Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 17 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Plan logement : pourquoi le gouvernement calcule mal les risques d'effet boomerang sur les logements sociaux

La « stratégie logement » du gouvernement dévoilée ce mercredi 20 septembre par Jacques Mézard,​ ministre de la cohésion des territoires, a révélé les arbitrages du gouvernement en la matière.

Mauvais calcul

Publié le
Plan logement : pourquoi le gouvernement calcule mal les risques d'effet boomerang sur les logements sociaux

Atlantico : Comment analyser le choix de faire porter la majorité de l'effort, soit 1.4 milliards d'euros, sur le parc social, qui ne concentre pourtant que 45% des aides versées. En quoi ce choix est il, ou non, justifié ? Quelle est la cohérence du plan dans sa globalité ? ​​ ​

Philippe Crevel : Depuis 1945, l’accès au logement est une priorité pour tous les gouvernements. La pénurie en logements est une réalité en France depuis plus de 70 ans.

Elle fait suite aux retards accumulés durant l’entre-deux guerre, aux destructions de la Seconde Guerre mondiale, au baby-boom, au retour des pieds noirs et l’arrivée de nombreux immigrés dans les années 60.

Les années 50 et 60 furent marquées par la multiplication des bidonvilles près des grandes agglomérations. Leur résorption est intervenue au début des années 70. Même si à l’époque plus de 500 000 logements étaient construits par an, une partie de ces constructions était de piètre qualité et ne correspondait pas aux aspirations de la population transformée par les Trente Glorieuses. En outre, les logements sociaux pour des raisons de coûts et de disponibilité du foncier ainsi que pour des raisons sociologiques ont été construits à l’écart du centre des agglomérations.

En 1977, Raymond Barre, Premier Ministre de Valéry Giscard d’Estaing, décida une réorientation de la politique en faveur du logement en privilégiant l’aide à la personne. L’Allocation Personnelle au Logement fut alors créée. De 1977 jusqu’aux années 2000, les aides à la personne ont augmenté. La possibilité pour les étudiants d’accéder aux APL a abouti à leur amplification. Depuis des années, la Cour des Comptes interpelle les pouvoirs publics sur une remis en cause de la politique en faveur du logement, tant pour des raisons budgétaires que pour des raisons d’efficacité.

C’est dans cet esprit que le Président de la République, Emmanuel Macron  a annoncé lundi 11 septembre plusieurs mesures en faveur du logement qui sont insérées dans le projet de loi dont les grandes lignes seront  présentées au Conseil des Ministres du 20 septembre prochain. Des économies sont prévues tant en ce qui concerne le logement social, les aides à la personne et les aides à la pierre.

Le logement social occupe une place importante dans notre pays : avec 4,8 millions de logements, le parc social représente un logement sur six et près de la moitié du parc locatif. Les aides publiques qui lui sont consacrées s’élevaient à 17,5 milliards d’euros en 2014.

Le logement social fait l’objet de nombreuses critiques. Il coûte cher. Les locataires ne sont pas obligatoirement ceux qui devraient l’être. Les organismes d’HLM préfèrent avoir des locataires ne respectant pas les critères d’attribution mais solvables. Par ailleurs, les HLM ne sont pas toujours situés dans les villes ou les quartiers où il y a de réels besoins.

En matière d’HLM, le Président de la République a décidé de modifier la politique du logement en jouant sur plusieurs curseurs. Il a annoncé la création de 50 000 places de logement au profit de personnes en situation de précarité dont 10.000 dans des pensions de famille et 40.000 dans le parc locatif. Ces places doivent remplacer des nuitées d'hôtels, jugées inadaptées et coûteuses. Au niveau du parc social, le Président de la République a demandé une plus grande mobilité des locataires. Il entend également activer une politique de baisses des prix des logements sociaux. A cette fin, il s’est engagé à geler durant deux ans le taux du Livret A. Ce gel devrait stabiliser le coûts des emprunts pour les organismes de logement social qui sont appelés en contrepartie à réduire le montant des loyers afin de compenser la diminution du montant des APL. Cette dernière pourrait atteindre 50 euros. Il a été également un plan de vente de 40 000 logements sociaux par an à leurs occupants (contre 8 000 à 10 000 aujourd’hui).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 21/09/2017 - 10:10 - Signaler un abus Ces avantages offerts au parc HLM...

    vont accentuer les différences avec le parc privé dont les bailleurs paieront pour tous ces cadeaux indus...les raisons qu'invoquent Crevel pour expliquer la faiblesse du parc immobilier Français sont exactement les mêmes que l'Allemagne. Or l'Allemagne possède un parc immobilier très suffisant, de qualité, et aux loyers tellement peu chers, qu'ils n'incitent pas les Allemands à s'endetter pendant trente ou quarante ans pour acheter. Les retraités allemands préfèrent voyager, tandis que les retraités Français sont assis sur le magot des banquiers. La France gauchiste a toujours privilégié les aides calamiteuses et successivement inefficaces, aboutissant à l'inverse de ce qui était prévu, et l'emprunt bancaire. Ces 20 à 30% de locataires "sérieux" qui seront exclus du logement social par Macron pour y loger des Mohamed Merah ou des Coulibaly, devront emprunter beaucoup et à moindre taux (pour le moment...) afin de compenser la manne étatique. Et ceux qui vont voir arriver les Merah et les Coulibaly dans le logement social ne vont pas être déçus du voyage...

  • Par hermet - 21/09/2017 - 10:36 - Signaler un abus Macron déteste la France

    Macron va encore finir de défigurer ce pays qui devient de plus en plus laid, le logement social contribue à 'augmentation des loyers et des prix de l'immobilier pour les zones préservées des populations que le logement social a et va encore plus accueillir, le pays s'enfonce...

  • Par moneo - 21/09/2017 - 10:55 - Signaler un abus mr Crevel parle de choses qu'il a appris dans les livres

    il est complètement à côté de la plaque ou atteint d'un strabisme trés important les immeubles des années 60/70 ont été vus comme la panacée par les bénéficiaires,heureux d'échapper à leur taudis ou leurs appartement avec WC sur le pallier et sans salle de bains.les archives de l'INA devraient pouvoir faire un travail d'historien sur le sujet. Les habitants ne bougeaient pas ,la population était homogène.. Puis et cela mr Crevel semble l'ignorer la population est devenue Nord Africaine et Africaine. ce qui entraîné 2 phénomènes 1/ quand la majorité des enfants en classe ne parle pas français à la maison c'est toute la classe qui en pâtit ( 12 par classe désormais) 2/ conséquence tous les non africains qui le peuvent cherchent une porte de sortie pour leurs enfants 3/ le piège du ghetto s'est refermé Les besoins des arrivants en augmentation permanente ne suffisent pas cependant.Regardez la tête des candidats défendus par les associations de mal logés les anciens habitants se débrouillent ailleurs et l'Etat à chaque ministre fait sa loi pour résoudre le problème à coup de défiscalisations ...alors que le problème est aussi la surimposition

  • Par tubixray - 22/09/2017 - 09:07 - Signaler un abus Et merci M. Chirac

    Cet ancien chef d'état prétendument de droite (il m'a bien eu) a laissé le coût de l’immobilier doubler pendant ses 12 ans de pouvoir ... Les français moyens non propriétaires se sont tous retrouvés appauvris et sont devenus des français en difficulté financière ... Il faut aussi rappeler que la population française a explosé ces dernières décennies ce qui ne fait qu'empirer les problèmes de logement .... Nous en connaissons bien les raisons mais chut ... pas de xénophobie SVP .

  • Par moneo - 22/09/2017 - 10:20 - Signaler un abus @ monsieur Crevel

    https://www.publicsenat.fr/article/societe/l-histoire-du-logement-en-5-dates-77549 Trés intéressantes les observations sur l'état du logement. Vous voyez un moment un reportage sur Montpellier ,j'ai emménagé dans cette ensemble en 1965. quand j'étais encore étudiant..on était heureux comme des fous.Quand on voit ce qu'est devenu Montpellier Nord... Mr Crevel l'immigration est taboue MAIS la réalité finit toujours par s'imposer ,il n' y'a que les manipulateurs qui peuvent penser que la réalité n'existe pas

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Crevel

Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€