Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 31 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Guerre du Kosovo : les trafics d'organes organisés par l'Armée de libération

La première guerre de l'OTAN au Kosovo a été menée au nom des droits de l'homme : frapper fort pour "prévenir un génocide" et stopper les troupes serbes menaçant les populations civiles. Elle était pourtant illégale. Pierre Péan démontre la terrible duplicité de la communauté internationale, Etats-Unis en tête. Extrait de "Kosovo : une guerre juste pour créer un état mafieux" (2/2).

Bonnes feuilles

Publié le
Guerre du Kosovo : les trafics d'organes organisés par l'Armée de libération

Le trafic d'organes prévelevait principalement des reins.  Crédit Reuters

 En 2003, la MINUK recueille auprès de journalistes d’investigation anglo-saxons les témoignages de plusieurs anciens combattants de l’UÇK, que rongent, semble-t-il, des souvenirs lourds à porter et qui ont souhaité soulager leur conscience. Manifestement terrifiés à l’idée qu’« on » puisse les identifier (et nous verrons qu’ils ont quelques raisons de l’être, dans une région où le taux de mortalité des témoins gênants est important), tous ont requis l’anonymat le plus absolu.

Et tous font, peu ou prou, sans s’être concertés, et en s’accusant eux-mêmes(1) d’avoir pris part à des crimes odieux, le même épouvantable récit.

En 1999 et 2000, expliquent-ils, ils ont été chargés par l’UÇK d’emmener dans des camions et des camionnettes, jusqu’à des prisons clandestines situées dans le nord de l’Albanie, des centaines de personnes capturées au Kosovo. Principalement des Serbes, pris entre le mois de juin et le mois d’octobre 1999, soit après l’arrêt des bombardements de l’OTAN sur la République fédérale de Yougoslavie. À partir d’août 1999, on leur a demandé de transférer plusieurs dizaines de ces prisonniers – mais aussi des jeunes femmes, originaires pour la plupart d’Europe de l’Est, qui leur ont été présentées comme des « prostituées »– vers de nouveaux lieux de détention dans le centre de l’Albanie, près de Burrel. Enfin, ces captifs ont été emmenés jusqu’à des cliniques de fortune, notamment une maison peinte en jaune – appelée depuis le début de cette affaire la « Maison jaune » – dans le hameau de Kureshi, au sud de Burrel. Là, des chirurgiens albanais ont prélevé sur ces malheureux – qui ont bien sûr succombé à ce traitement abominable, et dont les dépouilles ont été soigneusement enfouies – des organes qui ont ensuite été transportés jusqu’à l’aéroport de Rinas, près de Tirana, pour être expédiés, par avion, vers de lointaines destinations. En sus de ces prisonniers, les corps d’un nombre indéterminé de civils serbes assassinés au Kosovo ont également été « évacués » vers l’Albanie pour y être enterrés dans des lieux reculés.

Ces repentis ont tous participé à ces sinistres « expéditions ». Ces « livraisons », comme ils les appellent, ont été faites notamment pour le compte d’un « gang » particulièrement dangereux, et bien connu, expliquent-ils, pour l’application qu’il mettait à « tuer des Serbes ». Ils disent leur étonnement lorsque les soldats de l’UÇK, qui leur remettaient leurs « cargaisons » humaines, leur ont ordonné de ne pas porter atteinte à l’intégrité physique des prisonniers : « C’était inhabituel. On ne nous avait jamais demandé ça : en temps normal, nous étions libres de battre les Serbes à volonté. De leur casser un bras, une jambe… »

Très vite, ces convoyeurs ont compris qu’ils étaient impliqués dans « quelque chose » de terrible. « Un jour, explique l’un d’eux, je suis entré dans la “maison jaune”. Il y avait une très forte odeur de médecine, douceâtre, écoeurante, comme dans un hôpital : ça m’a rendu malade. Je voulais sortir de cet endroit… C’est à peu près à ce moment-là que nous avons commencé à entendre parler de prélèvements d’organes – principalement des reins – et de leur acheminement jusqu’à l’aéroport de Rinas. »

Leurs prisonniers serbes ont vite su, eux aussi, ce qui les attendait, s’ils étaient pris, au bout de l’horrible route où les emmenaient leurs gardiens – et ils les ont dès lors suppliés « de les tuer… de ne pas les laisser se faire dépecer… ».

Les témoins dont l’ONU réunit les témoignages se montrent, sur un point, unanimes : tous soutiennent que l’horrible trafic auquel ils ont participé a été coordonné par des responsables de haut – ou de très haut – niveau de l’UÇK, mais ils se montrent réticents à les nommer. Plusieurs d’entre eux, cependant, expliquent que rien ne pouvait être fait, dans la région du Kosovo où ils opéraient, sans l’aval des clans mafieux de Pejë et Prizren.

A lire, l'interview de l'auteur : Pierre Péan : "Dans la guerre du Kosovo, il n'y a pas de bons, ni de méchants"

(1). Quoiqu’en veillant, certaines fois, à minimiser leur propre implication.

 Extrait de "Kosovo : une guerre juste pour créer un état mafieux" (Fayard), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.


 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par slavkov - 01/06/2013 - 11:13 - Signaler un abus déjà vu

    ... selon les autorité russes les zozos européens et l’administration us savait tout sur cette barbarie et ont largement couvert, allons les retrouver devant le tpi ? ...

  • Par esurlo - 01/06/2013 - 12:05 - Signaler un abus Vous avez dit T.P.I. ....?

    .....Quel T.P.I.....? Nier les problèmes c'est momentanément les régler . Technique encore en cours en France ...........dans plusieurs domaines ....................Le politiquement correct est sauf ....................................... Circulez , circulez ..........................

  • Par Exaspéré - 01/06/2013 - 12:16 - Signaler un abus Bonne conscience...

    Il me semble que le Kosovo a été un temps dirigé par un haut-commissaire nommé bernard Kouchner. Notre bon docteur ,roi des affaires ,pouvait- il ignorer ces pratiques barbares dignes des nazis ? On peut se poser la question. Quant au premier ministre actuel, n'était-il pas à la tête d'une milice qui s'est fait remarquer par ses exactions sur des civils ? Le pire, c'est que ce "pays" va ,un jour ,intégrer l'Europe ,et peut-être entrer dans l'espace schengen. Réjouissant , non ?

  • Par Jean-Francois Morf - 01/06/2013 - 15:54 - Signaler un abus Il ne faut jamais dire de mal des mafieux, c'est du racisme!

    Et il ne faut jamais dire de mal des religieux, c'est du racisme! Et il ne faut pas dire de mal des chirurgiens, c'est du racisme! Et il ne faut pas dire de mal des journalistes, c'est du racisme! Et il ne faut pas dire de mal des politiciens, c'est du racisme! Et il ne faut jamais dire de mal des militaires, c'est du racisme! Et il ne faut jamais révéler la réalité des choses, c'est du racisme! Bref, si vous dites la vérité, vous serez accusés de racisme! La première chose a faire, c'était d'envoyer un missile en pleine gueule du pervers narcissique, quand on voyait qu'il allait commencer la guerre! Mais on n'a jamais osé envoyer un seul missile sur Hitler, Mussolini, Milosevic, Assad, et on a même préféré envoyer des bombes atomique sur Hiroshima et Nagasaki, faisant des millions de mort, plutôt que d'envoyer une seule bombe sur le pervers narcissique qui dirigeait le Japon!

  • Par cbrunet - 01/06/2013 - 17:27 - Signaler un abus Belles âmes

    Donc belles âmes et beaux salauds ne font qu'un . Et bizarrement ils n'interviennent que très peu sur ce sujet ignoble . Que deviennent les petits bras des "Lumières", les Calvi, Pulvar ,bhl ? L'indignation semble être très sélective . Pendant ce temps les Serbes souffrent et espèrent . Tout finira très mal les"potes".

  • Par dreft - 01/06/2013 - 17:51 - Signaler un abus Des nouvelles de Bernard

    Des nouvelles de Bernard Kouchner ? . http://www.prorussia.tv/Trafic-d-organes-au-Kosovo-les-amis-de-Bernard-Kouchner-arretes-les-uns-apres-les-autres_v286.html

  • Par Teo1492 - 01/06/2013 - 17:55 - Signaler un abus Le Kosovo...

    à oui, c'est ce territoire où les Chrétiens ont été massacrés avec l'aval de l'OTAN et sans réaction de l'ONU.

  • Par dreft - 01/06/2013 - 18:00 - Signaler un abus Boucherie Bernard

    https://imageshack.us/a/img838/5487/boucheriebernard.jpg

  • Par dreft - 01/06/2013 - 18:03 - Signaler un abus @theo1492 "c'est ce

    @theo1492 "c'est ce territoire où les Chrétiens ont été massacrés avec l'aval de l'OTAN" . Des "bombardements humanitaires" comme disait Kouchner :)

  • Par bp50lecture - 01/06/2013 - 23:42 - Signaler un abus Guerre du Kosovo, guerre de Syrie...

    Les guerres sont dégueulasses de tous les côtés, c'est l'occasion de tous les déchainement des forces obscures de l'homme, mais où de belles âmes, de gauche toujours, interviennent pour dire au bon peuple ce qui est bon et qui est bon dans ces guerres, mais depuis l'affaire de Lybie, nous n'entendons plus rien de BHL, ni de Kouchner le bon docteur. Bien sûr tout le monde peut se tromper, surtout lorsque l'on ne connaît les causes de conflit que par le bout de la lorgnette, mais les crimes de guerre ? Qui s'en soucie? Qui fera un nouveau procès de Nuremberg? Les Russes sont plus lucides et sont pragmatiques avec le conflit syrien: Il est vrai que les anciens du KGB ont plus de culture et de réflexion que les énarques ou assimilés. Pendant ce temps les Chrétiens meurent et c'est notre civilisation qui est atteinte.

  • Par Glop Glop - 02/06/2013 - 09:54 - Signaler un abus Et ces traffics...

    ...n'existent pas que pour les organes, celui des enfants et des "porteuses" est une réalité pour convenir aux désirs d'inconscients qui pensent détenir une conscience dans l'adoption hors frontières. Quelquefois, les informations percent avant que la chape médiatique s'abatte. Les ONG ne sont pas innocentes dans ses affaires, ceux qui ont eu à se rendre sur place pendant des années (fonctionnaires, militaires, pseudos reporters) le savent. Certains sont tenus au silence par ordre.

  • Par Glop Glop - 02/06/2013 - 10:01 - Signaler un abus UCK...

    ... c'est une de ces nombreuses variantes uniquement composées de membres de la secte paix et amour.

  • Par Arnaut - 02/06/2013 - 16:56 - Signaler un abus écrivain malin

    20 ans après la guerre on écrit un livre avec des mensonges que même les serbes les ignoraient. Le président serbe demande pardon aux bosniaque et il s'agenouille, le général serbe Vlastimir Djordjevic plaide coupable et demande pardon aux albanais et vous, vous faites les malins de laisser des commentaires et je suis sure que vous êtes nés après la guerre.

  • Par Le Lampiste - 02/06/2013 - 17:41 - Signaler un abus Le tissu de mensonges des prétendues "ONG" fantoches des ricains

    Il faut préciser que cette guerre aura surtout servi les intérets des USA, en échange des bombardements sur la Serbie, ils ont pu installer au Kosovo une énorme base, appelée "Bondsteel". Cette base vient en remplacement de celles en Allemagne, inacceptables pour les Allemands depuis la fin de l'URSS, maillon essentiel pour l'application de la stratégie de Madeleine Albrecht (rebaptisée " Allbright"), selon laquelle les USA "ont vocation à s'implanter en Asie Centrale". Gaz et pétrole, bien sur, et aussi cette vieille lune du "containment" de la Russie. Reste que tout cela constitue des crimes contre l'humanité, sans prescription possible. Cela réserve un bel avenir pour les complices, dont l'administrateur-Gauleiter que nous connaissons bien, et qui devra prouver qu'il ne pouvait être au courant, donc qu'il n'était qu'un pantin aux ficelles des ricains. Après avoir menti sur l'esclavage pratiqué par les tyrans birmans, toujours sur des chrétiens, les Karenes, pour le compte du gazoduc de Total...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre Péan

Pierre Péan est un journaliste d'investigation français. Il a publié une vingtaine d'ouvrages depuis 1975. Certains ont été des succès, comme TF1, un pouvoir, écrit en collaboration avec Christophe Nick, ou l'Argent noir ou encore Une jeunesse française – François Mitterrand, 1934-1947, qui a été son best-seller.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€