Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 22 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'inflation :
un objet économique mal identifié

L'Insee publie ce mercredi les chiffres de l'inflation du mois de mai. Mais qu'entend-on véritablement par ce terme économique utilisé aujourd'hui à tort et à travers ?

Peur

Publié le
L'inflation : 
un objet économique mal identifié

Il est très fréquent d’entendre que l’inflation est mal, car elle « diminue le pouvoir d’achat de tout le monde ». Crédit Reuters

L’inflation est probablement l’un des concepts économiques les moins bien compris par le grand public, ce qui engendre beaucoup de confusions lorsque l’on parle de revenu de base ou de dividende monétaire universel. A qui profite l’inflation ? Pourquoi c’est un phénomène avant tout monétaire ? Et les banques centrales la contrôlent-elles vraiment ? Voici trois idées fausses qu’il convient de démentir afin d’aborder sereinement le sujet.

« L’inflation, ça veut dire moins de pouvoir d’achat »

Il est très fréquent d’entendre que l’inflation est mal, car elle « diminue le pouvoir d’achat de tout le monde ».

Cette logique, que les économistes appellent " la fallacie de l’inflation ", est erronée. Cet argument est en effet fallacieux car il omet de considérer que les salaires sont aussi un prix comme les autres ! Un prix certes moins flexibles que le prix des tomates sur le marché du samedi, mais un prix quand même. Dès lors, l’inflation ne veut absolument rien dire si on ne précise pas quelle est l’évolution des revenus en parallèle. En effet, l’augmentation des prix se répercute forcément sur le revenu de quelqu’un, donc vers les salaires où les dividendes.

Il faut alors comprendre l’inflation dans sa dynamique temporelle. L’augmentation du pouvoir d’achat d’un groupe A ne crée pas une inflation instantanée sur les prix. Il y a un laps de temps pendant lequel les gens du groupe A peuvent réellement profiter de leur augmentation de pourvoir d’achat car les prix, eux, n’ont pas encore augmenté. C’est seulement dans un second temps que les gens du groupe B (qui vendent des produits/services au groupe A) augmentent leurs prix puisque la demande augmente. Ce qui finit par se répercuter sur le groupe C, qui n’ayant pas vu d’augmentation de revenu, est alors réellement lésé.

On le voit bien ici : l’inflation fait donc nécessairement des gagnants et des perdants. Et les gagnants sont forcément ceux qui bénéficient d’une augmentation de pouvoir d’achat avant les autres. Si les salaires augmentent plus vite que l’inflation, alors les salariés sont gagnants, et inversement. Donc tous les cas, ce qui compte vraiment, plus que l’inflation, c’est le pouvoir d’achat réel ! Dire que l’inflation est forcément mauvaise est donc faux. Cela dit, affirmer le contraire est également faux. En fait tout dépend des circonstances, et surtout, à qui profite la création monétaire…

« Les banques centrales nous protègent de l’inflation »

Il faut bien comprendre que l’inflation de long terme est toujours un problème monétaire. (A court terme, le prix des biens importés peut jouer). En effet, à masse monétaire constante, l’augmentation des salaires ou du revenu de base des uns se fait nécessairement par la baisse du revenu des autres, puis qu’il faut financer le revenu des uns soit par une hausse d’impôts ou par la baisse des profits et donc des dividendes. Autrement dit, au niveau macroéconomique, la demande globale demeure inchangée. Mais ce n’est bien sûr pas ce qui se passe dans notre système monétaire basé sur la dette. Dans un tel contexte, ceux qui contractent aujourd’hui des crédits font en vérité gonfler la masse monétaire à leur avantage. Ils se créent un pouvoir d’achat supplémentaire leur permettant d’acquérir des biens à un instant t, tout en laissant aux autres le soin d’en subir l’inflation en t+1. La bonne affaire.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par laurentso - 13/06/2012 - 09:57 - Signaler un abus Enfonçage de portes ouvertes

    l'inflation profite à ceux qui s'endettent à taux fixe et nuit à ceux qui prêtent. Voila pourquoi les riches sont en apparence pénalisés par l'inflation, s'ils se contentent d'épargner en produits classique. "L’inflation, accompagnée d’un revenu de base, constitue ainsi un impôt progressif infraudable qui force les riches à investir leur argent dans l’économie plutôt que d’accumuler sans participer." Donc, encourageons l'inflation !!! Sinon, l'auteur oublie le phénomène "d'illusion monétaire". Quand les prix augmentent et pas les salaires, les ménages voient immédiatement la perte de leur pouvoir d'achat, sans préjuger de hausse de salaires ultérieures. Quand les salaires augmentent, ils ont l'impression d'être plus riches, sans se rendre compte de l'inflation à venir. C'est pourquoi, contrairement à ce que dit l'auteur, le "marchand de tomates" n'est pas content du tout d'une hausse des prix des tomates, car il sait très bien qu'il en vendra moins.

  • Par eBulle - 13/06/2012 - 13:37 - Signaler un abus La suite ? Verrouillée il me semble !

    Votre analyse est juste à mon sens, bien que je ne sois pas un expert dans le domaine, juste un marginal qui se renseigne. Mais qui soutiendra l'inflation ? N'est-ce pas cela la vraie question ? Je crois que personne ne changera ce que vous synthétisez. Les riches et puissants ont toujours contrôlé le pouvoir de la monnaie à leur avantage, et ils ont bien fait le boulot, regardez le résultat décrit par Etienne Chouard qui analyse la constitution européenne : "nous sommes les seuls au monde à avoir rendu notre banque centrale totalement indépendante, avec en plus, comme mission principale, constitutionnelle, intangible, la lutte contre l’inflation et pas l’emploi ou la croissance. Aucun moyen n’est accordé aux pouvoirs politiques pour modifier ces missions. On sait pourtant que les politiques anti-inflationnistes se paient en chômage, par un effet presque mécanique." http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Constitution_revelateur_du_cancer_de_la_democratie.pdf Peut-être que les grecs sont pas si fous finalement... sortir de l'europe pour éviter une mauvaise blague, c'est difficile sur le coup, mais peut-être plus sein pour la démocratie ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Stanislas Jourdan

Journaliste économique indépendant Spécialiste de la crise financière, et de l'économie collaborative. Aussi blogueur surTête de QuenelleBoiling Frogs et fondateur-éditeur du site web Ouishare.net

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€