Jeudi 24 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Gaz de schiste : quels impacts sur la santé ?

Thomas Porcher propose une étude inédite sur les conséquences d'une ouverture législative de l'exploitation du gaz de schiste en France, en s'appuyant sur l'expérience américaine. Extrait de "Le mirage du gaz de schiste" (2/2).

Bonnes feuilles

Publié le 30 juin 2013
 

 Crédit Reuters

Le débat actuel sur l’exploitation des gaz de schiste a occulté un facteur important : l’impact sur la santé des populations avoisinant les exploitations. Un rapport de l’institut national de santé commandé par le ministère de la santé Québécois dresse quelques conclusions intéressantes à partir de l’exemple américain. Le rapport indique que « les informations ainsi obtenues ont permis en partie d’étayer l’hypothèse d’un lien causal entre l’exploitation du gaz de schiste et certains effets sur la santé ». Mais surtout, le rapport pointe à plusieurs reprises l’absence d’informations et le manque d’étude sur le sujet : « l’absence de certaines informations essentielles à cette évaluation doit être notée, notamment quant aux techniques employées, aux substances utilisées ainsi qu’à la quantité de polluants émise » mais aussi « à ce jour, il n’existe pas d’étude approfondie sur les effets à la santé reliés à l’eau et l’exploitation du gaz de schiste » ou encore « les connaissances sur la qualité de l’eau liée à l’exploitation du gaz de schiste sont fragmentaires, les zones d’exploitation qui font l’objet d’une surveillance de la contamination de l’eau sont rares ». Le rapport note également les nuisances indirectes issues de la circulation, du bruit, de l’émission de particules nocives ou des vibrations qu’engendrent les activités de forages. Si la France suit le même rythme de forages que les Etats-Unis, les populations avoisinantes vivront constamment ces nuisances, sans prendre en compte celles liées directement à la fracturation hydraulique.

D’ailleurs, dans un autre rapport de l’Université du Colorado publié en 2008, il est écrit : « d'après les preuves fournies, il est probable que les activités d'exploration de pétrole et de gaz peuvent avoir des effets graves sur la santé des populations. Malgré cette possibilité, les industries du pétrole et du gaz ont omis de prendre des mesures raisonnables pour protéger ces familles et les communautés ». Enfin, un article scientifique publié en 2012 par des chercheurs de l’Université du Colorado montre que vivre dans un rayon d’un demi-mile (805 mètres) autour d’un puits augmente les risques de développer des cancers à cause des rejets toxiques dans l’air.

Les conclusions de ces différents rapports sont sans appel. D’abord parce qu’elles montrent, comme nous l’avons dit précédemment, l’asymétrie d’informations entre les instances publiques et les compagnies mais surtout parce qu’elles confirment l’absence de réelles études avant, ou même pendant, la mise en production des gisements. Souvent, les industriels et leurs lobbyistes officieux militent pour un principe de précaution plus souple, mais une analyse sérieuse du cas des Etats-Unis montre que, dans la production des gaz de schiste, aucun principe de précaution n’a été respecté, que ce soit pour la santé des populations ou pour l’environnement. Malgré tout, actuellement en France, c’est ce modèle que certains qualifient de « miracle ».

Extrait de "Le mirage du gaz de schiste", Thomas Porcher, (Editions Max Milo). Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par santé - 03/07/2013 - 22:33 - Signaler un abus pour connaitre les réels

    pour connaitre les réels impacts sur la santé il faudra attendre d'avoir plus de recul, mais on pourra avoir de tristes surprises
    Lucie de http://u-mutuelles.fr/mutuelle-sante/

  • Par gliocyte - 01/07/2013 - 09:08 - Signaler un abus Un économiste n'est pas omniscient!

    Il me semble qu'Atlantico aurait pu interrogé sur ce sujet des spécialistes autrement plus qualifiés que M Porcher. On note que pour tous les sujets, il est fait presque systématiquement appel à un économiste.Il existe, à l'heure actuelle, une mode qui consiste à penser que l'économiste est omniscient, ça suffit! D'autant que lorsqu'on voit où ils nous ont mené, il n'y pas de quoi les remercier!
    Voici un article.
    https://www.facebook.com/notes/gaz-de-schiste/réponses-à-neuf-questions-techniques-une-10e-pas-technique-mais-linguistique/340753915940121?
    Je conseillerai aux commentateurs de lire les articles de Marc Durand, ingénieur en géologie appliquée, qui lui sait de quoi il parle.
    Au total, c'est une étude Bénéfices/ Risques qui prime. Ce qui est sûr est que plus on minimisera les risques inhérents par des techniques associées sur la sécurisation du matériel, le traitement des eaux etc, plus la fracturation coûtera cher.

  • Par luc.b - 01/07/2013 - 01:03 - Signaler un abus 282,5 milliards d'euros de facture énergétique en 5 ans.

    En euros corrigés de l'inflation, la facture énergétique de la France année par année.
    2008 : 61,5 milliards d'euros.
    2009 : 41 milliards d'euros.
    2010 : 48,4 milliards d'euros.
    2011 : 62,6 milliards d'euros.
    2012 : 69 milliards d'euros.
    282,5 milliards d'euros partis, principalement, vers la Russie et les pays du Moyen Orient.
    Voila une excellente raison pour réduire massivement notre consommation d'énergie.

  • Par léonard simon - 30/06/2013 - 21:09 - Signaler un abus Pas brillants les

    Pas brillants les commentaires, surtout les arguments avancés au ras des pâquerettes. Très, très médiocres, et l'un particulièrement vulgaires.

  • Par Grwfsywash - 30/06/2013 - 18:18 - Signaler un abus @ luc.b - 30/06/2013 - 15:30

    "Au final, la France peut largement diviser par 2 sa facture énergétique avec des technologies qui seront toujours disponibles dans 100 ans, dans 1000 ans."
    La France, peut-être, son Économie sûrement pas!

  • Par Grwfsywash - 30/06/2013 - 18:15 - Signaler un abus Qui peut donc bien acheter, ou lire, les livres de Porcher?

    Il existe un type d'"auteur" aujourd'hui qui semble faire flores sur des tissus de spéculations et autres supputations
    Des pages qui nous expliquent ad nauseum ""On ne sait pas, mais on crains que..."
    Assez de ce bruit de fond qui nous assourdit de ses inanités, nous envahit stérilement l'espace médiatique et étouffe le débat public.

  • Par luc.b - 30/06/2013 - 15:30 - Signaler un abus Et les économies d'énergie?

    En France
    - 50% du gaz naturel est utilisé pour le chauffage résidentiel et tertiaire. Avec l'isolation et les pompes à chaleurs sur eaux usées, plus besoin de chauffer au gaz.
    - Les voitures utilisent 27% du pétrole (22,5 millions de TEP (tonne équivalent pétrole) pour une consommation totale de 82 millions de TEP en 2008)
    - L'essentiel du pétrole est utilisé pour le chauffage, la chimie et le transport des marchandises sur lesquels on peut faire de grosses économies avec l'isolation, les chaudières biomasses et en remettant le transport des marchandises sur des trains et sur des péniches (ce qui signifie en finir la production à flux tendu).
    - Au final, la France peut largement diviser par 2 sa facture énergétique avec des technologies qui seront toujours disponibles dans 100 ans, dans 1000 ans.

  • Par prochain - 30/06/2013 - 14:02 - Signaler un abus Occultation et non-dits des pros et des antis

    La facture des importations du gaz et du pétrole de la France est 62 milliards euros / an cependant les USA sont déjà auto-suffisants en gaz naturel et seront indépendants à court terme dans l'énergie. Les emplois gagnés vont bien plus loin que les 600 000 cités le prix de l'énergie a des effets bénéfiques sur toute l'industrie, les ménages, les transports ...
    Les pros et les antis peuvent (?) choisir s'il préfèrent OPEC, Gazprom ou une production domestique...les arguments émotionnels ou rationnels et factuels.
    La première chose à préciser quand on parle des USA : le propriétaire du terrain est propriétaire du sous-sol.
    On n'a pas encore entendu Schlumberger, Total, Vallourec les géants du marché qui maîtrisent ses technologies, dites-nous pourquoi monsieur le professeur?
    Quand tu ne sait pas faire tu enseigne disait Einstein.

  • Par Cruchot - 30/06/2013 - 12:14 - Signaler un abus RobLenoir

    Les Verts n'aiment pas le gaz de schiste, car ils n'aiment pas la prospérité : http://ow.ly/mw3bn

  • Par enfer - 30/06/2013 - 11:26 - Signaler un abus Quand on veut la peau...

    ...D'une industrie prometteuse, tous les arguments sont bons...
    Rappel d'une étude qui annonçait bruyamment une explosion des cancers dans le nord Dakota, région quasi déserte avant le gaz de schiste, et dont la population a explosé depuis leur exploitation...Bien sur il y plus de cancers, car plus d'habitants...Mais c'est la faute au gaz...
    De quelques incidents on fait des montagnes...Porcher est un écolo de bas étage au service des escrocs de l'éolien.

Thomas Porcher

Thomas Porcher est Docteur en économie, professeur en marché des matières premières à l'ESG-MS et chargé de cours à l'université Paris-Descartes.

Son dernier livre est Le mirage du gaz de schiste (Max Milo Editions, mai 2013).

Il a coordonné l’ouvrage collectif Regards sur un XXI siècle en mouvement (Ellipses, aout 2012) préfacé par Jacques Attali.

Il est également l'auteur de "l'indécence précède l'essence" ed. Max Milo sortie le 9 février 2012.

Voir la bio en entier

Fermer