Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Guerres de Vendée : crimes de guerre ou génocide ?

A ECOUTER : Atlantico vous propose en partenariat avec Storia Voce une émission pour approfondir ce lien si particulier entre d’une part l’Histoire et d’autre part le Droit, ceci à partir d’un cas particulier : la Vendée des années 1793-1794.

Radio Atlantico

Publié le
Guerres de Vendée : crimes de guerre ou génocide ?

Dernièrement, Storiavoce explorait les liens de l’histoire et du droit à travers la découverte des Grands procès du XXe siècle. Nous sommes entrés pour l’occasion dans les prétoires afin de découvrir les minutes d’une sélection des procès qui ont marqué l’histoire contemporaine de la France. Pour cette nouvelle émission, Christophe Dickès souhaite approfondir ce lien si particulier entre d’une part l’Histoire et d’autre part le Droit, ceci à partir d’un cas particulier: la Vendée des années 1793-1794.
Nous sommes donc sous la Révolution française, pendant la Terreur, pendant ce que l’historien Jean-Clément Martin a appelé “la part maudite de la Révolution”. Véritable sujet d’histoire après avoir été trop  longtemps laissé à la mémoire, les guerres de Vendée sont largement étudiées depuis une trentaine d’années. Mais qu’en est-il exactement du dossier juridique ? Comment peut-on qualifier les événements qui ont eu lieu à cette époque dans l’ouest de la France ? S’agissait-il d’une guerre civile ? Peut-on parler de crime de guerre ou bien même de crime contre l’humanité voire de génocide comme l’affirme l’historien Reynald Seycher ? En somme, si demain de tels faits avaient lieu, comment seraient-ils qualifiés au regard du droit pénal international ? Autant de questions auxquelles Jacques Villemain, juriste et auteur de La Vendée, 1793-1794 (Editions du Cerf), répond.
 
L’invité : Diplômé de Sciences Po, juriste et énarque, Jacques Villemain travaille au Quai d’Orsay. Il assure aujourd’hui le poste de représentant permanent de la France auprès de l’OCDE. Il a aussi travaillé pendant plusieurs années sur les questions de justice et de droit pénal international  auprès de la Cour de la Haye. Sur le fondement de son expérience acquise au sein de cette institution, il s’est penché sur la question vendéenne dans La Guerre de Vendée, Crime de Guerre? Crime contre l’humanité? Génocide? Une étude juridique (Editions du Cerf, 304 pages, 24€)
 

Retrouvez le podcast sur Storiavoce

 

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par moneo - 21/03/2018 - 09:05 - Signaler un abus on s'en foui des qualifications

    c'est juste une monstruosité comme l'espèce humaine est capable de produire depuis toujours... les vainqueurs ont raison c'est dégueulasse mais rien a changé que repasse til à Afrine?

  • Par vangog - 21/03/2018 - 11:36 - Signaler un abus La France est vouée aux révolutions sanglantes...

    effectuées par des minoritaires haineux et sadiques (les montagnards étaient les ancêtres des zadistes-fascistes), car la France ne sait se réformer naturellement, comme l’ont réalisé les monarchies anglo-saxonnes. Tous ceux qui voulaient réformer la France dans la douceur étaient diabolisés (comme le sont- aujourd’hui les patriotes Front National) puis guillotinés, ce qui laissait peu de place au dialogue et à la tolérance...les Vendéens ont senti, plus que d’autres, monter cette intolérance et ce fascisme révolutionnaire, et ils l’ont payé de leur sang, et d’un genocide. Les Vendéens étaient les premiers vrais patriotes, alors que, déjà, la révolution se voulait internationaliste et rouge-sang...

  • Par Deudeuche - 21/03/2018 - 16:42 - Signaler un abus Tout est dit

    Par les deux posts.

  • Par zelectron - 21/03/2018 - 16:46 - Signaler un abus et on passe sous silence la Bretagne . . .

    les révolutionnaires ont même utilisé les fours des villages, ce sont donc eux qui ont inventé cette technique pour faire disparaitre les cadavres et même les vifs Il semblerait qu'au pays basque quelques massacres aient eu lie ainsi que dans d'autres provinces.

  • Par jurgio - 21/03/2018 - 17:56 - Signaler un abus Une lutte de factions pour s'assurer un pouvoir politique

    s'appelle une guerre civile. Une expédition brutale dans une contrée pour asservir une population sans dispositif militaire, à une façon de vivre arbitraire, en supprimant sa culture et ses coutumes, en étouffant sa religion, en imposant un régime politique contraire à ses traditions... s'appelle une guerre criminelle ; et plus, si un grand nombre de personnes sont tuées ; et plus, si elles sont exécutées sans défense ; et plus, si l'atrocité s'est unie à une certaine complaisance.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€