Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 08 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

François Hollande ou la (mi)molletisation de la gauche : pourquoi le PS pourrait disparaître durablement comme après 1959

François Hollande laissera, comme Guy Mollet, une gauche harassée et presque éteinte. Pourtant, en dépit de cet état de fait, le PS reste présenté comme le principal adversaire de la droite par les médias, ignorant complètement la recomposition du paysage politique en cours.

En lambeaux

Publié le - Mis à jour le 2 Décembre 2016
François Hollande ou la (mi)molletisation de la gauche : pourquoi le PS pourrait disparaître durablement comme après 1959

Atlantico : Sous Guy Mollet, la SFIO ne cessait de rappeler son appartenance à la gauche, tout en menant une politique que certains observateurs classeraient davantage à droite. Après son passage, la gauche s'effondrait. En quoi François Hollande aurait-il pu, à l'image de Guy Mollet, porter atteinte à la gauche ? Quel bilan peut-on effectuer après son quinquennat ? 

Jean-Petaux : La comparaison est compliquée entre la SFIO de Guy Mollet et le PS de François Hollande. Et ce n’est pas parce que les deux fins de ces "histoires" risquent de se ressembler que justement ces deux histoires sont comparables et encore moins identiques.

D’abord le contexte. Guy Mollet prend la tête de la SFIO contre Léon Blum et Daniel Mayer en 1946 sur une ligne "à gauche toute" qui se veut à la fois "marxiste" et "anti-communiste". Blum et Mayer représentaient, quant à eux, une ligne "social-réformiste" beaucoup plus proche du SPD allemand par exemple. Les deux caractéristiques, accolées l’une à l’autre, peuvent surprendre mais le congrès de Tours, celui de la grande scission entre les deux "familles" socialistes, la SFIO (IIème internationale) et la SFIC (IIIème internationale, léniniste) qui deviendra le PCF, date tout juste d’un quart de siècle. Donc, si l’on veut comparer les lignes politiques : Mollet serait une position aujourd’hui située entre Mélenchon et Montebourg ou Hamon et Hollande sur la ligne de Daniel Mayer.

Deuxième élément de contexte. En 1956, Guy Mollet est confronté au drame algérien. Il fait toute la campagne des législatives de fin 1955 au sein d’une coalition dite de "Front Républicain" qui rassemble des gaullistes comme Chaban-Delmas, des hommes politiques de centre-gauche (François Mitterrand à la tête de l’UDSR), une grande figure radical-socialiste, Pierre Mendès France, et les socialistes de la SFIO eux-mêmes très divisés entre une ligne plutôt droitière, très répressive contre les "rebelles du FLN" en Algérie (Lejeune, Lacoste) et une ligne plutôt anticolonialiste (Savary, Defferre), et Mollet fait la synthèse entre ces courants. La ligne du Front Républicain est "la paix en Algérie". Mais très vite, après la formation du gouvernement Mollet, en janvier 1956, tout explose et le gouvernement met la barre "à droite toute". Mollet confie quasiment les pleins-pouvoirs aux parachutistes en Algérie. C’est ainsi que débute la "droitisation" de la SFIO à l’époque avec nombre de départs et de dissidences, tel Alain Savary qui va fonder le PSA puis le PSU situé à la gauche de la SFIO tout en n’étant pas le PCF.

Sauf que la SFIO va mettre près de 13 ans à "mourir" pour fonder d’abord le NPS (Nouveau Parti Socialiste) en 1969 et le PS que l’on connait encore, fondé au Congrès d’Epinay en juin 1971 et dont François Mitterrand va prendre la tête. Le PS modèle Epinay, que François Hollande a dirigé de novembre 1997 à novembre 2008, soit 11 longues années, ne connaît pas du tout la même histoire que la SFIO. En 1958, la SFIO soutient le retour du général de Gaulle au pouvoir. Si Mollet continue d’avoir un discours "marxisant" et encore plus ou moins révolutionnaire, il n’y a plus un seul dirigeant socialiste aujourd’hui qui se livre à ce genre de "grand écart". Même Montebourg ne saurait pas citer un chapitre du "18 Brumaire" ou de la "Lutte des classes en France".

Aujourd’hui, le président Hollande tient un discours de centre-gauche et conduit une politique de centre-gauche. Cela ne veut pas dire que le PS ne va pas sombrer pour autant. C’est une autre histoire. En tous cas, les causes de ce naufrage ne sont pas celles qui ont amené la SFIO à disparaître. En revanche, l’agonie du PS modèle "Epinay 1971" risque d’être bien plus rapide que celle de la SFIO malgré une accumulation de stress sur le PS bien moindre que celle qu’a connu la SFIO. Cela tient aussi à l’accélération du temps politique.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 29/11/2016 - 09:29 - Signaler un abus PS Epinay moribond

    Quasi cadavre déjà. Dieu nous aide à l'enterrer, pour longtemps, il a très suffisamment nuit.

  • Par J'accuse - 29/11/2016 - 11:37 - Signaler un abus Pour la presse, la gauche est institutionnelle

    Les médias continuent à parler de la gauche parce que la majorité des journalistes se disent de gauche : pour eux, même si elle est exclue du pouvoir, elle existera toujours et reviendra forcément. Le vrai problème d'ailleurs n'est pas l'étiquette "de gauche", mais ce qu'il y a dedans: la gauche actuelle en France est inapte au pouvoir par ses dogmatismes et ses extrémismes politiques, sociaux et sociétaux; il y a des exemples à l'étranger qui montrent qu'il peut exister une gauche de gouvernement viable. L'accouchement doit se faire aux forceps et le risque demeure que le bébé soit mort-né.

  • Par Ganesha - 29/11/2016 - 11:48 - Signaler un abus Article à oublier très vite !

    Première page consacrée à Guy Mollet. Les lecteurs qui avaient 20 ans en 1957, en ont aujourd'hui bientôt 80... Il nous suffit donc de savoir que cet homme au nom prédestiné a été le fossoyeur d'un parti nommé la SFIO, tout comme François Hollande sera celui du PS. Suit une deuxième page complètement loufoque, qui essaye de monter un procès stalinien contre Jean-Luc Mélenchon. L'extrait vidéo de quelques secondes est proposé sur Atlantico (mais ne fonctionne pas sur ma tablette). J'avais suivi cette soirée électorale sur TV5 Monde (elle n'était pas annoncée sur France 2) On y voit Mélenchon refuser sèchement de participer à la primaire de la gauche : il a entièrement raison. Mr. Pétaux se livre ensuite à quelques tentatives de désinformation minable. Article à oublier très vite !

  • Par Liberdom - 29/11/2016 - 12:24 - Signaler un abus A gauche plouc !

    Encore un belle leçon d'histoire de Science Pot ! On tape sur tout le monde (surtout l'insignifiant Méluche qui menace Hollande) pour essayer de récupérer un espace perdu du fessu de l'Elysée. C'est peine perdue....

  • Par ikaris - 29/11/2016 - 13:05 - Signaler un abus Article très moyen

    La première page est intéressant pour ceux qui s'intéressent à l'histoire (j'en suis) mais la deuxième n'est qu'une suite d'analyse très contestables. Comme "j'accuse" je crois que le PS sera maintenu en respiration artificielle par les médias car il correspond à la ligne de la plupart des journaleux et que la pseudo alternance "gauche droite" arrange tout le monde (y compris l'auteur mais pas les électeurs) : faux débats, partage du pouvoir dans le temps, politique finalement très consensuelle. Mélanchon existe car il est la voiture balai du PS qui permet à ses déçus de s'exprimer au premier tour mais de rentrer au bercail au 2eme tour ... ses aboiements s'effectuent donc avec l'accord tacite du PS.

  • Par lasenorita - 29/11/2016 - 14:01 - Signaler un abus ''Lagauche'' est moribonde!

    Hollande a été élu ''président des Français'' grâce aux votes des musulmans,d'origine étrangère,qui ont ''le droit de vote'' chez nous!.. Les socoalos/écolos trichent à l'Assemblée pour faire voter leurs lois voir https://www.youtube.com/watch?v=zgGYalqI63c 60 députés ''de gauche'' présents et 148 votes obtenus...Si ''la gauche'' disparaît, je ne la pleurerai pas...C'est à l'âge de 20 ans que j'ai décidé que je ne voterai jamais ''à gauche'' quand j'ai vu des gauchistes donner des armes aux fellouzes pour que ceux-ci tuent nos soldats et des ''civils innocents''. .puis les socialistes voulaient ''jeter à la mer'' les ''Français'' chassés de leur pays natal par les musulmans.. A Paris,en 1959,une gauchiste m'a dit: ''Les Pieds-Noirs ne méritent pas qu'on les défende!..._Et les ''Métropolitains'', en 1944,''méritaient-ils qu'on les défende''?? quand les Pieds-Noirs ont débarqué sur les Côtes de Provence pour chasser les Allemands de France?beaucoup de Pieds-Noirs y ont laissé leur vie!''...lui ai-je répondu...mon père est un ancien combattant de la guerre de 1914-1918...il a quitté sa ville natale pour venir, en France, combattre les Allemands comme beaucoup de Pieds-Noirs!

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 29/11/2016 - 15:53 - Signaler un abus Chaque fois qu'il ne comprend pas...

    ......Ganesha nous la joue jeune branleur face aux vieux gâteux . On comprend la vénération filiale qu'il entretient pour Mélenchouille qui est comme lui capable de dire tout et son contraire sans sourciller, mais uniquement pour s'affirmer. Comme Mélenchouille, il est un adorateur inconditionnel de Marx, Castro et Chavez. Il a juste un petit plus.... il aime par dessus tout la Marine à voile et le Philippot à vapeur. On a les idoles qu'on mérite !

  • Par Anouman - 29/11/2016 - 21:33 - Signaler un abus Disparition

    Comme si la disparition du PS pouvait être un problème...

  • Par toupoilu - 29/11/2016 - 21:54 - Signaler un abus Tout ce que dit Hollande dans le livre de Davet et Lhomme

    Ne doit pas être pris pour la vérité révélée, mais comme les insinuations d'une saloperie de manipulateur. Ou alors il faut être cohérent, et Fillon s’étant (selon cette merde) comporté comme le dernier des salauds avec Jouet, il faut vous en détourner sans pitié. Jean Petaux est décidément pitoyable.

  • Par vangog - 29/11/2016 - 23:49 - Signaler un abus Si la gauche meurt...

    cela fera une commémoration supplémentaire pour Flamby-le-menteur...il en jouit par avance ce cochon grassouillet!

  • Par edac44 - 30/11/2016 - 20:55 - Signaler un abus Faudrait voir à atterrir au dessus et pas dans l'Udson, hein !

    Le parti socialiste ne représente plus la gauche depuis 81, l'ère "Mite errant". Hollande n'est qu'un pneu de secours, que dis-je une minable galette ... trouvé in extrémis pour remplacer DSK, ce queutard sans nom qui se prétendait économiste à l'international !... Que le PS crève, la gauche s'en remettra, les autres aussi !... Mozart et Beethoven sont morts depuis longtemps mais leur musique est éternelle !... la gauche survivra et hélas la droite aussi. Les "coqs" n'ont pas fini de se battre dans la basse cour France

  • Par edac44 - 30/11/2016 - 21:01 - Signaler un abus Faudrait voir à atterrir au dessus et pas dans l'HUDSON, hein !

    Hudson avec un H, désolé je l'avais gardé cette dernière pour éventuellement leurs foutre sur la gueule !....

  • Par Monkeyman - 30/11/2016 - 21:03 - Signaler un abus M. Hollande sait qu'il a tout à gagner en se présentant !

    Dès sa défaite, le couple Hollande-Royal entrera dans le Guinness des records en tant que le premier ayant réussi, dans un pays démocratique moderne, en 10 ans, à détruire un Parti ! Et si le FN gagnait, son incapacité à gérer (Faute d'infrastructure suffisamment expérimentée) la France, entraînant son blocage au bout de 6 mois, puis celle de l'UE, accélérerait la fin de cette ère religieuse, sauverait la Terre en lui évitant de devenir inhabitable (Trop intoxiquée par l'accumulation des pollutions ...). De ce fait M. Hollande serait loué comme le "SAUVEUR DE LA TERRE" à l'insu de son plein gré ... Donc c'est assurément du "gagnant/gagnant" comme en 2007 au temps de Ségolène ! Amen. Pierre Payen (Dunkerque)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean Petaux

Jean Petaux est docteur habilité à diriger des recherches en science politique, ingénieur de recherche, politologue à Sciences Po Bordeaux, responsable, au sein de cet établissement, du parcours de master « Métiers du politique ». Il a co-publié aux Editions Biotop, en 2010,  Figures et institutions de la vie politique française.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€