Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 18 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi les Britanniques s’inquiètent qu’une cyber attaque puisse déclencher une attaque nucléaire par erreur

Des experts du très sérieux think-tank Chatam House s'inquiètent de la vulnérabilité numérique de l'écosystème de la force de dissuasion nucléaire britannique.

Bonne ambiance

Publié le
Pourquoi les Britanniques s’inquiètent qu’une cyber attaque puisse déclencher une attaque nucléaire par erreur

Atlantico : Le think tank « Chatam House » a publié un rapport pointant du doigt les failles informatiques des systèmes de défense nucléaire britannique. Les auteurs Beyza Unal et Patricia Lewis insistent sur l'absence d'intérêt porté au fil des décennies à la mise à jour des systèmes de sécurité informatique. Est-ce que ce constat pourrait être transposable à la France selon vous et avec quel degré de prudence aborder ce rapport ?

Franck DeCloquement : Il est intéressant avant toute chose de revenir sur les profils et les qualités respectives des deux signataires qui ont rédigé ce document de 26 pages, aux accents particulièrement alarmistes : « Cybersécurité des systèmes d'armes nucléaires / menaces, vulnérabilités et conséquences ».

Le docteur Beyza Unal est chercheur au Département de la sécurité internationale de Chatham House. Elle est en outre spécialiste des politiques d'armes nucléaires et dirige des projets sur les armes chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires. Elle mène également des recherches sur la cybersécurité et la protection des infrastructures critiques, en particulier sur les centrales nucléaires civiles. Auparavant, elle a travaillé à la Direction de l'analyse stratégique du commandement allié et de la transformation de l'OTAN, enseigné les relations internationales, retranscrit des entrevues sur l'histoire politique turque et a été observatrice électorale internationale lors des élections parlementaires irakiennes de 2010. Elle s'intéresse aussi à la politique de défense et de sécurité de l'OTAN ainsi qu'à la sécurité au Moyen-Orient. Le docteur Unal a reçu diverses bourses pour ses réalisations. Elle est une ancienne étudiante de William J. Fulbright et a reçu des fonds du département de l'Énergie des États-Unis pour participer à des ateliers au Brookhaven National Laboratory et au James Martin Centre for Non proliferation Studies, ainsi qu'au Sandia National Laboratory.

Le docteur Patricia M Lewis qui a la double nationalité britannique et irlandaise, est pour sa part directrice de la recherche « Sécurité internationale » de Chatham House. Ses anciens postes incluent celui de directeur adjoint et scientifique au Centre d'études sur la non-prolifération de l'Institut d'études internationales de Monterey. Mais aussi de directeur de l'UNIDIR, et Directeur de VERTIC à Londres. Le Dr Lewis a siégé à la Commission ADM 2004-6 présidée par le docteur Hans Blix, mais aussi dans le Groupe consultatif sur les priorités futures de l'OIAC 2010-2011 également présidé par l'Ambassadeur Rolf Ekeus. Elle a été conseiller auprès de la Commission internationale sur la non-prolifération et le désarmement nucléaires (ICNND) 2008-2010, présidée par Gareth Evans et Yoriko Kawaguchi. Elle est titulaire d'un BSc (Hons) en physique de l'Université de Manchester et d'un doctorat en physique nucléaire de l'Université de Birmingham. Le Dr Lewis est lauréate du prix Joseph A Burton 2009, décerné par « l'American Physical Society » en reconnaissance de sa « contributions exceptionnelles à la compréhension ou à la résolution par le public, de questions touchant l'interface de la physique et de la société ».

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Franck DeCloquement

Franck DeCloquement est praticien et expert en intelligence économique et stratégique (IES). Membre fondateur du Cercle K2 et ancien de l’Ecole de Guerre Economique de Paris (EGE), il est en outre professeur à l'IRIS (Institut de Relations internationales et stratégiques) en "Géo-économie et intelligence stratégique". Il enseigne également la "Géopolitique des médias" en Master 2 recherche "Médias et Mondialisation", à l'IFP (Institut français de presse) de l'université de Paris II Panthéon-Assas. 

Franck DeCloquement est aussi spécialiste sur les menaces Cyber-émergentes liées aux actions d'espionnage économique et les déstabilisations de nature informationnelle et humaine. Il est en outre intervenu pour la SCIA (Swiss Competitive Intelligence Association) à Genève, aux assises de la FNCDS (Fédération Nationale des Cadres Dirigeants et Supérieurs), à la FER (Fédération des Entreprises Romandes à Genève) à l’occasion de débats organisés par le CLUSIS - l'association d’experts helvétiques dédiée à la sécurité de l'information - autour des réalités des actions de contre-ingérence économique et des menaces dans la sphère digitale. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€