Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Google va-t-il engloutir l’Internet ?

"Exclusivité, perfection technique et intégration" ont permis à Google+ de convaincre plus de 30 millions d’internautes en moins de deux mois. Le moteur de recherche n°1 piétine allègrement les plate-bandes de Facebook et Twitter... Menace-t-il Internet dans sa globalité ?

Lancement réussi pour Google+

Publié le - Mis à jour le 27 Août 2011
Google va-t-il engloutir l’Internet ?

Google menace-t-il Internet dans sa globalité ? Crédit DR

Le 28 juin 2011, Google lançait son application de réseau social en ligne, Google+, censée concurrencer directement Facebook, et plus indirectement Twitter, deux autres géants du Web. Google+ n’est pas la première tentative de Google pour s’imposer dans les réseaux sociaux en ligne et d’autres projets comme Orkut ou Google Wave avaient déjà vu le jour avec un succès limité.

Google+ a conquis la population de la Belgique en deux semaines

Pour sa part, le lancement de Google+ s’est fait dans les règles de l’art et a connu un important succès, avec près de 10 millions de membres en deux semaines—la population d’un pays comme la Belgique !

Le nombre exact de membres à l’heure actuelle n’est pas connu, mais dépasse sans doute les 30 millions. Nous sommes loin des 750 millions de membres de Facebook, mais le taux de croissance est phénoménal.

Le succès initial de Google+ est fondé sur trois éléments assez simples et qui ont fait leurs preuves. Tout d’abord, l’exclusivité : comme pour Gmail, Google+ a débuté comme service fourni sur invitation, ce qui fait que tout le monde n’y a pas accès. Malgré cela, la croissance du nombre de membres a été au rendez-vous. Ensuite, la perfection technique : Google+ est particulièrement agréable à utiliser. Par exemple, la fonction « Circles » qui permet de créer différents cercles de relations (et de leur attribuer des caractéristiques différentes) est intuitive et sobre ; il suffit de sélectionner des relations et de les glisser dans les différents cercles, aucun texte à rentrer. Enfin, l’intégration : Google+ intègre les fonctions les plus avancées non seulement de Facebook, mais aussi de Twitter. Il est ainsi possible de suivre Larry Page et Sergey Brin, les fondateurs de Google, sans être leurs « amis », et l’information diffusée n’est pas limitée en nombre de caractères, ce qui est le cas pour Twitter (la limite actuelle étant de 140 caractères). L’intégration se fait aussi avec les autres produits Google.

Une image de marque philanthropique qui attire les étudiants

Ce développement récent de Google invite à une réflexion « géopolitique » sur l’avenir de l’Internet et du Web. Google en sort clairement renforcé, même s'il faudra encore attendre quelques mois pour confirmer le succès initial de Google+. Jusqu’à présent la force de Google reposait tout d’abord sur sa présence écrasante dans la publicité sur Internet (qui représente la plus grande partie de son revenu, autour de 90%) et sur sa capacité à créer une image de marque unique qui attire les étudiants les plus talentueux du monde entier. Un autre élément important, et souvent passé sous silence, est la personnalité même des fondateurs de l’entreprise : jeunes, sympathiques, innovateurs, humanistes, occupés à bâtir un meilleur futur…

Google menace Apple

Pourtant, les critiques du géant de l’Internet ne manquent pas : invasion de la vie privée, obsession mercantile et même impact environnemental de serveurs informatiques géants. L’extension de Google vers les réseaux sociaux est une attaque frontale portée à Facebook et Twitter. Cela fait suite à la lente chute de Yahoo! qui n’a jamais pu reprendre son retard sur Google. Les géants d’hier comme Microsoft sont aussi à la traîne et le moteur de recherche du créateur de Windows, Bing, n’a jamais décollé. La question se pose donc d’une domination totale de Google sur l’Internet, déjà très avancée dans les domaines intellectuels : Google Books ou Google Scholar offrent des services uniques aux universitaires qu’aucune autre organisation n’est capable de proposer. Seul Apple fait encore figure de concurrent possible, mais en se concentrant sur les contenants et non les contenus, la firme créée par Steve Jobs reste en réalité menacée.

Le géant Google est donc en mesure d’engloutir l’ensemble de l’Internet et du Web, et peut-être même plus. Je recommande la lecture du récent (et excellent) Google Démocratie par David Angevin et Laurent Alexandre (Naïve 2011) qui explore les conséquences positives et négatives d’un tel scénario.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Slovan - 26/08/2011 - 11:34 - Signaler un abus Accès à Google +

    "Google+ a débuté comme service fourni sur invitation" C'est toujours le cas. "Right now, we're testing with a small number of people, but it won't be long before the Google+ project is ready for everyone. Leave us your email address and we'll make sure you're the first to know when we're ready to invite more people." "Already invited? We've temporarily exceeded our capacity. Please try again"

  • Par cyrblad - 26/08/2011 - 12:35 - Signaler un abus Suucès à relativiser pour Google+

    Selon une étude récente publiée par Bime Analytics, sur plus de 10 millions de comptes, plus de 80% sont inactifs. Les comptes créés sur Google plus le sont par des ingénieurs, des geeks et des prod du web, essentiellement par curiosité, mais les usages et l'adoption par le grand public sont encore loin. @businesson_line

  • Par ropib - 26/08/2011 - 13:47 - Signaler un abus @cyrblad

    Quel taux de participation sur les autres réseaux sociaux ? Vu que Google+ n'est en place que depuis un mois, comment déterminer l'activité de personnes qui sont "actives" une fois par mois ? Sachant que ce n'est pas finalisé, que certaines fonctionnalités sont encore absentes ou incomplètes alors qu'elles engendrent ces fameux usages, l'inactivité actuelle n'est pas forcément parlante.

  • Par dude - 26/08/2011 - 17:02 - Signaler un abus Ronflant, inutile, stupide

    "Le géant Google est donc en mesure d’engloutir l’ensemble de l’Internet et du Web, et peut-être même plus." Ca ne veut rien dire. Titre ronflant, article du même acabit, pitoyable. Je suis sympa, je vous aide : est on obligé de passer par google ? NON. Peut on utiliser google : OUI. Peut on utiliser les millions d'autres sites web à travers le monde : ENCORE OUI... etc

  • Par Moonray - 26/08/2011 - 20:01 - Signaler un abus Google menace Apple ?

    Mais c'est le monde à l'envers ! Google ose faire de la concurrence à Apple, à la loyale c'est à dire sur le plan de l'innovation et de la qualité des services. Apple, en revanche, menace véritablement Google par l'intermédiaire de Samsung en l'empêchant de vendre ses terminaux Android, par des procès sur les brevets, à la limite de la mauvaise foi.

  • Par dendenden - 27/08/2011 - 14:49 - Signaler un abus Excellent

    Excellent article.

  • Par darth vador - 27/08/2011 - 14:53 - Signaler un abus Enfin une vraie opinion!!

    Marre des articles completement tiedes, enfin de la position. Vive Google. Esperons que Sergey et Larry nous rendent immortels via la singularite!! Bravo a Google democratie aussi, de vrais visionnaires! Repandons la parole pour la singularite afin de creer la self-prophetie !!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Frédéric Godart

Fréderic Godart est professeur à l'Insead où il enseigne la théorie des réseaux sociaux et la psychosociologie des organisations. Ses recherches se concentrent sur la mode et le luxe. Il est l’auteur de Sociologie de la mode (La Découverte 2010) et de Penser la mode (IFM/Regard 2011). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€