Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 28 Juillet 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Marine Le Pen plus proche de l'Elysée que jamais... mais Le FN a-t-il vraiment les compétences pour gouverner la France ?

Gouverner n'est pas l'affaire que d'un homme (ou d'une femme). Après la présidence vient le temps des nominations aux postes-clé de la République. Et si François Hollande a eu du mal à trouver les "500 hommes" nécessaires pour gouverner la France, il devrait en être de même pour Marine Le Pen en cas de victoire...

Problème

Publié le - Mis à jour le 17 Février 2017
 Marine Le Pen plus proche de l'Elysée que jamais... mais Le FN a-t-il vraiment les compétences pour gouverner la France ?

Atlantico : Pour gouverner efficacement à l'Elysée, on considère qu'il faut environ 500 personnes capables d'occuper les différents postes à la tête de l'Etat et de son administration. Certains commentateurs ont pointé du doigt la difficulté qu'a eu François Hollande à trouver ces 500 hauts-fonctionnaires ou dirigeants. Qu'est-ce qui rend difficile cette transition du pouvoir ? Dans le cas d'une victoire du Front National ce printemps, ne devrait-on pas voir se problème être amplifiée par des questions idéologiques ?

Olivier Rouquan : Ces 500 hauts fonctionnaires environ, dépendent directement ou indirectement du Président, car ils sont soit nommés en Conseil des ministres, soit par le biais du Premier ministre sous influence directe du chef de l’Etat – ainsi va l’usage des nominations dans les ministères, afin de contrôler les ministres par le bas… Le Président est donc doté d’une influence réelle dans l’appareil d’Etat, du fait d’une coutume, plus que de prérogatives juridiques. Le problème n’est donc pas de structurer des fidélités et loyautés autour d’un Président dans le top management administratif ; avant son arrivée au pouvoir, les présidentiables des partis de gouvernement enrôlent des énarques, X, etc., chargés d’alimenter leurs programmes. Ces derniers attendent ensuite de leur implication des désignations à des postes exécutifs à hauteur de leurs espérances. Cette dynamique transactionnelle fonctionne encore pour LR et le PS… y compris pour F. Hollande en 2012.

Mais au-delà des nominations, pour atteindre l’efficacité, il s’agit de désigner des hauts-fonctionnaires non seulement compétents sur le papier et/ou fidèles, mais au fait des dernières évolutions, disposant de relais et de réseaux dans l’Administration intermédiaire et surtout, préoccupés de stratégie et de bon management public. L’enjeu fort est en effet devenu le bon management RH, du fait de la désorganisation de l’Administration, entrainant la démobilisation de nombre de cadres intermédiaires. Déboussolés ou mécontents, sans trahir leur devoir d’obéissance, ces derniers savent que les réformes de papier finissent dans le découragement et ont un impact minime ou négatif sur les administrés ou usagers... Ces dix dernières années sont pleines d’ajustements administratifs venus du haut, coûteux en temps, en énergie, parfois en subsides, et qui ne répondent pas aux attentes, ni des agents, ni des citoyens. Si bien que les meilleures planifications centrales se perdent dans les sables de la complexité.

Je remets donc en cause l’idée qu’en France, l’on puisse "gouverner efficacement avec 500 personnes" ! Ce présidentialisme coutumier des réseaux de hauts responsables administratifs ne suffit pas - et d’autant moins dans le cadre du quinquennat -, à une bonne conduite du changement. Il y a en France un insuffisant intérêt pour la culture managériale durable (et pas seulement pour la politique du chiffre), qui a contribué à fragiliser considérablement l’efficacité de l’appareil administratif.  Il y a aussi une insuffisance à faire monter les talents, les innovations et à ouvrir les recrutements, ne serait-ce qu’aux docteurs venus des universités – ce dernier point est un grand renoncement pourtant peu commenté du quinquennat actuel, ayant cédé au vieux corporatisme de "l’élitisme républicain"… Pour comprendre les transitions administratives manquées, ces facteurs me semblent beaucoup plus explicatifs que les éventuels ratés du clientélisme du sommet.

Enfin, vous posez la question du FN, qui n’est pas un parti de gouvernement. A cet égard, il se trouvera toujours des hauts-fonctionnaires pour rejoindre le char d’une éventuelle victoire et d’autres… moins téméraires, pour faire œuvre d’une telle neutralité, devoir de leur charge, qu’ils exécuteront sans mot dire. Mais il s’en trouvera aussi, souvent le long de la ligne hiérarchique, pour contester le sens des mesures prises, faire trainer, organiser une résistance passive à certaines directives… L’ampleur de ces dynamiques sera d’autant plus forte que les expériences locales de gestion de ce parti seront mauvaises – et quelques retours d’expérience l’indiquent déjà. Bref, une éventuelle victoire du Front national risque dans un premier temps, de rajouter à la désorganisation des services publics et donc à une perte supplémentaire d’efficacité de l’Etat.

Qu'en sera-t-il de Marine Le Pen si elle devait arriver au pouvoir ?

Jean-Philippe Moinet : L'incompétence, en cas d'accession de Marine Le Pen à l'Elysée, serait un élément de catastrophe nationale de plus. Les responsables du FN ne sont évidemment pas incompétents en soi, ils sont consubstantiellement inexpérimentés, ils se sont mis politiquement hors des champs de compétence des partis de gouvernement, par construction ils se sont placés dans une bulle idéologique radicalement "anti système", qui peut faire une force électorale (jusqu'à un certain point) mais aussi une grande faiblesse politique, quand il s'agit d'agir (avec efficacité, hors système autoritaire, qui peut devenir une tentation). Les dirigeants du FN ont toujours refusé une logique de gestion, encore plus de co-gestion (avec d'autres) du pouvoir. Ils préfèrent marteler certains thèmes, occupant la fonction tribunicienne de l'ancien PC, avec "l'alternative nationale" en perspective, centrée sur des boucs-émissaires: l'étranger, l'Europe... C'est une situation très confortable quand il s'agit de récupérer les protestations liées à toutes sortes de crises, c'est la spécialité de toutes les extrêmes droites, de tous temps, de récupérer - de provoquer quand ils le peuvent - les problèmes et les peurs. Mais cela produirait une incompétence flagrante, et un désordre national, en cas d'accès du FN au pouvoir national.

Marine Le Pen, elle-même, n'a jamais eu aucune responsabilité, en terme de politique publique elle n'a jamais été amenée à gérer aucun budget public, aucune grande et même petite décision. Ni au niveau local, ni au niveau national. Ses mandats lui ont donné des tribunes mais elle ne s'est jamais fait remarquer en traitant sérieusement des dossiers, en travaillant des prises de décision. Le FN a fait son succès dans une critique radicale du "système". En tant de crise et de doute, ça marche. Elle doit d'ailleurs faire face à une redoutable concurrence en ce domaine: celle de Jean-Luc Mélenchon, et d'une certaine manière, d'Emmanuel Macron, voire de François Fillon (quand il pilonne les médias). Ca peut marcher mais cela ne créée par de la compétence, ni de la crédibilité, présidentielle et gouvernementale.

Dans les temps actuels, où les mouvements populistes et les démagogies faites de contre-vérités se portent bien, on peut bien sûr se demander si la compétence, le sérieux, la crédibilité, l'expertise et même l'expérience sont des critères favorisant l'élection... Mais une fois l'élection passée, la compétence et le principe de réalité s'imposent. La gauche en a fait la rude expérience en 2012. Le FN, depuis 2011, fait croire qu'avec un énarque qui multiplie les plateaux télés ont peut construire un mouvement capable d'assumer les responsabilités d'Etat: c'est une duperie nationale de plus ! Et le fait d'avoir misé sur un seul homme en la matière (Florian Philippot) prouve un grand vide derrière. Il y a bien sûr une série d'élus locaux, issus des rangs de l'extrême droite lepéniste la plus doctrinale (qui ne reniaient rien des positions du père), il y a des élus plus jeunes, en formation accélérée dans les collectivités locales, il y a des élus locaux ralliés d'autres formations (de droite, mais qui n'avaient pas forcément brillé pour leur compétence, mais ont vu au FN une terre d'accueil pour faire carrière rapidement). Il y a aussi, en cas d'accession au pouvoir, une possible cohorte d'opportunistes qui, dans l'administration d'Etat, pourront apporter leurs compétences techniques. Cela s'est vu dans d'autres périodes de l'histoire, où l'extrême droite est parvenue au pouvoir. Tout cela est possible mais cela ne produit en rien, d'emblée et à priori, un bloc de compétences dignes d'un grand pays comme la France, cinquième puissance mondiale. Sans parler des fractures, politiques et sociétales, que le FN provoquerait, un énorme doute pèse donc sur le niveau de compétences du FN. Cela n'est pas un sujet de campagne, mais cela peut le devenir. Au-delà des 25 ministres qu'il faut réunir et rendre crédible sur la scène nationale et internationale, il faut en effet ces 500 hauts dirigeants que le FN devrait, en ce cas, trouver ailleurs : dans "le système" qu'ils n'ont cesse de critiquer, pour faire des voix.

Un indice d'incompétence et d'impréparation de Marine Le Pen s'est d'ailleurs vu, dés son premier déplacement de campagne présidentielle, sur le thème de la ruralité dont elle dénonçait "l'abandon". Dans une petite ville, visitant une maison des services publics, elle s'est tournée vers le maire sans étiquette, pour déplorer la charge qu'il lui incombe et dénoncer l'abandon de l'Etat. Pas de chance: cette maison était tenue et maintenue, grâce aux efforts de l'Etat, avec des services publics nationaux comme la Poste, le maire n'accompagnant qu'accessoirement ces efforts... Quand on rentre dans le concret et les réalités, le FN, même au plus haut niveau, est souvent pris en flagrant délit d'incompétence, et de démagogie. Les deux éléments étant liés.

Le FN semble pourtant avoir fait un effort conséquent pour se préparer à cette étape, et a beaucoup insisté sur sa capacité à mobiliser des équipes compétentes pour gouverner. Quelles sont les barrières qui l'empêchent aujourd'hui de rassembler une telle équipe ? Pourrait-il un jour passer cet autre "plafond de verre"?

Jean-Philippe Moinet : Les barrières sont celles que le FN porte en bandoulière. Marine Le Pen a beau proclamer que son mouvement détient des compétences, les ressources humaines du FN sont limitées pour exercer le pouvoir. Bien sûr, elle a du monde pour surfer sur les multiples vagues (et raisons) de protestations. Mais construire des politiques publiques crédibles, c'est autre chose. Sauf à rompre avec le pacte républicain et démocratique, en choisissant la voie autoritaire, pour imposer des décisions qui rompent avec les fondamentaux du droit français et européen. Là réside d'ailleurs le danger. Ce n'est pas l'accession au pouvoir, c'est la manière dont il serait utilisé. On sait que la tradition, l'histoire et la culture de l'extrême droite conduit, pour se maintenir au pouvoir, non pas à faire les choix que la compétence et la raison commandent, mais à opter pour des postures, faire de la surenchère sur des boucs-émissaires et en venir à des mesures autoritaires. Mais, heureusement, même si dans le contexte de toutes les incertitudes une vigilance redoublée s'impose, nous n'en sommes pas là.

Les deux partis de gouvernement actuels sont-ils les seuls à pouvoir trouver ces 500 personnes ? N'est-ce pas un argument de plus dont pourrait se saisir le Front National, peu avare en critique des technocrates ?

Jean-Philippe Moinet : Les deux principaux partis de gouvernement n'ont aucunement le monopole des compétences, et ne peuvent, seuls, trouver les 500 à 1000 dirigeants de haut niveau, dont l'Etat a besoin, non seulement pour être dirigé mais aussi (surtout ?) pour s'adapter au monde d'aujourd'hui. Le temps du monopole du pouvoir par un parti est terminé, cela ne eut tenir durablement. C'est d'ailleurs la faiblesse stratégique du FN aujourd'hui. Il attire des électeurs, mais il ne pourra pas gouverner seul. Or, il n'a pas d'allié.

Au-delà du PS  et de LR, non seulement il y a des composantes et des ressources alliées, écologistes et centristes par exemple, mais il y a le grand gisement d'acteurs de la société civile et d'acteurs de l'Etat, qui n'ont pas fait carrière en politique mais qui peuvent être aisément, et en nombre, en situation de compatibilité et d'engagement avec un Président de la République et un gouvernement de coalition, qui ne proviennent pas de l'extrême droite.

Bien sûr, le FN utilise le filon populiste du rejet des "technocrates", de la "caste des énarques" présentés comme coupés des réalités du pays... c'est une facilité électoraliste qui est proportionnelle à son manque de crédibilité. In fine, ce sera bien sûr aux citoyens de choisir.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 12/02/2017 - 10:34 - Signaler un abus Vous n'avez toujours pas compris Mrs Roucan et Moinet!!!!

    Avec Marine Le Pen, ce ne seront ni les Énarques, ni les X qui dirigeront la France, mais le peuple de France! Malgré vos "compétences", vos "spécialités", votre "expérience", vous n'avez toujours pas compris cela...Ce qui prouve que l'éducation française, même de second et de troisième cycle, fournit des œillères solides à ses élèves les plus manipulables. Voilà pourquoi nous réformerons d'urgence ce système éducatif, qui ne sait former que des technocrates obligatoirement dociles à un système qu'ils n'approuvent pas et ne comprennent même plus. Les directeurs gauchistes, les professeurs d'ancien régime virés, la parole des élèves de ces écoles muselées se libérera, et ils diront quelle gouvernance ils souhaitent pour la France. Ils le diro t d'autant mieux que Marine Le Pen aura été élue par une majorité de Français et que le pouvoir cédé aux technocrates Bruxellois reviendra très vite au peuple de France...plus facile de diriger dans ces conditions-là, non? un conseil Atlantico: la prochaine fois que vous souhaitez savoir comment gouvernera le Front National, posez la question aux dirigeants du FN, et non à deux "techniciens" qui n'ont jamais mis les pieds dans une permanence FN

  • Par ISABLEUE - 12/02/2017 - 11:11 - Signaler un abus la bonne question

    est : la droite et la gauche avaient-elles VRAIMENT les compétences pour gouverner ????

  • Par cloette - 12/02/2017 - 11:16 - Signaler un abus Donc si on comprend bien

    Il faut que ce soit toujours les mêmes au pouvoir , un peu comme les dictatures où toujours le même ou son fils ou son parti reste au pouvoir . Dans l'histoire de France des changements se sont souvent produits n'est ce pas ? C'est pour cela que la France n'a jamais été une dictature !

  • Par Ganesha - 12/02/2017 - 11:23 - Signaler un abus Al Capone

    Cet article est vraiment un ''sale petit torchon'' ! A la corbeille tout de suite ! François Fillon est un individu sans scrupules, aussi immoral qu'Al Capone, mais il faut le garder ''parce qu'il a de l'expérience'' ?

  • Par assougoudrel - 12/02/2017 - 11:35 - Signaler un abus Si le pays est derrière

    comme un derrière, c'est à cause de Giscard et le regroupement familial, quatorze années de Mitterrand (droit du sol et retraire à 60 ans), de Chirac qui a remis la gauche en selle avec Jospin (les 35 heures), re Chirac, roi fainéant, Sarkozy qui a joué petit bras, à cause (en partie de son entourage), puis Boufchidor 1er, un nain con pétant. Après lui (et eux), pourquoi un ou une autre, à part les clowns tristes de Gauche, ne pourra pas gouverner le pays? Le changement, c'est maintenant ou jamais. Le pays est malade; il a besoin d'un bon médecin et non d'un "coupe-chiasse (mauvais toubib chez les militaires).

  • Par Anguerrand - 12/02/2017 - 11:58 - Signaler un abus A vangog et Ganesha les pro FN

    Tout n'est pas négatif dans votre programme mais MLP interrogée ce matin sur I télé nous a servi un charabia incompréhensible sur son programme économique et s'est dépêchée de sortir des chiffres bidons que visiblement elle ne connaissait même pas, pour financer ses promesses irréalisables, son patrimoine, les affaires de détournement d'argent, bien réels eux, la hausse des salaires, la dette remboursée en franc dévaluée de 20% ( dit elle ! ) , après une baisse de 30% de l'€, et de la perte de pouvoir d'achat et des économies des français. Évidemment avec un Phillipipot de gôche on peut être certain d'une catastrophe économique, du depart des capitaux de France avant le passage au petit franc qui sera appliqué à moins d'un % de la population mondiale. Expliquez nous comment controler toutes les frontières avec 6000 douaniers supplémentaires quand on sait qu'avec la seule Belgique il y a plus 400 frontières ,plus les passages par les montagnes, Le Rhin, etc . Ouvrez les yeux avant l'élection, après ce sera trop tard. MLP ment en permanence sachant bien que son programme est irréalisable c'est bien pour ça qu'elle ne répond jamais aux questions qui la gêne et pour cause !

  • Par A M A - 12/02/2017 - 12:13 - Signaler un abus Un gros problème: les ELITES.

    Déjà que l'on se demande à quoi sert un gouvernement français qui n'est que le "factotum" de Bruxelles, on peut se demander ce qui changerait pour Marine Le Pen si elle persistait dans cette voie. Si elle quitte l'Europe, tout devient différent. La compétence de l'Union Européenne disparaitrait pour elle. Mais alors on ne compterait plus les ralliements de ceux qui, pour s'en débarrassé, avait refilé le gouvernement de la France à Bruxelles, et qui se maintiendraient aux affaires avec l'intention européiste de recommencer la partie à l'identique. En France, il y a surtout et avant tout un gros problème: les ELITES.

  • Par samsuffit - 12/02/2017 - 12:34 - Signaler un abus baratin

    Rouquan et Moinet sont des incompétents !

  • Par Leucate - 12/02/2017 - 12:40 - Signaler un abus 1981

    En 1981 beaucoup glosaient sur l'arrivée en force à l'Assemblée et à la présidence d'élus jeunes, barbus et cravatés de rouge, derrière Mitterand qui était le rare à avoir exercé des fonctions importantes sous la république tombée en 1958. Les survivants de cette époque ont les cheveux blancs, et font figure de vieux sages compétents pour la seule raison qu'ils ont exercé le pouvoir depuis 1981. Compte tenu qu'ils arriveront sans véhiculer une idéologie de changement de la société mais la seule volonté de gérer pragmatiquement la France d'aujourd'hui, la génération FN qui accèdera au pouvoir sera sans doute meilleure que la génération des barbus de 1981.

  • Par vangog - 12/02/2017 - 13:29 - Signaler un abus Ayez pas peur @Anguerrand! Coût programme MLP

    Un fonctionnaire, c'est 42 ans de carrière, 21 ans de retraite et 10 ans de réversion" (source Xavier Bertrand), soit 73 années-salaire à une moyenne de 49000 euros/an. Chaque embauche de fonctionnaire territorial coûte environ 3,5 millions d'euros au con-tribuable. Les LRPSECOLOCOCOs en ont embauchés 1,2 millions, durant les vingt dernières années: soit, au total 4 milliards 300 000 euros d'économies potentielles, si Le Front National supprime les trois strates surnuméraires de la Région (qui a embauché la moitié des fonctionnaires), des métropoles et des intercommunalités...ajoutez à cela le solde de huit milliards versés à l'UE, le milliard de l'AME, et 3% du tiers des importations venant des pays à dumping social et environnemental (total importations 500 ME), soit près de 45 milliards d'Euros, et vous obtenez votre financement des baisses d'impôts aux TPE-PME qui leur permettront d'augmenter les salaires, d'embaucher et de relancer naturellement l'économie.

  • Par vangog - 12/02/2017 - 13:36 - Signaler un abus @Anguerrand vous avez oublié la fin des pompes aspirantes!

    En plus des 6000 douaniers ré-embauchés (avant Sarko, nous pouvions les payer!), les patriotes supprimeront l'ATA, l'AME, l'ASPA (allocation pour les vieux étrangers n'ayant jamais cotisé), le droit du sol et Le regroupement familial (pour commencer). Croyez-moi, les etrangers réfléchiront à deux fois avant de se lancer sur les routes de l'émigration pour un pays qui privilégiera, à nouveau, mieux ses ressortissants que les étrangers. Et les pays du tiers-monde pourront enfin conserver leurs forces vives, les aidant à mieux s'extirper du sous-développement, de la corruption et de l'islamisme archaique...tout benef pour tour le monde!

  • Par pierre de robion - 12/02/2017 - 17:04 - Signaler un abus "Sauf à rompre avec le pacte

    "Sauf à rompre avec le pacte républicain et démocratique, en choisissant la voie autoritaire, pour imposer des décisions qui rompent avec les fondamentaux du droit français et européen" Votre article dit vrai, mais n'est pas davantage audible que la défense, pourtant inattaquable juridiquement parlant de Fillon! Les gens voteront FN par rage, rancoeur ou dépit (surtout si la Droite-centriste est privée de candidat! Napoléon disait "On gagne et puis on voit". MLP risque de gagner (à cause du jeu avec le feu de tous ceux qui ont peur que Fillon ne turbule le système) et, vu les difficultés qu'elle rencontrera pour gouverner "elle n'hésitera pas à rompre avec le pacte républicain et démocratique, en choisissant la voie autoritaire, pour imposer des décisions qui rompent avec les fondamentaux du droit français et européen" Et on aura tout gagné avec la politique de griboulle qu'ont initiée les médias!

  • Par Leucate - 12/02/2017 - 17:40 - Signaler un abus @ pierre de robion - Que de grands mots creux !

    """Sauf à rompre avec le pacte républicain et démocratique, en choisissant la voie autoritaire, pour imposer des décisions qui rompent avec les fondamentaux du droit français et européen""" On croirait entendre du Mitterrand dans le "coup d'Etat permanent" MDR ! En réalité, depuis 1981, c'est toute une génération, celle des babyboomers, qui a failli et oublié que la république, c'est le pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple. Le temps a passé et les conceptions de la génération babyboom sont devenus ringards, dépassés et surtout inadaptés aux défis du monde actuel. Avec Marine présidente, c'est le retour aux fondamentaux des débuts de la V° république où le peuple sera vraiment consulté lors des décisions importantes, où chaque portion du peuple sera représenté en fonction de son poids réel dans l'opinion. Si elle est présidente de par la volonté du peuple, une nouvelle majorité émergera nécessairement et la voie référendaire pourra éventuellement remettre les choses au point si cela tarde à se faire. Une époque se termine, on le voit bien, et une autre pointe avec les changements de génération. C'est la vie.

  • Par Aghir - 12/02/2017 - 17:43 - Signaler un abus Rien

    ni personne ne pourra faire une gestion plus catastrophique que celle de ces cinq dernières années......A partir de ce triste constat, Marine ne peut être qu'un bon choix pour la France.

  • Par ELIED - 12/02/2017 - 17:57 - Signaler un abus A tous les partisans aveugles de MLP,

    Si MLP réussit à prendre cette fois la Présidence,je vous promets des réveils à la gueule de bois au bout de peu de semaines, voire même de jours après son élection.C'est bien beau de vouloir renverser la table et le système,mais après vous aurez un autre système, inévitable.Il faudra bien qu'elle s'entoure d'une équipe nombreuse,mais surtout fortement qualifiée,si elle veut mettre en place tous les changements promis dont beaucoup ne sont que des miroirs aux alouettes et vous le savez bien, malgré toutes vos affirmations.Relisez donc l'Histoire et pas seulement celle de France:à chaque fois qu'une révolution des extrêmes a eu lieu, le PEUPLE,celui qu'on veut libérer d'un système a souffert les mille maux et a mis des dizaines d'années à s'en remettre.Une seule fois dans ma vie j'ai voulu voter à gauche,bien mal m'en a pris.Alors oui je voterai encore à droite cette fois, même si on doit rester avec ce "système" actuel et en espérant sa victoire.Il suffit ensuite d'élire une Chambre qui devra mettre en place les lois nécessaires à un assainissement de la gabegie critiquée sans doute avec raison.Alors,choisissez surtout bien vos députés,ceux qui dicteront ensuite vos souhaits.

  • Par ELIED - 12/02/2017 - 17:57 - Signaler un abus A tous les partisans aveugles de MLP,

    Si MLP réussit à prendre cette fois la Présidence,je vous promets des réveils à la gueule de bois au bout de peu de semaines, voire même de jours après son élection.C'est bien beau de vouloir renverser la table et le système,mais après vous aurez un autre système, inévitable.Il faudra bien qu'elle s'entoure d'une équipe nombreuse,mais surtout fortement qualifiée,si elle veut mettre en place tous les changements promis dont beaucoup ne sont que des miroirs aux alouettes et vous le savez bien, malgré toutes vos affirmations.Relisez donc l'Histoire et pas seulement celle de France:à chaque fois qu'une révolution des extrêmes a eu lieu, le PEUPLE,celui qu'on veut libérer d'un système a souffert les mille maux et a mis des dizaines d'années à s'en remettre.Une seule fois dans ma vie j'ai voulu voter à gauche,bien mal m'en a pris.Alors oui je voterai encore à droite cette fois, même si on doit rester avec ce "système" actuel et en espérant sa victoire.Il suffit ensuite d'élire une Chambre qui devra mettre en place les lois nécessaires à un assainissement de la gabegie critiquée sans doute avec raison.Alors,choisissez surtout bien vos députés,ceux qui dicteront ensuite vos souhaits.

  • Par toupoilu - 12/02/2017 - 18:03 - Signaler un abus Il y a une mesure qui est passé relativement inaperçue

    Dans ses 144 propositions, C'est la manière dont elle conçoit la proportionnelle pour les élections législatives. Comme elle donne une prime de 30% des sièges, si j'ai bien compris au parti arrivé en tête, il suffira au FN d'arriver en tête avec 25 à 30% des voix pour avoir une majorité. Pas avec la loi actuelle, mais après dissolution et changement de loi électorale, si l'assemblée sortie des urnes en juin ne permet pas de trouver une majorité de compromis. Elle pourra gouverner.

  • Par toupoilu - 12/02/2017 - 18:13 - Signaler un abus A moins qu'un president élu puisse changer la loi electorale

    Dans la foulée de son élection (Je ne sais pas), dans ce cas la elle aura une majorité tout de suite.

  • Par padam - 12/02/2017 - 18:29 - Signaler un abus Réponse à la question posée

    A priori et objectivement, pas plus ni moins que leurs prédécesseurs.

  • Par vangog - 12/02/2017 - 21:04 - Signaler un abus @ELIED les Français ont déjà la gueule de bois!

    et c'est grâce à vos alcools frelatés UMPSECOLOCOCOs ingérés pensant plus de trente ans...Fort heureusement Le foie est récupérable. Mais il faudra une diète drastique de ces alcools frelatés: seule Docteur Marine Le Pen aura le courage et la force de l'imposer au malade France...

  • Par christophe7307 - 12/02/2017 - 21:10 - Signaler un abus Compétence

    d'ailleurs les gens qui sont au pouvoir actuellement sont ultra compétents.... c'est pour ça que notre pays se porte si bien

  • Par legeorgenri - 12/02/2017 - 21:31 - Signaler un abus De tous côtés ça pète !

    Alors pétons un vrai bon coup et éjectons tous ces enfoirés corrompus qui nous empuantissent depuis cinquante ans , tous culs confondus ! Fi de tous ces discours et analyses savants , seule Marine nous sortira , peut être de cette latrine , qu'est devenue notre pauvre France !

  • Par legeorgenri - 12/02/2017 - 21:44 - Signaler un abus Partisans aveugles ?

    Mon bon ELIED , que faire alors ? Fillon... cinq ans avec Sarko pour nous conduire à Hollande ! Donc , c'est pas bon ! Alors portons des lunettes et accompagnons Marine .N'est ce pas plus courageux que de prédire le déluge ! Et puis qui ne risque rien n'a rien et encore , qui ose gagne !

  • Par abracadarixelle - 12/02/2017 - 22:14 - Signaler un abus Et tous lese sortants...

    ...étaient compétents ? si oui, vu l'état du pays , tous les espoirs sont permis aux nouveaux qui peuvent arriver au pouvoir ( sauf Hamon svp)

  • Par ikaris - 12/02/2017 - 22:46 - Signaler un abus Article puant : Moinet au piquet

    Article à la structuration assez perverse car ça commence par ce qui semble être des remarques très pensées de Rouquan et ça se termine en monologue de Moinet contre le FN et sa capacité à gouverner ... de fait cet homme en a fait son métier de fonctionnaire il sera donc un des premiers perdants à la venue au pouvoir du FN. L'accession au pouvoir du FN ne sera pas facile : il a été exclu du pouvoir depuis Mitterrand (dans les années 80 il faisait des listes commune avec le RPR et était présent en nombre à l'assemblée nationale et dans les région) ... pour autant à tous les niveaux des administrations il y a quantité de responsables et de simples acteurs qui sont outré de la déliquescence du pouvoir des 15 dernières années et n'ont pas osé rejoindre le FN en tant que parti par crainte de sanctions. Tous ces gens seront les pivots du pouvoir FN. Si l'on prend le seul quai d'Orsay je ne pense pas qu'il y aura le moindre choc tant ce que préconise le FN est en accord avec la politique traditionnelle de la France de De Gaulle jusqu'à Chirac : une politique de souveraineté et d'équilibre entre USA , Chine et Russie. Démonter tous les sous entendus puants de Moinet serait trop long

  • Par g16 - 13/02/2017 - 00:41 - Signaler un abus Ca passe ou ça casse, et on

    Ca passe ou ça casse, et on improvise au 2ème tour. Alliance au FN, ou à Macron. Fillon fait le coup de poker en choisissant qui sera le prochain président.

  • Par Flamel - 13/02/2017 - 01:04 - Signaler un abus Vers une cohabitation forcée FN - LR ?

    La Belgique nous a montré qu'un pays moderne peut survivre des mois sans gouvernement. A fortiori nous le pourrions avec des ministres FN incompétents ou inexpérimentés, ce ne serait d'ailleurs pas "une première", le PS nous y a habitués... Quant aux fonctionnaires, ils ne feraient sûrement pas de "résistance" (la sécurité de l'emploi étant généralement une motivation première...), pas plus qu'ils n'en ont fait sous occupation étrangère en 1940-44 (sans faire de parallèle historique !). De toute façon, je suis persuadé que si Marine Le Pen est élue, ce sera par rejet des manipulations médiatico-judiciaires et sur les questions de sécurité et immigration. L'électorat FN n'adhère pas vraiment au programme économique de ce parti, ses motivations de vote sont ailleurs. Les Français éliront alors une majorité LR à l'Assemblée et mettront Marine Le Pen en situation de cohabitation. Après une période sans gouvernement, un premier ministre LR aile droite serait nommé (Wauquiez sans doute). La France ne sortirait pas de l'Euro ni de l'Europe, et une politique consensuelle musclée serait menée en matière de sécurité et d'immigration pour satisfaire 80 % de la population...

  • Par tubixray - 13/02/2017 - 09:31 - Signaler un abus Des propos cohérents Flamel

    Beaucoup d'entre nous seront contraints de voter M. le Pen si le candidat LR est exclu du 2ème tour avec un gouvernement LR le contre pouvoir sera assuré pour éviter la sortie de l'euro ou la retraite à 60 ans .....J'abonde dans le sens de ceux qui reconnaissent que la compétence des gouvernements et hauts fonctionnaires depuis VGE reste à prouver !

  • Par edac44 - 13/02/2017 - 10:53 - Signaler un abus Si quelqu'un avait des compétences pour diriger la France, cela

    Si quelqu'un avait de réelles compétences pour diriger la France, cela se saurait depuis longtemps car depuis le départ du Général en 69, la dite "compétence" se résume surtout à l'ambition prétentieuse et à l'égo démesuré de quelques politiques psychopathes, tout bord confondu !... Et, bien que le FN ne soit pas ma tasse de thé, il me semble que MLP ne soit pas plus stupide que les autres prétendants au "poste suprême". Alors, faire croire que le pays ne puisse être dirigé qu'avec l'aide inconditionnelle et soumise de quelques 500 lèche-culs ayant prêtés allégeance au futur roi des cons sur son trône est, même pour un "journaleux d'Atlantico", plutôt affligeant !... Faudrait arrêter de prendre tous vos lecteurs pour des cons, il y a aussi parmi eux, des exceptions.

  • Par Orchidee31 - 13/02/2017 - 11:06 - Signaler un abus Analyse pertinente Flamel

    Je pense que nous serons nombreux dans ce cas de figure -

  • Par Orchidee31 - 13/02/2017 - 11:09 - Signaler un abus Par ailleurs,

    Vu l'état de la France depuis 2012, on ne risque plus rien.......

  • Par Leucate - 13/02/2017 - 12:38 - Signaler un abus Le premier ministre

    Si Marine est présidente, il y aura les législatives. En général, les électeurs confirment leur vote de la présidentielle mais, le FN/RBM étant encore un parti jeune et peu structuré, il est possible qu'il ne dispose pas de la majorité absolue. C'est pas grave, il y aura un gouvernement de coalition et le premier ministre sera celui qui peut apporter à la présidente une majorité présidentielle composée de FN et de LR. On peut imaginer qu'à force de travailler ensemble, il se créé un nouveau parti FN.LR qui se choisisse un autre nom, comme aux débuts de la V° république l'UNR s'est alliée à l'UDT (union démocratique du travail) pour former l'UNR.UDT qui s'est ensuite appelé UD.V° puis finalement UDR avant que Chirac ne le renomme RPR.

  • Par zouk - 13/02/2017 - 16:59 - Signaler un abus MLP/FN

    Réponse NON aux deux membres de la question.

  • Par brennec - 13/02/2017 - 19:30 - Signaler un abus Ne pas surestimer la difficulté.

    Une fois au pouvoir on détient celui de nomination. Le ralliement des compétences risque de ne pas se faire entendre surtout que des compétences il y en a en dehors du sérail enarquisé.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Olivier Rouquan

Olivier Rouquan est docteur en science politique. Il est chargé de cours au Centre National de la Fonction Publique Territoriale, et à l’Institut Supérieur de Management Public et Politique.  Il a publié en 2010 Culture Territoriale chez Gualino Editeur,  Droit constitutionnel et gouvernances politiques, chez Gualino, septembre 2014, Développement durable des territoires, (Gualino) en 2016, Culture territoriale, (Gualino) 2016 et En finir avec le Président, (Editions François Bourin) en 2017.

 

Voir la bio en entier

Jean-Philippe Moinet

Jean-Philippe Moinet, ancien Président de l’Observatoire de l’extrémisme, est chroniqueur, directeur de la Revue Civique et partenaire de l’institut Viavoice.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€