Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Politique de la ville : avons-nous besoin de nouveaux plans ou d’une révolution culturelle... que personne n’est prêt à assumer ?

Emmanuel Macron réunit ce mardi 22 mai les acteurs de la politique de la Ville à l'Elysée. Il va dévoiler les initiatives préparées... mais s'agira-t-il d'un nouveau plan pour les banlieues ?

Schizophrénie made in France

Publié le
Politique de la ville : avons-nous besoin de nouveaux plans ou d’une révolution culturelle... que personne n’est prêt à assumer ?

Atlantico : Emmanuel Macron présente a convoqué le  "Conseil présidentiel des villes" pour présenter des mesures pour les quartiers en difficulté. Ce type d'annonces fait partie des sujets récurrents en la matière, sans que la situation ne s'améliore. Quel diagnostic faîtes-vous de ces politiques et de la réalité dans ces quartiers?

Farid Temsamani : L'arlésienne de la République: c'est quelque peu le ressentiment que l'on peut avoir vis-à-vis du traitement de la problématique de la Banlieue tant les rendez-vous ont été manqués depuis 1977. 

Le sujet est traité comme un passage obligé pour les présidents successifs, qu'il faut gérer avec tact pour ne froisser ni les habitants de ses quartiers, ni les acteurs du monde associatif - derniers samaritains dans ces territoires relégués, ni le reste de la population française qui pense injustement que les banlieues sont largement choyés par la République.

La réalité est malheureusement tout autre. Depuis l'avènement de la question de l'habitat face aux désastres de ces constructions avec le premier plan Banlieue initié par feu Jacques Barrot il y a 41 ans, 14 plans successifs ont été engendrés. Le constat d'échec est sans appel. La méthode du saupoudrage systémique sans réelle volonté politique n'a jamais réussi à enrayer les difficultés et les relégations à tout point de vue de ces quartiers. Pire, alors que l'on a été incapable de répondre aux sujets concernant l'habitat, les transports, l'éducation, la formation ou l'emploi, sont venus se rajouter d'autres maux tels que l'insécurité, les discriminations ou la question identitaire.

Pourtant, l'élection d'un Président jeune aux discours innovants lors de la campagne présidentielle pouvait redonner un espoir à ces millions de français vivant dans ces territoires relégués.

Hélas, ce sujet est abordé une année après la prise de fonction du Président. Nous avons le sentiment, encore une fois, que cette problématique est relayée aux priorités secondaires et que la volonté politique se fera encore attendre.

Or, il faut bien comprendre: plus tard sera considérée avec sérieux la question de la Banlieue, plus la correction pour tous sera lourde et violente malheureusement. En attendant, nous observons un accroissement de cette marginalisation subie ou de confort concernant ces territoires et habitants avec le risque de mettre en branle la notion même du modèle républicain français.

Les mesures qui se sont succédées prennent-elles vraiment en compte la réalité sociologique et les comportements individuels?  La question du logement par exemple, se heurte aux réalités du marché, de la pression sur les prix et de la carte scolaire. Comment un gouvernement peut-il présenter des mesures efficaces compte-tenu de cet état de fait, auquel s'ajoute la volonté des habitants de quitter ces quartiers dès qu'il le peuvent ?

Farid Temsamani : C'est tout le problème vis-a-vis de ce que l'on appelle la politique de la ville. Historiquement, le constat est juste. Or, aucun gouvernement n'a pris réellement la mesure d'un traitement fort et spécifique de ces quartiers. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Djib - 22/05/2018 - 08:56 - Signaler un abus On veut traiter les conséquences ...

    ... sans s'attaquer aux causes: 1/ une immigration incontrôlée devenue folle et que les dernières mesures en faveur d'un regroupement familial encore plus large, vont encore accélérer; 2/ l'importation de populations dont les moeurs, la religion, l'hostilité revancharde voire haineuse à notre égard, vouent à l'échec toutes les politiques d'intégration.

  • Par Ganesha - 22/05/2018 - 10:48 - Signaler un abus Composante naturelle

    Samedi passé, dans l'émission ''On n'est pas couché'', Malek Boutih a raconté que Nicolas Sarkozy, qui était pourtant un adversaire politique, lui avait proposé de devenir ministre, en charge de la rénovation des banlieues. Mais il avait refusé, considérant que ce problème ne relevait pas d'un traitement partiel, mais d'un changement global de la société dans laquelle nous vivons. Auschwitz était une ''composante naturelle'' du Nazisme : inutile et dérisoire que de prévoir un ''plan de rénovation des baraquements'', ou d'enfin installer de vraies douches, en plus de celles, factices, des chambres à gaz. Tout comme le Nazisme et le Communisme soviétique, cette ''honte pour l'Humanité'' que constitue le régime criminel du ''Capitalisme libéral'', doit tout simplement être éradiqué, jeté dans les poubelles de l'Histoire !

  • Par Ganesha - 22/05/2018 - 10:52 - Signaler un abus Deux propositions pratiques

    Bien évidemment, il est urgent de mettre un coup d'arrêt radical à l'immigration légale et illégale, ainsi qu'au regroupement familial ! Mais pour cela, il faudrait que les multinationales du bâtiment comme Bouyges, soient contraintes à engager exclusivement des travailleurs de nationalité française ! Ce qui diminuerait sérieusement les dividendes versés aux actionnaires... Quant à la farce grotesque que constitue notre législation de prohibition du cannabis, unique en Europe, et d'un échec retentissant, il ne reste plus que les vieux croûtons, abonnés d'Atlantico, pour être bornés au point de la justifier !

  • Par guy bernard - 22/05/2018 - 11:08 - Signaler un abus faire appel à des compétences.

    urbaniste ou aménageur, c'est un métier, et cela relève de la micro-économie, avec des compétences multi-disciplinaires. tout cela est négligé au profit d'un maire qui assume les fonctions des qu'il a le c...sur son fauteuil d’élu et des fonctionnaires qui n'ont ni compétences ni responsabilités, le tout sous influences diverses et variées. le probleme est simple : faire appel à ces compétences. pour arroser le sable, on trouve toujours des jardiniers.

  • Par edac44 - 22/05/2018 - 11:25 - Signaler un abus Et s'il était maintenant trop tard pour s'en sortir sans ...

    Et s'il était maintenant trop tard pour s'en sortir sans recourir à la guerre civile ??? Mad Max en France, voire en Europe, est-ce pour bientôt ??? Mais ce n'est pas en investissant encore plus massivement l'argent du contribuable qui en a d'ailleurs raz le bol de se faire pomper en pure perte, que l'on soldera 60 ans d'immigration incontrôlée par la lâcheté politique de tous nos dirigeants successifs et aujourd'hui devenue plus que jamais ingérable. Qui se souvient des "petites odeurs de Jacques Chirac == > http://bit.ly/2rXW8Ey ou comment devenir raciste vu par Patrick Timsit dans "La crise" ==> http://bit.ly/2GC37Yl Alors, oui, "le camp des saints", c'est pour demain, ce roman de Jean Raspail, paru en 1973 se être relève aujourd'hui plus que prémonitoire. Et cette fois, on va avoir du mal à tous s'en sortir vivants mais rassurons nous, comme dans toutes les guerres, ce sont toujours les mêmes qui les provoquent et qui s'en sortent.

  • Par edac44 - 22/05/2018 - 11:27 - Signaler un abus Correction

    Lire : ce roman de Jean Raspail, paru en 1973 se révèle être aujourd'hui plus que prémonitoire

  • Par ajm - 22/05/2018 - 15:15 - Signaler un abus Point of " no return".

    Parodiant la chanson d'un western célèbre, le point de non retour est dépassé depuis des années. Il reste maintenant à tenter de limiter les dégâts en arrêtant au maximum le flux entrant et en isolant les poches infectées de celles qui sont encore saines ou guerissables. Les débilités profondes visant à assimiler le capitalisme libéral , qui est la SEULE economie qui fonctionne et qui a déjà fonctionné , même quand elle fonctionne mal , sous l'effet d'une gouvernance politique et monétaire inadaptée, ne font qu'introduire un biais délétère potentielle très fort à une situation qui est déjà compromise.

  • Par DANIEL74000 - 22/05/2018 - 17:56 - Signaler un abus traiter les causes

    a/supprimer les 1000 offices HLM et leurs foncières et vendre la majeur partie des logements dit sociaux b/ Appliquer la loi et faire respecter la force publique c/ Travailleurs sociaux oui mais non des hors la loi d/ Supprimer toutes les subventions aux partis politiques, aux syndicats aux associations e/Aucun centime d'argent public sans contrepartie et rendre les parents responsables financièrement et pénalement de leurs enfants La société n'est pas responsables des délits commis par corporatisme ou en bande ; la pauvreté n'est pas la cause des crimes, je sais de quoi je parle, le travail ne manque pas mais l'envie de le faire OUI

  • Par Pharamond - 22/05/2018 - 20:18 - Signaler un abus Hypothèse /idée reçue.

    Le plan Borloo pêche,à mon sens,par des hypothèse,au moins une:qui est une idée reçue.:que les populations exogènes qui y habitent, veulent s'intégrer Ce n'est pas le cas pour une très grande partie d'entre-eux. On n'a pas attendu les années 2000 pour étudier le comportement de ces populations Ce point a besoin d'être étayé;je le ferai sous peu..

  • Par Pharamond - 22/05/2018 - 20:57 - Signaler un abus Correction

    "par des hypothèseS" bien sur.

  • Par zombikiller - 22/05/2018 - 20:58 - Signaler un abus C'est Mr Bigot

    Qui devrait être ministre. Il a visiblement tout compris. Il faut juste mettre en œuvre ...

  • Par l'enclume - 23/05/2018 - 09:53 - Signaler un abus Pour information

    Ganesha : https://www.causeur.fr/hollande-boutih-onpc-gauche-ruquier-151397

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Farid Temsamani

Farid Temsamani est consultant en intelligence économique et porte-parole de l'association "Banlieue Plus".

Voir la bio en entier

Guillaume Bigot

Guillaume Bigot est membre des Orwéliens, essayiste, et est aussi le Directeur Général de l’IPAG Business School. Il est également chroniqueur sur BFM Business et sur France Libre TV. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€