Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 24 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Manuel Valls outragé, Manuel Valls martyrisé, Manuel Valls brisé… Et maintenant, Manuel Valls humilié!

L'ancien Premier ministre a été l'artisan de sa propre chute. Une victime consentante du quinquennat Hollande.

Plus bas, toujours plus bas…

Publié le - Mis à jour le 13 Mai 2017
Manuel Valls outragé, Manuel Valls martyrisé, Manuel Valls brisé… Et maintenant, Manuel Valls humilié!

Il avait tout pour lui l'ancien maire d'Evry. Elu d'une ville de banlieue il savait tout, et de façon concrète, de la montée de l'islamisme, de l'immigration incontrôlée, des ravages de la délinquance et des pathétiques désarrois de ceux qui n'était ni islamistes, ni délinquants, ni issus de la diversité. Il le savait. Et, chose rare dans son camp, il le disait.

Cette honnêteté et cette franchise – à souligner car Valls était de gauche et membre du PS –lui valu des avances de la part de Sarkozy.

Le ministère de l'intérieur semblait être un poste au niveau de ses compétences. Un socialiste premier flic de France sous Sarkozy ça aurait eu de l'allure! L'affaire ne se fit pas : Valls préféra son parti et y continua son chemin assez personnel. 

De cet épisode, de ses déclarations républicaines plutôt musclées, lui resta une tache indélébile. Il fut haï par la banlieue et détesté par une partie de la gauche prosternée devant la figure christique de l'immigré. Puis arriva Hollande. Et Manuel Valls devint le ministre de l'Intérieur qu'il n'avait pas voulu être sous Sarkozy. A gauche, le scandale fut grand. La presse de cette obédience fit des "unes" avec "Valls est-il de droite?" La réponse était à l'intérieur. Et c'était "oui". 

Le chemin de croix de Valls ne faisait que commencer. Il accepta par la suite de devenir Premier ministre d'un homme pour lequel il n'avait pas la moindre considération. Mais un tel poste valait bien des "oui monsieur le Président" en conseil des Ministres et des "oui François" dans l'intimité. Pas sûr que Valls ait aimé cette servitude volontaire. Mais le plat de lentilles était appétissant. Et Valls pensait qu'en manger était la meilleure façon de devenir un jour calife à la place du calife. 

La gauche de la gauche ne s'y trompa pas. Les frondeurs votèrent contre lui et contre ses projets. Et les mêmes journaux qui avaient titré "Valls est-il de droite?" instruisirent contre lui un procès en sorcellerie, c'est à dire en islamophobie. Valls tint bon. 2017 n'était pas loin. Il pensait avoir usé Hollande. Une grave erreur. C'est Hollande qui l'avait usé. 

Et quand il se présenta à la primaire de la gauche, Valls était déjà un homme politique en fin de vie. On suscita contre lui quelques candidats folkloriques (dont Vincent Peillon) qui le marquèrent encore plus à droite. Hamon n'en fit qu'une bouchée. Hypnotisé par son désir de pouvoir, Valls n'avait pas compris qu'il n'était pas de taille à lutter contre le tueur de Tulle. 

Mais il voulait quand même exister. Au PS, ce n'était plus possible : les militant et les sympathisants l'avait excommunié pour toujours. Et toute honte bue, toute dignité oubliée, il se colla à Macron qui avait été son ministre et donc son subordonné. Il fut traité avec condescendance et mépris : on lui fit comprendre qu'on ne raffolait pas des figures de l'Ancien Régime. 

On lui signifia qu'En Marche! n'était pas une entreprise de recyclage. Manuel Valls s'abaissa encore un peu et quémanda une investiture. On l'humilia. Il ne correspondait pas tout à fait, lui dit-on, aux "critères" édictés par Macron… Valls baissa un peu plus la tête. Et le nouveau président lui accorda une aumône : il n'aurait pas l'investiture mais on ne présenterait pas de candidat contre lui. Ca, les socialistes s'en chargeront certainement! Ainsi mourut Manuel Valls. Il aura sa tombe au cimetière où gisent tous ceux que François Hollande a mis à mort. Elle n'est pas la plus importante certes. Mais il était bon qu'elle fut mentionnée…

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par horus35 - 12/05/2017 - 11:35 - Signaler un abus Amen !

    Puissiez vous dire vrai mr Raysky : la bête serait morte ! Enfin, vrai de vrai? Suivre un corbillard n'est pas chose agréable bien entendu, mais il y a des enterrements qui comportent en eux une certaine joie, un soulagement ( sûrement en étant satisfait que le défunt n'ai pas traîné une longue et douloureuse maladie) qui font que l'on ne peut,que l'on ne doit pas pleurer ! Bien au contraire, un sourire doit fleurir sur les lèvres: c'est finit pour lui, mais quel soulagement !

  • Par cloette - 12/05/2017 - 11:51 - Signaler un abus Le tueur de Tulle

    Un serial killer ?

  • Par ikaris - 12/05/2017 - 12:41 - Signaler un abus De nombreux oublis

    vous faites de nombreux oublis sur la question Valls, M Rayski. D'abord que c'est un parfait aparatchik qui a vu une place vacante : le socialiste sécuritaire ... aphorisme dont on a bien vu lors de son passage à l'intérieur que ce n'était que du marketing. Vous oubliez également ses revirements sur la question palestienne : passer de pro-palestinien (car c'est plus vendeur à Evry) à pro-israelien (se déclarant éternellement attaché à Israël), ça se remarque ! Le poste de premier ministre il a manoeuvré abondamment pour l'avoir et jusqu'à fin 2016 tout semblait indiquer que, investiture présidentielle mise à part, il imposait sa conduite à Hollande. Valls est le premier à avoir abondé sur une scission du PS, débarrassé de ses gauchos pour s'allier aux centristes. C'est Micron qui lui a grillé la politesse sur ce terrain et après avoir concouru à la primaire de la gauche il a renié ses engagements. Alors oui il a l'air du dernier des imbéciles ces temps ci (un homme à terre, les journalistes adorent s'essuyer dessus) mais au delà des apparences (Micron ne peut pas se l'accepter sans paraitre Hollande 2) personne ne lui sera opposé côté En Marche et il aura un socialo fluent en face

  • Par langue de pivert - 12/05/2017 - 13:52 - Signaler un abus Manu : tu sers à rien ! ☺

    Qu'il n'ai aucun regret, si il avait quitté le plouc suprême avant Macron il n'aurait pas bénéficié du soutien des merdias et des chiottes rose de l'Elysée pour lui déblayer le terrain en éliminant la concurrence LR (Sarko, Fillon) ! ni à gauche ni au centre ni à droite ! Personne ne peut le voir ! Il ne lui reste rien ! Même pas la fierté catalane !

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 12/05/2017 - 14:45 - Signaler un abus Il est vrai que certains ne

    Il est vrai que certains ne savent pas saisir la chance quand elle passe..........au nom d'une certaine rigueur morale ! ......Valls ira donc rejoindre au cimetière .........les victimes de François II, mais aussi celles de François Ier comme Michel Rocard.

  • Par Anguerrand - 12/05/2017 - 15:23 - Signaler un abus Macaron fait semblant de ne pas être de gauche

    Mais après avoir annoncé qu'il présenterait des candidats dans toutes les circonscriptions, il a déjà annoncé ne pas en présenter la ou les anciens membres du gouvernement se présentaient. ( Valls, Belkacem, etc) .s'il fait de meme à droite il pourra dire qu'il est ni de droite ni de gauche, mais ce n'est absolument pas prévu. Il est ni de droite ni de droite ! . Si l'on ne veut pas de sa politique immigrationniste, il n'y a qu'une solution, ne pas voter pour les candidats internet facilement modellables car nouveaux et qu'il n'ait pas la possibilité de faire ce qu'il veut à l'Assemblée sans négocier avec l'opposition en particulier sur l'immigration, la France sans Valeurs, la France crime contre l'humanité en Algérie, la France métissée, et les conneries habituelles du socialisme. Ce serait bien qu'il connaisse l'Histoire et la Geographie , , non la Guyane n'est pas une île. Pas mal de conneries avant meme d'être élu. Heureusement Hollande sera à sa disposition pour l'aider, alors nous sommes sauvés !

  • Par morsang - 12/05/2017 - 15:47 - Signaler un abus tu macronise,moi non plus

    l'excellente Arlette Chabot dit que lesFrancais commencent à se perdre dans le tourbillon politique que nous vivons.Mais attendez,je passe dans la principale artère de Corbeil Essonne(cherchez pas faites "serge dassault et vous saurez tout sur Corbeil)Le siège électoral de M.Valls dans cette ville s'orne d'une enseigne immense (0'5 sur 5 métres) avec le patronyme de l'élu.Et dans la vitrine un immense " pojng et la rose".On ignore ce qui se traite dans ce lieu Macron ou pas mystère mais effectivement la confusion des genres est à son comble

  • Par padam - 12/05/2017 - 16:03 - Signaler un abus bon vent monsieur Valls!

    Tout en ne lui vouant aucune rancoeur personnelle, je ne pleurerai pas sur la "dépouille" de l'ancien locataire de Matignon. Car non seulement son avenir ou absence d'avenir politique m'indiffère totalement, mais de surcroît je ne suis pas convaincu qu'il soit aussi bien mort que le prétend monsieur Rayski.

  • Par Beredan - 12/05/2017 - 17:59 - Signaler un abus La girouette d'Evry....

    ....n'a que ce qu'elle mérite !

  • Par assougoudrel - 12/05/2017 - 18:27 - Signaler un abus Comme dit la chanson bretonne:

    "En passant près d'un cim'tière, j'ai rencontré un enterrement; Ah! Bon Dieu j'étais content, c'était celui du catalan"! (celui d'mon Adjudant!). Refrain: "ils ont des chapeaux ronds, vive la Bretagne!".

  • Par Piwai - 12/05/2017 - 19:10 - Signaler un abus professionel de la politique...

    Normale que Valls est manger son chapeau: l'echec du quinquenat c'est autant lui que Holande: rien nenl'empechait de démissionné mais s' en est rendu compte trop tard. Professionel de la politique, il ne faut pas oublier que Valls est un "autodidacte" poir parler poliment: il ne sait daire d'autre que de la politique, il remangera son chapeau trois fois pour survivre s' il le faut. La "bousculade" du Trocadero aurait du lui servir d'avertissement, même les loups ne se mangent pas entre eux, putot les requins... Bon débarras, il existe des milliers de gens qui peuvent faire mieux que cet inculte.

  • Par adroitetoutemaintenant - 12/05/2017 - 21:31 - Signaler un abus Manu ne perd pas confiance !

    Dans le pays que tu préfères à la France, à Barcelone exactement, il y a le premier bordel au monde où les putes sont comme toi : des mannequins. Tu pourrais trouver un petit boulot comme nettoyeur de trous !

  • Par pale rider - 13/05/2017 - 09:19 - Signaler un abus Cette execution ordinnaire donne beaucoup à voir sur Macron

    il va gouverner avec brutalité . De deux choses l'une : soit il a un véritable agenda pour redresser la France et ce serait peut etre une bonne chose, sinon il mettra le pays en coupe réglée avec l'aide de tous les apparatchiks qu'il aura placés . Il y en a aussi une troisième : croyant redresser la France il l'enterra definitivement .

  • Par assougoudrel - 13/05/2017 - 09:59 - Signaler un abus Nous sommes dans un

    brouillard à couper au couteau. Ma bagnole est arrêtée sur le bas coté, car je ne vois rien de rien.

  • Par Ex abrupto - 13/05/2017 - 11:08 - Signaler un abus Si Vals finit par être élu...

    ... il aura de facto gagné (sans gloire!). Et le petit chéri Macron (que j'appelle le président hormonal) aura dans sa chaussure un caillou vindicatif et teigneux.

  • Par ALJEFA - 13/05/2017 - 12:11 - Signaler un abus Sans oublier

    La répression féroce pendant la manif pour tous !!

  • Par Deneziere - 14/05/2017 - 10:04 - Signaler un abus Lecteurs d'Atlantico, êtes-vous aussi crétins ?

    En piétinant Valls, et aussi Malek Boutih, c'est la gauche laïque que Macron veut écraser. Flinguer Valls, c'est faire risette aux arabo-musulmans et renvoyer l'ascenseur à l'UOIF, les frères musulmans, donc, qui ont appelé à voter pour lui.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€