Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 22 Mai 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Ils ont acheté la presse" : les financiers de gauche aux commandes des grands journaux d'information

Benjamin Dormann publie une version enrichie de son enquête sur la proximité entre la presse et le pouvoir politique et financier. Il s'intéresse logiquement aux modes de financement de plusieurs journaux sous perfusion. Extrait de "Ils ont acheté la presse", nouvelle édition, aux éditions Jean Picollec (2/2).

Bonnes feuilles

Publié le
"Ils ont acheté la presse" : les financiers de gauche aux commandes des grands journaux d'information

Patron de la banque d'affaires Lazard, Matthieu Pigasse détient plusieurs titres de presse. Crédit Reuters Pictures

Dans les autres pays du monde, la presse d’information générale vit essentiellement de deux ressources : ses lecteurs et la publicité. Mais en France, la presse de gauche a le plus souvent ignoré son lectorat, de la même façon qu’elle méprise depuis longtemps le peuple qui regarde TF1 ou se masse dans les stades comme des beaufs, pour y voir des hommes en short taper dans un ballon. Elle veut bien défendre le peuple dans ses articles, mais seulement s’il ne lui est pas demandé de le fréquenter. Un dilemme bien résumé par Victor Hugo : "Le peuple est en haut, mais la foule est en bas …".

Quant à la publicité, elle symbolise l’aliénation au système de consommation qu’elle aimerait pouvoir dénoncer, si elle pouvait oublier qu’elle en vit en partie.

Du coup, l’essentiel de la presse de gauche française a fait un choix sans équivalent dans les autres pays : vivre le plus possible de deux autres ressources qui lui conviennent mieux : les subventions de l’état et les apports répétés de ses actionnaires pour éponger ses pertes récurrentes. En d’autres termes, l’argent du pouvoir politique d’une part et celui du pouvoir économique d’autre part, à qui elle se vend de plus en plus, au gré des menaces de dépôt de bilan. Difficile dans ces conditions de prétendre rester un contre-pouvoir au capitalisme ou au gouvernement en place, on le comprend. Dans les pages qui suivent, un rapide état des lieux va permettre de mieux comprendre l’ampleur des dégâts. Hugh Schofield, le correspondant en France pour la BBC, la décrit malicieusement ainsi : "Il devrait y avoir dans l’esprit journalistique plus de tapage sur l’establishment, plus d’esprit critique en somme […] en France les conservatismes sont plutôt de gauche, donc si on veut être dans l’opposition et la critique des institutions, on devrait être un peu plus à droite. En France, il est très conservateur d’être de gauche".

Dans un premier temps, nous allons voir comment une partie de notre presse s’approche d’un état de nationalisation de fait, accroissant sans cesse la part de ses revenus reçus de l’état, faute de lecteurs. Quant au reste de la presse, à l’heure où ses éditos ne parlent si volontiers que de réduire les niches fiscales des privilégiés, nous verrons comment sa corporation, a négocié et obtenu sans scrupule, de Nicolas Sarkozy, des centaines de millions de subventions supplémentaires en sa faveur, ce qui en fait à ce jour la presse la plus payée au monde par un pouvoir démocratique. Et comment elle poursuit sur sa lancée avec le nouveau pouvoir en place. Dans un deuxième temps, nous verrons comment les "financiers de gauche" ont fait leur arrivée aux commandes de la presse dite "d’information", et ce à travers deux exemples symptomatiques. D’une part, celui du premier quotidien de France, Le Monde, et d’autre part, celui du premier hebdomadaire d’information de France, Le Nouvel Observateur. Nous reviendrons, dans un premier temps, sur le rachat du Monde par un trio d’investisseurs, dont Matthieu Pigasse, un énarque, patron d’une des principales banques d’affaires françaises, Lazard Paris, et ancien conseiller du ministre des Finances, Dominique Strauss-Kahn (qu’il soutenait dans sa course à l’élection présidentielle).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 21/02/2015 - 09:54 - Signaler un abus Lisez VALEURS ACTUELLES

    Seul hebdo de droite intelligent, et vous aurez une info de qualité et non polluée par la gauche.( je n'ai pas d'action dans cet hebdo) lisez en un et comme par hasard il est difficile à trouver en kiosque ( le syndicat du livre veille) abonnez vous!

  • Par 2bout - 21/02/2015 - 13:13 - Signaler un abus Mr Dormann

    Les noms cités, on les retrouve tous chez Terra Nova (un Think Tank sous doute directement ou indirectement subventionné, d'ailleurs)

  • Par AgentDevlin - 21/02/2015 - 13:14 - Signaler un abus Ploutocratie du peuple, Ploutocratie des foules.

    Je n'arrive même pas à qualifier M. Pigasse d'élite. Certes, il est riche et puissant, mais il n'a pas plus de culture qu'un supporter de Chelsey.

  • Par Eolian - 21/02/2015 - 15:38 - Signaler un abus @Anguerrand....

    Vous avez entièrement raison. Impossible d'acheter VA dans mon pays limitrophe... j'ai dû prendre l'abonnement. Je le lis aussi sur le net.Enfin, c'est effectivement bien le seul magazine qui n'est pas pollué par les socialistes. Bien écrit, un plaisir à lire!

  • Par 2bout - 21/02/2015 - 18:46 - Signaler un abus Terra Nova

    Des gens certainement beaucoup plus intelligents que la moyenne, en charge de nous conformer et à nous élever à une pensée supérieure.

  • Par JG - 21/02/2015 - 19:12 - Signaler un abus Valeurs Actuelles introuvable en kiosque ??

    J'y suis abonné depuis plusieurs années, effectivement le seul hebdomadaire qui ne pratique pas la langue de bois dans ce pays. De là à ne pas le trouver en kiosque : pas exposé peut-être mais inexistant, je doute !! Autres journaux à lire impérativement à mon sens : Causeur, le meilleur mensuel actuel et, plus difficile à trouver , (là c'est vrai) : Eléments Avec ces trois journaux (et un petit coup d'Atlantico sur le net de temps en temps....en évitant la Lambert.....le prototype de la bobo qui ne comprend rien à ce qu'elle lit !!) , vous serez vaccinés contre le gauchisme médiatique qui nous pourrit la vie depuis 40 ans.

  • Par Anguerrand - 21/02/2015 - 20:12 - Signaler un abus À JG

    Valeurs Actuelles est extrêmement difficile à trouver dans les librairies de petites villes, dans certains cas j'ai même connu des distributeurs qui ne connaissez pas ce titre! Alors je me suis abonné.

  • Par mymi - 22/02/2015 - 11:15 - Signaler un abus abonnez-vous à VA

    j'ai rencontré le même problème dans mon petit village de Vendée,et me suis abonnée à VA. Je me délecte de chaque article politique autant que culturel et je m'empresse sur internet de faire suivre les articles les plus révélateurs sur cette gauche pourrie (je dis bien "cette", car je veux croire qu'il en est encore certains de " vrais" et de "lucides". Je n'en peux plus, particulièrement à la télé, de cette communication de propagande qui hélas pervertit le jugement de nombre de français qui n'ont pas toujours le temps ni l'envie d'approfondir les propos tenus et d'en démasquer les incohérences, les mensonges, les a-peu-près... Triste France

  • Par Orchidee31 - 22/02/2015 - 19:31 - Signaler un abus Valeurs actuelles le meilleur

    Je le fais mettre de côté chaque semaine car en effet les marchands de Journaux en reçoivent très peu - cherchez l'erreur ? Ça vaut vraiment la peine de le lire - quand on en a lu un, on ne peut plus s'en passer - Bonne soirée à tous -

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benjamin Dormann

Benjamin Dormann a été journaliste dans la presse financière et trésorier d'un parti politique. Depuis 18 ans, il est associé d'un cabinet de consultants indépendants, spécialisé en gestion de risques et en crédit aux entreprises. Il est executive chairman d'une structure active dans 38 pays à travers le monde. Il est l'auteur d’une enquête très documentée : Ils ont acheté la presse, nouvelle édition enrichie sortie le 13 janvier 2015, éditions Jean Picollec.

Le débat continue sur Facebook : ils.ont.achete.la.presse et benjamin.dormann@gmail.com.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€