Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 14 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Lancement d’une procédure de destitution : pourquoi Donald Trump ne peut plus se permettre de perdre les élections de “mid-term” 2018

Cinq députés démocrates viennent de déposer une demande d'impeachment vis-à-vis de Donald Trump. Une manœuvre qui ressemble au chant du cygne de l'opposition.

Impeachment

Publié le
 Lancement d’une procédure de destitution : pourquoi Donald Trump ne peut plus se permettre de perdre les élections de “mid-term” 2018

Cinq députés démocrates viennent de formellement déposer une demande d’Impeachment, en vue, disent-ils, de la destitution du président. Pouvait-on s’attendre à une telle action?

Jean-Eric Branaa : Les rumeurs sur une telle procédure ont été tellement nombreuses depuis l’élection de Donald Trump qu’il semblait presque inéluctable que cela arrive. On peut imaginer que le public américain sera aussi peu surpris que le public français en apprenant la nouvelle. En réalité, cela s’inscrit dans un emballement terrible d’une opposition forcenée et qui n’a plus aucune retenue ni aucun discernement.  J’évoquais déjà cette possibilité dans Trumpland, en la prévoyant plutôt pour le lendemain des élections de mi-mandat, dans un an donc.

La procédure qui est lancée aujourd’hui n’empêche d’ailleurs pas que cela se reproduise l’année prochaine. Et elle n’empêche pas non plus qu’il y ait plusieurs autres initiatives entre temps.

La différence profonde entre aujourd’hui et la même action menée après novembre 2018 est que les démocrates auront peut-être pris le contrôle de la Chambre des représentants : ils seraient dès lors en mesure de mener cette attaque jusqu’à son terme, du moins jusqu’au vote de l’Impeachment lui-même, ce qui correspond à une mise en accusation formelle par le Congrès. Mais, à moins de l’avoir également emporté au sénat, ce qui est beaucoup moins probable, leur initiative serait arrêtée nette dans la chambre haute et ce serait alors un revers politique très important.

L’action de ces six députés révèle donc surtout une extrême nervosité et on n’est pas étonné de trouver au premier plan le député Steve Cohen, un élu du Tennessee, qui est un Etat qui a très fortement viré dans le trumpisme. Ce soutien que manifeste les électeurs locaux au président des Etats-Unis a aussi conduit à la mise en retraite politique d’un des deux sénateurs de l’Etat, Bob Corker, qui est précisément celui qui mène la charge dans une autre commission, celle des affaires étrangères, afin de faire retirer au président le droit absolu qu’il est seul à pouvoir exercer : celui de lancer une attaque nucléaire.

L’emballement ressemble pour ce dernier à un chant du cygne. Il est pour Cohen une méthode comme une autre pour se placer dans un anti-trumpisme très fort et qui sera entendu des électeurs démocrates de son Etat. Car, en réaction au mouvement des en direction de Trump, les démocrates locaux se positionnent désormais très à gauche.

Comment définirez-vous exactement cette procédure qui a été lancée et a-t-elle une chance d’aboutir ?

L’Impeachment est une procédure lourde, qui effectivement peut conduire à la destitution du président, ou de n’importe quel haut-fonctionnaire ou juge ou élu, car c’est la même procédure. Elle représente le dernier échelon dans l’échelle des sanctions, quand il apparaît nécessaire qu’il y ait un vrai débat avant de révoquer ou de destituer la personne mise en cause. On comprend donc qu’il faut qu’il ait un motif grave.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par eva - 16/11/2017 - 11:27 - Signaler un abus amsallem

    Pauvres démocrates ! ils ont perdu toute rationalité et rien ne semble pouvoir les arrèter dans leur course folle , il devrait regarder du coté d'Hillary CLINTON de l'affaire des 20% d'uranium vendu à la russie et des millions de dollars reversés à sa fondation ,ils ne veulent pas voir la poutre qu'ils ont dans l'oeil , attention au retour de baton.

  • Par eva - 16/11/2017 - 11:31 - Signaler un abus amsallem

    Je tiens à remercier MONSIEUR BRANAA un des rares journalistes à faire de la vrai information concernant lesETAS UNIS et DONALD TRUMP bravo et merci à vous.

  • Par Beredan - 16/11/2017 - 12:36 - Signaler un abus Girouette ...

    Laudateur d.hillary et féroce contempteur du Donald , l.auteur , à l.instar de ses confrères hexagonaux , découvre les effets dévastateurs de la furia mediatico-démocrate et la résilience profonde de Trump .... bien entendu , la procédure d.impeachment est en l.occurrence une plaisanterie puisqu.elle nécessite en dernier ressort un vote aux 2/3 des 100 sénateurs ...

  • Par adroitetoutemaintenant - 16/11/2017 - 13:18 - Signaler un abus Merci @ Beredan

    De nous rappeler dans sa dernière phrase la seule chose importante dont l'absence dans l'article au titre ronflant est une honte pour l'auteur. Il aurait aussi pu rappeler l'histoire moderne de cette procédure dont un seul président a été victime à la Chambre des Représentants mais qui n'est pas passé au Senat : Bill Clinton (qui a toutefois subit la honte d'être destitué de son titre d'avocat par la Cour Supreme des EU). Mais quand va-t-on faire enfin appel à de vrais spécialistes des EU ?

  • Par Deudeuche - 16/11/2017 - 17:38 - Signaler un abus Pauvres démocrates victimes

    Des bobos des deux côtes Est et Ouest. Au milieu entre les deux rives c’est clairement républicain.

  • Par vangog - 16/11/2017 - 19:01 - Signaler un abus Le naufrage des démocrates (sic) américains...

    en direct!

  • Par Liberte5 - 16/11/2017 - 23:43 - Signaler un abus J.E Branaa dresse une approche très correcte du problème

    comparé aux mensonges éhontés que répandent les journalistes dans les différents médias. Les démocrates en bons socialistes ne peuvent supporter d'avoir perdu. Leur attitude anti démocratique montre qu'ils sont des ennemis déterminés de la liberté.Quant à D. Trump , il continue malgrè les obstacles à réformer et à bousculer l'establishment.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Eric Branaa

Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis (Eyrolles, 2015), Qui veut la peau du Parti républicain ? L’incroyable Donald Trump (Passy, 2016), et d'American Touch (Parlez-moi de vous), aux éditions de Passy (2016). Il vient de sortir "Trumpland, portrait d'une Amérique divisée" aux éditions Privat (2017).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€