Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 18 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Quelque part dans cette vie" : c'est excellent, mais ça aurait pu être encore mieux...

Atlanti-culture

Publié le
"Quelque part dans cette vie" : c'est excellent, mais ça aurait pu être encore mieux...

THEATRE

« Quelque part dans cette vie »

d’Israël Horovitz

Mise en scène : Bernard Murat

Adaptation : Jean-Loup Dabadie, de l’Académie Française

Avec Pierre Arditi et Emmanuelle Devos

 

INFORMATIONS

Théâtre Edouard-VII

10 place Edouard-VII

75 009 Paris

Réservations : 01 47 42 59 92

                        www.theatreeduard7.com

Du mardi au vendredi : 21h. Samedi : 17h30 et 21h. Dimanche : 15h30. 

Jusqu’au 6 mai 

 

  RECOMMANDATION

           EXCELLENT

 

>THEME

              Dans sa maison de Gloucester, petite ville portuaire du Massachussets, Jacob Brackish vieillit en solo. On apprend que, pendant de nombreuses années, il a été professeur au collège de la ville. Disciplines enseignées : littérature anglaise et histoire de la musique ; réputation : terreur. On nous dit aussi qu’il va bientôt s’en aller à jamais: son médecin lui a annoncé qu’il pouvait « vivre encore six mois, jusqu’à un an ». Qu’il se fatigue vite, qu’il marche lourdement, qu’il entend mal, ce qui ne l’empêche pas d’écouter la radio, surtout la voix de Chuck Thomas, le présentateur des émissions musicales. 

C’est l’hiver, le froid, la neige, et Brackish se résout à rédiger une petite annonce pour engager une jeune femme autant comme gouvernante que dame de compagnie.

Elle s’appelle Kathleen Hogan, elle a perdu son mari, elle est aussi maladroite que sensible, et surtout perspicace puisqu’elle met à jour et pointe les faiblesses que Brackish s’efforce de cacher. 

Dans cette maison, c’est le temps des faux-semblants et des non-dits; les jours défilent, il y a du règlement de comptes dans l’air. Des silences, aussi. Et même des aveux qui permettront de savoir quel est donc ce grand secret que le vieux professeur a enfoui au plus profond de lui-même…

 

>POINTS FORTS

-La construction dramatique d’une pièce écrite par Israël Horovitz dans les années 1980, et très librement adaptée par Jean-Loup Dabadie, de l’Académie française. Une pièce à tiroirs. Lequel ouvrir ?

-Présentée en France la première fois en 1990 avec le duo Pierre Dux- Jane Birkin, « Quelque part dans cette vie » propose cette fois une autre belle confrontation, avec un Pierre Arditi qui se régale à jouer le bougon et une Emmanuelle Devos aussi brillante en ingénue qu’en diabolique manipulatrice.

-En creux, l’air de rien, une étude de la lutte des classes avec le vieux professeur qui ne manque jamais une occasion de rappeler sa condition sociale à la jeune femme.

-Un décor réaliste et imposant, signé Nicolas Sire, dans lequel le moindre détail est mis en valeur.

 

>POINTS FAIBLES

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Serge Bressan pour Culture-Tops

Serge Bressan est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€