuler...bientôt son carrosse se transformera en citrouille, et devinez à qui ira le soulier de vair? À la Cendrillon du FN!...(car le vair est la fourrure bleue et blanche de l'écureuil petit- gris, rouge-blanc-bleu, quand il montre les dents)

  • Par moneo - 31/12/2017 - 12:38 - Signaler un abus prenons le pari..

    lors de la prochaine élection le parti largement majoritaire sera celui de l'abstention.... Entre l'égalitarisme à tout crin, l'invasion migratoire, le refus d 'accepter les conséquences de la ,mondialisation que nous ne pouvons changer, l 'incapacité à reformer l'Europe championne de l'hypocrisie nationale, l'aveuglement des français à vouloir plus de l'état mais à condition que ce soit le voisin qui paie ,l'écrasement de a classe moyenne par la nomenklatura qui nous dirige, les premières conséquences pour le porte monnaie de l'application du mensonge écologique dont Macron s 'est auto proclamé le champion au grand profit du capitalisme de connivence ;comment voulez vous que nous nous en sortions..Prenez tous les partis aucun ne semble comprendre le monde qui est le notre et donc pourquoi aller voter?

  • Par kelenborn - 31/12/2017 - 13:57 - Signaler un abus Fantastique

    Cette fois, il n'y a strictement aucun rapport entre le titre et le "chapeau" des ânes de la rédaction qui est censé porter sur le naufrage idéologique de la gauche et l'article qui porte sur les problèmes de la droite après le Penelopegate! pitoyable!!! Ferjou met il quelque fois son nez dans les commentaires? Mais pas grave, Vangode n'a rien vu! y a du papier, ..il foire et se torche!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Sébastien Ferjou

Jean-Sébastien Ferjou est l'un des fondateurs d'Atlantico dont il est aussi le directeur de la publication. Il a notamment travaillé à LCI, pour TF1 et fait de la production télévisuelle.

Voir la bio en entier

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.

Voir la bio en entier

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€