Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 29 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Que dit vraiment la philosophie libérale du "mariage homosexuel" ?

Homosexualité, mariage gay, adoption, filiation : tous les débats autour du "mariage pour tous" vus par la philosophie libérale.

On refait le débat !

Publié le

Une chose est sûre : de manifestation(s) imposante(s) en disputes familiales, d’échanges virulents sur la Toile en débats parlementaires répétés, le mariage homosexuel n’a pas fini d’occuper le devant de la scène publique. Dans le prolongement des réflexions, essentiellement sociologiques et éthiques, de Dominique Reynié sur « le mariage pour tous », le blog « trop libre » revient sur la question, cette fois-ci dans la perspective de la philosophie libérale du droit.

Ce n’est qu’un début…

Car, d’emblée, deux illusions doivent être dissipées : celle des « anti » d’abord qui espèrent encore ébranler la résolution du gouvernement et de la majorité. Or celle-ci est intacte pour des raisons de fond (un engagement ferme du candidat Hollande et une conviction solidement ancrée à gauche) comme d’opportunité (dans un temps difficile où la majorité a besoin de serrer les rangs), lesquelles ne sont nullement méprisables en politique. Celle des « pros » ensuite, qui espèrent que le vote de la loi mettra un point final au débat et que « comme pour le Pacs » on sourira rétrospectivement à tout ce vacarme.

Rien n’est moins sûr, car d’ores et déjà le débat va rebondir en mars lors de l’examen annoncé de la loi sur la famille. Et qu’est ici en jeu, à la différence du Pacs, la question complexe et essentielle de la filiation.

…Continuons le débat !

Faut-il le regretter ? Nullement. Il n’est point de démocratie sans débat, encore moins de démocratie libérale. Il ne s’agit pas ici de simple « tolérance » de principe et autre « correction politique » mais d’une conviction rationnelle argumentée de manière magistrale par John Stuart Mill dans On liberty : la confrontation des opinions est le meilleur adjuvant de la recherche de la vérité et ce, pour trois raisons capitales :

1/ Comment être sûr de la vérité d’une opinion si celle-ci n’est pas confrontée à d’autres ?

2/ La multiplicité des opinions, en étendant le champ des réponses possibles, rend mathématiquement la découverte de la bonne solution plus probable.

3/ La confrontation de mon opinion avec celle de l’autre m’incite à approfondir mes arguments, à enrichir mon information et donc à conforter –ou à modifier en connaissance de cause – mon propre point de vue.

À cet égard toutes les attitudes, trop fréquentes et également répandues dans les deux camps, consistant à interdire, écourter ou confisquer le débat, sont par définition liberticides. Pour ne rien dire des postures méprisantes et des insultes pures et simples, dont les médias sociaux se font trop complaisamment l’écho.

« Les hommes naissent libres et égaux en droits »

Dans un tel débat, quelle pourrait-être dès lors, une position inspirée par la tradition libérale ? Sans doute les grands penseurs de celle-ci ne sont-ils pas prononcés sur la question du mariage homosexuel. Et ce, pour une raison historique compréhensible : dans le processus d’émancipation continue qui marque les sociétés modernes depuis plus de deux siècles, cette revendication ne pouvait venir qu’après bien d’autres : celle des esclaves, des pauvres, des femmes…et des homosexuels eux-mêmes, mais qu’il importait d’abord de protéger contre une terrifiante et meurtrière homophobie. Dès la fin du XVIIIe siècle, Bentham, dans Offenses against oneself (1785) a fait le catalogue des « arguments » homophobes et leur a réglé leur compte ; et de telle façon que ce livre mériterait d’être lu par tous, tant il est vrai que de tels « arguments », à commencer par ceux tirés de « la nature » ou de « l’ordre social », sont encore couramment entendus sur la place publique (et plus encore, privée !).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Gengis - 27/01/2013 - 10:16 - Signaler un abus Voila qui élague ...

    Article pertinent et raisonné. Raisonnable ? Je retiens de cette lecture qu'en effet il est (juste et) bon de dissiper les procès d'intention, la démagogie, le ressentiment, la passion pour mieux envisager le fond, éclairé par une vision libérale sinon du monde dans son entier du moins des faits ; aussi, qu'il est d'autant plus paradoxal d'opposer une liberté bleue à une fraternité rouge quand on se dit tenant mordicus de la première. Soit. Le problème, ainsi remis en perspective, reste moins celui du mariage "pour tous" que celui de l'adoption par un couple homosexuel. Je pense n'avoir pas (encore) assimilé les implications de cet article pour envisager, libre de tout faux-fuyant, la légitimité -- là on l'envisage par opposition à la légalité - d'initier le départ d'une vie nouvelle sur la base d'un libéralisme qui entend écouter la raison mais peut du coup rester sourd à ce qui dépasse la raison : la vie de l'autre en ce que nous pouvons en être responsable. Ainsi inévitablement se pose la question, aussi, des limites de la politique, celle de la "vie de la cité". La spiritualité serait escamotée ?

  • Par carredas - 27/01/2013 - 10:19 - Signaler un abus Quel droit...?

    " À cette égalité des droits, fondement même du libéralisme, comment le mariage, l’un des droits civils de base, pourrait-il donc déroger ? Mais le mariage n'a jamais été un droit. C'est la plus ancienne des institutions, qui avait pour fonction d'organiser juridiquement la famille. Les systèmes juridiques n'ont fait que reprendre l'existence de cette institution et l'organiser. Et pourquoi le mariage aurait-il été un droit puisqu'il concerne les couples ayant vocation à fonder une famille sans exception. Deux personnes de même sexe ne forment pas un couple ( qui nécessite mâle+femelle ) mais une paire. Faire du mariage un droit est le biais choisi par les représentants de communautés gay pour introduire la discrimination là où elle n'a jamais existé et obtenir un mariage entre personnes du même sexe. M.de Voogt exprime un avis favorable au mariage et à l'adoption, c'est son droit. A une artificielle égalité des droits j'aurais préféré une réflexion sur le rôle du mariage quand un sur deux débouche sur un divorce quand tous les enfants légitimes ou non ont les mêmes droits, quand existe l'union libre. Ce mariage là a-t-il encore une fonction sociale ?

  • Par General3Gaulle - 27/01/2013 - 10:49 - Signaler un abus Le liberalisme a travers le mariage gay on s'en bran...

    Si on doit faire une critique du liberalisme c'est certainement pas a travers le mariage gay mais a travers le naufrage économique auquel il nous a conduit. c'est la que on mesure que partout la gauche liberale libertaire qui est soumise a l'oligarchie financiere et qui ne s'attaquera pas a ses maitre vient nous enfumer avec le mariage gay. Ensuite quand je vois les PROS et les CONTRE defile pour le mariage gay... mais j'avais de leur dire je vous attend pour manifester contre l'oligarchie financiere... manque de bol ils le feront pas vu l'état de lobotomisation auquel la presse se livre dans notre pays... Quand je vois une personne de 50 ans qui a jamais manifester de sa vie oser descendre dans la rue en pleine crise économique contre le mariage gay et pas contre l'oligarchie financier;.. y'a vraiment quelque chose qui tourne pas rond..mais jusqu'a quand ? et quel en sera le retour de maniverlle pour les journalistes et les elites politiques qui tapinent pour l'oligarchie financiere... Continuer le cafe philo sur mariage gay... pour moi un homo qui s'assume est un homo qui integre qui peut pas se reproduire et qui doit pas traffiquer la nature.. logique écologique !

  • Par ouam - 27/01/2013 - 11:15 - Signaler un abus Simplisme

    En tant que liberal, j'estime que votre vision est parfaitement reductrice. Le mariage n'est pas un droit civil, mais une institution. Un tres grand nombre de personnes n'ont pas le "droit" de se marier : polygames, incestueux, mineurs... En tant que liberal vous devriez d'ailleurs avoir froid dans le dos a l'idee que l'Etat se mele du simple amour des personnes fut-ce par la creation d'un droit : c'est contre cette ingerence qu'il faut lutter dans tous les pays qui se permettent de criminaliser l'homosexualité! Vous confondez liberalisme et individualisme, interdisant ainsi aux individus la liberté de choisir un engagement contraignant pour eux-memes en assujettisant totalement cet engagement à l'individu.

  • Par totor101 - 27/01/2013 - 11:28 - Signaler un abus droit ?

    Quelle signification choisir ? - j'ai le droit de............ - mon action est conforme au droit ! Je pense sérieusement qu'il faudrait enrichir notre vocabulaire. . Annexe texte de 1735... mieux que la déclaration des droits de l'homme qui en a plagié une partie.... "Tous les hommes sont crées libres et égaux. La différence des conditions ne vient que de la fantaisie, de la vanité, de la cupidité ou de la violence des hommes" A méditer !

  • Par Ravidelacreche - 27/01/2013 - 11:36 - Signaler un abus « Les hommes naissent libres et égaux en droits »

    Compte tenu du contexte actuel l'interprétation à la "lettre" est de fait discriminante. :o))

  • Par Cepatoufau - 27/01/2013 - 12:00 - Signaler un abus Ouvrir des portes ?

    Merci pour votre article qui liste bien les différentes discussions qui s'entrechoquent dans ce débat... et une fois de plus, pour noyer le poisson (et le votant de quotient intellectuel moyen que je suis), pour faire passer une chose, on mélange tout dans un gloubiboulga qui fait ressortir les extrémisme. Les partisans à l'origine du mariage pour tous font partie de cet extrémisme et ont mis leur cagoule de libéraux vertueux et inattaquable : qui peut attaquer l'amour et la liberté ? Je suis contre ce débat, sa forme, son déroulement et par voie de conséquence contre le Mariage pour tous. Nous sommes tous différents, au-dela des genres masculins et féminins. C'est la force d'une société de définir (et éventuellement de légaliser) certaines règles de bien vivre pour tous. Que moins de 1% de la société (chiffres scientifiques et sérieux disponibles partout sur internet) : les personnes homo ou bisexuelles (une seule de leurs nombreuses caractéristiques) définissent les règles de bien vivre ensemble des +99% restantes me parait un bien mauvais exercice de démocratie. La tolérance des sexualités différentes est probablement un progrès social. Dissoudre la famille ne l'est pas. Bon w

  • Par Cepatoufau - 27/01/2013 - 12:09 - Signaler un abus La suite ...

    Pour compléter "avec quelques pas de recul" sur la situation... A ce jour, le mariage est l'union de deux personnes de sexe différent, majeures, non affiliées directement. Le débat en cours vise "au nom d'une vrai égalité" à enlever "sexe différent". Finalement ce débat manque de profondeur et d'ambitions. Réduisons le mariage à l'"union de plusieurs personnes". Pourquoi alourdir le texte avec d'autres termes tels que : deux, majeures, non affiliés. C'est aussi pour cela que je suis contre ce projet de loi : manque d'ambition. Légiférer n'est pas tolérer. Cela fait des siècles que des gens bien ou mal intentionnés veulent imposer leurs idées par des lois : républiques islamiques, déficit du budget de l'état, ... La raison retrouvera sa place .... un jour.

  • Par sheldon - 27/01/2013 - 12:12 - Signaler un abus La France est tout sauf libérale, malgré les Lumières !

    Le centralisme qui a à la base de la France depuis les premiers rois a un ennemi : le libéralisme. La révolution française fut sanglante et dramatique. La Fayette a toujours été perçu par les sanguinaires, les Robespierre tant aimés par certians encore aujourd'hui comme un traitre. Notre culture catholique, religion s'il en est ultra centralisée, nous éloigne aussi de tout libéralisme, plus "protestant" Les avancées sociétales en France ont été faites par l' UDF, grâce notamment à VGE. Lê même conservatisme, de gauche comme de droite, implique ce "modèle soieto-économique" français qui est en train de faire plonger le pays dans un goufre d"où il ne pourra plus sortir, car "nous ne sommes pas seuls", même si à gauche comme à droite on refuse la globalisation, dite, c'est tout dire !, mondialisation en France !

  • Par simplicissimus - 27/01/2013 - 12:17 - Signaler un abus Et la polygamie et la polyandrie?

    On ne voit pas non plus dans la philosophie libérale, ce qui permettrait de s'opposer à la polygamie et à la polyandrie. Quel tort des polygames causent-ils aux autres dès lors que leur union est volontaire et repose sur la base d'un consentement mutuel? C'est d'ailleurs au nom des grands principes libéraux que vient d'avoir lieu au Brésil le premier mariage à trois, le "trouple" qui commence à être revendiqué par certains cercles libertaires. Mais pourquoi s'arrêter à trois? Disons-le franchement : rien dans la philosophie libérale ne s'oppose au mariage à dix ou à vingt. D'ailleurs, on peut même considérer que le libéralisme n'est finalement que l'extension de la philosophie de la partouze au domaine de l'économie et du commerce : "plus il ya de partenaires et plus c'est profitable pour tout le monde. On ne peut donc que féliciter Christophe de Voogd pour sa superbe démonstration : Oui, le mariage homosexuel est par essence de nature libérale. Par contre, dieu merci, rien n'oblige personne à être libéral...

  • Par vangog - 27/01/2013 - 13:23 - Signaler un abus Le débat mérite mieux que ce raccourci rapide et fallacieux:

    "Être libéral, c'est être forcément pour le mariage pour tous", et l'usage de la caricature "être contre le mariage pour tous, c'est être homophobe", montre trop que le point d'arrivée de De Voogt est aussi le point de départ de sa réflexion! Cette très ancienne tare des professeurs de Sciences po, qui consiste a partir de la conclusion pour faire sa démonstration est un héritage du Marxisme... Un vrai libéral eut pesé le pour et le contre, qui ne manquent pas d'exister a l'intér de chaque individu, microcosme des évolutions de notre société. Et surtout, un libéral aurait évité d'utiliser ces deux outils ébréchés que sont l'amalgame et la caricature, qui corrompent le débat et le font ressembler a une revendication minoritaire surannée. La France est tellement handicapée et paralysée par ces revendications minoritaires surannées, qui ne font qu'opposer les Français et alourdir inutilement le mille-feuille législatif, qu'on se demande s'il n'eut pas été plus opportun pour l'état, de réformer un PACS qui a été mal ficelé ( lui-aussi...) et ne remplit pas son objectif premier qui était déjà, à l'époque, l'Egalité!...

  • Par Otto di Dakte - 27/01/2013 - 13:39 - Signaler un abus @ simplicissimus

    Vous avez raison au moins sur un point . Sur la relation entre époux. Rien ne s'oppose à mon sens à ce qu'on limite le nombre. Pour quelle raison empecherait-on des gens de se jurer fidélité, assistance et héritage ? Il n'y en a aucune . Sur le mariage homo, je ne vois pas d'arguments de principe pour les empecher de vivre ce qu'ils sont. Sur la question fiscale. Là c'est discutable. Les avantages que peuvent conférer le mariage, ne se justifie à mon sens que si le mariage assure le renouvellement des générations. Sur la question religieuse. Je pense qu'il faudrait dissocier le mariage religieux du reste. On pourrait ainsi se marier religieusement, ce qui engagerait les croyants devant leur Dieu, sans l'etre necessairement devant la loi. Ou inversement. Sur le plus important à mes yeux. Les enfants. Je n'ai pas d'avis de principe. Ni de retour d'experience sur la question. Mais je suis certain qu'elle doit etre dissociée du reste. Il faut interdire l'adoption chaque fois qu'elle est contraire à l'interet de l'enfant. Je ne prejuge pas de l'incapacité des homo (ou trouples :) à elever des enfants. Laissons ça à ceux dont c'est le métier.

  • Par Otto di Dakte - 27/01/2013 - 13:45 - Signaler un abus En conclusion

    Je pense qu'il faut supprimer le mariage civil. Laissons les gens se jurer fidelité (ou pas), assistance (ou pas), et héritage (ou pas) s'ils le souhaitent en étant aussi nombreux qu'ils le souhaitent, en melangeant les sexes (ou pas). Sur la fiscalité. Seul les couples assurant le renouvellement des generations devraient profiter de la manne publique. Sur la religion. Chaque religion décide. Elle ne peut plus etre frustrée qu'on "l'imite" puisque le mariage civil n'existe plus. Sur les enfants. Le plus important. Il faut des services sociaux de qualité. Ils doivent agir dans l'interet de l'enfant exclusivement. IL y a mon avis des couples homo tout a fait capables d'elever des enfants. Enfin en tout cas je ne prejuge pas. Les professionnels devraient etre prudents, assurer un suivi serieux, mais laisser ceux qui le demandent faire la preuve de leur serieux, dans exclusion de principe.

  • Par Otto di Dakte - 27/01/2013 - 13:47 - Signaler un abus precision

    si on supprime le mariage civil , on autorise des contrats privés d'assistance, fidelité et heritage, à la manière du pacs. Sans plus d'effet que cela. Donc rien sur le plan fiscal, adoptif ou religieux.

  • Par CN13 - 27/01/2013 - 13:59 - Signaler un abus Avez-vous remarqué ???

    on ne voit plus le titre "mariage pour tous" mais bien "mariage homosexuel". Hollande doit se méfier de ce qu'il croît avoir été "élu" grâce à son 31ème dans son fameux programme. C'est faux. Il a été "élu" grâce à l'anti-sarkozisme des journalistes et médias à force de lavage de cerveau. Concernant le "mariage homosexuel" : demandez donc aux enfants du couple Hollande QUI sont réellement leurs parents, sachant toutefois que Hollande est leur père biologique et Ségolène Royal leur mère biologique. Qu'en serait-il s'ils n'étaient les enfants de "personne" ? ils feront comme tous les enfants à la recherche d'identité, ils rechercheront automatiquement leurs vrais parents biologiques. C'est exactement ce qui se passe aujourd'hui avec les enfants qui ont grandi.

  • Par Otto di Dakte - 27/01/2013 - 13:59 - Signaler un abus @ Cepatoufau

    je crois que c'est plus que 1%, mais de l'ordre de entre 1 et 10%. http://fr.wikipedia.org/wiki/Homosexualit%C3%A9 Je crois que pour les homosexuels eux memes la question n'est pas toujours tres tranchée. Est-ce l'acte ou la pensée qui définit l'homosexuel ? Où rangez vous les bi-sexuels ?

  • Par Otto di Dakte - 27/01/2013 - 14:02 - Signaler un abus @CN13

    le "mariage pour tous" est une escroquerie intellectuelle socialiste (une de plus). S'il était vraiment pour tous, il le serait pour tous. Or je ne peux pas me marier avec ma soeur, mon chien, ou ma bande de copains. Donc ça n'est pas pour tous. C'est juste un outil electoral socialiste. J'espere que les gens et notamment les homosexuels en ont conscience.

  • Par prochain - 27/01/2013 - 15:01 - Signaler un abus Hollande va se rendre compte que c'est risqué électoralement

    Tous les sujets secondaires devaient masquer son incapacité à régler les vrais problèmes et surtout diviser les Français pour régner vont tourner contre lui. Parler de "pédagogie" c'est prendre les citoyens pour des imbéciles, il se croit encore premier secrétaire du péesse, il est conscient qu'il n'est pas le président de tous les Français. Le changement c'est maintenant ou jamais ne vous déplaise il a tous les pouvoirs.

  • Par Terranostra - 27/01/2013 - 15:19 - Signaler un abus Hollande victime de sa fascination de Sarkozy.......

    La preuve: lui aussi divise les Français sur des questions fondamentales sociétales et finalement identitaires. On dirait qu'ils se sont donnés le mot pour détruire ce peuple. Mais qui est à la barre du France ?

  • Par The_Wizard - 27/01/2013 - 15:37 - Signaler un abus @ simplicissimus

    quand vous dites: "par contre, dieu merci, rien n'oblige personne à être libéral"; vous pouvez comprendre que seuls les libéraux vous reconnaitront cette liberté ;)

  • Par Cepatoufau - 27/01/2013 - 15:51 - Signaler un abus Proportion de non hétéro

    @ottodidakte Mes sources ne sont pas sur Wikipedia qui, vous le savez certainement, est libre de rédaction et de commentaires. D'autres sources scientifiques signalent entre 0,5 et 1% selon les études et ... pardonnez ce rapprochement purement scientifique, font même l'observation que chez d'autres mammifères ces chiffres se confirment. A l'intérieur de cette proportion, ils ne font pas état de bisexualité ou de ceux qui font joujou avec des objets. Probablement un manque de rigueur scientifique et peut-être même une autre loi à prévoir ! Je vous rappelle que les chiffres qui circulent régulièrement dans les medias sont 15 à 20%. Même dans le Marais, je pense que la proportion est inférieure. Pour conclure, un pro mariage a quand même eu le culot d'expliquer que si les gens sont majoritairement hétéro c'est à cause de l'infame pression que leurs parents, "étroitement enfermés" dans leur hétéro sexualité, leur faisait subir. Il est vrai que 15 à 20% des enfants de couple homo sont homos. 50% d'entre eux terminent chez un psy. Bon we

  • Par vangog - 27/01/2013 - 16:22 - Signaler un abus @cepatoufau Je ne connaissais pas ces chiffres d'homosexualité

    chez les enfants eleves par des couples homosexuels, ce qui prouve que la liberté sexuelle est, elle aussi, menacée! Et comment s'en étonner, alors que la liberté de conscience et de vote ne sera pas admise aux députes Socialistes, lorsque sera venu le temps de voter cette loi censée améliorer les libertés publiques( sic)... Autres chiffres: 300.000 visiteurs et plusieurs millions de téléspectateurs pour l'arrivée de François Gabart aux Sables Le ministère de l'information étudie un projet de loi pour que les chaînes TV privées et publiques soient obligées de retransmettre les manifestations pro-mariage gay en intégralité! Les chiffres de la manifestation sont activement étudiés au ministère...

  • Par Caroline - 27/01/2013 - 16:26 - Signaler un abus Mariage gay : "le gouvernement s’est fourvoyé"

    Mariage gay : "le gouvernement s’est fourvoyé" http://www.dailymotion.com/video/xx121b_mariage-gay-le-gouvernement-s-est-fourvoye_news#.UQVA7_J4_g1 Pour Sylviane Agacinski, philosophe et femme de Lionel Jospin, il fallait séparer mariage et adoption. Plus d'infos sur www.europe1.fr

  • Par simplicissimus - 27/01/2013 - 16:29 - Signaler un abus The_Wizard

    Cher monsieur, vous vous trompez, pour me reconnaître le droit de penser ce que je pense, il n'y a nul besoin d'être libéral, il suffit d'être démocrate! Les démocrates reconnaissent d'ailleurs aux libéraux le droit de l'être. Bien à vous.

  • Par Otto di Dakte - 27/01/2013 - 18:52 - Signaler un abus @ Cepatoufau

    Je ne conteste par vos chiffres, mais dans ce cas, donnez vos sources. La proportion d'enfants d'homo qui finissent chez un psy peut avoir d'autres causes que l'homoparentalité. Par exemple, le comportement de l'environnement exterieur. Enfin ces chiffres doivent etre confrontés avec les parentalités normales, qui à mon sens, créent elles aussi des turpitudes parfois. Il est donc necessaire de connaitre vos sources pour reflechir sur les chiffres que vous donnez.

  • Par ClairdeLune - 27/01/2013 - 20:30 - Signaler un abus Et que dit la philosophie sur le rectum???hein!!

    C'est vrai!!soit l'Homme est le fruit de notre Sainte Mère la Nature,soit il est le fruit de Dieu.Donc,l'un des deux est le créateur de l'homme ainsi que de son rectum...Le rectum humain est tapissé de nerfs sensitifs comme ceux du vagin de la femme mais en version 15 fois plus. Comme je dis,c'est pas fait pour décorer les sapin de Noel...Et ce qui prouve que l'homosexualité est en harmonie avec la Nature ou Dieu. "Les homophobes sont les extrémistes,terroristes de "l'Hétérologie"...c'est à dire des arriérés qui feraient honte à nos frères des temps lointains,où l'Homo chassait le Mammouth avec ses frères Hétéros...C'était l'époque,où Dieu n'existait pas encore,ni Atlantico.

  • Par Cap2006 - 27/01/2013 - 21:46 - Signaler un abus il n'y a pas de pensée libérale en France...

    Et je trouve cela dommage. Je rejoins l'auteur sur l'incompatibilité entre se dire libéral et s'opposer au mariage homo, et à l'homoparentalité. notre société n'est plus à l'époque où la richesse d'un pays se comptait en bras pour remuer la terre ou servir de chair à canon. La société reconnait le mariage comme une structure sociale propice à fonder un foyer, avec ou sans enfant. Elle lui accorde un ensemble de droits et de devoirs, garantissant secours et assistance, protection face aux aléas de la vie... Beaucoup d'enfants naissent hors mariage aujourd'hui. Ce qui tendrait à limiter la vision reproduction de l'institution. Et par soucis d'égalité des droits, offrons le bonheur de divorcer aux couples homos... ;-)))

  • Par issartier - 27/01/2013 - 23:44 - Signaler un abus La passion pour les racines et la généalogie est grandissante

    .Comment concilier le droit à identifier ses géniteurs par l’ADN qui primera toujours sur la procréation administrative par personnes interposées ? Faudra-t’il annuler les pater ou maternités purement administratives ou au contraire interdire la recherche de paternité, ce qui est contraire aux droits de l’homme ? A mon avis le Conseil Constitutionnel ne pourra qu’annuler la loi en préparation. Qui de plus a déjà été rejetée à l'unanimité par l’Assemblée le 3 11 1998 et surtout par la gauche qui justifiait ainsi l’institution de la PACS!! Cette question ne peut de ce fait encombrer de nouveau l’ordre du jour de l'Assemblée sans aucun argument nouveau. A bien y réfléchir le mariage pour tous pourrait vite devenir soit le mariage pour personne soit le mariage polygame de 2 hommes avec 2 femmes qui serait plus viable?

  • Par sheldon - 28/01/2013 - 00:34 - Signaler un abus Quand je lis ces commentaires je deviens pour ce mariage !

    Nous ne sommes souvent plus seulement dans les relents d'homophobie, mais dans une vraie chasse aux pédés ! Et que je te parle de "la bite pleine de merde" ! Je voudrais d'ailleurs signaler à son auteur que dans les films pornos actuels ce qui est le plus demandé, d'ailleurs il n'y a plus que ça, est la sodomie qui a l'ai d' en exciter beaucoup ! Néanmoins Hollande a mis le doigt dans un engrenage dangereux d'opposition des français, tout ça en plus : - 1) pour faire oublier ses non-décisions pour le redressement de la France - 2) pour pallier à sa politique de recroquevillement de la France sur elle même - 3) de la perte considérable de l'influence de le France dans le monde. C'est du Zapatero, à la différence que Zapatero était moins "petit fonctionnaire" !

  • Par cloberval - 28/01/2013 - 01:27 - Signaler un abus Naitre libre et égal

    n'est ce pas naitre normalement ? Qui dira que la famille n'existait pas sans loi et avant tout sacrement ? Être libéral n'est ce pas admettre des structures nécessaires et éliminer celles qui sont superflues comme une robe blanche pour une cérémonie ? A quoi sert le PACS et n'est-il pas améliorable ? 1984 ou la ruche humaine c'est une société libérale? bref je m'interroge avant de décider et pas l'inverse.

  • Par draakstor - 28/01/2013 - 02:07 - Signaler un abus A quoi bon...

    Se présenter en expert ès sciences politiques, si c'est pour écrire un article de militant homophile et, surtout, libertaire: car ce monsieur essaie se prévaloir du titre de libéral por faire le travail classique de libertaires anarchistes : contester, au nom d'une liberté absolue (concept tout à fait abstrait, qui plus est), le détricotage de toute norme sociale et morale. Ces gens, en prétendant que tout est question de culture, d'habitudes, de point de vue (et non pas de valeurs pérènes et pas du tout relativisables , qu'elles soient d'ordre anthropologique ou moral), ont comme unique but la destruction de toute institution et le retour au chaos sauvage ou seule la loi du plus fort règnera. Dès lors, ils ignorent les voix qui rappellent que les libertés sont aussi limitées par le bien supérieur de la société, par des principes morales, et surtout par le principe de la réalité. Leur version de liberté est toujours entendue comme la sacralisation de l'individu - or aucune déclaration des droits de l'homme n'a jamais été réduite à un individualisme egoiste et féroce.

  • Par draakstor - 28/01/2013 - 02:23 - Signaler un abus Cela fait donc...

    ... Que M. De Voogt ne voit pas, ou ne veut pas voi, que le mariage n'est pas juste une question de droit individuel (d'ailleurs tout le monde peut se marier - juste pas avec ses consainguins, ni avec des enfants, des chèvres, ou des chaises : il y a des tas de restriction d'ordre médical, de santé publique, et, eh oui, de bon sens: il en faut la possibilité physique de consommer le mariage et potentiellement de procréer, et les eventuelles exceptions dues à la maladie ne sauront annuler cette condition). Mais M. De Voogt est tout sauf un prof d'histoire politique: confondre le mariage avec les droits de l'homme est ridicule et tout à fait digne des arguments bidon utilisés par la propagande homophile. La notion d'Institution du mariage lui est manifestement étrangère, ainsi que l'idée que sa vision du 'droit au mariage' mène tout droit à l'institutionalisation de la paedophilie, de la polygamie (voire de la polyandrie), de la marchandisation de la procréation et de l'eugenisme etc. Et bien sur, nous savons tous que les toutous ont un coeur aussi, une personalité, des sentiments.

  • Par draakstor - 28/01/2013 - 02:50 - Signaler un abus En fin:

    C'est intéressant de relever le sens général du mot marier : on marie des choses différentes et qui vont bien ensemble, autrement dit complémentaires et compatibles, comme le vin blanc et les poissons. Que se soit dans la cuisine, la déco, la jardinerie, ou ailleurs, on ne dit jamais 'marier' lorsqu'il s'agit de choses similaires. Quel intêret que de 'marier' des huitres et des... huitres. Un signe de plus de l'incongruité de l'idée d'un 'mariage homo'. Finalement, quelqu'un parlat de filmes porno: or, il suffit de regarder 10 minutes d'un porno des années '80 et le comparer avec ce qui se fait de nos jours pour constater que la décadence n'est pas seulement une question de moeurs.

  • Par Le gorille - 28/01/2013 - 07:36 - Signaler un abus Quand les "sages" sont fous

    Une seule chose à retenir : les "sages", c'est-à-dire les philosophes sans religion pour leur garantir un fondement, et les politiques, dont la réflexion personnelle est totalement occultée par des gardiens du mouvement (LGBT, laïcisme devenu dictature et pensée hégémonique), et par les choix stratégiques du profil bas devant l'Islamisme en France et du mépris du peuple après référendum, sont sotalement "égarés". Ils sont devenus tout simplement "fous" : leur raison, qu'ils nous assènent à tout bout de champ n'est que vide et tintammarre. Mon espoir ? L'Homme lui-même. Il se resaisira. Le verrai-je ? Je suis probablement trop vieux, et, avant, bien avant, je ne verrai que la catastrophe.

  • Par ClairdeLune - 28/01/2013 - 09:33 - Signaler un abus A la votre!!!

    Bon,résumons,cette loi va passer, ainsi les enfants oubliés de l'amour seront heureux d'avoir deux mamans ou deux papas pour les aimer et les homos seront heureux d'aimer un p'tit bout chou..Comme quoi,y a des lois qui sont porteuses de Lumière.Quand aux pauvres déficients intellectuels,(les opposés au mariage pour tous),ils retourneront ronchons dans leurs cavernes des temps lointains où l'ombre régnait en maitre sur les neurones.

  • Par Loup Rebel - 28/01/2013 - 11:04 - Signaler un abus Droit à... Droit de

    Confronter son opinion à celui de l'autre implique un minimum d’honnêteté intellectuelle. Ce qui m'a semblé le plus important dans l'article de Christophe de Voogd est le poids qu'il accorde à ce qui achoppe le plus dans le débat : la différence entre « le droit à » et le « droit de ». Les philosophes sont unanimes pour admettre qu'aucune civilisation n'aurait ve le jour sans les religions. À celles de l'antiquité, en ont succédé d'autres, auxquelles d'autres encore succéderont. Le socialisme sera-t-il la religion de demain ? Certes, une religion sans un Dieu nommément désigné, mais non sans son arsenal de croyances. Voilà une question à laquelle la philosophie est fondée à apporter des réponses (pas LES réponses, mais DES réponses).

  • Par ccompagnon - 28/01/2013 - 13:59 - Signaler un abus la confrontation des opinions

    Je ne vois pas où il y a eu un débat dans la société civile car le débat se résumait à : "tu es contre donc tu es homophobe et conservateur".

  • Par ccompagnon - 28/01/2013 - 14:07 - Signaler un abus « Les hommes naissent libres et égaux en droits »

    Dans ce cas, je propose d'abolir les droits de la femme et les droits des enfants, qui sont des droits spécifiques qui ne peuvent pas s'appliquer à un homme adulte, et donc il n'y a plus d'égalité en droits. Il ne faut pas confondre l'égalité avec l'égalitarisme. Des droits spécifiques peuvent s'appliquer à des personnes différentes si elles ont une nature différente. Par exemple, le droit à l'avortement ne peut s'appliquer, par nature, qu'aux femmes Egaux en droits ne signifie rien de plus que reconnaître des droits spécifiques aux femmes, mais alors toutes les femmes, sans exception, toutes liées par la même nature. Si des hommes revendiquaient le droit à l'avortement pour les hommes sous prétexte qu'ils doivent être égaux en droits par rapport aux femmes, ne serait-ce pas étrange ?

  • Par ccompagnon - 28/01/2013 - 14:17 - Signaler un abus Droit de procréer

    "dès lors, il est aussi vain de parler du « droit de l’enfant à un père et à une mère » que du « droit du couple à l’enfant »…" Dans ce cas, le "droit de procréer" devrait être une proposition libérale, non ? Ce qui ne va pas arranger les affaires des homosexuels...

  • Par yves marty - 28/01/2013 - 16:43 - Signaler un abus Une serie de biais.

    Cette soi-disante application de la philosophie "liberale" est fondee sur de fausses bases. On convoque JS Mill et la tyrannie de la majorite: mais la majorite esty bien favorable au projet, il est fallaciex de presenter la majorite comme etant "les heterosexuels": le dabt n'est pas entre les homos et les heteros! La reference a Berlin est fausse: au mon du pluralisme des valeurs il faut respecter celles, moins individualistes, des opposants (et donc accepter le debat) : "freedom from" ne veut pas dire que chacun peut faire n'importe quoi dans son coin! Et le "harm priniple" ne veut rien dire: selon quel critere moral decider que personne n'est atteint? Cela ne fait que deplacer le debat. Les references philosophiques telles que presentees ici sont tournees a la sauce de l'humanisme transcendental selon lequel tout droit supplementaire est par nature un "progres" ((vers quoi?). La separation entre "droit de" et "droit a" est elle meme artificielle: "droit DE se marier" et "droit AU mariage" sont equivalents, en l'espece, puisque le mariage n'est pas une ressource rare. Les droits fondamentaux devraient se reformer sur la base d'un profond consensus moral.

  • Par yves marty - 28/01/2013 - 16:50 - Signaler un abus Y a t'il debat, vraiment?

    Enfin, bravo pour la promotion du debat, mais celui-ci est attristant et inquietant: la qualification d'homophobie est attribuee a toute idee de discussion du projet, et la seule existence du debat est vecue comme une "violence" a l'egard des homosexuels. En dehors de dire, sur le ton de l'evidence, qu'il s'agit de mettre fin a une discrimination (ce qui est faux) les "pour" diabolisent les "contre". Les "contre", dans l'ensemble, me semblent respecter et comprendre la demande faite. L'intolerance n'est pas de leur cote.

  • Par draakstor - 28/01/2013 - 22:04 - Signaler un abus "Dans ce cas, je propose d'abolir les droits de la femme"

    On pourra les appeler des machos sortis tout droit de leur caverne, tous ces révolutionnaires de 1789 - comme leurs copains américains d'ailleurs. Malheureusement, hélas, les principes contenus dans la Déclaration des droits de l'Homme sont exactement cela: des principes. Quant au droit de disposer 'librement' de son corps, le débat sur le fait de savoir si l'enfant peut être considéré une personne avant sa naissance, c'est un fait aussi que bien qu'il soit perdu sur le terrain juridique par les pro-vie, comme on les appelle aux US, il n'est pas moins gagné philosophiquement et même scientifiquement - à tel point que même Simone Veil l'a du admettre (France 2, 14 juin 2007). Il faudra donc trouver autre droit spécifique pour pouvoir encore parler des 'droits de la femme'.

  • Par victor13 - 30/01/2013 - 02:15 - Signaler un abus Quand on veut paraître, on renie une partie de son être

    A vouloir se marier quand on est homosexuels en refuant le contrat d’union civile c’est ne pas assumer son droit à la différence. Le traumatisme subit depuis la nuit des temps par les homosexuels les empêche de manifester ce droit à la différence qu’il revendique paradoxalement énergiquement par ailleurs. Ils considèrent probablement que l’on veut les ranger dans une catégorie de second rang. Dans ces conditions il nous apparaît impossible de les persuader d’adopter le contrat d’union civile.Ils restent sourds à la proclamation de la reconnaissance de leur sexualité par l'ensemble de l'opinion.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe de Voogd

Christophe de Voogd est historien spécialiste des Pays-Bas (Histoire des Pays-Bas des origines à nos jours chez Fayard). Il enseigne l'histoire des idées politiques et la rhétorique politique à Sciences-Po. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€