Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 25 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand (même) les hôpitaux publics dénoncent le décalage entre l’ambition du gouvernement et la réalité de ses réformes dans le secteur de la santé

Les hôpitaux publics, regroupés dans la Fédération Hospitalière de France (FHF), n’y sont pas allés de main morte avec le gouvernement, et leur ministre Buzyn. Leur prise de parole en dit long sur l’écart qui sépare la posture réformatrice du gouvernement et la réalité de sa politique.

Santé

Publié le
Quand (même) les hôpitaux publics dénoncent le décalage entre l’ambition du gouvernement et la réalité de ses réformes dans le secteur de la santé

 Crédit ERIC FEFERBERG / AFP

Initialement, la transformation de l’hôpital devait faire l’objet d’une communication publique plusieurs fois annoncée, puis fixée à la mi-septembre. On a récemment appris que le plan de transformation serait plutôt présenté à la fin septembre. Dans ses annonces du printemps, Agnès Buzyn avait promis des révolutions. Les premiers éléments qu’elle a distillés laissent craindre une réforme déceptive. Même la réaction de l’habituellement prudente FHF souligne le décalage entre les pouvoirs publics et les acteurs concernés.

Une hallucinante réforme en solitaire?

La FHF gronde

On notera d’abord les « offs » lâchés par le président de la Fédération, l’immuable Frédéric Valletoux. L’intéressé affirme qu’il n’a été invité à ce stade à aucune réunion de concertation. Autrement dit, la ministre Buzyn n’a jusqu’ici pas pris la peine d’écouter les hôpitaux publics pour discuter de la réforme.

« Nous sommes circonspects car nous n’avons même pas participé à la concertation, a souligné Frédéric Valletoux. Quelle méthode est choisie? »

On croit rêver. 

Les hôpitaux publics pour des réformes fortes

Pour le reste, la FHF a appelé à des réformes ambitieuses. 

« Nous n’avons pas besoin d’une énième réforme de l’hôpital, d’un énième colmatage technique ni d’une approche technocratique du soin. Nous voulons une réforme volontariste et ambitieuse pour mettre sur les rails un système de santé à bout de souffle. »

La remarque en dit long sur les craintes qui s’expriment désormais dans les coulisses, sur le manque de vision de la ministre. 

En particulier, la FHF appelle la ministre à faire la chasse aux actes inutiles et à harmoniser les pratiques hospitalières sur tout le territoire. La Fédération a donné plusieurs exemples de fortes variations dans les pratiques médicales selon les régions ou les hôpitaux. 

Solliciter les médecins de ville

Pour le reste, la FHF a répété que, selon elle, les médecins de ville devaient être mis à contribution pour désengorger les urgences. Cette revendication, probablement entendue par la ministre qui a déjà évoqué le retour des gardes obligatoires, risque de faire pas mal de bruit.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 06/09/2018 - 10:56 - Signaler un abus Comme d'habitude,

    et tout comme un certain Obama, chez les Macrons tout se résume à de la com'. Un voile pudique sur la réalité, puis une couche de peinture cache-misère. Par contre, la FHF, je n'ai pas souvenir l'avoir entendue s'exprimer avant, du moins pendant le règne Tournesol, ni un certain Pelloux, urgentiste très médiatique il fut un temps. A croire que l'esprit critique est très sensible au mouvement des girouettes.

  • Par Loupdessteppes - 06/09/2018 - 15:21 - Signaler un abus La Com pour remplacer la réalité...

    La réalité demande du travail et de la compétence et parfois des sacrifices. La com a juste besoin de séduire les blaireaux et de rassurer le fonctionnaire... Mais ce n'est pas gagné...

  • Par Dorine - 06/09/2018 - 18:01 - Signaler un abus Agnès Buzyn est une fonctionnaire

    Elle n'a aucune idée de la médecine libérale. Hormis certains planqués dans certaines villes, les autres médecins risquent de raccrocher si on leur demande de faire du travail en plus, alors qu'ils sont déjà sollicités au delà de ce que leur santé peut encaisser....

  • Par zen-gzr-28 - 06/09/2018 - 20:02 - Signaler un abus La réforme ou la transformation des hôpitaux

    L'urgence des urgences, c'est que le personnel repasse aux 40 h par semaine. Qui donc prendra le taureau par les cornes pour réorganiser les hôpitaux qui en ont bien besoin. Les personnels soignants, pour beaucoup ont choisi de travailler 12 h d'affilée pour avoir plus de congés. Normal ? De vrais robots ! Depuis ces foutues 35 h / semaine, beaucoup cumulent les 5 heures hebdomadaires pour pouvoir partir en retraite plus tôt (240 h/ an). Normal ? Comme beaucoup de services publics, les collectivités territoriales, les hôpitaux ne sont pas en reste pour s'octroyer des avantages...Manque-t-il vraiment du personnel ? Bien sûr, les hôpitaux bien gérés,il y en a, ne tiendrons pas compte des faits cités ci dessus. Tout colmatage est à proscrire !

  • Par JG - 06/09/2018 - 22:47 - Signaler un abus imposer aux médecins libéraux de prendre des urgences la nuit

    Alors qu'ils bossent pour la plupart tous les jours de la semaine de 7h à 21h au moins et parfois même aussi le samedi, ça va être compliqué.... Le fusil dans le dos, peut-être ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€