Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 27 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Non, les syndicats d’Air France ne parasiteront pas la COP21 et autres "vérités" internes

Alors que la direction d’Air France et les pilotes reprennent timidement le dialogue, l’échec des négociations précédentes se fait cruellement ressentir au sein de la compagnie nationale, qui se voit privée des nouveaux Boeing 787, réduction d’activité oblige. En parallèle, un mois après les violences du 5 octobre, la désinformation est encore largement de mise dans les couloirs de la compagnie notamment à propos de la COP21.

Rumeurs

Publié le
Non, les syndicats d’Air France ne parasiteront pas la COP21 et autres "vérités" internes

Des rumeurs courent au sein de l'entreprise Air France.  Crédit Reuters

Du rififi lors de la COP21 ? 

Chez Air France, les esprits se calment peu à peu.

Après les agressions du DRH du groupe, Xavier Broseta, et de Pierre Plissonnier, DRH du "hub" de Roissy, tout le monde (ou presque) est de retour à la table des négociations. Une accalmie qui ne refroidit toutefois pas certaines têtes brûlées, bien décidées à profiter d’un autre événement, l’organisation de la COP21 à Paris début décembre, pour faire chanter la direction d’Air France par l’intermédiaire du gouvernement.  

Fin octobre, Le Point relayait l’information. La SNPL (syndicat de pilotes majoritaire) et la CGT auraient massivement fait pression auprès du gouvernement pour qu’il demande à la direction d’Air France de lever les sanctions à l’encontre des 18 salariés concernés par des procédures, après les heurts du 5 octobre – des dégradations de matériel, des ouvertures frauduleuses de portes d’accès au siège et des agressions physiques ont été constatées. Moyen de pression des syndicats : la COP21. La grand-messe sur le climat, événement phare du quinquennat de Hollande, sera parasitée par des grèves d’envergure si le gouvernement ne s’exécute pas. Pas terrible sur le plan de l’image, alors que le monde aura les yeux braqués sur Paris. 

Le grand bluff

Pourtant, si quelques irréductibles de la SNPL et de la CGT rêvent effectivement d’instrumentaliser la COP21, il ne s’agit là que d’un rêve. Du bluff, ni plus ni moins, autour duquel ces électrons libres font artificiellement monter la mayonnaise - le Point a mordu à l’hameçon. Ni l’Elysée ni le gouvernement n’ont à ce jour effectué de demande de clémence à la direction d’Air France. La ligne suivie par l’exécutif serait même plutôt l’exacte opposée ! Dès le lendemain des agressions, Manuel Valls apportait son soutien aux cadres molestés et qualifiait de "voyous" les auteurs de ces actes. Même son de cloche, un ton en dessous, pour François Hollande qui a condamné des violences "inacceptables". Ségolène Royal, en marge de son intervention au micro de RTL le 30 octobre dernier, allait également dans ce sens.

S’il n’a jamais été question que le gouvernement demande la levée des sanctions disciplinaires, il n’est pas davantage prévu qu’une majorité de membres de la SNPL et de la CGT manifeste durant la COP21. En plus d'être totalement irresponsable - l'enjeu climatique ne doit pas être instrumentalisé à des fins politiques - cette position est en effet très marginale. Le SNPL a répété à de nombreuses reprises qu'il n'y aurait pas de mouvement social durant ce rendez-vous international. Dans l'ensemble, le personnel d'Air France condamne d'ailleurs les violences du 5 octobre, et souhaite voir leurs auteurs sanctionnés à la mesure de leurs implications respectives. Un recul de la direction sur ce dossier serait perçu comme un aveu de faiblesse au sein de la compagnie. 

Il n'est en revanche pas exclu, c’est vrai, qu'une frange de la CGT appelle à la grève, comme elle a déjà pu le faire lors des deux dernières réunions du Comité Central d'Entreprise (CEE) d’Air France. Mais, faut-il le rappeler, ces deux mobilisations n’ont eu aucune conséquence sur le trafic, et la plupart des clients n'a même pas su qu'une partie du personnel était en grève. Ironie du sort, la ponctualité s'est même avérée meilleure qu’en moyenne durant ces deux journées ! Les mouvements sociaux à Air France n'ont d'impact réel que lorsque les corps de métiers se coordonnent - ou lorsque qu'un corps se mobilise totalement. On en est loin.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 09/11/2015 - 09:43 - Signaler un abus les maitre-chanteurs du syndicalisme gauchiste!

    vivement le Front National, afin de mettre en place des syndicats patriotes, qui se préoccuperont des intérêts de TOUS les travailleurs, plutôt que ceux d'une bande de privilégiés représentant le gauchisme archaïque!

  • Par bjorn borg - 09/11/2015 - 17:05 - Signaler un abus Ordre du pouvoir

    Nous sommes en dictature et les désirs sont des ordres ! Surtout pour COP21 !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jacques Tarmac

Jacques Tarmac est un manager anonyme qui travaille au siège d’Air France depuis une dizaine d’années. Il a décidé de parler car il ne supporte plus les privilèges, les conservatismes, les ingérences politiques et syndicales et surtout le manque de fermeté de la direction générale, qui empêchent cette société d'être gérée comme une vraie entreprise, la conduisant lentement à sa perte.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€