Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 24 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le FMI craint la prochaine grande crise sans dire d'où elle partira... mais il le sait et ce n'est pas une bonne nouvelle pour nous

Olivier Blanchard, économiste en chef du FMI, s'est récemment inquiété de la santé de l'économie américaine face au "shutdown" mais aussi de la situation des pays émergents. Selon lui, une "prochaine crise" guette l'économie mondiale et elle ne trouvera pas sa source outre-Atlantique.

Chut !

Publié le - Mis à jour le 14 Octobre 2013
Le FMI craint la prochaine grande crise sans dire d'où elle partira... mais il le sait et ce n'est pas une bonne nouvelle pour nous

D'où partira la prochaine crise ?

Olivier Blanchard, chef économiste distingué, ne dit pas ce qu’il sait (ce qui est toujours mieux que de ne pas savoir ce que l’on dit, mais le résultat est le même) : il sait très bien que la crise se situe en zone euro et nulle part ailleurs, que les risques pour 2014 et au-delà sont concentrés quasi-exclusivement en zone euro (je dis "quasi" car il y a aussi le cas du Brésil). Il le sait, pour au moins 3 raisons :

  • Il le sait parce qu’il avait milité pour une cible temporaire d’inflation à 4 %/an (c’est le niveau où Paul Volcker avait crié victoire dans son combat contre l’hydre inflationniste au milieu des années 1980 !!) et que, 3 années et demi après cette proposition qui lui avait valu des tonnes d’injures et de pressions de la part de tout l’establishment européen (Bundesbank et BCE en tête), l’inflation officielle (biaisée, surestimée, et silencieuse sur la déconfiture des prix d’actifs) se situe à 1% sur 12 mois en zone euro et elle est prévue à 1,3% pour 2014 par la BCE elle-même : donc pour tous les économistes un peu sérieux, dont Olivier Blanchard fait partie, la zone euro est coincée dans une trappe japonisante, une trappe déflationniste qui est aussi une trappe à dettes ; une situation archi-dangereuse.
  • Il le sait parce que le FMI justement doit perfuser 8 Etats européens dont le Portugal qui a cramé 78 milliards d’euros de prêts en moins de 4 ans (imaginons que le contribuable européen soit appelé à la rescousse pour les problèmes de Détroit ou de la Nouvelle-Orléans, ce serait amusant, non ?). Il sait donc de source sûre qu’il n’y a aucune solidarité budgétaire intra-européenne au-delà des mots, que les prêts ne sont pas des dons (et que prêter à 3% quand le PIB nominal se contracte ne fait qu’alourdir le fardeau), et que la BCE ne fait décidément pas son travail (ce qui confirme que nous ne vivons pas dans une authentique zone monétaire) elle qui refuse tout QE, toute ZIRP, toute forward guidance et toute dévaluation. Il sait que tout cela est très instable politiquement.  
  • Il le sait parce qu’en tant que chef économiste du FMI il est bien placé pour connaitre ce genre de graphique qui montre que la zone euro a un monopole mondial en terme de double-dip et de contraction continue de la demande agrégée (le PIB nominal) suite à une politique monétaire infondée : voici le nombre de chômeurs en zone euro versus le nombre de chômeurs dans l’Union européenne hors zone euro :

Il le sait enfin parce qu’au-delà de quelques enquêtes (les "données en mou" : PMI, indices de confiance, prévisions de Bercy…) les données "en dur" (les transactions réelles, et les indicateurs monétaires qui sont les plus avancés) racontent toujours une histoire sordide pour la zone euro : ici, la diffraction entre l’enquête de confiance zone euro qui se redresse et la chute du crédit qui continue (et qui n’augure rien de bon pour l’investissement en 2014 et pour la croissance potentielle) (et qui en dit long sur la terreur monétaire dans les PIGS notamment) :

Donc, Blanchard sait tout, mais il ne dit rien. Et le service com’ du FMI glose sur les risques américains et les risques des pays émergents, ça ne mange pas de pain et ça permet de se couvrir si quelque chose arrive. Un 2e couteau (Jörg Decressin, “deputy director of the research division at the IMF”) "prévoit" un rebond de l’économie européenne, chose logique : d’une part, les européens sont les premiers actionnaires du FMI, d’autre part il est indispensable d’avoir un rebond européen chaque année sinon tous les plans de la Troïka (BCE / FMI / Commission, "Lui, Elle , ça" pour ceux qui se souviennent du Consulat) s’effondrent sur la place publique (je devrais dire : "s’effondrent une nouvelle fois"). Pas fou, Blanchard laisse dire, et en "off" j’imagine que ses propos sont bien différents.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Blablawoops - 11/10/2013 - 07:47 - Signaler un abus Ouaip, mais...

    C'est sympa Washington, lorsqu'on ne peut plus se déplacer qu'à vélo ;)

  • Par un_lecteur - 11/10/2013 - 07:47 - Signaler un abus Non remboursement des dettes

    Certain en effet, au moins pour plusieurs pays européens. et certain aussi pour les USA, sauf que les dettes des USA sont en dollars et qu'ils peuvent en fabriquer pour rembourser en monnaie de singe. Mais quand on ne peut pas rembourser ses dettes, ça s'appelle bien cessation de paiement et faillite, non ?

  • Par Aristotic - 11/10/2013 - 08:12 - Signaler un abus oui, peut-être

    C'est plus intéressant à lire que les sornettes de Jean-Marc Sylvestre. Et ça corrobore des réflexions de plus en plus nombreuses sur le fait que, s'acharner à vouloir rembourser des dettes largement artificielles, c'est vraiment du masochisme. Donc certains bons vieux mécanismes seront employés, sous des formes plus sophistiquées, pour en diminuer la pression. C'est vrai que moraliser sur la Grèce, c'est une chose, mais a l'échelle de l'euro, c'est une autre paire de manches. Une remarque : sur les graphiques, mettre l'échelle temporelle, c'est mieux. Et une objection pour la route : je ne suis vraiment pas si sûr que la zone euro soit dans une situation si exceptionnelle que cela. Et ce ne sont pas deux graphiques qui ne veulent pas dire grand chose qui suffiront à m'en convaincre. Ceci étant, l'économie étant souvent auto-réalisatrice, il suffit que les bonnes personnes pensent de même pour que les attaques se concentrent sur cette cible. Et pas par inquiétude, comme on l'entend souvent, mais évidemment par cupidité. Mais notre libéralisme naïf laisse la porte béante, alors que l'on pourrait la fermer d'un trait de plume: interdiction coordonnée de certaines opérations.

  • Par Michel. - 11/10/2013 - 09:13 - Signaler un abus Bien sûr que les dettes seront remboursées...

    ... dès que l'inflation permettra de la diluer et de la dévaloriser. Comme le dit l'article c'est le paradoxe, une vague d'inflation aurait dû apparaître, ce qu'elle n'a pas encore fait. L'inflation serait une manière relativement douce, d'autres méthodes sont plus dures pour certains, soit actuellement les peuples grecs, espagnols, portugais, irlandais, et pas encore français.

  • Par Glop Glop - 11/10/2013 - 09:58 - Signaler un abus Le FMI ne sait pas une chose...

    ... le fait de ne rien savoir. Le FMI est un organe pro-Washington qui n'a aucune liberté réelle d'analyse et de parole. Son utilité actuelle est à démontrer.

  • Par Papy Geon - 11/10/2013 - 11:37 - Signaler un abus Quid d’un « reset » brutal?

    La tentation est grande, pour nos grands manipulateurs gestionnaires, de bouleverser notre système de monnaies de singes, car le remboursement des dettes avec de l’argent dévalorisé prendra trop de temps. Les plus malins ont transformé leurs avoirs en biens tangibles. La soi-disant évasion fiscale en serait un révélateur, beaucoup de moutons ayant suivi le mouvement sans en assimiler la finalité. Le risque de conflits majeurs permettant de remettre tout à plat semble s’éloigner, quoique… Depuis quelques années, certaines sources ont fait état de l’existence de stocks importants de billets de banque spécifiques à un usage interne aux Etats-Unis. Il y aurait alors deux types de dollars, et le peuple américain vivrait en autarcie. Qu’en est-il de cette information ? Si ce schéma se réalisait, il est probable que les Européens feraient de même. Nous assisterions ainsi à la création d’une monnaie vraiment internationale, qui ne serait plus le dollar, et qui serait déconnectée des monnaies « locales ».

  • Par db67 - 11/10/2013 - 11:52 - Signaler un abus allons...

    (si j’ai tout faux, que l’on m’explique ce que le taux 10 ans Allemand fait à ce niveau là, et ce que le CAC40 fait à 40% plus bas que son équivalent US ou UK): c'est pourtant simple. La France est "gérée" par des incapables qui refusent de réformer un pays qui va droit vers la faillite, tandis que l'Allemagne est gérée correctement par des pragmatiques qui inspirent la confiance. Quant à l'inflation, ça reste un impôt caché sur la population pour financer les bêtises et la dette de l'Etat. Si elle était plus haute, le pouvoir d'achat serait en train de chuter. L'inflation basse est donc bien l'une des rares bonnes choses que les gouvernants (européens ici, pas français) ont réussi à obtenir, n'en déplaise aux économistes keynesiens qui rêvent d'appauvrir la population pour financer leurs Etats-chouchou.

  • Par oasef - 11/10/2013 - 12:42 - Signaler un abus La prochaine crise

    Le seul moyen, comme la monnaie d'aujourd'hui n'a aucune valeur, est de remettre toutes les dettes a zero, car en final aucun pays ne pourra rembourser cette dette avec de l'argent qu'il n'a pas, si ce n'est que de faire tourner la machine a billets. Par contre contraindre tous les pays, a reduire le nombre de fonctionnaires y compris les chambres (assemblee, Senat, et conseils regionaux, sous peine d'etre boycotte.

  • Par alankin - 11/10/2013 - 12:51 - Signaler un abus avec une même monnaie dans des économies différentes, alors

    un ouvrier grec gagnerait 400E, un français 1200, un allemand 1700, etc..sinon il faudrait des transferts budgétaires.. mais on n'a rien de tout cela. pkoi aussi la question d'une monnaie commune à la place d'une monnaie unique n'est elle jamais abordée.? à savoir revenir à la base qui est qu'une monnaie bouge aussi selon la performance économique.

  • Par mich2pains - 11/10/2013 - 13:11 - Signaler un abus DELICIEUSE ENFANT , comme disait Gainsbourg !

    Je veux parler , non pas de la Crise , mais de cette jouvencelle coquine à souhait , qui surveille l'arrivée de la Crise avec se jumelles ! Comptez sur moi , braves contribuables , pour la tenir ..." éveillée" afin qu'elle ne relâche pas son attention (ni le reste ) !

  • Par mich2pains - 11/10/2013 - 13:15 - Signaler un abus Résoudre enfin la Crise ?

    Fastoche avec tous les vrais-faux billets libéllés en euros dans nos jeux du MONOPOLIX ! Citoyens Européens , faites un don à la BCE !

  • Par un_lecteur - 11/10/2013 - 13:21 - Signaler un abus Quitter le dollar

    "La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé jeudi avoir signé un accord d’échange de devises avec la banque centrale chinoise, d’une durée de trois ans, pour notamment faciliter les échanges commerciaux. L’accord de « swap » porte au maximum sur 350 milliards de yuans, soit 45 milliards d’euros, a précisé la BCE dans un communiqué." A force de fabriquer des dollars par milliards, il y a perte de confiance.

  • Par Blablawoops - 11/10/2013 - 13:26 - Signaler un abus Question d'un americain moyen autour d'une bière :

    Certes, la Chine est notre premier créancier et nous lui devons des milliards de dollars, mais ils doivent bien se douter qu'on ne les remboursera jamais ?? Que vont-ils faire ? Nous envahir ? Le Mickey moyen se moque totalement de savoir que son pays vit à crédit. Il me rappelle un peu le gaulois de base....

  • Par Equilibre - 11/10/2013 - 13:34 - Signaler un abus Je ne sais pas si Mr Mucherie lit les commentaires

    mais pourrait-il nous donner un avis sur cela http://chevallier.biz/2013/10/france-monetarisme-crise-et-donnees/ . Je ne pense pas que l'injection d'argent à tout va, même si stérilisé, soit une bonne solution à moyen et long terme, on le voit avec les ricains même si le neuro n'est pas le dollar... Le nombre de fois où le FMI s'est planté ces derniers temps... En creux, une critique du neuro, l'impossibilité pour cette "monnaie", enfin ce produit dérivé monétaire spéculatif, de tenir encore très longtemps sous cette forme. Faire gober qu'une drachme valait un mark, des fois...

  • Par la saucisse intello - 11/10/2013 - 13:34 - Signaler un abus @ mich2pains..........

    P

  • Par la saucisse intello - 11/10/2013 - 13:38 - Signaler un abus @ mich2pains..........

    Putain, z'avez raison ! Je trébucherais sur un morceau pareil en cherchant les cochons, je pense que j'aurais de quoi suspendre la Merkel (la carabine, pas Angela !) et les jumelles tout en gardant les deux mains dans les poches ! Ceci dit, les "experts" du FMI, y sont comme moi quand je suis posté au mirador : Je sais que le cochon viendra mais où ? Quand ? Comment ? Je suis donc une sorte d'expert.....en cochons !!!

  • Par vangog - 11/10/2013 - 15:01 - Signaler un abus Si certains expert non-officiels du FMI et de la BCE

    commencent a envisager une sortie raisonnée de l'Euro, c'est que la pyramide de Ponzi des dettes Américaines et Européennes (mais aussi de certains émergents...) est proche de s'effondrer! Bon pour simplifier: Madoff, c'est le FMI Son premier assistant, c'est la BCE La pyramide des dettes Européennes est arrivé à son dernier étage, et ils commencent à refiler la patate chaude aux Chinois, qui ont déjà la grosse patate Américaine, plus celle des émergents... Après la Chine, il n'y a plus personne à qui refiler les dettes et devises pourries! Nous allons donc vers une hégémonie du Yuan, favorisée par la faiblesse Américaine et sa fuite en avant social-démagogique (quand on n'en a pas les moyens, on ne se paie pas un nouveau gouffre financier dans le système de Santé!...), associée à la faiblesse Européenne qui a atteint, depuis longtemps, le summum de l'ineptie, et à la récente faiblesse des émergents. Donc, plus de gogos à qui refiler les dettes et une gigantesque pyramide de Ponzi bâtie sur une bulle obligataire Américaine prête à exploser, une raréfaction donc renchérissement des matières premières, un grand écart fiscal et social Européen et planétaire... A quand l'explosion?

  • Par un_lecteur - 11/10/2013 - 15:03 - Signaler un abus Ouvrons nos fenêtres

    La crise, oui, pour les pays occidentaux . Reaction de riches capricieux. Mais pour beaucoup d' habitants de la terre : une amélioration. http://www.contrepoints.org/2013/10/10/142028-pauvrete-mondiale-reduite-moitie En 20 ans, 700 millions de personnes sont sorties de l'extrême pauvreté.

  • Par esurlo - 11/10/2013 - 19:01 - Signaler un abus Faisons confiance

    ...à notre guide supprème .... lui seul vise un Cap , et nous sauveras du Mal.....................................

  • Par FATALITAS - 11/10/2013 - 19:03 - Signaler un abus Crise après crise,

    Crise après crise, statistiquement il en arrivera fatalement une un jour ou l'autre qui sera fatale à l'euro. Planquez vos éconocroques les vampires de la finance vont avoir faim.

  • Par prochain - 11/10/2013 - 19:17 - Signaler un abus selon Soros

    Soros : Tout le monde sait que la Grèce ne pourra jamais rembourser sa dette. Et les autres...

  • Par walküre - 11/10/2013 - 19:36 - Signaler un abus Trop tard

    La prochaine crise n'est plus tellement prochaine, elle est déjà là.

  • Par jumbofreddy - 12/10/2013 - 20:03 - Signaler un abus La Chine se paye des entreprises françaises!

    "Vangog" et "BlallaWoops", exact! vous pouvez rajouter que les chinois commencent à se payer de belles entreprises françaises, aprés de beaux vignobles! Psa en difficutés financières, verrait un chinois devenir son premier actionnaire! et pour faciliter la transaction, l'entreprise est en cours de négociations sociales avec ses syndicats, et leur demande de consentir des efforts significatifs pour sauver l'emploi ( sous entendu pour ne pas effaroucher le candidat)!

  • Par mag - 12/10/2013 - 22:10 - Signaler un abus mag

    Le Fmi en parle en douce , il parait (bfmtv) qu'il vont taxer l'épargne des Français ! et c'est pour très bientôt .........

  • Par anakyn - 14/10/2013 - 13:15 - Signaler un abus Ben voila

    qui ne va pas arranger les affaires de Flamby the First, lui qui nous affirme haut et fort que la crise est derrière nous !

  • Par Ludo1963 - 15/10/2013 - 09:37 - Signaler un abus La France boulet de l 'Europe : jusque quand le mensonge PS?

    Je prévoyais une cohabitation fin 2013. C était sans compter la mansuétude de la troïka et des agences de notation . Ils attendent le dernier moment pour à annoncer la faillite de la gouvernance socialiste. Car ce jour là ce sera une onde de choc. Autre chose que la Grèce. J espère néanmoins que notre manchot et sa clique de cyniques incompétents se feront éjecter tels de vulgaires socialistes grecs, avant mi 2014.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Mathieu Mucherie

Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€