Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 28 Juillet 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand Macron humilie ceux "qui trouvent que la soupe est bonne" (la sienne) !

Il ne mâche pas ses mots. Et pourquoi se gênerait-il?

Masos de tous les pays...

Publié le
Quand Macron humilie ceux "qui trouvent que la soupe est bonne" (la sienne) !

Vous connaissez sans doute la célèbre blague sur le sadique et le masochiste? Le masochiste suppliant s'adresse au sadique: "fais-moi mal!". Le sadique, avec un méchant rictus: "non !" Macron il n'est pas comme ça. Il fait ce que le masochiste lui demande.

Et le masochiste est content. Ainsi l'ancien l'ancien ministre de l’Économie, une incarnation sublimée de la gentillesse tout-terrain, a fini par se montrer sous un jour un peu plus rude, un peu plus brutal. Pourtant, ses premiers pas dans la campagne avaient tout d'une touchante love story.

Il aimait Brigitte et il aimait la France. Il aimait les pauvres et il aimait les riches. Il aimait la gauche et il aimait la droite sans oublier le centre. Il aimait Jeanne d'Arc et il aimait les Anglais... Sur ce chemin parsemé de pétales de roses il avançait d'un pas léger, et gracieux.

Les ralliements succédaient aux ralliements, les sondages les plus flatteurs suivaient d'autres sondages très flatteurs. Une foule fervente se pressait à ses meetings. Autant dire que le nom - le sien - du prochain président de la République était sur toutes les lèvres à défaut d’être dans tous les cœurs.

Confiant dans sa prochaine victoire, Emmanuel Macron décida de troquer ses gants de soie contre des gants de boxe. C'est que les ralliements en cascade venus d'une gauche aux abois risquaient de compromettre ses délicates contorsions de funambule: ni gauche ni droite. Il se devait donc de montrer qui était le maître (dans une relation SM ça a tout son sens…).

Alors le doux Macron se mua en dieu de colère. Et pour le châtiment désiré il y alla au fouet. Que des femmes et des hommes disent "je soutiens" ne signifie ni qu'ils auront une investiture aux législatives, ni qu'ils seront membres du gouvernement, ni qu'ils n'infléchiront la ligne politique. Les concernés ne pipèrent mot. Ils doivent aimer ça....

Puis pour que la punition soit encore plus sauvage et cuisante, il usa de la cravache. Il y a des gens qui nous rejoignent par intérêt, il ne faut pas être dupe, parce qu'ils trouvent que la soupe est bonne. Et il a jouta à l'intention de ses ex-collègues du gouvernement venus lui manger dans la main. Nous n'avons pas fait cela pour voir les mêmes têtes. Et là non plus les concernés ne pipèrent mot. Ils doivent aimer ça....

Chez Macron, il y a du Rastignac : pour l'ambition. Du Bel Ami : pour la faculté de multiplier les conquêtes. Et ils disent quoi les conquis quand on leur dit qu'ils sont là, ou qu'ils veulent être là, pour la gamelle? Ils ne disent rien. Ils ne disent rien Delanoé, Braouzec, Cohn-Bendit, Robert Hue, Le Drian, Bartolone, Ayrault, Ségolène Royal. Non ils ne crachent pas dans la soupe. C'est que, comme le dit Macron, la soupe doit être bonne.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Wortstein - 17/03/2017 - 07:36 - Signaler un abus Le Titanic Macron

    se rapproche drôlement de l'iceberg où apris refuge toute la gauchosphère répugnante. Il va avoir du mal à nous dire ni gauche...

  • Par Jean-Benoist - 17/03/2017 - 08:10 - Signaler un abus Îl vient d'ouvrir une maison de retraite

    Pour les recyclés de la politique qui veulent une place ou demolir Fillon... Derrière ses banalités, la scènarisation de ses meetings, l'héritier sponsorisé par les lobbies financiers et gay, montre un visage d angelot dictateur. ....

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 17/03/2017 - 08:14 - Signaler un abus Que de mauvais esprit...!

    ...Vous n'avez pas compris.... .ces gens là ne vont pas à la gamelle, Ils sacrifient leur amour propre sur l'autel du bien public.... Ils ont reconnus en Macron le messie

  • Par horus35 - 17/03/2017 - 08:25 - Signaler un abus @Paulquiroulenamassepasmousse

    Ou, "si ma tante en avait on l'appelerait mon oncle" ! La servilité sied a la serpillére et là, il y a plethore !

  • Par 2bout - 17/03/2017 - 09:23 - Signaler un abus La soupe est bonne !

    Juste Leblanc conviant à son dîner François Pignon.

  • Par vangog - 17/03/2017 - 09:40 - Signaler un abus Le temps d'une accalmie, Macron-Rothschild

    a apprivoisé les centristes-girouettes...mais, le temps d'une accalmie simplement! Car la tempête souffle fort et les vents sont contraires, au centre de la France. Seul le Front National incarne un centre de gravité politique stable et pérenne, les Francais déboussolés commencent à le comprendre...

  • Par Deudeuche - 17/03/2017 - 09:59 - Signaler un abus Macron est "Gauche ni Droite"

    Ne cherchez pas le premier "ni" il n'y en a pas. Les centre droitistes dont toute idée de Droite à été lavée depuis 45 ans de magistère de Gauche sont des faire-valoir à la Gauche de pouvoir libérale économiquement et socialement (sociétale).

  • Par 2bout - 17/03/2017 - 10:04 - Signaler un abus Un dîner de cons

    Merci Benoît de me permettre ce détour. Les apparences sont parfois trompeuses : imaginez que les toiles exposées au Guggenheim Museum n'aient aucun secret pour l'artisan-peintre, l'esprit étriqué, éduqué, cultivé, formé au sujet par Valérie Damidot, le vivrait certainement comme un affront comme le témoigne sa réaction. La directive des travailleurs détachés créée des distorsions en termes de concurrence, ce que personne ne nie, et auxquelles personne ne remédie, sauf peut-être celui qui s'y attelle aujourd'hui avec des arguments qui sont les siens. Molière, où quand les sots n'y voit que Tartuffe, car y mêler d'autres fallacieuses raisons nous montre à quel point ceux qui nous mettent toujours en avant la richesse que la diversité et la mixité sociale représentent n'ont en réalité jamais partagé un dîner avec un artisan en bâtiment.

  • Par assougoudrel - 17/03/2017 - 10:27 - Signaler un abus Maron se prend pour Notre

    Brigitte Bardot. Seulement, s'il est un bardot, c'est qu'il n'est ni plus ni moins que le croisement d'un cheval de Tulle avec une ânesse du Poitou. Gare à la chute, car pour ce genre d'animal, s'il a une patte cassée, on l'achève d'une balle dans la tête.

  • Par cloette - 17/03/2017 - 11:03 - Signaler un abus Macron héros

    De la Littérature française ? Plutôt héros de feuilletons télé (américains) ...

  • Par assougoudrel - 17/03/2017 - 11:07 - Signaler un abus Pardon

    Macron

  • Par perceval - 17/03/2017 - 11:36 - Signaler un abus @assougoudrel

    Pas besoin de s'excuser on sera quand même "marron"!

  • Par BOCE64 - 17/03/2017 - 13:35 - Signaler un abus Le plumeau ...

    l'Homme n'est que poussière ! C'est dire l'importance du plumeau ...

  • Par pierre de robion - 17/03/2017 - 14:30 - Signaler un abus Eternel recommencement, ou suite d'illusions!

    Macron est la loco qui les mènera aux législatives et alors on verra qui pèsera sur l'autre! Mais les dindons seront toujours les mêmes: les proprios occupants qui devront déclarer un loyer fictif et les 20% qui paieront double ou triple de taxe d'habitation! Le reste à l'avenant!

  • Par ISABLEUE - 17/03/2017 - 15:04 - Signaler un abus quelle soupe ???

    ils vont tous se retrouver aux restaux du cœur.

  • Par assougoudrel - 17/03/2017 - 16:51 - Signaler un abus @perceval

    Ou ce sera Macron qui sera "chocolat".

  • Par toupoilu - 17/03/2017 - 19:48 - Signaler un abus Il dévoile à peine ce qu'il fera,

    Et il signifie bien qu'il gouvernera seul. En gros un chèque en blanc sur sa bonne gueule. Plus le chèque du loyer fictif (celui la il a vraiment du mal a passer, même si je suis locataire :D).

  • Par clint - 17/03/2017 - 21:18 - Signaler un abus Du calme ! Fillon va le battre !

    Ca ne peut qu'arriver : il a gagné haut la main aux primaires devant Juppé qui était donné vainqueur à la présidentielle à plus de 60%. Alors Fillon ne peut qu'être président avec au moins 70 %. C'est une élection taillée sur mesure pour lui.

  • Par bobthe log - 18/03/2017 - 01:02 - Signaler un abus ni droite ni gauche

    "je ne suis ni de gauche ni de droite non !!! bien le contraire.... Coluche j'espere qu'un journaliste aura les c.... d'illustrer qui finance sa campagne....

  • Par Deepblue - 18/03/2017 - 08:20 - Signaler un abus Posture

    Oui, évidemment, il veut nous faire croire qu'il n'est pas le clone de FH, mais les ralliements ont tous été scénarisés avec son aval : ne tombons donc pas dans ce piège grossier.

  • Par joseph jean - 18/03/2017 - 09:43 - Signaler un abus préjudice

    ca lui porteras pas chance tous les pontes du PS sont a la gamelle les uns pour rentrer au gouvernement ou les autres comme ségogo pour avoir une place en béton aux institutons européennes ( pas besion d'etre élu )

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€