Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 20 Août 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand le Royaume-Uni découvre avec effarement que son système éducatif fait face à la menace conjuguée de l’infiltration de l’extrémisme religieux et des excès du politiquement correct

A travers notamment les ELCO (Enseignements langues et cultures d'origine), ou bien encore le changement des programmes scolaires, on peut également constater en France, comme en Grande-Bretagne, la manière dont les extrémismes religieux et le politiquement correct peuvent s'immiscer dans l'enseignement public.

Attention, danger !

Publié le - Mis à jour le 15 Janvier 2017
Quand le Royaume-Uni découvre avec effarement que son système éducatif fait face à la menace conjuguée de l’infiltration de l’extrémisme religieux et des excès du politiquement correct

Atlantico : Enseignants qui disent à leurs élèves de ne pas écouter de la musique ou d'aller au théâtre, discours anti-mariage homosexuel, ségrégation vis-à-vis des filles, etc. : un rapport remis le mois dernier par Dame Louise Casey, en charge des questions d'intégration pour le gouvernement britannique, met en évidence la manière dont s'immiscent les extrémismes religieux de toutes sortes dans certains établissements publics britanniques. Comment expliquer qu'une telle situation soit rendue possible ?

Jean-Paul Brighelli : La Grande-Bretagne récolte ce qu'elle a semé, en acceptant un communautarisme installé et même l'intervention de "tribunaux islamiques". Dans un pays démocratique, toute faiblesse permet aux barbares de glisser un coin dans la faille. C'est la raison majeure pour laquelle nous ne devons accepter aucune concession — aucune "laïcité aménagée", ni "à géométrie variable". 

Guylain Chevrier : Le multiculturalisme est un terreau on ne peut plus favorable à cette situation. Ce système apparait avantageux dans un premier temps, car il semble permettre d'arrondir les angles, ce qui a, en réalité, pour effet, à moyen/long termes, une pression identitaire plus forte sur l'ensemble de la société. On traite, par exemple, l'antagonisme entre les valeurs libérales et le communautarisme islamique, comme soluble dans la nation, ce qui n'est nullement le cas. On veut croire pouvoir maintenir la cohésion sociale en encourageant les différences mais on ne fait que se cacher les problèmes. Les séparations identitaires tendent à détruire le sentiment d’appartenance à la nation, d’autant plus à partir du moment où on accepte de laisser se diffuser les préceptes de tel ou tel groupe identitaire dans l’école, a fortiori lorsqu’il s’agit de religion. On oublie un peu vite certains signes négatifs, comme le fait qu’il y ait régulièrement des problèmes intercommunautaires en terre britannique, qui vont parfois jusqu’à l’affrontement, dans la banlieue londonienne elle-même.
 
L’Angleterre se prépare des lendemains difficiles, car c’est une politique de tous les dangers, qui pourrait bien porter en retour beaucoup de violences, à laisser ainsi monter les murs entre les communautés et grandir les enfants d’une nation comme des étrangers, plus encore, des ennemis des valeurs et principes communs. Ne sous-estimons pas l‘islam politique qui puise sa force de l’isolement des musulmans, et de leur enfermement communautaire, de n’avoir pas d’autre horizon que leur religion. C’est vrai pour d’autres groupes sociaux minoritaires, mais ici les choses résonnent d’une situation où la plupart des conflits armés dans le monde voit l’islam impliqué, avec des forces obscures à l’œuvre qui sont en embuscade. On ne peut faire comme si cela n’existait pas par parti pris politiquement correct.

Un tel phénomène est-il observable en France ? De quelle manière se manifeste-t-il ? 

Guylain Chevrier : En France, c’est plus insidieux. L’école laïque est un service public, avec sa loi du 15 mars 2004 qui interdit aux élèves de manifester de façon ostensible leurs différentes appartenances religieuse; d’une certaine façon, il y a un frein à ce genre d’évolution chez des enseignants qui seraient tentés par le prosélytisme. Pour autant, lorsqu’une professeure des écoles écrit dans un cahier de correspondance, que pour l’anniversaire d’un tel, parce qu’il est musulman, on n’apporte que des bonbons sans porc, comme j’en ai recueilli le témoignage, cela participe de faire entrer dans l’école des considérations religieuses qui font pression sur elle. Pire, sur les enfants et parents de confession musulmane qui n’entendent pas, eux, respecter à la lettre les prescriptions religieuses, pour ainsi produire de l’assignation et bafouer leur liberté de conscience. Ou encore, lorsque l’on trouve dans des cahiers d’écoliers des affirmations religieuses, voire des extraits de textes sacrés, sans aucun conditionnel, pour ne pas froisser les enfants de telle religion. On est en pleine dérive avec la fausse bonne conscience de bien faire.

Dans les Ecoles supérieures de professorat et de l’éducation, le problème a été posé, avec l’apparition de signes religieux, spécialement du voile, chez des étudiants appelés à devenir fonctionnaires dans l’école laïque. Une note du ministère de l’Education nationale a favorisé l’inscription dans les règlements intérieurs des ESPE de l’interdiction du port de signes religieux, d’autant qu’à partir de la 2e année, les lauréats du concours sont amenés à intervenir dans les classes. Ils deviennent alors des fonctionnaires. Si les enseignants des ESPE sont favorables à cette mesure, chez les étudiants, elle fait bondir, parce que, depuis des années, on a laissé faire en banalisant ces manifestations. Une pétition en ligne concernant l’Académie de Créteil a recueilli plus de 2 500 signatures en quelques jours, dénonçant une mesure "discriminatoire", le syndicat Unef 94 craignant lui "la stigmatisation d'une religion…" On voit bien le malaise, alors que de futurs enseignants qui sont de futurs fonctionnaires, chez lesquels hier la neutralité laïque était sacrée, la combattent aujourd’hui dans le lieu où justement on les forme à cette laïcité. Tout un public d’étudiants issu de ce que l’on nomme "la diversité" arrive en masse sur ces postes, ce qui nous prépare des migraines. D’autant que les signes religieux sont loin d’y avoir disparu partout. Comment ces futurs enseignants mettront en œuvre l’enseignement dit "laïque" du fait religieux à l’école demain? Entre les premiers voiles à Creil en juin 1989 et la loi d’interdiction des signes religieux ostensibles dans l’école publique de 2004, il y a eu quinze ans de flottement. Voilà, entre autres, ce que l’on paye aujourd’hui. Sans intransigeance sur ce sujet, nous risquons bien de rejoindre les travers d’une Angleterre qui s’inquiète, en la matière, de ce qu’elle est.

Jean-Paul Brighelli : En classe, dès que des groupes ethniques se constituent — et ils le sont dans nombre de quartiers où on observe par exemple une séparation garçons / filles — sans parler du nombre de dispenses de piscine demandées par les jeunes filles — particulièrement musulmanes, et soumises à la pression du groupe (familial, de cité, etc.). Que des municipalités, de gauche et de droite, aient cru bon de composer avec ces demandes (qui sont autant de coins glissés dans notre complaisance démocratique) en dit long sur ce que certains élus sont prêts à consentir pour garder leur poste. Que le PS ait cru bon de menacer d'exclusion telle lanceuse d'alerte conseillère municipale sortie de ses rangs (Cécile Pina pour ne pas la nommer) en dit long aussi sur les compromissions de ce groupuscule (anticipons un peu sur ses futurs résultats électoraux) vis-à-vis du fanatisme.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 11/01/2017 - 10:03 - Signaler un abus Effarement britannique sur son système d'éducation.

    Mais c'est notre cas également! Qui ose le dire? Ceux qui aimeraient combattre cet état des choses sont peu nombreux et interdits de parole sur tous les medias. Un peu de lucidité appliquée à nous mêmes, svp!

  • Par Stargate53 - 11/01/2017 - 10:09 - Signaler un abus Cela n'a que trop duré !

    La tolérance est une vertu quand elle ne sert pas de prétexte à une négation de ce que vous, nous sommes. En acceptant de venir s'installer dans un pays autre que le sien, il faut savoir se conformer aux us et coutumes de celui-ci et ne pas vouloir imposer des exceptions sociétales nouvelles, les unes après les autres. il ne s'agit pas d'oublier d'où l'on vient mais de faire tout pour s'intégrer dans cette société qui nous a accueilli. Il faut savoir se conformer aux chemins définis par l'histoire de ce pays. C'est aussi le moment de s'ouvrir à une autre culture et évoluer. Sinon, on s'établit dans une région conforme à ces traditions ancestrales. C'est du bon sens et il est vraiment temps que nos dirigeants arrêtent de céder à tous les intégristes ou prosélytes de l'islam !

  • Par Deneziere - 11/01/2017 - 11:09 - Signaler un abus idiots utiles, toujours

    Paradoxalement, ce n'est pas forcément l'instit qui s'appelle Rachid qui sera le plus vénéneux. En l’espèce, il faut souligner le rôle nuisible de la gauche non populaire. C'est bien l'UNEF qui a lancé la pétition dont l'article fait état.

  • Par Alain Proviste - 11/01/2017 - 11:10 - Signaler un abus 14/20

    C'est la note qu'a eu mon fiston en classe de cinquième à l'interro sur la vie de Momo. Je lui ai dit : "OK, maintenant t'oublies, ce n'est pas notre histoire et on n'a rien à voir avec ça". On en est là.

  • Par Alain Proviste - 11/01/2017 - 11:14 - Signaler un abus "eue"

    bien sûr

  • Par Mario - 11/01/2017 - 20:34 - Signaler un abus La nature a horreur du vide ,

    La nature a horreur du vide , si tu abandonnes ton identité , la plus forte et la plus virulente prendra sa place. Des personnes , Françaises d'origine, n'ont plus d'attachement à leurs racines, alors ils préfèrent celles de l'autre, l'opprimé . Nous avons donc à combattre nos adversaires et leurs alliés de fait, la plupart du temps de gauche. C'est surtout et avant tout une guerre idéologique allant de la simple demande réitérée sans cesse( voile, Burkini, halal......)à la guerre déclarée ( attentats)

  • Par fanfoué - 11/01/2017 - 20:53 - Signaler un abus l'occident se suicide !!!

    Nos dirigeants sont tous les mêmes que ce soit en France, au Royaume uni ou aux USA, ils sont aveugles ou suicidaires ! Le pire c'est qu'ils entraînent les peuples qu'ils sont censés protéger à leur perte. On assiste impuissant à la fin d'une civilisation millénaire, au profit du grand retour de l'obscurantisme religieux. Terrifiant !!!

  • Par vangog - 11/01/2017 - 22:00 - Signaler un abus Seul le Front National aura le courage de stopper

    ces graves dérives communautaristes, abroger les lois scélérates Gayssot-Perben-Taubirat, interdire ces enseignements ELCO par des étrangers, exclure ces groupes fascistes, le PIR, le CRAN, et autres associations et syndicats communautaristes et immigrationnistes. Il y a urgence à rétablir l'égalité entre Français et la laïcité stricte! Les politiciens complices de ces dérives seront jugés comme collabos, car ils sont les premiers responsables, par clientélisme politique et perversite anti-France...il n'y a plus à tortiller!

  • Par JG - 11/01/2017 - 23:55 - Signaler un abus A tous les Pierre Bergé et autres journaleux de gauche

    Vous serez les premiers jetés du haut des immeubles (en tant qu'homosexuel) ou égorgés (en tant que journaliste) voire égorgés et jetés du haut d'un immeuble (en tant que journaliste homosexuel)...Ce n'est pas une tare d'être homosexuel - d'être journaliste en ces temps de bassesse intellectuelle, je ne sais pas, ou alors il faut choisir son journal avec soin - mais il faudrait voir à ne pas trop jouer les idiots utiles messieurs les journalistes, enseignants et magistrats.... Une fois les fanatiques islamistes au pouvoir, votre vie ne vaudra plus grand chose....

  • Par edac44 - 12/01/2017 - 01:44 - Signaler un abus Les droit-de-l'hommistes bien plus dangereux que les islamistes

    Sil les islamistes sont des fous sanguinaires à abattre par tous les moyens sans trop se poser de question, les "droit-de-l’hommistes" sont aussi à neutraliser et même en priorité. Au pays des "droit-de-l’hommismes", l'arme de prédilection pour éradiquer tous ces traites à la nation, demeure encore et toujours, ce bon vieux fusil de chasse, calibre 12 que l'on retrouve un peu partout au dessus des portes d'entrée des fermes de nos campagnes quand ce n'est pas maintenant à l'entrée de nos maisons.Il parait qu'il y en aurait, de source très confidentielle, douze millions en circulation. Bref, de quoi se défendre contre l'islamisation

  • Par jurgio - 12/01/2017 - 10:41 - Signaler un abus Le syndrome indien des cerveaux victoriens

    Le retour de manivelle de l'ancienne et conquérante colonisation. L'Anglais a jadis pris l'habitude de se pavaner à travers toutes sortes de populations tribales, d'ethnies, de contrées, de continents... qu'il n'a pas eu l'attention requise pour reconnaître qu'il a perdu pied et se retrouve sur un radeau à la dérive.

  • Par edac44 - 12/01/2017 - 12:52 - Signaler un abus L'Islam à jamais la gangrène du monde libre : démonstration

    https://www.youtube.com/watch?v=umy1fra5N14&feature=youtu.be

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guylain Chevrier

Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.

Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.

Dernier ouvrage : LAÏCITÉ, ÉMANCIPATION ET TRAVAIL SOCIAL
 
L’Harmattan, Sous la direction de Guylain Chevrier, Les Ecrits de BUC Ressources SOCIOLOGIE TRAVAIL SOCIAL, juillet 2017, 270 pages.

Voir la bio en entier

Jean-Paul Brighelli

Jean-Paul Brighelli est délégué Education de Debout la France. Professeur agrégé de lettres, enseignant et essayiste français, il est également l'auteur ou le co-auteur d'un grand nombre d'ouvrages parus chez différents éditeurs, notamment La Fabrique du crétin (Jean-Claude Gawsewitch, 2005) et La société pornographique (Bourin, 2012). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€