Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 24 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les idées reçues que vous feriez bien d'oublier si voulez protéger votre peau

A l'été... on a fort envie de s'exposer au soleil et de revenir bien bronzé à la rentrée. Pour autant, il y a quelques idées à revoir afin de bien protéger sa peau. (Rediffusion d'un article de juillet 2016).

Au soleil...

Publié le
Les idées reçues que vous feriez bien d'oublier si voulez protéger votre peau

 Crédit Reuters

1 - Non, une crème solaire périmée n'est pas aussi efficace qu'une crème neuve

Christophe Bédane : Evidemment, l’utilisation d’une crème solaire doit se faire avant l’échéance de la date de péremption. Il y a des filtres chimiques qui se périment, en particulier quand les tubes sont ouverts. Il faut donc jeter le tube de l’année dernière, bien entendu. Il n’y a aucune protection assurée par un tube de crème solaire périmée. C’est surtout valable pour les écrans solaires chimiques, un peu moins pour les filtres minéraux qui durent plus longtemps. Mais de façon générale, on peut affirmer qu’il faut utiliser une nouvelle crème chaque année.

2 - Non, un indice 50+ n'équivaut pas à un écran total

C’est une erreur très souvent commise de penser qu'utiliser un indice 50+ équivaut à une protection de type écran total. On sera effectivement protégé des coups de soleil, mais pas forcément de tout le reste du rayonnement, en particulier de l’UVA, qui est moins bien arrêté que l’UVB. L’UVA à petites doses est aussi dangereux. Pendant longtemps, nous avons cru que seul l'UVB donnait des cancers, maintenant nous savons que de petites doses d’UVA chroniques pouvaient également induire des mutations et des cancers.

3 - La qualité de la protection ne dépend pas que de l'indice, mais aussi de la manière dont vous l'étalez

Pour quelqu’un qui est en bonne santé et qui n’a pas de problème particulier, on recommande plus d’utiliser un indice 30 qu’un indice 50. La raison est simple : quand on utilise un indice 50+ par exemple, on va avoir une crème beaucoup plus chargée en produits et constituants chimiques. Elle sera donc beaucoup moins agréable à appliquer, et l'utilisateur en mettra moins. Il vaut mieux appliquer correctement un bon écran d’indice 20 ou 30 que d’appliquer insuffisamment un écran total. D’autant plus qu’on veut toujours un peu bronzer quand on est en vacances, donc on ne met jamais les quantités de crème nécessaires (2 milligrammes par cm² de peau). Pour un adulte, cela représente environ 4 cuillères à soupe de crème, ce qui reste une quantité relativement importante. Qu’il faudrait par ailleurs renouveler toutes les deux heures. Evidemment, on ne fait jamais ça…

4 - La crème solaire est loin d'être suffisante pour vous protéger

La crème solaire est un complément. En pratique, la base de la photo-protection, c’est la protection par les vêtements, les chapeaux et les lunettes. Il faut aussi bien sûr éviter l’exposition solaire entre midi et 16 heures (période où il y a le plus d’UV), et ce même si l’on est protégé. La crème solaire vient ensuite en complément, mais cela ne peut pas être la seule stratégie de photo-protection. Il faut bien comprendre cela.

5 - Si, vous pouvez avoir des coups de soleil même après avoir guéri d'un premier coup de soleil

L’idée selon laquelle on ne peut plus avoir de coups de soleil l’été une fois qu’on a guéri d’un premier coup de soleil est absolument fausse. Il y a certes une petite protection induite par le bronzage que vous aurez acquis, mais le bronzage équivaut à une protection d’indice 4 ou 5, pas plus… Cela protège très peu. Attraper un coup de soleil doit être une alerte pour se protéger et ne pas en attraper un deuxième juste derrière.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe Bédane

Christophe Bédane est médecin cancérologue, professeur de dermatologie et membre du service de dermatologie du CHU de Limoges.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€