Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Louis Renault : "L’automobile, j‘en ai fait une industrie de masse. J’ai été injurié, menacé, mais voyez-vous Renault a pourtant retrouvé une position de leader"

Série de l’été : Entretiens avec ceux qui ont change le monde, les grands inventeurs de l’histoire. Aujourd'hui : Louis Renault.

Série de l’été : les grands inventeurs se racontent

Publié le
Louis Renault : "L’automobile, j‘en ai fait une industrie de masse. J’ai été injurié, menacé, mais voyez-vous Renault a pourtant retrouvé une position de leader"

 Crédit OFF / AFP

Dans cette série de l’été consacrée à l’histoire des plus inventeurs et des plus grandes personnalités scientifiques, nous avons choisi de vous les présenter en les interviewant pour qu ils se racontent. Interviews imaginaires et posthumes, évidemment mais pour le moins plausibles. Le plaisir du journaliste qui écrie et les questions et les réponses lui même l’oblige à ne pas trahir l’historien qui lui, fait parler les écrits, les témoignages et les documents. Donc que l’historien nous pardonne de quelques imprécisions.

Notre intention est aussi noble que la sienne, faire connaître ceux qui ont changé le monde en profondeur par leur réflexion, leurs découvertes ou leur imagination. Après avoir rencontré Jean-Anthelme Brillat-Savarin et Léonard De Vinci, peintre génial de la Renaissance Gutenberg, l’inventeur de l’imprimerie et tant d’autres, c’est Louis Renault qui nous raconte son fabuleux destin.

L’histoire de Louis Renault, le fondateur du groupe mondial qui porte son nom, est incroyable. C’est sûrement une des plus passionnantes de toutes les histoires d’entreprises françaises. Imaginez une vieille dame, Renault, presque centenaire, qui aurait réussi à occuper le devant de la scène, politique, sociale, industrielle de ce pays pendant plus d’un siècle. En ayant failli mourir 10 fois, 20 fois. Elle est aujourd'hui bien plus en forme qu’avant la crise financière qui vient de balayer la planète. Renault s'est donné l’ambition et les moyens de devenir le premier constructeur mondial de voitures, en s’alliant avec Nissan, tout en misant sur la voiture électrique.

Tout cela dépasse et de loin le projet de Louis Renault, mais sans son inventivité  rien n’aurait été possible.

L’automobile c’est une invention magique. Un capital de technologie conjugué à des trésors de passion. L’automobile a façonné la vie quotidienne, professionnelle, et sociale des hommes, des femmes sur la planète toute entière. Mais Renault c'est beaucoup plus qu'un constructeur automobile. C’est devenu un drapeau, un symbole. C’est un morceau de la France.

Louis Renault a oublié parfois cette dimension-là et il l’a payé de sa vie et de sa liberté. Par ses erreurs de stratégie, et son ego surdimensionné, Louis Renault a tout perdu. Son entreprise et sa fortune.

L’entreprise, elle, a survécu à trois républiques, à deux guerres mondiales, ses voitures ont roulé dans le monde entier. Entre les luttes ouvrières et les compromis historiques, Renault a aussi écrit les principaux chapitres du modèle social français. Les dates qui jalonnent l’histoire de Renault, de Louis le fondateur comme de son entreprise,  se confondent avec les grandes dates de l’histoire de France. 1914, 1929, 1936. 1940, l’Occupation, 1958, la Vème République, le général De Gaulle, mai 1968.

Louis Renault, si vous aviez à raconter l’origine de cette histoire, vous retiendriez quoi ?

Louis Renault : Cette petite cabane de jardin où tout commence. Dans le jardin de mes parents à la campagne. A Boulogne. Quand je suis né en 1877, Napoléon III venait de mourir. Mes parents s’étaient  enrichis dans le commerce du textile. Nous habitions à Paris dans les beaux quartiers et nous possédions aussi une propriété à Boulogne-Billancourt. Boulogne à l’époque, c’est la campagne chic et chère. J’ai deux frères, Marcel et Fernand et deux soeurs. Mon père est très absent, absorbé par ses affaires. Ma mère est un peu bigote, dit-on. Et moi, comme je suis le  plus jeune, je fatigue tout le monde.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zelectron - 20/08/2018 - 19:39 - Signaler un abus Procès en sorcellerie !

    Vous oubliez d'évoquer le fait que Louis Renault était peu ou prou aux mains des communistes et de ce fait rendu muet par les traitements inhumains qu'ils lui ont infligés. Les cheminots de la SNCF qui auraient pu témoigner en sa faveur en ce qui concerne les nombreuses communications de trajets, nombre de soldats ennemis accompagnant les convois de transports de chars et autres matériels de guerre ont disparu ou ont eu des "accidents" malencontreux ...

  • Par Podoclaste - 21/08/2018 - 13:23 - Signaler un abus Secrets d'Etat

    Louis Renault reste, à juste titre, un sujet de fierté pour les passionnés de mécanique à la française, moins qu'André Citroën le polytechnicien mais à peine. Le génie habitait ces deux hommes, reste le côté sombre. Renault aimait Pétain et l'a suivi sur l'idée du "plus jamais ça" (la grande guerre) avec peu ou prou le même bonheur. Qu'est-il vraiment advenu de Louis ? Motus d'Etat. André, lui, meurt avant de voir ce qu'on fera de son peuple, avec l'aide zélée des perdreaux français. Dans la même veine, pour quelques récits croustillants sur ce que font les grands de ce monde des lois qu'ils écrivent pour nous, le livre de James Comey (mensonges et vérités) traduit en français. À quand le même genre de livre écrit par un Français ? Y aura-t-il un journaliste pour recueillir un (vrai) témoignage ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Aude Kersulec

Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 

Voir la bio en entier

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€