Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Mais pourquoi l’Etat vient-il de brader 5% du capital de Renault ?

L'Etat vient de céder près de 5% du capital de Renault et engrange ainsi une plus-value fort modeste : + 55 millions d'euros. Pâle succès en ces temps d'euphorie boursière confirmée.

Bijoux de famille ?

Publié le
Mais pourquoi l’Etat vient-il de brader 5% du capital de Renault ?

Après être monté à près de 20% du capital lorsque Emmanuel Macron était ministre de l'Economie, l'Etat revient à 15,01%, donc à parité actionnariale avec Nissan ( à 0,1% près ) ce qui contribuera à pacifier les rapports avec le constructeur nippon, clef de voûte de " L'Alliance ".

Cette opération s'inscrit dans un programme de cessions de participations d'environ 10 milliards qui a démarré début septembre par la vente de 4,5% de Engie ( Ex-Suez Gaz de France ).

Elle devrait se poursuivre par des cessions de titres concernant potentiellement Orange, ADP ( Aéroports de Paris ), FDJ ( Française des Jeux ).

Cet ensemble de ventes pour 10 milliards correspond arithmétiquement au coût de la trop fameuse invalidation constitutionnelle de la taxe sur les dividendes. Autant dire, même si ces deux points ne sont pas juridiquement liés, que l'Etat procède à des ventes contraintes plutôt qu'à des cessions stratégiquement élaborées.

La version officielle consistant à dire que le produit des cessions ira alimenter un nouveau Fonds pour l'Innovation au mépris de la règle impérative de non-affectation budgétaire. En effet, les cessions alimenteront d'abord le budget général de l'Etat puis iront – en destination finale – là où le Législateur le souhaitera via le PLF 2018 et le PLFR de novembre.

La vente des 4,73% des titres de Renault a revêtu la forme d'un placement auprès d'investisseurs institutionnels. Il faut souligner que Renault a procédé au rachat de 10% des titres vendus ( soit 1,4 million ) en vue de ses offres à des salariés et anciens salariés.

Intéressons-nous à la répartition du capital de l'ancienne emblématique Régie :

Etat : 15,01%   Nissan : 15%  Deutsche Bank : 4,41%  Daimler : 3,1 %  Salariés : 2,5% Autocontrôle : 0,86%. Dès lors que 90% de 4,73% est détenu par des institutionnels, on en déduit que la part du public qui était de 58,5% à la fin de 2016 est désormais de 54,86%.

En moyenne, les actions des sociétés du CAC 40 sont détenues à hauteur de 44,2% par des étrangers qui sont moins présents qu'auparavant.

Selon l'étude citée en lien de la Banque de France, on constate que « moins de 30 % des sociétés françaises du CAC 40 sont détenues à plus de 50 % par des non-résidents, soit 10 sur 35 », selon Christophe Guette-Khiter.

Si l'on retient l'hypothèse que Renault a près de 45% du capital placé auprès du public non-résident sur un total de 54,86%, cela revient à dire que Renault n'est plus une entreprise française mais un groupe industriel issu de France.

Avec 25% d'opérateurs étrangers ( dont Nissan bien entendu ) et 25% ( au minimum ) de public non-résident.

Cela traduit l'internationalisation de ce groupe assez florissant selon l'analyse de Moody's et d'aucuns s'en réjouiront. D'autres se diront que " les centres de décision " de ce géant de l'automobile  ( 52 milliards d'euros de CA ) sont désormais plus loin de Billancourt qu'il n'y parait.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 07/11/2017 - 13:40 - Signaler un abus L’etat macroniste vend ses bijoux de famille...

    Mais, comme pour les politiques précédentes de ventes d’actifs (sous Chirac et Sarkozy), il n’y a ni baisses d’impots, ni baisses de taxes, ni baisse de la dette gauchiste, conjointement à ces ventes massives d’actifs! Ou va l’argent gauchiste? Le Lang-depûte est en train d’en reclamer plus de subvention pour l’in-culture française, et on se dote que c’est rats vont trouver comment employer cet argent qui devrait revenir aux Français, en main propre ...cette politique gauchiste typique est une fuite en avant vers un gouffre! Cela dure depuis quarante ans, depuis l’avènement du socialisme, et Macron persiste dans cette politique de désindustrialisation-chômage-de-masse-endettement massif...mauvais coup pour la France engluée dans le gauchisme le plus archaïque!

  • Par gilbert perrin - 07/11/2017 - 16:33 - Signaler un abus çà y est la braderie des bonimenteurs bat son plein ???

    que va t'il nous rester de notre patrimoine NATIONAL ????? ou va cet argent ????

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Yves Archer

Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research.
 
Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'un doctorat en Economie de l'Université Paris-I Panthéon-Sorbonne.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€