Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 21 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Grève des fonctionnaires : ce à quoi pourrait ressembler une réforme du secteur public qui ne tombe pas dans les pièges idéologiques

Le gouvernement a annoncé par son secrétaire d'Etat à la fonction publique, Olivier Dussopt, que le statut de fonctionnaires ne bougerait pas.

Pragmatique

Publié le
Grève des fonctionnaires : ce à quoi pourrait ressembler une réforme du secteur public qui ne tombe pas dans les pièges idéologiques

Atlantico : C'est officiel, le gouvernement "ne remettra pas en cause" le statut des fonctionnaires a assuré le secrétaire d'Etat à la Fonction publique Olivier Dussopt dans un entretien donné au journal Libération. Pour ce dernier, toutes les réformes de la fonction publique précédemment ont été faites uniquement à travers le prisme "budgétaire", ce qui a rendu toute réforme "anxiogène". Au delà des réformes  de type "rabot", quels seraient les secteurs de la fonction publique qui pourraient justifier un plus grand intérêt et ceux qui pourraient être rationalisés ? 

Philippe Crevel : Fin 2016, la fonction publique comptait près de 5,7 millions d’agents.

L’Etat dispose de 2,5 millions d’agents, les collectivités territoriales de 1,977 millions quand la fonction publique hospitalière dénombre 1,189 millions d’agents. Depuis 2008, cette dernière a augmenté ses effectifs de 200 000. La même progression a été enregistrée pour la fonction publique territoriale. La fonction publique de l’Etat est passée de 2008 à 2016 de 2,6 à 2,5 millions. 

Année après année, les effectifs de la fonction publique continue donc d’augmenter. Pour la seule année 2016, la croissance a été de 0,5 %. Les emplois ont même repris leur hausse durant le quinquennat de François Hollande. En 2016, ils ont augmenté de 1 % et cela malgré une diminution de 3,9 % du nombre de contrats aidés. Les régions continuent d’accroître leurs effectifs. Pour la seule année 2016, la hausse est de plus de 5 %. 

Le statut de la fonction publique a été conçu afin d’éviter des pressions de l’exécutif sur les salariés des collectivités publiques. L’objectif était de mettre un terme aux pratiques qui avaient cours durant la Restauration ou le Second Empire. La fonction publique se devait être indépendante, au service du public et non au service d’un camp, d’un parti. Au fil des décennies, ironie de l’histoire, le statut est devenu au contraire un instrument de pouvoir des syndicats contre l’exécutif. Il est un mausolée auquel il est interdit de toucher. La gauche s’est construite des fiefs grâce au statut. Ce dernier constitue un havre pour toute personne souhaitant s’engager en politique. La garantie de l’emploi, les règles d’avancement, les détachements, les mises à disposition, le mode calcul de la rémunération, les droits à la retraite, autant de spécificités fort prisées par les bénéficiaires et par ceux qui aspirent à devenir fonctionnaire. Les parents, dans les années 70 et 80, conseillaient à leurs enfants d’être des fonctionnaires pour le statut. Ce souhait même en léger déclin reste largement encore partagé. 

Plus de 70 ans après l’instauration du statut de la fonction publique, il faudrait revenir à l’esprit originel : protéger les fonctionnaires pouvant subir des pressions directes de la part des politiques dans l’exercice de leurs fonctions. Le statut ne devrait concerner que des missions régaliennes qui ne sont pas exercées par ailleurs par des agents privés. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zen-gzr-28 - 22/05/2018 - 08:55 - Signaler un abus Services publics

    force est de constater que les services publics sont des machines au service idéologiques, politiques,syndicales en lieu et places du service au public. Malgré les constantes augmentations de personnel pour régler les solutions, une meilleure organisation serait opportune. Réserver le statut de fonctionnaires aux seules fonctions régaliennes est à envisager sérieusement. Question ? Réforme ou réformette envisagé par le gouvernement ?

  • Par J'accuse - 22/05/2018 - 10:34 - Signaler un abus Pour que la fonction publique vive, il faut tuer le statut

    Le statut doit être supprimé pour tous, y compris pour les fonctions régaliennes. Un flic et un soldat sont aux ordres du gouvernement: ils n'ont pas à être protégés de lui; un juge peut être indépendant (de son idéologie communiste ?) sans avoir besoin d'un statut. Un statut est un privilège attirant des planqués, un passe-droit pour des hauts fonctionnaires, un fief pour des politiciens et des syndicalistes. Mort au(x) statut(s) !

  • Par guy bernard - 22/05/2018 - 11:28 - Signaler un abus comprendre le mécanisme

    Pour traiter le probleme, il faut en comprendre le mécanisme : L'Etat et la FP agissent dans leurs intérêts propres (depuis Sedan, et renforcée par Jospin) et ont instrumentalisé les pouvoirs successifs avec un marché clair : impunité contre avantages collectifs avec comme finalité une crise systémique et un appel aux eurobonds pour pérenniser leur situation. la caricature est le scénario grec. la priorité est donc de lutter contre cette stratégie qui commence des le trafic de diplôme, le recrutement et le circuit de decision. structurer ensuite, on sait faire avec un mgt de la performance.

  • Par Anouman - 22/05/2018 - 19:48 - Signaler un abus Services publics

    Il faudrait faire l'inventaire des services publics qui rendent un service réel et ceux qui sont là pour faire appliquer la règlementation pléthorique et tatillonne découlant des lois votées à tour de bras par des députés désœuvrés et mises en œuvre par des hauts fonctionnaires soucieux de justifier leur existence. Et là je ne parle que des dépenses de personnel, car si on considère les "investissements" le même inventaire serait peut-être encore plus désolant.

  • Par vangog - 23/05/2018 - 01:20 - Signaler un abus Comment parler pour ne rien dire?...

    « Je ne réformerai rien! » a dit le toutou de Macrouille. Ah ben alors! C’est que tout va bien dans l’infonction publique, alors...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Crevel

Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€