Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 20 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

La présidentielle de 2022 : François Ruffin contre Emmanuel Macron ?

Ce n'est qu'une hypothèse. Mais elle est envisagée par le président de la République.

Combat de jeunes

Publié le
La présidentielle de 2022 : François Ruffin contre Emmanuel Macron ?

 Crédit GERARD JULIEN / AFP

Les deux hommes ont nombre de chose en commun. L'âge : la quarantaine (avec un léger avantage juvénile pour Macron). La ville où ils ont passé leur enfance et leur jeunesse : Amiens dont Ruffin a été élu député. Et surtout un lycée nommé La Providence tenu par des jésuites : tous deux y ont été scolarisés.

Chez les Jésuites on apprend des choses qui ont été très profitables au président et au député… Pour toutes ces raisons Macron s'intéresse, un peu perplexe, à Ruffin. Mais pas du tout à Mélenchon et à sa "Marée humaine" du 26 mai !

Concernant cette manifestation il a eu des mots clairs et définitifs dans une interview à BFMTV.

"Je ne laisserai pas le désordre s'installer… Je poursuivrai ma route et mes réformes sans en dévier…" Quant à Mélenchon il le trouve, tel que le relate Le Figaro, "grotesque".

De toute façon le patron de la France insoumise ne joue pas dans la même catégorie que Macron et Ruffin. Lui, c'est chez les seniors. Aucune inquiétude de ce côté-là chez le chef de l'Etat. Mais il n'en va pas de même avec Ruffin.

"Un proche du chef de l'Etat" a distillé quelques confidences au Figaro. On sait tous ce que veut dire "un proche du chef de l'Etat"… Ainsi, nous apprend cette précieuse source, "le président a lu avec attention" l'interview accordée par Ruffin au magazine "Society".

Dans ce texte le député d'Amiens se livre sans détours. Quelques phrases de lui a frappé l'auguste lecteur élyséen. "Le ciel bas et lourd de la finance pèse sur nous. On se sent rétrécis. On aspire à davantage. C'est assez flou, je l'entends. Mais je pense qu'il y a une espèce d'élan vital partagé, on se sent cadenassés, il y a un truc qui demande à être libéré".

La finance en moins on dirait du Macron en 2017 lors de sa campagne présidentielle. Lui aussi voulait, comme aujourd'hui Ruffin, "libérer la société française". Il fut élu. "Dans quatre ans Ruffin sera neuf" précise le "proche du chef de l'Etat". Mais Macron le sera-t-il encore ?

PS : La "fête à Macron" organisée le 5 mai par Ruffin a mobilisé plus de personnes que la fameuse "Marée Populaire" du 26 mai initiée par Mélenchon!! Macron ne s'était pas trompé d'adversaire. Il a eu raison. Et après bye bye Jean-Luc…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 27/05/2018 - 10:12 - Signaler un abus C'est faire beaucoup d'honneur

    à ce Ruffin, le populisme n'est pas un gage de qualité ni de succès. Par contre, il peut très bien servir de boule au jeu de quilles de LFI, et ça ressemblerait plus à du Macron.

  • Par J'accuse - 27/05/2018 - 11:51 - Signaler un abus Le microcosme s'agite

    Les faiseurs de roi veulent fabriquer un nouveau prétendant au trône. Macron est jeune, était inconnu peu avant d'être élu, et tous les présidents déçoivent: donc, "logiquement", ce sera un jeune inconnu qui gagnera en 2022. Pourquoi pas Ruffin ? Pourquoi pas un autre escroc ? Qu'est-ce que le peuple y gagnera ? Rien, dans tous les cas, comme d'habitude.

  • Par vangog - 27/05/2018 - 13:03 - Signaler un abus Les médias gauchistes cherchent un opposant présentable

    pour Macrouille?...Marine Le Pen, incarne 26% des intentions de vote des Français, malgré son débat raté du second tour «  (dixit en choeur les medias gauchistes...). Mais les médias (et B.Rayski) ont peur de Marine Le Pen...alors ils cherchent désespérément un opposant présentable d’extrême-gauche islamo-fasciste, plus facile à contrôler...pas certain, pourtant, que François Ruffin incarne un dixième des voix de Marine Le Pen?...surtout lorsque les Français sauront que cet extrême-gauchiste soutient la dérive islamiste et sectaire de la France macronisée à sec...ah ben alors! Ils sont d’accord, Macrouille et Ruffin?...

  • Par cloette - 27/05/2018 - 13:28 - Signaler un abus dans quatre ans

    ou quand les poules auront des dents.

  • Par Borgowrio - 28/05/2018 - 07:55 - Signaler un abus Raser gratis

    Je vous le dis , ce Ruffin est dans la veine des Mitterrand - Hollande , il touche le peuple avec un diagnostic qui se tient , mais ses solutions pour financer ses ambitions sont celles qui provoquent le revirement de tous les gouvernants confrontés au réel . Plus de service public , égal : plus d'impôts , c'est pourtant simple . La populace , hélas ne comprendra jamais

  • Par Pharamond - 28/05/2018 - 10:09 - Signaler un abus La société spectacle.

    Ne sommes nous pas dans la société du spectacle? Il sait mettre en scène et vendre du rêve.C''est son domaine.

  • Par MIMINE 95 - 28/05/2018 - 13:23 - Signaler un abus RUFFIN A AUSSI LE SENS DU PARTAGE si si

    ....."Le 9 juin 2016, La Lettre A rapporte que « selon les calculs des producteurs et des professionnels du cinéma, les 500 000 entrées du film et la vente des droits à plusieurs pays étrangers vont lui rapporter quasiment un million d'euros »....."En 2017,le 24 février, son film Merci Patron ! reçoit le César du meilleur film documentaire."...." Le 3 mars suivant, il remet symboliquement son trophée aux ouvriers de l'usine Whirlpool, opposés à la délocalisation de leur usine en Pologne". les whirpool aurait sans doute préféré qu'il partage son million d'euros avec eux, voilà qui aurait eu plus de gueule. Mais voilà, Ruffin préfère, au partage du "sale pognon", profiter de la tribune cannoise pour: "critiquer vertement la politique gouvernementale face aux délocalisations " ... et :" interpeller ...François Hollande ". Bon, en même temps, comment lui en vouloir, petit bourgeois élevé chez les jésuites, ça laisse forcément des traces ....

  • Par kelenborn - 13/06/2018 - 14:06 - Signaler un abus Ah ...

    Vangodouille,le clébard mécanique de Plenel et Joffrin est déchainé . plus il est fou plus ils rient! la ils lui ont fait bouffer du viacra- cherchez sur le Bon Coin !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€