Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 13 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'insupportable omerta qui continue à peser sur les maltraitances envers handicapés et personnes âgées

Entre négligences, violences psychologiques, physiques, vol, harcèlement ou viols, les populations dépendantes sont particulièrement touchées aujourd'hui. Sans pouvoir se défendre, ces victimes souffrent de failles structurelles inquiétantes de nos sociétés.

Jugée pour avoir dénoncé des maltraitances

Publié le
L'insupportable omerta qui continue à peser sur les maltraitances envers handicapés et personnes âgées

Atlantico : Quels sont les catégories particulièrement touchées par ces violences "aux plus faibles" et de quelles violences parle-t-on généralement ?

Jean-Marc Maillet-Contoz : Les principales violences sont généralement psychologiques. Le tuteur ou l'aidant d'une personne dépendante peut ainsi avoir des remarques désobligeantes, mais cela peut aller jusqu'à des formes plus perverses de violences psychologiques. C'est ce qu'il y a de plus courant, parce que les gens pensent souvent avoir une légitimité ou une facilité à parler mal à quelqu'un. Ensuite il y a des vols surtout chez les personnes dépendantes. Il y a aussi des manques de respect de l'intimité ou du mode de vie ou encore de l'état d'hygiène avec des patients qui ne sont pas lavés, il y a la négligence aussi.

Il y a les violences sexuelles bien-sûre, mais aussi du harcèlement ou du dénigrement. Il y a ensuite des violences physiques avec de nombreux cas d'attouchements sexuels, de coups, de tortures sadiques, de viols avec un abus de la situation d'indvalidité. 

Sont concernées par ce genre de sévices les dépendants, que ce soient les handicapées avec un handicap de compréhension d'expression ou de défense que cela soient les enfants, les personnes âgées ou les personnes handicapées.

Qu'est-ce qui fait que c'est précisément souvent le personnel proche, famille, accompagnateur ou soignant qui est le plus souvent accusé de violence ?

Le point central est le rapport quotidien voire intime des victimes à leurs agresseurs. Cette connaissance entraîne un sentiment de supériorité assumé envers la victime, et même un sentiment de puissance. La violence infligée, si elle n'entraîne pas de réponse entraîne généralement plus de violence dans ce cercle vicieux. Si la personne dépendante ne sait pas ou ne peut pas réagir, il y a un sentiment de surpuissance qui se développe chez l'individu se rendant compte qu'il a sa victime à sa merci. C'est la perversion humaine ici qui rentre en jeu. Certains s'habituent à infliger des petites vexations jugées pas graves, d'autres poussent toujours un peu plus loin le bouchon. C'est ainsi que par exemple des personnes qui sont chargées de l'hygiène intime de personnes dépendantes se permettent de passer de l'hygiène à l'attouchement. Et parfois de l'attouchement à l'abus sexuel et ainsi de suite. Et c'est d'autant plus facile quand cette personne dépendante n'est pas en capacité de s'exprimer, et donc ne peux pas porter plaine et encore moins resister. 

 

Chiffres émanants du 3977, numéro pour les victimes de violence handicapées ou âgées.

Du point de vue des insititutions, nombreuses sont les critiques envers leurs défaillances, dans le privé comme dans le public. Comment l'expliquez-vous et comment faut-il faire pour réagir ?

Le problème de ce genre d'institution est qu'il s'agit de lieux clos avec un personnel réduit et régulier. On a une équipe de jour et une autre de nuit et su on excepte les animateurs et personnels occasionels qui ne posent pas problème généralement, ces endroits sont pour le personnel des lieux de forte intimité avec leurs patients ou clients. Il est très facile d'être seul avec une personne dans ce cadre.  Il est donc logique que l'intimité des personnes soient plus facilement attaquables, et ce évidemment par ceux qui sont déjà un peu malsains et qui laissent libres cours à leurs pulsions. Il y a ceux qui vont dans ce genre d'environnement pour nourrir leur perversions, qui sont attirés par ce genre d'endroits. Il n'y a pas que des professionnels et on a souvent besoin de personnels dans ce genre de bâtiment. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par lexxis - 21/09/2017 - 10:21 - Signaler un abus UN SERVICE PUBLIC INDIFFÉRENT AUX HANDICAPÉS

    On signalera l'attitude méprisante et indigne de la SNCF qui vient de repousser récemment et une nouvelle fois l'accessibilité aux handicapés de plusieurs gares de la Région Parisienne, sans que la Région n'exige une mise aux normes qui n'a que trop traîné et dont le nouveau report a un caractère proprement insultant envers tous ceux qui éprouvent des difficultés à se déplacer. Triste service public empêtré dans ses retards incessants, ses coûts non maîtrisés, ses déficits, ses grèves, ses incidents et ses accidents et un manque de considération patent pour tous les usagers de l'Ile de France qui n'en peuvent plus de tant de carences récurrentes et jamais sanctionnées.

  • Par moneo - 21/09/2017 - 10:37 - Signaler un abus Et oui

    Pendant la seconde guerre mondiale la majorité des français ,courageuse, faisait de la résistance comme chacun doit le savoir. Leurs descendants ne sont plus à l'image de leurs parents.. voila tout et puis les vieux ..une source d'emmerdements..ils coûtent une fortune à la sécu,aux caisses de retraites , ils empêchent de partir en vacances ;ils ont exploité les jeunes avec le trente glorieuses ,ça commence à faire beaucoup... il v falloir sérieusement se pencher sur ce problème ;les jeunes ont en marre

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Maillet-Contoz

Jean-Marc Maillet-Contoz est le créateur du magazine bimestriel spécialisé dans le monde du handicap : HANDIRECT, qui s'accompagne de deux site internet dont un sur l’emploi. En 2010, co-fondateur du salon URBACCESS, 1er salon professionnel européen dédié à l'accessibilité et la conception universelle. Membre du Conseil d’administration de LADAPT et du Mouvement pour une société inclusive.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€