Jeudi 17 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi énergie renouvelable ne signifie pas forcément énergie bon marché

La Cour des comptes publie ce jeudi un rapport sur les énergies renouvelables. Ces dernières puisqu'elles sont renouvelables sont trop souvent considérées comme économiques, parfois à tort.

Eco-illusion

Publié le 25 juillet 2013
 
La Cour des comptes publie ce jeudi un rapport sur les énergies renouvelables.

La Cour des comptes publie ce jeudi un rapport sur les énergies renouvelables.

Atlantico : La Cour des comptes publie ce jeudi un rapport sur les énergies renouvelables. Quelles sont parmi elles celles qui sont exploitées en France et quel est leur bilan économique ? Quelles sont celles qui sont moins connues et qui mériteraient plus d'attention ?

Stephan Silvestre : La première énergie renouvelable exploitée en France reste le bois, qui représente près de 4% du bouquet énergétique national. Cette filière connaît un renouveau depuis le début des années 2000 grâce à l’essor des chaudières à granulés. Le principal handicap de cette ressource reste les émissions nocives lors de la combustion (monoxyde de carbone, composés organiques, particules fines), mais les améliorations techniques récentes les ont notablement réduites.

Ensuite, vient l’hydroélectricité (environ 2% du bouquet énergétique). Cette filière cumule les avantages : très faible coût, impact environnemental quasi-neutre, production d’électricité instantanée et sur demande. Hélas, presque tous les sites exploitables en France sont déjà équipés et sa part dans la production nationale ne pourra guère augmenter.

La troisième filière est celle des agrocarburants (1% du bouquet). Si on considère ce qui existe aux États-Unis, au Brésil, ou même en Allemagne, cette filière dispose encore d’un très fort potentiel de croissance. Cependant, la migration vers les produits de deuxième, puis de troisième génération est un enjeu majeur, dont toutes les contraintes techniques et économiques ne sont pas encore levées. Si les agrocarburants présentent certains atouts environnementaux sur leurs homologues fossiles, il ne faut pas se polariser sur cette question. Leurs principaux attraits sont ailleurs : ils permettent d’améliorer l’indépendance énergétique des pays qui les exploitent, mais aussi ils génèrent une activité économique appréciable dans certaines régions. Leur place dans le mix énergétique national relève donc avant tout des politiques publiques (françaises et européennes).

Enfin, la filière éolienne commence à émerger (moins 0,5% du bouquet). Son développement tient surtout au soutien économique de l’État via les tarifs avantageux de rachat des kWh produits. Les nombreux inconvénients de cette énergie (coût, intermittence, éloignement des centres de consommation) la rendraient sans intérêt industriel sans ce soutien artificiel.

Les autres sources (photovoltaïque, géothermie, biogaz, incinération des déchets) restent marginales et cantonnées à un usage local. Parmi elles, la géothermie sera probablement appelée à se développer, au moins pour le compartiment chauffage de l’énergie. La R&D dans ce domaine mériterait d’être soutenue.

Faut-il définitivement se débarrasser de l'idée qu'une énergie parce qu'elle est renouvelable permet de faire des économies ?

En aucun cas le caractère renouvelable d’une énergie implique un bas coût. Le coût d’un kWh produit résulte de trois composantes : le combustible (ou ressource), le coût opérationnel (fonctionnement et maintenance) et le coût d’amortissement des investissements. Or, il s’avère que, hormis l’hydroélectricité, les énergies sans combustible affichent les coûts d’investissement par kWh les plus élevés. Certes, on ne paye pas le vent ni le soleil, mais il faut bien remplacer les équipements. En cela, la notion de renouvelable est très relative. En réalité, les énergies les moins chères sont celles qui sont produites à la plus grande échelle, comme le nucléaire. À l’autre extrémité, le photovoltaïque est hors de prix car chaque équipement ne s’amortit que sur une très petite production. 

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par bartolo - 28/07/2013 - 21:45 - Signaler un abus on se calme

    @TG Merci de conserver votre calme, surtout que je dis exactement le contraire de ce que vous semblez vouloir me faire dire, la fusion controlée n'est pas pour demain, ni en France, ni ailleurs, ce n'est pas du négationnisme. Je me permet cependant de maintenir que la 1e réaction de fusion non stellaire a eu lieu dans le 2e étage d'une bombe H il y a une soixantaine d'années entre un noyau de Deutérium et un de Tritium. 60 ans plus tard, on ne sait pas encore initier la réaction sans consommer plus d'énergie qu'elle n'en produit. Mon propos consiste juste à dire qu'il serait prudent de ne pas vendre ca comme une solution définitive pour la fin du siècle.

  • Par France Energie Eolienne - 26/07/2013 - 17:00 - Signaler un abus L'éolien est une filière compétitive et raisonnable

    Les sénateurs de la Commission d’enquête sur les coûts de l’électricité relève le 18 juillet 2012 que l'éolien terrestre est "d'ores et déjà une filière mature et compétitive", avec un prix de 82 euros du Mw/h. Ce même rapport établie un coût du nucléaire entre 54 et 70 euros et désormais nous savons que l’EPR dépasse ces 70 euros le Mw/h… La différence devient donc plus que tenue et le cout global du développement de l’éolien semble bien loin du cout global du pétrole et du nucléaire en France....
    La facture totale énergétique de la France sur les douze derniers mois de Septembre 2011 a septembre 2012 frôle la barre des 67 milliards d’euros, soit une forte hausse, de plus de 18%. À elle seule la facture pétrolière s’élève à près de 54 milliards d’euros, soit plus de 80% du total (Commissariat général au développement durable (CGDD) dans sa note de conjoncture énergétique).
    Rappelons également que l’augmentation du prix de l’électricité en 2013 est essentiellement due pour la CRE à l’augmentation du prix des combustibles et des charges de personnel.
    Pour en savoir plus sur l'éolien et l'énergie éolienne en France : http://fee.asso.fr

  • Par fraxcu - 25/07/2013 - 20:52 - Signaler un abus Des vrais chiffres

    Cher Monsieur ingénieur en physique. Vous êtes peut être doué dans votre domaine mais svp lisez l'actualité . Les derniers taris de photovoltaïque sont de l'ordre de 13 a 15 ctes. Alors pourquoi parlez vous de 40 a 70 . Êtes vous payé par le lobby nucléaire - EDF ?

  • Par fraxcu - 25/07/2013 - 20:52 - Signaler un abus Des vrais chiffres

    Cher Monsieur ingénieur en physique. Vous êtes peut être doué dans votre domaine mais svp lisez l'actualité . Les derniers taris de photovoltaïque sont de l'ordre de 13 a 15 ctes. Alors pourquoi parlez vous de 40 a 70 . Êtes vous payé par le lobby nucléaire - EDF ?

  • Par fraxcu - 25/07/2013 - 20:52 - Signaler un abus Des vrais chiffres

    Cher Monsieur ingénieur en physique. Vous êtes peut être doué dans votre domaine mais svp lisez l'actualité . Les derniers taris de photovoltaïque sont de l'ordre de 13 a 15 ctes. Alors pourquoi parlez vous de 40 a 70 . Êtes vous payé par le lobby nucléaire - EDF ?

  • Par fraxcu - 25/07/2013 - 20:52 - Signaler un abus Des vrais chiffres

    Cher Monsieur ingénieur en physique. Vous êtes peut être doué dans votre domaine mais svp lisez l'actualité . Les derniers taris de photovoltaïque sont de l'ordre de 13 a 15 ctes. Alors pourquoi parlez vous de 40 a 70 . Êtes vous payé par le lobby nucléaire - EDF ?

  • Par jerem - 25/07/2013 - 14:24 - Signaler un abus @TG - 25/07/2013 - 13:56

    oui !!! il faudra aussi avoir l'honneté d'accorder a des energies recentes , l'espace temps lié aux economies d'echelle .... on nous l'a parfaitement fait l'illustration avec l'EPR qui va coute deux fois plus au kw h qu'une centrale traditionnelle avec son prix de revient passé de 3,5 a 8milliards et poru lequel le PDG Proglio a eu cette phrase sublime : "nous sommes dans le budget (respiration d'une longue seconde) actualisé".
    j'imagine le responsable d'un projet expliqué en reunion qu'il a respecter le budget actualisé la veille , pour s'exempter de quelques explications sur l'ecart avec le budget initial .
    En l'espece c'est vraiment dommage , on aurait aime entendre parlé de la tres haute performance de Bouyghes sur le sujet du béton pour cet EPR ... evidemment avec toutes les chaines disponibles , on aurait meme pu dispenser TF1 et LCi d'en parler .... Et plouf rien dans les reportages passionnant sur la pose de la grosse cloche .....
    Quel dommage on aurait pu ecouter un discours sur BFM sur les performance du privé avec une interview passionnante de Mme Verdier Molinier qui n'a de cesse de nous conter le monde magique du privé contre l'abomination du public.

  • Par jerem - 25/07/2013 - 14:15 - Signaler un abus @wolfgangamadp - 25/07/2013 - 12:20

    tres bien vu mais inutile de vous emballer. A part le gogo que l'on nous met dans le micro-trottoir permanent , on sait parfaitement que les evolutions sur le batiment n'ont pas vocation a reduire a neant la facture mais a en déplacer ses composantes par les natures des energies (matieres périssables , matieres étrangeres ) au regard d'un truc qui s'appelle l'indépendance et l'economie.
    Vos fenetres ne vous rapporteront rien au bout de 15 ans ? pas sur ! elles vous rapporteront peut etre le gain sur la hausse du prix du baril si vous continuez a pointer chez le sieur qatar qui vous contera rapidement la fable de l'offre et de la demande pour vous faire payer bcp plus cher ce delicat produit qui vous enchante l'hiver et vous permet de mitonner vos petits plats sans avoir des braises sur la viande.
    Grosse Arnaque.... mais qui va penser que la voiture electrique restera un vehicule sans energie taxée .... deja les constructeurs propose la formule par abonnement qui permettra a l'etat d'accoler une ligne supplémentaire comme pour la facture d'electricité classique ....
    deja qu'ils songent a faire payer l'eau a tous les etages , on attend celui qui s'attaquera à l'oxygene

  • Par TG - 25/07/2013 - 14:03 - Signaler un abus Remettre les pendules a l'heure ! (suite et fin)

    @bartolo
    Faut arretter la picole mon grand car ca nuit gravement a ta capacite de reflexion !
    La fusion mise en oeuvre il y a 50 ans dans la bombe H ?... A prioris toi tu enfume de trop pour raconter de telles enormitées !!!
    Bombe H = Bombe a Hydrogene (mais fission de l'atome)
    Rien a voir avec la fusion nucleaire chaton, sinon ca fait longtemps qu'on serait sortit de l'auberge... Ou alors c'est vraiment qu'en France on est les plus con au monde, car avoir la technique de la fusion nucleaire (phenomene naturel au sein de toute etoile comme le soleil) et continuer a se faire chier a importer du petrole ce n'est certes pas la decision du siecle...
    Les negationnistes verts ont le cervelet en fusion a prioris !

  • Par TG - 25/07/2013 - 13:56 - Signaler un abus Remettre les pendules a l'heure !

    @Aigletueur :
    Vous les sortez d'ou vos chiffres bidons, de la cuisse de Jupiter ?
    Car il suffit de se donner la peine de lire le dernier rapport de la cour des comptes a ce sujet (paru aujurd'hui meme dans la presse) pour denigrer totalement vos chiffres.
    - Cout du nucleaire = 49.5 Euros/Mwh soit divisé par 1000 pour obtenir le prix au Kwh = 0,495 centimes d'Euros (comme cet article le dit si bien).
    - Cout du photovoltaique = entre x 2.3 et x 11 fois ce meme cout ce qui donne entre 1,13 et 5,44 Euros/kwh.
    On est loin de vos elucubrations post soixante huitarde ecolo-bobo a la sauce je noie le poisson mon vieux !

  • Par wolfgangamadp - 25/07/2013 - 12:20 - Signaler un abus L'écologie c'est bien souvent

    L'écologie c'est bien souvent la ruine.
    Changer les fenêtres d'un 5 pièces coute 15 000 €. Dans 25 ou 30 ans la camelote vendue actuellement sera HS. Vous n'économiserez jamais 15 000 € de chauffage durant cette période...
    Et que dire de l'isolation intérieure des murs à Paris : 15 cm tout le long, ça fait combien de m² de perdu avec un m² à 8 500 € ? Vous perdez de l'argent si vous vendez.
    Tout ça c'est un business de gros capitaliste qui surfe sur les délires d'idéologues écolo extrémistes.
    On peut parlez aussi des nouvelles ampoules hors de prix et pas toujours plus durable que les anciennes (par contre elles éclairent mal). Le consommateur est roulé sur toute la ligne : il achète très cher des ampoules pour moins consommer et on lui augmente le prix de l'énergie, justement parce qu'il consomme moins (ou qu'il consomme écolo) et qu'il faut bien gagner autant. Pollueur payeur ? non, tout le monde payeur.
    Et les plaques en fibro que l'état a vendu en encaissant la TVA et en empoisonnant le peuple ? le consommateur doit encore payer (très cher) pour les mettre en décharge. Un scandale... à tel point qu'elles sont balancées n'importe où...

  • Par bartolo - 25/07/2013 - 11:53 - Signaler un abus La prospective scientifique se plante tjs sur le long terme

    Vous dites "À plus long terme (fin du XXIe siècle), la fusion thermonucléaire devrait permettre une réelle rupture"... C'est purement spéculatif. La fusion a été mise en oeuvre il y a + de 60 ans (bombe H) et les progrès effectués depuis 60 ans sont hélas moins importants que ce qu'il reste à faire pour arriver à une exploitation industrielle rentable. Alors prédire que ca sera rentable dans moins de 90 ans est à peu près aussi risqué que d'annoncer au début des années 70 qu'aller sur la Lune serait devenu banal en l'an 2000, comme je l'ai entendu.

  • Par pemmore - 25/07/2013 - 10:54 - Signaler un abus L'éolien offshore, sans doute le seul logique,(quoi que)___!

    apportera sans doute des entreprises proches pour profiter de la manne .
    Mais quand je vois les éoliennes horizontales dans le choletais (régions marines soumises à des vents tournants incapables de suivre le vent, je n'y crois pas du tout).
    On apprenait ça à l'école primaire, brise de terre, brise de mer et vents intermédiaires dus aux nuages).
    Il n'y a que l'éolienne à axe vertical qui est adaptée à ces variations brutales.

  • Par aigletueur - 25/07/2013 - 09:11 - Signaler un abus Correction sur l'éloignement des sites de consommation

    Il est inexact de dire que "les nouvelles énergies sont produites dans des lieux éloignés des zones de consommation". En effet par exemple les ombrières photovoltaïques de parking des grandes surfaces permettraient au contraire de réduire les infrastrutures acheminant la nécessaire part de l'énergie nucléaire sur les grandes surfaces.

  • Par aigletueur - 25/07/2013 - 09:06 - Signaler un abus erreur sur le prix réel de l'énergie photovoltaïque

    Le prix réel de l'énergie photovoltaïque n'est pas de 40 à 70 c€/kWh mais inférieur à 20 c€/kWh

Stephan Silvestre

Stephan Silvestre est ingénieur en physique appliquée, Professeur à l'ESG Management School et spécialiste des risques énergétiques. Il est membre de la chaire des risques énergétiques de l’ESG-MS et anime le blog Risk Energy.

Il est le co-auteur de "Perspective énergétiques" qui vient de paraître aux Editions Ellipses

Voir la bio en entier

Fermer