Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 23 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

La France doit ré-apprendre à encourager ceux qui réussissent

Dans une tribune pour Atlantico, le député de Haute-Loire et vice-président de l'UMP estime que la priorité doit être d'encourager ceux qui réussissent et font des efforts au lieu de vouloir mettre en œuvre une politique fiscale confiscatoire.

Tribune

Publié le
La France doit ré-apprendre à encourager ceux qui réussissent

Laurent Wauquiez estime qu'il faut encourager ceux qui réussissent. Crédit Flickr

Si Flaubert réécrivait son Dictionnaire des idées reçues, il pourrait aujourd’hui aisément remplacer « Talleyrand » par « Riches » : « s’indigner contre », et surtout sans faire de distinction. En détruisant progressivement le rapport au travail et à l’effort, et en faisant d’une certaine catégorie de la population un véritable bouc-émissaire, il aura en réalité fallu deux ans au gouvernement pour qu’il finisse de sabrer le rapport -déjà quelque peu tourmenté- de notre pays à la réussite. Tant et si bien que la France est devenue malade d’un phénomène de plus en plus inquiétant : la stigmatisation systématique des plus aisés.

Si l'aisance matérielle ne doit en aucun cas être synonyme de passe-droit, s'il n’est évidemment pas question de s'apitoyer sur le sort des privilégiés, il convient de ne pas leur jeter trop vite l’opprobre et de traiter avec justesse tous ceux de nos compatriotes qui contribuent à la richesse de notre pays, créent des emplois, dynamisent ou financent l’économie, et encouragent l’innovation. 

Posons-nous les bonnes questions : l’urgence n’est pas à monter certaines catégories de la population les unes contre les autres, mais à se demander ce que nous devons faire afin que notre pays puisse redevenir attractif. La France doit ré-apprendre à encourager ceux qui réussissent, au lieu de vouloir mettre en œuvre une politique fiscale toujours plus confiscatoire, et d’être incapable de rompre avec les tabous autour de l’ISF, ou encore de l’idée inepte de taxer au même niveau le travail et le capital. 

Tout se passe comme si le refus délibéré de se poser les bonnes questions s’expliquait par la peur du gouvernement de faire face à ses propres errements –aberrations qui l’empêchent d’entreprendre les réformes essentielles que nous devrons pourtant mener autour de plusieurs enjeux majeurs : comment repenser le périmètre d’action de l’Etat afin de réduire la dépense publique et les déficits ? Comment adapter notre fiscalité à l’heure de la mondialisation ? Comment réformer un système social à bout de souffle ? 

Ceux qui, à entendre certaines déclarations récentes du gouvernement, ont cru pouvoir espérer un virage économique doivent s’attendre à de nouvelles désillusions : dans quel autre pays au monde le Ministre de l’Economie –et des Finances- se croit-il obligé d’ajouter le qualificatif « bonne » à finance – en provoquant tout de même un tollé ? Cela supposerait d’avoir un courage politique dont cette majorité manque définitivement, et de ne pas se contenter de railler trop vite les exemples étrangers, à l’image de la politique menée par David Cameron au Royaume-Uni. 

L’attitude de François Hollande est aujourd’hui suicidaire ; si elle se poursuit, elle conduira irrémédiablement à faire fuir ceux qui ne sont pas encore partis. La situation est d’autant plus dramatique qu’il est absolument essentiel de ne pas décourager la jeune génération qui est de plus en plus attirée par des horizons qui lui semblent plus attractifs : selon les dernières statistiques, un quart des jeunes diplômés souhaiteraient trouver un emploi à l’étranger. Combien en reviendront ?

Il ne faut pas sous-estimer le danger que représente pour un pays le fait de se vider de ses talents. Or, au moment où la France a besoin d'un renouveau profond de son modèle, où il est plus que jamais nécessaire de conjuguer les forces pour aboutir à un nouveau paradigme de société, il est d’autant plus important que chacun – y compris et surtout au gouvernement – fasse preuve de responsabilité et sorte des postures qui consistent à désigner des cibles trop faciles. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par scorne - 21/07/2014 - 10:38 - Signaler un abus Bon sens

    Ce discours relève du plus strict bon sens, et il est bon d'entendre de temps à autre un personnage public faire preuve de raison élémentaire. Hélas, trop peu de personnes sont prêtes à vous entendre tant elles sont infectée par le poison d'une gauche prompte à disperser le contenu des caisses de l'état par clientélisme politique et à désigner des coupables pour faire diversion ensuite...

  • Par Karg se - 21/07/2014 - 10:46 - Signaler un abus Illusions

    S'adapter à la mondialisation? Vous croyez vraiment qu'on peut concurrencer frontalement la Chine et le reste? Il faut se protéger et dévaluer, le plein emploi passe forcément par une balance commerciale à l'équilibre. Le reste est du blabla entendu des milliers de fois. En 2007, sans avoir voté pour Sarkozy, j'ai été déçu par la médiocrité et la petitesse des réformes. Vous voulez reprendre le pouvoir pour remettre le couvert? Notre problème est plus profond que UMP ou PS, notre problème est la structure même de la mentalité des masses et des politiques qu'elles élisent. On ne peut pas s'en sortir en l'état.

  • Par Robert G - 21/07/2014 - 14:53 - Signaler un abus J'ai quitté la France...

    Et je ne crois pas être le seul. C'était après avoir terminé mes études en 1999. Depuis, il y a eu 2001, la crise des subprimes, celle de la dette des pays membre de l'EU. Mes enfants ne sont pas né en France et je ne prévois pas de retourner y vivre cela m'attriste, c'est pourtant le plus beau pays du monde. Dans mon pays d'adoption, il y a peu de chômage, mais il y a le goût du travail, une certaine justice sociale, de la solidarité, et il y a surtout du pragmatisme... Je rêve souvent de revenir en France, mais pas dans cette France d'aujourd'hui :-(

  • Par Fredja - 21/07/2014 - 16:13 - Signaler un abus Mr Wauquiez, révolution

    Cela fait longtemps que je suis vos discours, qui sont emprunts de bon sens, notamment dans le fait de réhabiliter le goût à l'effort. Mais quand est-ce que le ménage sera fait à l'UMP pour retrouver une droite crédible ? Cela fait 40 ans, gauche et droite confondue, qu'il n'y a pas eu un budget à l'équilibre en France ! Le spectre de l'élection de Marine Le Pen est très présent pour 2017, il serait peut etre temps de mettre en retraite "forcée" les Fillon/Juppé et autres que l'on voit depuis 40 ans dans la vie politique ?

  • Par LouisArmandCremet - 21/07/2014 - 16:26 - Signaler un abus Enfin...

    Enfin quelqu'un qui tient le langage du bon sens... Quand je lis "La situation est d’autant plus dramatique qu’il est absolument essentiel de ne pas décourager la jeune génération qui est de plus en plus attirée par des horizons qui lui semblent plus attractifs : selon les dernières statistiques, un quart des jeunes diplômés souhaiteraient trouver un emploi à l’étranger. Combien en reviendront ? Il ne faut pas sous-estimer le danger que représente pour un pays le fait de se vider de ses talents.", ce qu'il faudrait dire en fait, c'est que la France se vide de son sang. Les futurs dirigeants et entrepreneurs de demain, préfère faire leur vie dans un pays où leur avenir n'est pas hypothéqué par une dette colossale léguée par leurs parents, où l'administration ne passe pas son temps à mettre des bâtons dans les roues des créateurs de richesse, où enfin, les impôts ne sont pas à un niveau délirants et ce pour payer uniquement une fonction publique pléthorique et paralysante.

  • Par Outre-Vosges - 21/07/2014 - 19:01 - Signaler un abus Quand on a un peu de mémoire

    Il faut dévaluer, nous crie @Karg se, avec tant d’autres d’ailleurs. Mais le Strasbourgeois que je suis sait trop ce que valent les dévaluations : en trente ans j’ai vu le franc perdre les trois quarts de sa valeur par rapport au mark et les Strasbourgeois ont pourtant continué à faire leurs courses à Kehl où tout restait moins cher : c’est que, si l’on dévaluait de 20 %, les commerçants et les industriels augmentaient immédiatement leurs prix de 25 % pour conserver leurs bénéfices, si bien que nous n’étions pas plus concurrentiels qu’auparavant. Quant aux barrières douanières qu’il suffirait d’établir, il faut pour y croire oublier que les autres pays pourraient aussi bien en instituer contre nous. J’accepte qu’on nous propose des solutions simples mais non pas des solutions simplistes.

  • Par Paoli - 21/07/2014 - 23:13 - Signaler un abus La France doit re-appendre a encourager ses talents?

    Depuis mon enfance (annees 80) je n'ai en fait jamais ete dans une classe, un college, un lycee (ce qui constitue 95% du temps d'un enfant/ado) ou l'on a encourage les entreprises ou les gens qui reussissent (et la fac, je l'ai faite a l'etranger, ou je me trouve). C'etait malheureusement plutot l'inverse. Ce qui est n'importe quoi compte tenu du fait qu'un prof ne connait quasiment (voir absolument) rien a la facon dont fonctionne une entreprise. Ajoutez-y un degout et un mepris de l'economie de marche fin 20eme/debut 21eme siecle, et vs finnissez avec des jeunes mal formes, incapable de comprendre ce qu'on attend d'eux et qui veulent en plus pas trop se fouler au travail. On ne peut pas leur en vouloir, car dur comme fer ils croient ce que leur profs leur racontent. C'est bien dommage, car en Chine et en Inde, les eleves qui finnissent avec une moyenne de 19/20 pdt leur scolarite sont au nombre de 40M en Inde et bien plus en Chine. Faudra aller dire a ces jeunes que bha finalement un chinois qui travaille 6 jours par semaine, tres motive meme pour gagner des prunes a reussit a lui piquer son job. Et vu qu'il n'a pas le mental pour entreprendre, ca risque de chauffer...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Laurent Wauquiez

Laurent Wauquiez est un homme politique français, membre de l'UMP. Député de la Haute-Loire, il est également vice-président de l'UMP depuis janvier 2013.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€