Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 16 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Hollande 2.0 : Emmanuel Macron ou le président aux réformes en trompe l’œil

Emmanuel Macron bénéficie, dit-on, d’un regain de popularité. Alors que son action à la tête de la France a désormais un peu plus de six mois, il n’est pas incongru de s’interroger et de tirer un premier bilan, tant les premiers mois sont décisifs dans un quinquennat.

Héritage

Publié le
Hollande 2.0 : Emmanuel Macron ou le président aux réformes en trompe l’œil

Disons-le tout net : il existe des différences entre François Hollande et Emmanuel Macron. De style, en particulier à l’égard de la presse, tenue à l’écart. D’époque, puisque l’on perçoit que la crise du système politique est un fait de l’Occident, non de notre seul pays. Surtout, le système politique français est, Emmanuel Macron en est à la fois le symptôme, le responsable et le bénéficiaire, en ruines. 

 

Au-delà de ces différences, Emmanuel Macron, ancien conseiller de François Hollande, ancien Secrétaire Général Adjoint de l’Elysée sous François Hollande, ancien Ministre de François Hollande, présente pourtant dans l’exercice du pouvoir, des similitudes grandes avec son mentor.

Premièrement, comme François Hollande, Emmanuel Macron, les grands mots de Mai 2017 remisés, n’oublie pas, au jour le jour, la petite politique politicienne. Il s’apprête, lui que l’on présente – à tort – comme grand européen, à transformer le scrutin européen de 2019 en un sujet national, ce qui choque jusqu’à ses plus forts soutiens en Europe. Pas une semaine sans qu’un de ses « lieutenants » ne distille l’idée que la révolution macronienne nécessitera deux mandats. Plus largement, il faut être sourd, aveugle, voire franchement cynique, pour ne pas voir qu’Emmanuel Macron passe une partie importante de ses journées non pas à réformer la France mais à préparer sa réélection en fracturant le paysage politique et notamment la droite. François Hollande n’aurait pas fait mieux.

Deuxièmement, comme François Hollande, Emmanuel Macron, ayant promis tout, son contraire, et soyons justes, finalement pas grand chose, ne réforme pas la France. Certes, il déplace – dans le bon sens – quelques curseurs sur le marché du travail, même si en concentrant le rapport salarial au niveau de la branche, il choisit une réforme en réalité a minima, peu susceptible d’agir sur le niveau de chômage. Certes, dans le domaine de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, seul Ministre d’envergure de ce gouvernement, semble déterminé à enfin renverser la spirale de la démagogie post soixante-huitarde qui a méthodiquement sapé les fondements de notre école républicaine, et affaibli notre productivité du travail. Certes, Emmanuel Macron a le verbe haut sur la scène internationale, borgne au Royaume des aveugles. Mais où est la réforme de la sphère publique, Mère de toutes les réformes, sans laquelle l’on ne parviendra pas à remettre l’économie française d’aplomb et à sauver l’euro ? Même la Commission européenne et la grande presse financière anglo saxonne qui l’ont tant soutenu, peu suspects d’anti macronisme primaire, commencent à distiller ce secret de Polichinelle : les déficits ne sont pas réduits, la dépense publique n’est pas mise sous tension, la France n’est pas réformée. Mais gageons que comme François Hollande, Emmanuel Macron, vers le mi quinquennat, nous sortira d’un chapeau, à l’émerveillement des niais, un « pacte de compétitivité », un « contrat pour la France 2050 » ou autre soi disant révolution copernicienne, destinée à faire diversion le temps que la prochaine élection arrive.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ISABLEUE - 15/12/2017 - 09:40 - Signaler un abus Mouhahahaha

    j'ai vaguement écouté hier soir sur RTL , avec FOG gluant , l'ancien président parler de lui, lui, lui. Il a laissé la France dans un bon état..... il a trouvé les mots justes après les attentats (sous-entendu, comme les Français sont cons, il y aurait peut-être eu une guerre civile sans lui)... on croit rêver; on pensait être débarrassé enfin....

  • Par ISABLEUE - 15/12/2017 - 09:40 - Signaler un abus Mouhahahaha

    j'ai vaguement écouté hier soir sur RTL , avec FOG gluant , l'ancien président parler de lui, lui, lui. Il a laissé la France dans un bon état..... il a trouvé les mots justes après les attentats (sous-entendu, comme les Français sont cons, il y aurait peut-être eu une guerre civile sans lui)... on croit rêver; on pensait être débarrassé enfin....

  • Par ISABLEUE - 15/12/2017 - 09:40 - Signaler un abus Mouhahahaha

    j'ai vaguement écouté hier soir sur RTL , avec FOG gluant , l'ancien président parler de lui, lui, lui. Il a laissé la France dans un bon état..... il a trouvé les mots justes après les attentats (sous-entendu, comme les Français sont cons, il y aurait peut-être eu une guerre civile sans lui)... on croit rêver; on pensait être débarrassé enfin....

  • Par bruno alomar - 15/12/2017 - 10:40 - Signaler un abus très juste comme toujours mais...

    ...il y a quand même un bon point pour Macron qui manque ici : il a eu le courage de renvoyer à la retraite une partie des baby boomers... et ça, c'est remarquable

  • Par vangog - 15/12/2017 - 10:43 - Signaler un abus Bon ben...je vous avais prévenu!

    « réforme du travail en réalité à minima, peu susceptible d’agir sur le niveau de chômage » mais, mais, mais...alors, elle sert à quoi cette réforme, si elle ne résoudra pas le problème du chômage gauchiste?ben...a faire voter les lapins-cretins! Et là, on est les champions du monde...

  • Par Citoyen-libre - 15/12/2017 - 11:25 - Signaler un abus A charge, quoi que !

    L'article est tout de même à charge. Mais c'est vrai que je commence à ressentir le retour du hollandisme, dans beaucoup de domaines, grâce à une presse qui nous bassine avec le hollande, tous les 2 jours. C'est le fond de commerce des médias, le clivage gauche-droite. Sur la gestion Macron, on retrouve les bonnes vieilles méthodes du passé qui reviennent, les ministres, au lieu de de travailler dans leur bureau, viennent de plus en plus travailler à la télé, Ca c'est pour la forme. Sur le fond, il est clair maintenant que l'économie sera à droite toute, et à gauche, sur le plan des apparences et sociétal. C'est à dire en clair, que le bon vieux schéma va perdurer, le bon petit peuple des salariés et des retraités va payer pour tous les autres. Et déjà on nous promet que Vauquiez va changer tout ça. C'est affligeant, car jamais rien ne changera. Les maires gueulent, ils obtiennent 40% d'augmentation de salaire, les députés frondent, ils ont 1200 € pour leur loyer, et d'un autre côté, insidieusement, on sort un rapport pour faire avaler que 1500 € est un très bon salaire ou retraite. Le bon peuple des cons qui paient, restera ce qu'il est : un troupeau de cons.

  • Par l'enclume - 15/12/2017 - 11:51 - Signaler un abus Mort aux cons, vaste programme signé de Gaulle

    bruno alomar - 15/12/2017 - 10:40 - "il a eu le courage de renvoyer à la retraite une partie des baby boomers... et ça, c'est remarquable" Remplacés par des prétentieux, sans foi ni loi, dont certain e s pensent que 5.000 € par mois + frais de bouche c'est insuffisant.

  • Par Atlante13 - 15/12/2017 - 12:15 - Signaler un abus Il est pas croyable,

    Titanic Hollande est encore pire que ce que pensais, il a laissé couler le navire mais lui s'est barré. Comme disait le Capitaine du Concordia, "sans moi, si je ne m'étais pas autant rapproché de la côte, il y aurait eu 5 000 morts". Titanic-Hollande nous fait le même coup, sans lui il y aurait eu la guerre civile, oubliant au passage qu'il est directement responsable des morts de Charlie Hebdo (policiers de protection désarmés), du Bataclan (interdiction aux policiers et forces armées d'intervenir), responsable aussi des émeutes et massacres des policiers dans les "zones sensibles" où les forces de l'ordre ont interdiction d'entrer. C'est sa façon à lui d'assurer la paix sociale, ne pas intervenir, laisser les français se faire massacrer. Quant à FOG, rien de nouveau, un faux-cul reste toujours un faux-cul.

  • Par gerard JOURDAIN - 15/12/2017 - 12:24 - Signaler un abus article moyen..

    pourquoi? car il vient d'arriver. car il a le courage d'enlever en parti deux impôts imbéciles. "locaux et isf". l'un bien accepté car touche 90% des français; l'autre moins accepté car 40 ans de dogme et d’excitation "pauvre-riches" amène à cela. c'est pourtant deux bonnes réformes. le problème et l'article a raison, il ne va pas assez loin dans les réformes.. mais on était même pas foutu en 40 ans de faire ce qu'il vient de faire... alors au royaume des aveugles...;le borgne est ROI.

  • Par J'accuse - 15/12/2017 - 13:08 - Signaler un abus Pas un bilan, mais un état des lieux

    On savait que le macronisme serait la poursuite du hollandisme avec d'autres moyens. Et comme Hollande, Macron et ses sbires ne sont préoccupés que par la prochaine élection, c'est-à-dire comment duper les citoyens jusqu'à cette échéance pour se faire réélire. Le tam-tam médiatique permanent n'est là que pour nous cacher l'inanité et l'inefficacité des lois votées. Il n'y a pas de bilan à faire: il est déposé depuis longtemps.

  • Par vangog - 15/12/2017 - 13:50 - Signaler un abus @j’accuse Non! Tous les Français ne savaient pas...

    Seuls les patriotes Front National et quelques rares lucides républicains avaient compris que l'enfumage électoral était un signe d’alerte à prendre en compte, pour la suite, et qui devait révéler un gros enfumage de promesses et de gloubi-boulga écolo-gauchiste, pseudo-réformateur, mais en parfait continuité avec la sauce hollandaise ratée du précédent. Mais les Français se mettent en colère dès qu’on pointe du doigt leur naïveté électorale...comme des chats à qui on met le nez dans leur pipi!

  • Par Anouman - 15/12/2017 - 19:54 - Signaler un abus Macron

    Fils de Hollande et fils de tous ceux qui l'ont précédé, il voulait être président, il a réussi son coup , il a réussi de plus à avoir la majorité absolue à l'assemblée. Maintenant il doit durer. Pour ça il faut qu'il réussisse les élections européennes et qu'il s'implante localement, le sénat est à la clé. Et il est bien capable d'y réussir en ciblant habilement son clientélisme.

  • Par pierre de robion - 15/12/2017 - 21:01 - Signaler un abus Vu de Sirius .....

    ....ou de l'Aventin, comme il est triste à mourir de voir disparaître la démocratie sous la bienpensance" dégoulinante de bons sentiments lesquels n'ont comme objectif que de nous ôter notre liberté de penser dans le "meilleur des mondes"!

  • Par gerint - 16/12/2017 - 00:06 - Signaler un abus Macron est une tare

    Pour la démocratie car il veut décider de tout, et il méprise le peuple dont il insulte tour à tour les différentes composantes. Pour l’identité Française qu’il veut éradiquer en tant que vieille pensée. Pour les retraités qu’il assimile à des parasites alors même qu’ils ont travaillé d’arrache-pied à construire le monde dans lequel il vit et longuement cotisé. Et tout cela au profit des banquiers qui l’ont fabriqué, choisi, et lui ont pavé le chemin de la présidentielle en écartant la concurrence

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Les Arvernes

Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.

Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l'équivalent de droite aux Gracques qui s'étaient lancés lors de la campagne présidentielle de 2007 en signant un appel à une alliance PS-UDF. Les Arvernes, eux, souhaitent agir contre le déni de réalité dans lequel s'enferment trop souvent les élites françaises.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€