Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi Steve Bannon met la charrue avant les bœufs en considérant que le sens de l’histoire est avec lui et le FN

Stephen Bannon était invité à s'exprimer au congrès de Lille du nouveau "Rassemblement National". Pendant son intervention, il a assuré que "le sens de l'Histoire" était en leur faveur. Mais c'est là aller un peu vite en besogne.

Pas si vite...

Publié le
Pourquoi Steve Bannon met la charrue avant les bœufs en considérant que le sens de l’histoire est avec lui et le FN

Atlantico : Stephen Bannon a déclaré au congrès du nouveau Rassemblement National (ex Front National) de Lille que "Le sens de l'histoire est avec nous". Comment interpréter cette déclaration et dans quelle mesure faudrait-il la relativiser, tant sur le fond que sur les proximités idéologiques ?

Christophe Boutin : Steve Bannon n’est pas le premier, et sans doute pas le dernier, à voir un sens à l’Histoire, et à penser qu’il se conjugue avec ses intérêts. Mais pour interpréter cette phrase de l’ex-conseiller de Donald Trump, encore faudrait-il remettre les choses en perspective.

Bannon est un homme de médias, avec notamment son site Breibart, qui pense que la lutte intellectuelle est une part essentielle de la lutte politique. Et s’il est devenu un « homme politique », c’est toujours dans cette fonction de diffuseur d’idées, de conseiller du Prince qui l’aide à jouer sur l’opinion publique.

La politique conservatrice qu’il promeut se résume en fait en une protection de la nation. Protection économique par un protectionnisme et une préférence nationale ; protection ensuite avec une politique étrangère visant à limiter les interventions extérieures à ce qui, justement, contribue vraiment à protéger la nation ; protection démographique enfin, avec la lutte contre l’immigration – on sait que Bannon a plusieurs fois cité le roman du Français Jean Raspail, Le camp de saints, qui évoque la déferlante migratoire.

On le voit, en termes de proximité idéologique, puisque vous évoquez cette question, bien des éléments sont communs avec ce que peut proposer le peut-être ex « Front National » devenu « Rassemblement national ». Manque sans doute une dimension sociale, Bannon étant plus libéral, et, bien sûr, la question de l’Union européenne. Mais ces éléments du discours de Bannon sont aussi communs à ceux de nombreuses forces politiques européennes qui progressent élections après élections, parvenant à constituer des forces parlementaires (Allemagne, Italie, Autriche) ou à diriger le pays (Hongrie, Pologne). C’est cette évolution, que l’on pourrait synthétiser en parlant de « montée des populismes », mais encore faut-il rappeler que ce dernier terme peut recouvrir tout et n’importe quoi, qui justifie sans doute cette remarque de Bannon sur un « sens de l’histoire » favorable à ses idées.

Ce qui est certain, c’est que semble se dessiner un affrontement clair entre ceux qui souhaitent la continuation du mouvement actuel, caractérisé par une mondialisation dans laquelle les nations n’ont plus le pouvoir de mener de politique économique propre, de s’opposer à l’immigration, et sont sommées de participer à des guerres menées au nom du Bien mais qui détruisent des peuples entiers, et ceux qui s’y refusent. Face aux premiers, qui se qualifient eux-mêmes de progressistes, un camp conservateur est effectivement en train de s’affirmer, qui considère que le progrès, nécessaire, ne peut pas se faire en détruisant ce qui a permis à nos civilisations de se former, à nos libertés d’exister, et qui rappelle que l’homme, cet « animal politique » selon Aristote, n’existe que par et grâce à ses appartenances multiples dont le progressisme veut le couper.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 12/03/2018 - 09:13 - Signaler un abus Tout comme BFM-TV et tous les

    Tout comme BFM-TV et tous les médias ''dominants'', Atlantico a reçu la liste des ''éléments de langage'' et des ''angles d'attaque'' à opposer à Marine Le Pen. Cet article se consacre donc à Steve Bannon, mais il ne manifeste pas beaucoup de combativité ! Mr. Boutin reconnaît que les partis souverainistes vont continuer à remporter des victoires dans la plupart des pays du monde, tant que les mondialistes persévéreront dans leur politique délétère.

  • Par A M A - 12/03/2018 - 10:34 - Signaler un abus Le FN, fort de son succès

    Le FN, fort de son succès électoral, est à ramasser par les "faiseurs" de République. Pauvre Marine...

  • Par vangog - 12/03/2018 - 13:33 - Signaler un abus Discours fort et rassembleur de Marine Le Pen!

    Aucun excès de langage dans son discours, ni dans celui de Steve Bannon, malgré les désirs des politologues et science-pipologues, gardiens du système!...cet article ne nous apprend rien, car l’analyse n’effleure même pas le fond du discours de ces deux intervenants, à peine la forme...rien, excepté la peur qui semble envahir le camp des mondialistes! Oui, Steve Bannon a raison d’affirmer que les partis nationaux et patriotes vont dans le sens de l’histoire, alors que les partis de la mondialisation s’en éloignent, par leurs échecs répétés, qui aboutissent au chômage et à l’immigration de masse, à la désindustrialisation et à la desidentification des Nations. En privilégiant la forme et leurs fantasmes douteux, les contempteurs des partis résistants à la mondialisation ne pourront plus repousser le débat bien longtemps. Espérons que leurs arguments soient plus vigoureux que ceux de ce politologue...

  • Par Deudeuche - 12/03/2018 - 16:16 - Signaler un abus @Ganesha

    Les politiques délétères comprennent le libéralisme societal, ce qu’a bien compris le RN mais pas...tous ses soutiens!!!

  • Par ajm - 12/03/2018 - 22:51 - Signaler un abus Populismes au pluriel.

    Il y a de grands points communs dans les "populismes " d'Europe, en premier lieu et très clairement le refus de l'invasion migratoire et de l'islamisation. Pour le reste, beaucoup de divergences sur les plans economiques, societaux etc.. catholiques conservateurs pro - américains Polonais ou Hongrois, industriels de la Lombardie libre-echangistes et hostiles à la chienlit du sud, ouvriers français ancuens communistes et sans religion, allemands de l'ancienne RDA encore mentalement marqués par l'etatisme "protecteur " communuste; Bavarois catholiques attachés à un mode de vie un peu traditionnel villageois et convivial...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe Boutin

Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment  publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009)  et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€