Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 17 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

France : paradis ou enfer ?

Les premiers à clamer au paradis français, sont des patrons américains. Celui d’Intel et de Dell notamment.

Les entrepreneurs parlent aux Français

Publié le

Il reprend son jet, sans avoir à connaître une fiscalité du capital augmentée de 50% en 10 ans, des charges sociales chaque jour plus lourdes et complexes à calculer et sans avoir à subir la complexité du droit du travail français. En effet, il faut s’empresser de préciser, que ce patron étranger pour qui la France est un paradis, n’y investit que très à la marge et évite soigneusement ce lieu si parfait. Il conserve en effet ses troupes, sa fiscalisation, son développement, dans son pays d’origine, ou au pire, à Londres ou Dublin si il est forcé de s’approcher de l’Europe pour mieux en tirer le meilleur, sans en subir le pire.

Bizarrement, et surement très altruiste, ce CEO étranger est pétri d’un tel sens du partage, qu’il ne cherche pas à nous voler la moindre parcelle de notre paradis. On pourrait même dire qu’il l’évite presque. Quelle abnégation !! C’est beau. Il nous laisse notre paradis… pour nous et regagne son enfer au plus vite. Surement par masochisme !

Puis viennent quelques entrepreneurs français, qui ont les moyens d’avoir des principes. A force de contribuer à faire le bien, ils pensent, souvent avec bonne foi, que le bien est devenu la norme pour l’entrepreneur français. Xavier Niel en fait partie. Et il le fait pour de bonnes raisons. Il croit en ce pays, il est un des rares à y contribuer plus efficacement que 100 politiques ne le feront en 100 ans et donne ou investit son argent pour rendre l’enfer plus acceptable pour les entrepreneurs. Désespéré de ne pouvoir recruter un programmeur digne de ce nom dans ce paradis qu’est la France, qui a nombre d’ingénieurs pour construire des ponts et des mines, mais aucun pour programmer une appli, à l’heure du web, il a créé l’Ecole42, remarquablement pilotée par Nicolas Sadirac. Dans un paradis pour nains (2 millions de TPE de 1 salarié), il apporte la Halle Freyssinet, qui parle enfin la langue des géants dans notre pays qui aime tant le petit (pratique car il est aussi faible). Difficile dans ces conditions, de reprocher son optimisme à Xavier Niel, car il investit suffisamment pour être auto-prophétique. Mais son appréciation du paradis est limitée à celui qu’il construit pour nous.

Enfin quelques auteurs, comme notre ami Fabrice Cavarretta,  ont sortit des livres qui décrivent la France comme le lieu que nous voudrons fréquenter après notre mort. Un paradis ! Fabrice a oublié de préciser, qu’il parle surtout de la création d’entreprise. Et oui, dans un pays où nous finissons par avoir plus d’incubateurs que d’incubés, d’accompagnateurs que « d’accompagnables », d’aides que de personnes capables de les identifier, alors dans ce pays, oui, nous sommes en situation d’extase créative. Il y a du soutien, de l’argent, de l’accompagnement. Le premier jour de sa naissance, la PME française est heureuse. C’est pour les 99 autres années que cela se gâte!

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kaprate - 21/03/2016 - 14:57 - Signaler un abus Merci!

    Excellent article! Pamphlet complet, argumenté et jubilatoire.

  • Par Deneziere - 21/03/2016 - 17:46 - Signaler un abus Excellent

    J'ai plusieurs fois brocardé ce contributeur, mais là il a été très bon. Je ne partage pas son optimisme final, mais c'est un détail.

  • Par MONEO98 - 21/03/2016 - 17:49 - Signaler un abus j'adore les utopistes

    Vous avez cent fois mille fois raison MAIS donnez nous une seule raison de penser que les parasites qui nous exploitent qui formatent de travers la pensée de nos con citoyens seront d'accord pour prendre des mesures ou ils seraient payés à leurs justes valeurs.. ils ne sont pas masochistes tout de même

  • Par superliberal - 21/03/2016 - 18:22 - Signaler un abus Enfer assurément.

    Excellent article, je ne pense pas que la France puisse se reformer sans qu'elle fasse faillite au préalable. Nos parasites se nourriront sur la bête tant que celle ci sera vivante, elle commence à donner des signes de faiblesse voire plus..nos élites enarcocratiques ne changeront pas car ils ne savent rien faire d'autre: taxer et acheter des électeurs, clientélisme et gabegie à tous les étages.. Parasite un jour, parasite toujours...qu'ils crèvent la gueule ouverte.

  • Par lepaysan - 21/03/2016 - 20:54 - Signaler un abus Un pays de fonctionnaires

    Un pays de fonctionnaires pour des fonctionnaires

  • Par de20 - 21/03/2016 - 21:19 - Signaler un abus En l etat faire un courant d

    En l etat faire un courant d air reviendrait à faire un Putch . Les mots sonnent justes mais resteront lettres mortes. Les talents se font la malle de France car y en avoir est avoir est devenu peché.

  • Par Olivier K. - 22/03/2016 - 08:11 - Signaler un abus J adhère ! Un parti.

    Super, j adhère, maintenant il faut créer un parti pour suivre cette ligne 3.0 et goitre dehors les dinosaures. M. Jacquet pourriez vous une page facebook pour lancer des suite les adhésions?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Denis Jacquet

Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€