Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 24 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Opération droits de douane sur les machines à laver : Donald Trump débarque à Davos en confrontant les tenants du libre échange à leurs contradictions

Le président américain a décidé d’imposer des tarifs douaniers sur les importations de machines à laver et de panneaux solaires

Déséquilibre(s)

Publié le
Opération droits de douane sur les machines à laver : Donald Trump débarque à Davos en confrontant les tenants du libre échange à leurs contradictions

Atlantico : ce 22 janvier, à la veille du forum économique mondial de Davos, Donald Trump a signé la mise en place de droits de douane sur les lave-linges et les panneaux solaires. Faut-il voir une telle décision comme le départ de la mise en place par le président américain d'une politique protectionniste ? Une telle décision a-t-elle un sens économique ?

Rémi Bourgeot : Une lecture strictement politique et partisane serait ici vouée à l’erreur d’interprétation. Il s’agit de vieux dossiers déjà, soulevés en particulier par des entreprises privées qui ont saisi leurs autorités nationales, américaines en l’occurrence, face à ce qu’elles considèrent être une pratique concurrentielle déloyale. L’Union européenne est confrontée au même sujet, notamment sur les panneaux solaires, mais les divisions entre Etats-membres freinent la mise en place d’une politique cohérente en matière commerciale, d’autant plus que l’UE est affectée par de phénoménaux déséquilibres commerciaux en son sein également, en plus de ceux avec le reste du monde.

Les Etats-Unis, sous Barack Obama avait déjà imposé des tarifs s’élevant à plusieurs centaines de pourcent, en vertu de leur politique anti-dumping, contre certaines catégories d’acier chinois, dont les prix s’effondraient du fait de la déflation industrielle qui a touché le pays.

Notons qu’un certain nombre de responsables qui suivent une approche en général favorable au libre-échange, comme Al Gore, se sont exprimés en faveur de ces mesures.

On assiste, depuis l’élection de Donald Trump, à une sorte de paralysie du débat économique selon un schéma binaire.

Pourtant, malgré l’évolution de leur doctrine commerciale, les Etats-Unis ne se sont jamais engagés sur la voie d’une acceptation totale des déséquilibres commerciaux. Ces déséquilibres ont eu tendance à être acceptés dans la mesure seulement où ils étaient vus comme profitant aux intérêts d’un certain nombre d’entreprises américaines qui voyaient leur marge croître ainsi qu’aux consommateurs américains qui payaient moins cher. Les procédures lancées par des entreprises américaines quant aux cas de concurrence internationale déloyale sont prises très au sérieux par les autorités, et cela n’est pas propre à Donald Trump. Donald Trump a probablement instrumentalisé cette annonce de façon habile pour mettre ses interlocuteurs de Davos sous pression, mais le débat est trop important pour le ramener à sa personne, et il faut noter que la presse américaine a plutôt eu sur ce dossier tendance à éviter cet écueil.

Quels seront les effets d'une telle politique, aussi bien pour les consommateurs que pour les travailleurs américains ?

Sur le dossier des lave-linges par exemple, LG a immédiatement réagi en évoquant une hausse de ses prix de vente aux Etats-Unis de l’ordre de 50$, ce qui sous-entend en fait un effet assez limité pour le consommateur. A l’opposé, on a vu l’action Whirlpool grimper à Wall Street en anticipation d’une amélioration de sa position concurrentielle ; ce qui, dans le cas effectif d’un regain d’activité, s’accompagnerait dès lors d’une amélioration des perspectives d’emploi pour les travailleurs du secteur.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 26/01/2018 - 10:54 - Signaler un abus Donald a raison! Seul le protectionnisme intelligent et liberal

    (Rien à voir avec l’ultra-libéralisme immigrationniste de A-Minc-Soros-Rothschild!) permettra de sauver les industries occidentales des prédateurs asiatiques, qui le pratiquent depuis longtemps, eux!

  • Par Ganesha - 27/01/2018 - 11:04 - Signaler un abus Ultra-libéralisme

    Pour le weekend, Atlantico offre un joli cadeau à ses lecteurs : un article qui reconnaît que Donald Trump prend des décisions intelligentes et justifiées ! Exactement le contraire de l'Ultra-libéralisme de Juncker-Merkel-Macron !

  • Par guzy1971 - 30/01/2018 - 18:36 - Signaler un abus merci

    C'est pour des articles comme celui-ci (et ceux d'E Husson) que je me suis abonné, malgré le nul et sympathique JM Sylvestre (qui lui s'est fossilisé depuis longtemps, mais au moins il a l'excuse de l'âge contrairement à notre Tony Blair national). UNe chose est claire à la lecture d'Atlantico : malgré le respect (hé oui...) que j'ai pour la FI, la seule opposition efficace et porteuse d'avenir face au progressisme (= le conservatisme actuel) c'est la droite (= une gauche "conservatrice" tant elle continue elle à s'adresser aux plus faibles. Il y a des époques propices à la gauche, actuellement le fond de l'air est à droite mais avec deux version : une élitiste oligarchique / une démocratique

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Rémi Bourgeot

Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour divers think tanks.

Sur la zone euro, ses études traitent des divergences économiques, de la BCE, du jeu politique européen, de l’Allemagne et des questions industrielles.

Parallèlement à ses travaux, il enseigne l’économie de l’Union européenne dans le cadre de l’IRIS-Sup. Il est diplômé de l’Institut supérieur de l’aéronautique et de l’espace (SupAéro) et de l’Ecole d’économie de Toulouse.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€