Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 11 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’OCDE tue le mythe d’une santé trop chère en France

Le Panorama de la Santé pour 2017 de l'OCDE analyse les performances du système sanitaire français et montre que la France réalise, et de loin, la meilleure performance de l'OCDE en matière d'accessibilité aux soins.

Cliché

Publié le
L’OCDE tue le mythe d’une santé trop chère en France

Le Panorama de la Santé pour 2017 de l'OCDE analyse les performances du système sanitaire français. Il permet de tordre le cou à l'idée largement répandue dans les médias subventionnés d'une difficulté d'accès aux soins dans notre pays.

 

Une représentation tenace veut qu'un nombre considérable de Français renonce chaque année aux soins faute d'argent. Ce fantasme, à force d'être répété, s'est imposé comme une légende urbaine.

Ainsi, lors du débat sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale, le député de gauche Pierre Dharréville a pu déclarer publiquement

Les inégalités dans l’accès aux soins explosent, comme le souligne le Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale souligne leur haut niveau.

Un exemple ? Le renoncement aux soins, qui atteint 30 %, et même 50 % chez les jeunes.

Le chiffre de 50% de renoncement aux soins tournera en boucle durant tout le débat, sans qu'aucun ministre ne prenne le soin de corriger l'information. Pourtant, le rapport cité par le député Dharréville affirme seulement:

le renoncement aux soins est plus fort chez les femmes : 16,5 % des femmes déclarent avoir renoncé à un soin l’année précédente alors qu’elles en avaient besoin, alors que c’est le cas pour 11,7 % des hommes

On le voit, on est très loin des 30 ou 50% de la population renonçant aux soins. La propagande a la vie dure. 

La France a réglé le problème de l'accès aux soins

En réalité, la part des renoncements aux soins en France pour des raisons financières est largement documentée, et demeure marginale. Elle n'a de poids réel que pour les soins dentaires. 

Le panorama de la santé dressé par l'OCDE souligne que la France est le pays qui prévoit le moins de reste à charge pour les patients. Sa "sur-performance" par rapport aux autres pays est environ deux fois supérieure. Dans la pratique, aucun pays industrialisé n'a aussi bien vaincu que la France le problème de l'accès aux soins. 

Le rôle de la sécurité sociale et ses paradoxes

Dans cette incontestable réussite française, il faut poser la question du rôle de la sécurité sociale. Il est incontestable que la mutualisation obligatoire des risques du fait de la réglementation contribue fortement à éradiquer les difficultés financières d'accès aux soins. L'obligation de s'assurer à des effets positifs. 

Il existe toutefois un paradoxe qui mérite d'être expliqué. La performance française en matière de renoncement aux consultations est meilleure que la moyenne OCDE, mais très inférieure au niveau du reste à charge réel des patients.

Cette apparente contradiction dans les chiffres s'explique par la politique de remboursement de la sécurité sociale. Pour des raisons politiques, la sécurité sociale mène une politique malthusienne sur certains remboursements: médecins en dépassements d'honoraires, frais d'optique ou dentaires. Sur ces postes de dépense, les remboursements sont fréquemment plafonnés par le régime général.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kelenborn - 18/11/2017 - 12:46 - Signaler un abus Si j'étais journaleux

    A Fiente Inter ou à l'ImMonde, je me sentirais emmerdé!!! Car si j'ai bien compris ce tableau, on s'en tire mieux en France au niveau espérance de vie sans doute grâce au fait qu'on picole plus et fume plus!!! He...C'est pas moi qu'ai fait le tableau! Quand on pense que l'actuel ministre de la santé ( je sais pas qui c'est) veut interdire la cigarette dans les films français!!! Eh! après Vaselyne et Marifolle on va pas se laisser monter sur les orteils pour être sur la haute marche du podium aux olympiades du ridicule! Le ridicule! voila bien un domaine où notre balance est en excédent, où la " French Touch" fait l'admiration des belges et des suisses !

  • Par MIMINE 95 - 18/11/2017 - 17:32 - Signaler un abus JE VAIS INVITER L'OCDE

    afin que soit tenté, la « trouvaille » d'un médecin généraliste, d'un dermato etc etc qui ne vous répond pas "je ne prends plus de patients", d'un gynéco qui accepte de nouvelles patientes sans condition de grossesse (ma fille doit faire 100 bornes pour consulter depuis son déménagement et le temps d’attente est d’environ deux mois..). On pourrait ensuite tenter de prendre rendez vous pour une radio urgente ..... au mieux deux mois d'attente !!!!"et pour clôturer le tout, une visite aux urgences s’imposent. Je vis en région parisienne mais dans les autres régions ce n’est guère différend. Tout va très bien Madame la marquise..rassurez vous braves gens , le réel n'est pas le réel.

  • Par Lazydoc - 18/11/2017 - 19:14 - Signaler un abus C’est çen la différence entre macro et micro!

    Pour l’OCDE tout va bien, pour les patients, c’est la galère. Galère qui devrait augmenter dans les 15 ans (temps minimum de formation de professionnels de santé compétents). La multiplication de maisons de santé encourageant les horaires de bureau pour les médicaux, va rendre encore plus compliqué, la vie de français. Pas d’urgence souhaitée en dehors de certains horaires. Sinon à l’hôpital! Bienvenue en médecine communiste.

  • Par Deneziere - 18/11/2017 - 21:11 - Signaler un abus On accède aux soins, mais pas au médecin

    Ce qu’il faudrait documenter, ce sont les personnes qui ne se soignent pas, non pas par manque d’argent, mais par manque de temps... du toubib. Quand vous ne pouvez pas toucher un spécialiste avant 6 mois, et que vous n’êtes pas disponible ce jour là, et que vous couvez quelque chose de sévère, cela risque de mal se terminer. Alors in fine, vous accéderez aux soins - en civière et en ambulance - et vous serez dans les bonnes stats de l’OCDE, sauf que vous y avez accédé 9 mois trop tard.

  • Par JG - 19/11/2017 - 00:11 - Signaler un abus Si je comprends bien Mr Verhaege

    Vous vous réjouissez que les mutuelles mettent la pression sur les politiques afin que ceux-ci limitent les tarifs médicaux. Savez vous que la consultation à 23 (à 25 bientôt ...) du genéraliste est la moins chère de toute l'Europe occidentale ?..... Savez vous que les tarifs sécurité sociale des chirurgiens ont augmenté "généreusement" de 8,5% en 35 ans ?..... Savez vous que les "dépassements d'honoraires" ont été sciemment crées par Raymond Barre en 1980 sachant bien que la Sécurité Sociale allait arrêter d'augmenter les tarifs médicaux et cherchait à impliquer les mutuelles dans la prise en charge des soins...au détriment de l'universalité de l'accès au soins ? Savez vous que les mutuelles ont des taux de frais de gestion de 13%, deux fois supérieurs à ceux de la Sécu, déjà très élevés ?.... Bref arrêter de cautionner les mutuelles dont le but est principalement de faire du bénéfice et de ne pas rembourser les soins à leur juste prix. renseignez vous, lisez les livres de Mr Frédéric Bizard, seul vrai spécialiste sur le sujet et arrêtez de rire des conneries en essayant d'en démonter d'autres.....

  • Par Joly Maurice - 19/11/2017 - 10:29 - Signaler un abus La monde réel se fout de la statistique!

    La vérité, c'est que beaucoup de pauvres gens se privent de soins faute de moyens, et grâce à nos "intelligences" européennes, ce nombre va grandissant!

  • Par vangog - 20/11/2017 - 01:13 - Signaler un abus @JG parfaitement d’accord avec vous...

    C’est à ce type d’article, écrit par un homme intelligent, qu’on mesure l’enfumage réalisé par les idéologues gauchistes au service du lobbyisme mutualiste, dans les esprits naïfs...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€