Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 22 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand l’Eglise médiévale inventait une institution spéciale toute entière dédiée au pardon des péchés

Certes, l’inquisition existait. Mais, l’Eglise savait aussi pardonner… Elle a même créé une institution pour cela: la Pénitencerie apostolique. Découvrez-la dans cette émission de Storiavoce, en partenariat avec Atlantico, où Arnaud Fossier, maître de conférences en histoire à l’université de Bourgogne répond aux questions de Christophe Dickès.

Radio Atlantico

Publié le
Quand l’Eglise médiévale inventait une institution spéciale toute entière dédiée au pardon des péchés

 Crédit EITAN ABRAMOVICH / AFP

Pour écouter l’émission, appuyez sur la touche “Ecouter” ci-dessous ou téléchargez le fichier audio en cliquant sur l’icône “Télécharger” à droite du player (flèche vers le bas). L’émission est aussi disponible en bas de page sur Youtube. Durée totale de l’émission: 50’10.

En 1338, alors que la papauté était en terre avignonnaise, le pape Benoît XII définissait le rôle d’une nouvelle institution curiale, la Pénitencerie apostolique. Un peu moins de sept cents ans plus tard, l’institution existe toujours. En effet, à l’heure où cette émission a été enregistrée, elle vient de publier un décret du pape François donnant une indulgence plénière, c’est-à-dire une grâce spéciale, aux fidèles à l’occasion de la IXe rencontre mondiale des familles organisée à Dublin (été 2018). Chargée à l’origine d’entendre en confession les pèlerins qui se rendaient à Rome, la Pénitencerie devient avec le temps le destinataire des suppliques des fidèles envoyées au souverain pontife: le bureau des âmes.

 Parce qu’en effet, dans ces milliers de lettres reçues, l’âme humaine y est à nue : homicides, naissances illégitimes, mariages incestueux, moines en fuites ou séculiers scandaleux… Tel était le quotidien de cette institution juridique au cœur de la société médiévale. Storiavoce vous propose de comprendre comment, au Moyen-Âge, une institution naît avec ses acteurs, ses règles, son droit mais aussi ses tâtonnements, ses incertitudes, ses réalisations et ses accomplissements. Quelles étaient ses méthodes et ses principes d’actions? Condamnait-elle facilement ou, au contraire, faisait-elle preuve de miséricorde et de tempérance? Interrogé par Christophe Dickès, Arnaud Fossier a mené une véritable enquête sur les archives les plus anciennes d’une institution originale et mal connue.

L’invité: Normalien et ancien membre de l’École française de Rome, Arnaud Fossier est actuellement Maître de conférences en histoire à l’université de Bourgogne. Ses recherches portent sur le gouvernement de l’Église et l’Italie médiévale. Il vient de publier à l’Ecole française de Rome: Le bureau des âmes, Écritures et pratiques administratives de la Pénitencerie apostolique (XIIIe-XIVe siècle)

Retrouvez le podcast de l'émission sur le site de Storiavoce

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Dorine - 02/06/2018 - 11:57 - Signaler un abus Très interessant

    Une émission qui devrait pouvoir interpeller les juristes. Comment juger un homme avec son environnement et son histoire tout en s'inspirant d'un code juridique?

  • Par assougoudrel - 02/06/2018 - 17:41 - Signaler un abus C'est normal, car cela

    permettait à l'Eglise d'être au courant de beaucoup de choses compromettantes sur les grands de ce monde (elle n'avait rien à foutre du paysan qui avait volé un goret) et cela augmentait sa puissance. Pour se taire et fermer les yeux, du terrain et des biens lui étaient cédés au détriment des héritiers. Le premier héritier était le Vatican, comme l'est Bercy aujourd'hui. Un ministère du pardon était nécessaire pour cela. C'est certainement pour cela qu'il y a eu séparation de l'Etat et de l'Eglise; "le gâteau est pour moi tout seul".

  • Par Dorine - 02/06/2018 - 20:51 - Signaler un abus Assougoudrel

    Avez-vous seulement écouté l'émission? Toute la deuxième partie est intéressante sur un plan juridique. Il ne faut pas partir sur des à priori, tête baissée. Vous risquez de rater une marche !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Storiavoce

Storiavoce est une radio web francophone dédiée à l’histoire antique, médiévale, moderne et contemporaine, au mouvement des idées politiques et à l’histoire de l’Art. Elle vise à mettre en lumière les événements majeurs de l’Histoire, auxquels sont associées des grandes figures, ainsi que les grands courants intellectuels. Pour cela, elle donne la parole aux meilleurs spécialistes des sujets abordés. Storiavoce est une marque l’association Voxistoria fondée par Christophe Dickès

Voir la bio en entier

Christophe Dickès

Historien et journaliste, spécialiste du catholicisme, Christophe Dickès a dirigé le Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège chez Robert Laffont dans la collection Bouquins. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la politique étrangère et à la papauté (L’Héritage de Benoît XVI, Ces 12 papes qui ont bouleversé le monde). Il est enfin le fondateur de la radio web Storiavoce consacrée uniquement à l’histoire et à son enseignement.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€