Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pain blanc, riz, bagels… ces glucides apparemment inoffensifs qui augmenteraient le risque de cancer du poumon autant que la cigarette

Une nouvelle étude, dirigée par le Dr Stephanie Melkonian de l'Université du Texas MD Anderson Cancer Center, a révélé que les personnes ayant une alimentation à l'indice glycémique élevé ont 49% de chances de plus que les autres de contracter un cancer du poumon, et ce même chez les non-fumeurs.

En travers de la gorge

Publié le - Mis à jour le 21 Mars 2016
Pain blanc, riz, bagels… ces glucides apparemment inoffensifs qui augmenteraient le risque de cancer du poumon autant que la cigarette

Une nouvelle étude (voir ici) démontre qu'avoir un indice glycémique élevé augmente de 49% les chances d'avoir un cancer du poumon, et ce même pour les non-fumeurs. Quels sont les principaux aliments qui font augmenter notre indice glycémique ?

David Khayat et Nathalie Hutter-Lardeau : L'indice glycémique correspond à la capacité d'un aliment à augmenter le taux de glucose pendant les 2 à 3 heures après le repas. La charge glycémique prend en compte à la fois l'indice glycémique des aliments consommés et la quantité consommée. On classe généralement les aliments en trois catégories d'indice glycémique : faible, modéré, élevé. Le glucose est à 100. Certains fruits, par exemple, ont un indice glycémique bas, comme l'abricot ; d'autres ont un indice glycémique élevé, comme le melon.

 

Les principaux aliments qui ont un indice glycémique élevé sont : les biscuits apéritifs, les céréales et dérivés (céréales du petit-déjeuner type riz soufflé ou corn-flakes, pain blanc), certains produits de panification,ou encore la purée de pomme de terre. Ils ont un indice glycémique élevé, mais ils ne font pas forcément augmenter notre glycémie.

 

Il faut prendre en compte l'intégralité d'un repas et la méthode de cuisson (par exemple pour les pâtes, al-dente ou très cuites). Les fibres auraient, par exemple, un impact sur la glycémie, en ralentissant la vitesse de vidange gastrique : prendre des fibres en début de repas pourrait permettre de limiter une augmentation de la glycémie.

 

Comment expliquer ce lien de cause à effet entre nutrition et cancer du poumon ?

David Khayat et Nathalie Hutter-Lardeau : Les auteurs expliquent que l'augmentation de la glycémie provoquée par ces aliments a pour conséquence d'augmenter l'insuline dans le sang (NB : l'insuline est une hormone régulatrice du glucose), ce qui déclencherait la sécrétion en grande quantité d'un certain type d'hormones, les Insulin-Like Growth Factors (IGFs). Plusieurs études antérieures auraient montré un lien entre les IGFs et le cancer du poumon. Une autre étude datant de 2012 avait déjà cherché le lien entre IG, CG et cancer du poumon mais n'avait aboutit à aucun lien significatif.

 

Il s'agit de la première étude qui arrive à montrer un lien entre l'indice glycémique et le cancer du poumon, mais des études complémentaires sont nécessaires pour les raisons suivantes : 

 

- il s'agit ici d'une étude cas-témoin, qui ne permet pas de déceler si l'indice glycémique élevé est une cause ou un effet du cancer du poumon chez les patients étudiés ;

 

- absence de données d'études prospectives ;

 

- l'étude est basée sur un questionnaire alimentaire, donc peu précise ;

 

- celle-ci ne décèle un lien que chez ceux dont l'indice glycémique est le plus élevé (5ème quintile) mais nous n'avons pas de notion de portion alimentaire. Avant de parler des liens de cause à effet entre nutrition et cancer du poumon, il faut rappeler que le tabac reste le principal facteur de risque. L'alcool en est un également. Le pain blanc ou le riz ne sont donc probablement pas "les nouvelles cigarettes" comme on a pu le lire dans certains médias (Are carbs the new cigarette?).

 

Comment savoir si notre indice glycémique est trop élevé ?

 

David Khayat et Nathalie Hutter-Lardeau : L'indice glycémique est réservé aux aliments, c'est une valeur moyenne calculée. Pour la quantité de glucose dans le sang, on parle de glycémie. Aujourd'hui, seules les personnes suivies médicalement pour une maladie spécifique ont réellement besoin de suivre leur glycémie. Elles ont d'ailleurs un matériel de plus en plus sophistiqué pour mesurer leur glycémie quotidiennement.

 

Pour les individus sans maladie particulière, il est difficile de savoir que sa glycémie est trop élevé, d'autant que c'est une valeur qui varie "rapidement" dans le temps grâce à l'autorégulation de la glycémie par les hormones. Au lieu d'essayer de savoir si sa glycémie est élevée, on peut éviter les excès par quelques règles d'alimentation très simples : fibres pendant le repas, privilégier céréales complètes, ne pas excéder 1/4 d'assiette de féculents par repas, éviter de grignoter du pain blanc, etc.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 13/03/2016 - 10:50 - Signaler un abus Riz et pain

    Si le riz était si dangereux, les Asiatiques devraine toussuccombre aux maladies cardiaques. Pour le pain, lieux vaut éviter les pains industriels si blancs et tendres. Prenons donc la bonne vieille baguette ou le gros pain.

  • Par zouk - 13/03/2016 - 10:51 - Signaler un abus Riz et pain

    Si le riz était si dangereux, les Asiatiques devraient tous succombr raux maladies cardiaques. Pour le pain, mieux vaut éviter les pains industriels si blancs et tendres. Prenons donc la bonne vieille baguette ou le gros pain.

  • Par ALUN - 13/03/2016 - 13:16 - Signaler un abus atlantico people !

    Quand je lis le titre choc et alarmiste puis les précisions apportées par les intervenants je m'interroge sur la déontologie journalistique. Résultat : ceux qui ne lisent que les titres font toujours plus de catastrophisme et relaient ces titres bruts de décoffrage et pour les autres (dont je pense faire partie) on ne prend plus vraiment au sérieux tout ce que l'on nous balance.

  • Par adroitetoutemaintenant - 13/03/2016 - 20:12 - Signaler un abus Une remarque et une question

    Remarque: dans tous les pays où j'ai exercé, la proportion d'asiatiques ayant une maladie cardiaque était très élevée. Question: quel est le dépistage à effectuer pour les cancers du poumon et avec quelle fréquence?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pr David Khayat

Le Pr David Khayat est médecin. 

Il est chef du service de cancérologie de l'hôpital La Pitié-Salpêtrière. Il a été président de l'Institut national du cancer jusqu'en 2006. il a publié en 2011 aux éditions Odile Jacob "Les Recettes du Vrai Régime anticancer".

Il a également créé l'application Ipad Capital Anticancer.

Voir la bio en entier

Nathalie Hutter-Lardeau

Nathalie Hutter-Lardeau est nutritionniste diplômée d'Etat, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.

Parmi eux La True Food aux Editions du Moment,  dans lequel elle explique comment déguster ses produits préférés en toute lucidité
101 restos, 0 kilo, coécrit avec Nathalie Helal et Catherine Roig (Hachette, mars 2013), Mince Alors ! (Odile Jacob, Juin 2011), Des mots sur les maux du cancer  (Mango, 2009) avec le Professeur David Khayat et Wendy Bouchard, et  Le vrai régime anti-cancer  (Odile Jacob, 2010) avec le Professeur David Khayat et France Carp.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€