Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi les Français aiment-ils les riches quand ils font du football mais pas quand ils créent des emplois

Le gouvernement vient de prendre un décret qui allège la charge fiscale pour les sportifs les plus riches, alors même qu’une remise en cause des « aides aux entreprises » est annoncée pour réduire la dépense publique et que l’affaissement de la croissance obligera à des arbitrages budgétaires compliqués. La mesure est prise dans l’indifférence générale, qui montre l’extrême tolérance des Français vis-à-vis de l’enrichissement des sportifs à comparer à leur intolérance vis-à-vis des chefs d’entreprise.

Homo Festivus

Publié le
Pourquoi les Français aiment-ils les riches quand ils font du football mais pas quand ils créent des emplois

 Crédit FRANCK FIFE / AFP

Le décret du 1er août 2018 relatif à l’exploitation commerciale de l’image, du nom et de la voix des sportifs et entraîneurs professionnels est une aubaine pour les quelques centaines de sportifs de haut niveau les mieux rémunérés. Publié dans la torpeur estivale, il applique une disposition de l’oubliée loi Braillard de 2017 restée lettre morte jusqu’ici faute d’un décret pour lui donner vie.

Dans la pratique, ce système consiste à défiscaliser les droits perçus par les sportifs dans le cadre des campagnes publicitaires dont ils sont les emblèmes.

Ainsi, alors que leurs salaires continuent d’être fiscalisées, le produit de ces campagnes peut leur être versé, sous réserve d’un accord collectif dans leur fédération, « hors rémunération », c’est-à-dire hors impôts. 

Cette mesure d’optimisation fiscale ferait hurler les défenseurs de l’impôt si elle s’appliquait à des chefs d’entreprise. Curieusement, parce qu’elle s’applique à des sportifs, elle ne soulève pas de commentaire particulier. 

Les riches sportifs en pleine concurrence internationale

On reprend ici le vieil adage pascalien: vérité en-deçà des Pyrénées, erreur au-delà. Tous les arguments qui servent à disqualifier l’optimisation fiscale pour les « plus riches » sont ici retournés méthodiquement pour expliquer que, s’agissant des sportifs, tout ce qu’on considérait comme faux hier, est vrai aujourd’hui. 

Ainsi, il est évident que le régime fiscal des rémunérations les plus élevées en France pousse à l’exil. Lorsqu’il s’agit d’investisseurs ou de chefs d’entreprise, les étatistes n’ont pas de mots assez durs pour dénoncer l’incivisme de ces traîtres qui quittent leur pays pour des raisons bassement matérielles.

En revanche, lorsqu’il s’agit de sportifs, il semble naturel de consentir à d’importants allègements fiscaux pour éviter qu’ils ne quittent la France. Et là, pas d’invocation de la solidarité dont ils devraient faire preuve vis-à-vis des plus pauvres. Personne ne s’offusque que des jeunes gens qui gagnent parfois des dizaines de millions d’euros chaque année exigent d’importants rabais fiscaux pour continuer à exercer leur talent en France. 

Vérité pour les riches sportifs, erreur pour les riches entrepreneurs

Il faut ici tâcher de comprendre pourquoi les Français sont absolument intolérants à l’amélioration de la situation fiscale des entrepreneurs, et parfaitement tolérants au même sujet chez les sportifs. Car il y a un paradoxe dans le traitement de chaque situation. 

Souvenons-nous des polémiques annuelles sur la rémunération de Carlos Ghosn. Les 6 ou 7 millions que l’intéressé gagne font systématiquement hurler l’opinion publique. Pourtant, quand Carlos Ghosn prend les rênes de l’entreprise en 2009, le chiffre d’affaires est tombé à 33 milliards € et Renault vend à peine 2,3 millions de voitures. En 2017, le chiffre d’affaires passe la barre des 45 milliards €, et Renault annonce le chiffre record de 3,7 millions de voitures vendues. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par MIMINE 95 - 07/08/2018 - 17:49 - Signaler un abus Un footballeur

    Ne risque pas de fermer votre usine et de vous envoyer à pôle emploi. C'est peut être ça qui change tout. Un détail, Gohsn a repris les rênes de renault en 2009 , mais il y régnait depuis déjà depuis un certain temps en tant que remplaçant de L Schweitzer et a toujours cumulé 2 rémunérations celle de Nissan et celle de Renault . Les petites Gens, à qui on demande systématiquement "de faire des efforts", aimeraient sans doute aussi voir leurs efforts récompensés par une prime généreuse, et des salaires plus généreux, ce qui n'est jamais le cas. ... Le succès d'une entreprise c'est certes , un dirigeant , mais aussi toutes les petites mains qui la font tourner, c'est peut être cette "broutille" qui rend les Français si chatouilleux. Ceci dit, la "fleur fiscale" qu'on accorde au milliardaire du foot est scandaleuse, et ce n'est pas si certain que ce "détail" serait apprécié des Français si la presse s'en faisait l'écho .

  • Par zelectron - 07/08/2018 - 22:29 - Signaler un abus les stades sont vides 90% du temps: quels gâchis !

    taxer le sport-spectacle aux mêmes taux que les casinos, lotos et autres paris sans oublier les jeux en ligne … et utiliser ces fonds pour financer les PMI/ETI manufacturières à l’exclusion des « marchands, importateurs et distributeurs » …

  • Par cloette - 08/08/2018 - 07:32 - Signaler un abus Bien d'accord

    Mais "sportif de haut niveau" , essentiellement les footballeurs, car les champions olympiques médaille d'or ne sont pas dans le même ordre d'enrichissement,(aucune comparaison ), les footballeurs richissimes, voila les nouveaux héros de notre société décadente .

  • Par MIMINE 95 - 08/08/2018 - 09:27 - Signaler un abus Panem et circenses

    du pain et du cirque (jeux du cirque) rien n'a changé depuis Rome . Voltaire écrivait à Suzanne Necker: "J'ai lu l'abbé Galiani. On n'a jamais été si plaisant à propos de famine. Ce drôle de Napolitain connaît très-bien notre nation : il vaut encore mieux l'amuser que la nourrir. Il ne fallait aux Romains que panem et circenses, nous avons retranché panem, il nous suffit du circenses, c'est-à-dire, de l'opéra-comique." Suzanne Necker discrète femme de lettres et épouse du célèbre ministre des finances était la mère de Madame de Staël.

  • Par Anouman - 08/08/2018 - 22:35 - Signaler un abus Fiscal

    Les Français ne connaissent pas le droit fiscal et toutes les anomalies clientélistes qu'il comporte. Sinon ça donnerait des boutons à certains (pas à ceux qui ne payent rien). Donc le problème ce ne sont pas les Français mais les gouvernements élus par les Français. Il ne faut pas se tromper de cible. Article à réécrire sur le bon sujet.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€