Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 05 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand la carte des utilisateurs de Twitter est aussi la carte des chômeurs

Plusieurs études ont été publiées ces derniers mois concernant le calcul du taux de chômage dans un pays. La nouveauté ? En parallèle des agences officielles, des chercheurs utilisent Twitter pour déterminer la situation socio-économique de la population.

Plus fort que l'Insee

Publié le
Quand la carte des utilisateurs de Twitter est aussi la carte des chômeurs

La carte des utilisateurs de Twitter est aussi la carte des chômeurs. Crédit Reuters

Chaque mois, aux alentours du 25, économistes et politiques, en France, se concentrent sur la publication des chiffres du chômage par l'Insee. Si l'institut des statistiques a le monopole de ce calcul, de plus en plus de chercheurs se sont penchés sur la question de ce calcul en mettant de nouveaux outils à disposition. Principal objet de recherche : Twitter.

Ainsi, des chercheurs espagnols ont prouvé récemment qu'il était possible, à partir des tweets, de déterminer la situation socio-économique d'une région. "Cela a commencé par une discussion autour d'un café: que faites-vous quand vous êtes au chômage", raconte Esteban Moro, l'un des auteurs de l'étude et professeur à l'université Carlos III à Madrid.

Où se déplace-t-on? Qu'est-ce que l'on twette?"

C'est à partir de ces questions, que le professeur Moro et ses collègues ont cherché des réponses en étudiant 145 millions de tweets géolocalisés en Espagne publiés par 570 000 utilisateurs pendant six mois. Un pays où le taux de chômage atteint 24,4% au niveau national.

Le premier enseignement a été une surprise pour eux : plus le taux de chômage est élevé dans une zone et plus il y aura des utilisateurs de Twitter. Cette corrélation entre, ce que les chercheurs appellent, "la pénétration Twitter" et le taux d'inactivité est peut-être une bonne façon de prévoir en temps réel l'évolution du chômage. Parmi les autres révélations, à travers l'étude de 340 zones, les chercheurs ont pu étudier les déplacements des utilisateurs et leur façon de communiquer.

"Selon l'endroit où vous vivez, vous communiquez d'une manière différente, vous vous comportez différemment et vous utilisez des mots différents, détaille Esteban Moro, à El Pais. L'économie locale influence également la manière dont nous communiquons, dont nous nous déplaçons et dont nous utilisons Twitter." Ainsi, dans les régions où le taux de chômage est moins élevé, ils ont remarqué que le pic de tweets intervient entre 8h00 et 10h00. Esteban Moro et son équipe supposent que les gens qui travaillent arrivent à leur bureau à ce moment de la journée et commencent alors à tweeter.

Le contenu des tweets est aussi révélateur d'une situation économique difficile. Ainsi, dans les zones où le taux de chômage est important, les fautes d'orthographe, non pas des coquilles ou des abréviations courantes sur internet, sont beaucoup plus fréquentes. Mais attention au raccourci: selon le chercheur, la multiplication de ces fautes pourrait autant venir du fait que les chômeurs écrivent moins bien que les autres, que du fait que l'ensemble d'une population écrit moins bien dans une zone touchée par le chômage.

Aux Etats-Unis, la question de l'utilisation de Twitter pour évaluer le chômage a déjà été posée. Ainsi, en août dernier, l'équipe du professeur Matthew Shapiro de l'université du Michigan assure avoir trouvé une façon plus rapide et plus précise de déterminer le nombre de chômeur que les agences officielles du gouvernement américain.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€