Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 24 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

La France pas réformable mais transformable d’Emmanuel Macron

Le Président de la République a déclaré le 24 août à Bucarest que "la France n'est pas un pays réformable" mais qu’il était en revanche possible de la "transformer en profondeur".

Cliché

Publié le
La France pas réformable mais transformable d’Emmanuel Macron

Le Président de la République a déclaré le 24 aout dernier à Bucarest que « la France n'est pas un pays réformable » mais qu’il était en revanche possible de la « transformer en profondeur pour retrouver le destin qui est le sien, emmener l'Europe vers de nouveaux projets » et « porter l'universalisme ».

Il s’agit là d’éléments de discours qui semblent compter pour Emmanuel Macron, puisque le candidat avait tenu des propos très proches lors de son discours d’Angers le 28 février dernier - une France irréformable mais une capacité à relever des défis immenses - et de nouveau devant le Congrès le 3 juillet dernier.

Il semble intéressant de rapprocher ces propos d’Emmanuel Macron de l’histoire récente de la France, ce que j’avais tenté de faire dans mon livre « réformes : mission impossible ? » sur lequel j’avais d’ailleurs échangé avec lui à sa sortie en 2011.

La difficulté et la reticence de la France aux réformes

De fait, des éléments objectifs ou subjectifs peuvent corroborer cette vision d’une hostilité latente de la France aux réformes.Il y a d’abord la tradition révolutionnaire depuis la fin du XVIIIème siècle (1789, 1793, 1830, 1848, 1871, et voire dans une certaine mesure 1944, 1958 et 1968) ayant conduit Tocqueville à estimer en 1848 que « Les Français sont plus doués pour faire la Révolution que des Réformes ».

Il y a ensuite dans l’histoire récente du pays un nombre important d’échecs retentissants de réformes, pas moins de six depuis le début des années 1980 : réforme Savary sur l’école (1984), réforme Devaquet sur l’université (1986), contrat d’insertion professionnelle (1994), réforme Juppé des régimes spéciaux (1995), réforme Sautter de Bercy (2000), contrat première embauche (2006). Ces échecs aux conséquences politiques souvent humiliantes pour leurs sponsors politiques ont souvent abouti à des « Tchernobyls politico-administratifs », c’est-à-dire la constitution de territoires d’action publique durablement abandonnés à toute ambition de changement.

Il y a enfin les réformes qui ne se font pas. L’exemple le plus flagrant et le plus durable concerne la remise en cause des finances publiques avec la séquence ininterrompue et en cours de quarante-trois exercices budgétaires déficitaires, une dette publique multipliée par sept en quarante ans en proportion de la richesse nationale, enfin une augmentation quasi ininterrompue des dépenses publiques et des prélèvements obligatoires. En la matière la France combine des déficits à l’américaine et des dépenses à la scandinave.

Des réformes extrêmement puissantes ont quand même eu lieu

On doit toutefois constater la puissance des transformations de la France sur les quatre dernières décennies en dépit d’un sentiment diffus de blocage ou d’immobilisme. Prenons rapidement quelques exemples.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 26/08/2017 - 11:49 - Signaler un abus Nouvel accès de macronite aiguë

    Macron joue sur les mots (pas réformable mais transformable), et M. Gouiffès tente de nous communiquer son macronisme délirant: mettre au crédit des possibilités réformatrices du pays le passage à l'euro, faut oser ! Pour réformer la France, il nous faudra un président d'une autre envergure que le petit roquet qui ne sait que jouer à "qui-c'est-le-chef", d'abord avec un général et maintenant avec le premier ministre polonais.

  • Par cloette - 26/08/2017 - 11:54 - Signaler un abus que la France soit transformable

    en effet on le voit tous les jours avec la population qui a changé, mais ce que dit Macron n'a aucune importance, il dit tout et le contraire de tout suivant les circonstances et son intérêt ( la France n'est pas réformable car il a compris qu'il n'y arrivera pas ,et c'est tant mieux, attendons des jours meilleurs )

  • Par Ganesha - 26/08/2017 - 12:36 - Signaler un abus Cet article est une farce !

    Cet article est une farce ! Une de plus ! Atlantico nous propose quotidiennement un ou plusieurs de ces articles qui nous parlent de ''Réforme'' ! Mais, attention, jamais, au grand jamais, on ne nous dit de quoi il s'agit, ce que signifie ce mot ! Mais bien évidemment, il s'agit d'une grossière hypocrisie ! Les lecteurs sont censés comprendre, qu'en fait, le projet est de baisser le niveau de vie d'une majorité des français ! Quant aux gentils papys qui viennent ici pondre leur commentaires, ils ont probablement déjà connu une baisse de leurs revenus, mais ils espèrent néanmoins qu'en manifestant leur soumission à l'oligarchie, ils auront malgré tout une petite chance d'être relativement épargnés !

  • Par Ganesha - 26/08/2017 - 12:55 - Signaler un abus Peu probable !

    Pourtant, que demandent, qu'espèrent les français ? Tout simplement le plein emploi, mais sans devoir accepter de subir la misère et la précarité ! Est-ce là ''Croire au Père Noël'' ? Non, je ne le pense vraiment pas ! Cela impliquerait-il d'appauvrir les classes moyennes, la majorité des retraités ? Bien au contraire ! Macron sera-t-il ''l'Homme Providentiel'' qui répondra à cette attente ? Cela parait, malheureusement, très peu probable...

  • Par vangog - 26/08/2017 - 13:30 - Signaler un abus "Pas réformable, mais transformable..."

    pensée complexe!

  • Par Anouman - 26/08/2017 - 19:32 - Signaler un abus Réformes

    Il n'est pas certain que les Français soient contre les réformes. Je suis même persuadé que beaucoup en souhaitent. Toutefois ils n'ont pas de raison d'adhérer à des réformes qui ne vont pas dans le sens de ce qu'ils souhaitent ou vont dans le sens de ce qu'ils ne souhaitent pas.

  • Par A M A - 27/08/2017 - 11:14 - Signaler un abus La vieille identité française

    La vieille identité française, sans se transformer, a résisté aux deux dernières guerres mondiales. Elle s'est maintenu malgré de nombreuses réformes. Maintenant, un gourou, non identifié avec précision, issu d'une carambouille médiatique suspecte, veut "transformer" le vieux pays, c'est à dire lui infliger une réforme globale bruxelloise et migratoire qui peut signifier son extinction. Et les politiciens et la presse nous incitent à applaudir à ce jeu de massacre

  • Par mymi - 27/08/2017 - 13:14 - Signaler un abus Le mépris de micron

    Gouiffes est bien gentil avec micron. Ce dernier n'a pas seulement dit "la France n'est pas reformable" mais aussi "les Français détestent les réformes"... Au-delà des mots il fallait entendre le ton. ce type est une horreur. Après nous avoir accusé d'assassins en Algérie, d'illettrés, d'alcooliques, de gens de rien...c'est ainsi qu'ils vend la France dont il est pourtant le président partout où il passe !!!! je me demande si en fait, il n'essaie pas de dire que s'il n'y arrive pas, ça ne sera pas de sa faute, car pour lui, tous les Français sont des abrutis. comment certains ont-ils pu voter pour cet horrible personnage ??

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre-François Gouiffès

Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010), L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire française (Documentation française, 2013). et récemment Le Logement en France (Economica, 2017). Il tient un blog sur pfgouiffes.net.
 

Vous pouvez également suivre Pierre-François Gouiffès sur Twitter

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€